Publicis relève ses objectifs

 |   |  509  mots
Les résultats de Publicis au premier semestre, en hausse et supérieurs aux attentes, reflètent la reprise du marché publicitaire. Le troisième groupe publicitaire mondial revoit ses perspectives de croissance et de marge à la hausse.

Le groupe français Publicis poursuit sur sa lancée entamée en début d'année avec une accélération au deuxième trimestre. Si bien que "tous les indicateurs sont au vert" au premier semestre, s'est félicité Maurice Lévy, le président du directoire lors d'un rendez-vous avec des journalistes. 

Le bénéfice net part du groupe s'élève à 213 millions d'euros, signant une hausse de 27,5% sur un an. C'est nettement supérieur au consensus établi par Dow Jones auprès de 6 analystes qui tablaient sur 194 millions d'euros.

La marge opérationnelle du numéro un français de la publicité passe à 14,5% du chiffre d'affaires contre 13% un an plus tôt. Une amélioration notamment liée à la maîtrise des coûts de personnel.

Le chiffre d'affaires (2,54 milliards d'euros) augmente de 14,9% comparé au premier semestre 2009. A périmètre comparable, la croissance dite organique (indicateur clé du secteur), ressort sur la période à 5,3%, "bien au-delà des attentes" ajoute Maurice Lévy. Les analystes visaient une croissance organique de 5,6% au deuxième trimestre. Celle-ci a atteint 7,1%, après une hausse de 3,1% au premier trimestre.

A l'exception de la zone Afrique et Moyen-Orient qui pâtit encore de la crise de Dubaï, toutes les régions du monde ont renoué avec la croissance, y compris la France et les Etats-Unis. Plus largement, le chiffre d'affaires en Europe a augmenté de 3,1% à périmètre comparable au premier semestre (+7,3% au deuxième trimestre) et celui réalisé en Amérique du Nord, de 6,6% (+8,1% d'avril à juin).

Au premier semestre, les activités numériques du groupe contribuent à 28% du chiffre d'affaires (23% hors l'agence Razorfish rachetée en août dernier). Si bien que le numérique et les pays émergents représentent la moitié du chiffre d'affaires.

Prudence teintée d'optimisme

"La croissance vient autant des gains issus de nouveaux budgets que de la hausse des investissements publicitaires des clients" de Publicis, a expliqué le dirigeant. "Cela confirme le regain qu'il y a sur le marché", a-t-il ajouté.  Marché publicitaire que l'agence du publicitaire, ZenithOptimedia, a d'ailleurs revu à la hausse pour 2010 et ce pour la deuxième fois en sept mois. Hausse de la croissance organique désormais attendue à 3,5% par rapport à 2009 contre 2,2%. Publicis, qui prévoyait au premier trimestre de dépasser l'objectif de 2,2%, indique désormais être en mesure de battre les nouvelles estimations, revoyant ainsi à la hausse ses objectifs. 

Plus prudent sur la marge, Maurice Lévy a toutefois lâché que "l'objectif de 15% fixé initialement est un plancher". "J'ai bon espoir qu'on fasse mieux."  Et ce, même si la dernière partie de l'année s'annonce moins forte que la première.

Ce qui n'empêche pas le groupe de continuer d'envisager des acquisitions. Si tous ses regards sont spécifiquement braqués vers la Chine où Publicis entend bien accélérer fortement son déploiement, il n'exclut pas de renforcer ses positions dans des pays à forte croissance. Une opération en Amérique Latine pourrait d'ailleurs être annoncée très prochainement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :