Mobile : des élus se mobilisent pour les zones rurales

 |   |  309  mots
Les élus militent pour l'émergence d'un plan France mobile pour accélérer les investissements.
Les élus militent pour l'émergence d'un "plan France mobile" pour accélérer les investissements. (Crédits : Reuters)
Des associations d'élus et de collectivités ont demandé lundi au gouvernement de revoir la stratégie de l'Etat en termes de couverture mobile des zones rurales et un plus grand effort d'investissement via un "plan France mobile".

A leurs yeux, l'exécutif doit en faire plus. Des associations d'élus et de collectivités ont demandé lundi au gouvernement de revoir la stratégie de l'Etat en termes de couverture mobile des zones rurales et un plus grand effort d'investissement via un "plan France mobile". Ces associations demandent la révision de la "définition des zones dites 'couvertes'", avec en particulier "un degré de précision infra-communal traduisant la réalité de cette couverture en secteur rural", selon leur communiqué. Ces demandes sont faites par l'Association des maires de France (AMF), l'Assemblée des départements de France, Région de France ainsi que l'Association nationale des élus de la montagne (Anem), l'Association des maires ruraux de France (AMRF) et l'Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel (Avicca).

Doubler les sites dans les campagnes

Elles demandent aux opérateurs de réaliser "en urgence" les travaux nécessaires pour assurer la couverture redéfinie par les nouvelles règles "en doublant au minimum le nombre de sites en secteur rural et de montagne". Les élus souhaitent également que les capacités d'investissement des opérateurs ne subissent plus "les coûts d'acquisition des licences imposés par l'Etat". La dernière attribution de fréquence, conclue en novembre 2015, avait concerné la bande des 700 MHz, jusqu'ici utilisée par la télévision, et avait rapporté 2,8 milliards d'euros à l'Etat.

D'autres pays en Europe, tels que la Belgique, ont fait le choix d'attribuer des fréquences gratuitement en échange d'objectifs d'investissements imposés aux opérateurs. Les associations demandent enfin que la couverture totale du territoire en 5G soit réalisée dans les cinq années suivant le lancement commercial de cette dernière, alors que la 4G, lancée commercialement fin 2012, n'est toujours pas déployée partout.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2017 à 19:21 :
ça traine, mais plus on attend, plus les technologies évoluent.
Ce n'est pas seulement le problème pour le mobile, mais aussi pour l'ADSL.
Que sont devenus les projets Wimax ? les concessions avaient été accordées.
Depuis, avec la 4G on a des débits intéressants, jusque là les volumes étaient limités, mais les tarifs deviennent compétitifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :