Record : Amazon multiplie par dix son bénéfice net sur un an

 |   |  636  mots
Amazon, le géant de l'e-commerce détenu par le milliardaire Jeff Bezos, a réalisé un chiffre d'affaires de 56,6 milliards de dollars (+29%) au troisième trimestre 2018.
Amazon, le géant de l'e-commerce détenu par le milliardaire Jeff Bezos, a réalisé un chiffre d'affaires de 56,6 milliards de dollars (+29%) au troisième trimestre 2018. (Crédits : Pascal Rossignol)
L'ogre de l'e-commerce a enregistré un bénéfice net de 2,9 milliards de dollars au cours du troisième trimestre. C'est presque autant que son bénéfice dégagé sur l'ensemble de l'année 2017. Avec un chiffre d'affaires de 56,6 milliards de dollars, Amazon reste porté par le cloud et la publicité.

Amazon peut se frotter les mains... Le géant de l'e-commerce a multiplié par plus de dix (!) son bénéfice net au cours du troisième trimestre, selon les chiffres publiés jeudi 25 octobre. Celui-ci s'élève à 2,9 milliards de dollars - contre un bénéfice net de 256 millions de dollars sur la même période il y a un an. En trois mois, Amazon est donc parvenu a dégagé le même bénéfice net que celui obtenu pour l'ensemble de l'année 2017, un record. A 5,75 dollars l'action, le bénéfice ajusté a pulvérisé les attentes de Wall Street. En revanche, avec un chiffre d'affaires de 56,6 milliards de dollars (+29%), légèrement en-dessous du consensus à 57,1 milliards, la firme de Seattle a déçu les milieux financiers

Une fois n'est pas coutume, le groupe doit en grande partie sa bonne santé du troisième trimestre à Amazon Web Services (AWS), sa filiale spécialisée dans le "cloud" (informatique dématérialisée), devenue sa vache à lait. Le cloud a rapporté 6,7 milliards de dollars de revenus (+45%) conformément aux anticipations des marchés, pour un bénéfice opérationnel quasiment doublé, à 2,07 milliards de dollars. Autre activité méconnue du grand public mais en forte croissance, la publicité. La catégorie "autres" de son chiffre d'affaires, qui comprend essentiellement cette activité, a rapporté 2,5 milliards de dollars de revenus - plus de deux fois plus qu'au troisième trimestre de l'an dernier.

Baisse de 7,42% du titre

Et pourtant, la société a déçu les marchés en livrant ses prévisions pour les fêtes de fin d'année - période traditionnellement la plus importante pour Amazon. Le groupe de Jeff Bezos, l'homme le plus riche du monde, prévoit en effet des recettes situées entre 66,5 et 72,5 milliards de dollars pour le dernier trimestre, alors que les analystes tablent sur 73,9 milliards. La croissance du chiffre d'affaires serait ainsi la plus faible depuis le début 2016 au moins, selon Reuters. Des perspectives qui tranchent avec un passé marqué par une progression régulière et notable du chiffre d'affaires année après année.

Quant au bénéfice opérationnel, il devrait se situer entre 2,1 et 3,6 milliards de dollars alors que Wall Street espérait 3,9 milliards. Pour autant, le directeur financier Brian Olsavsky a dit à la presse qu'Amazon anticipait une solide période des fêtes de fin d'année. Le titre a malgré tout reculé de 7,42% dans les échanges électroniques post-séance à Wall Street vers minuit GMT. Il avait fini en forte hausse, de plus de 7%, la séance officielle.

Hausse des charges d'exploitation

Pour l'analyste Neil Saunders du cabinet GlobalData Retail, il est possible que les consommateurs s'adressent un peu plus à d'autres distributeurs, comme Target ou Walmart aux Etats-Unis, qui investissent dans la vente en ligne face, précisément, au rouleau compresseur Amazon.

Ces distributeurs "s'améliorent pour ce qui est de grignoter sa domination", affirme l'analyste Neil Saunders."Ne nous y trompons pas, Amazon reste un mastodonte du commerce électronique, et nous ne pensons pas qu'il soit sérieusement menacé", ajoute-t-il.

Autre crainte pour les investisseurs : Amazon poursuit ses dépenses toujours très soutenues, par exemple pour construire des entrepôts logistiques ou des nouveaux "data centers". Au troisième semestre, les charges d'exploitation ont bondi de 21,8% à 52,85 milliards de dollars.

Amazon compte désormais 613.300 employés dans le monde (plein-temps et temps partiel), sans compter sous-traitants et intérimaires. Régulièrement critiqué pour les conditions de travail dans ses entrepôts, le groupe a récemment annoncé augmenter le 1er novembre le salaire minimum à 15 dollars de l'heure pour ses employés aux Etats-Unis.

Lire aussi : Pourquoi Amazon relève à 15 dollars de l'heure le salaire minimum de ses employés

 (Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 16:35 :
Quel que soit les prix en ligne , les humains toujours plus paresseux, préfèreront commander en ligne et être livré sans bouger de chez eux ou bien réserver leur temps aux loisirs dans une vie toujours plus active et rapide.
Amazon a de beaux jours devant lui.
a écrit le 26/10/2018 à 14:01 :
Personne n'ose encore remettre le futur d'Amazon en question. Et pourtant... Force est de constater qu'Amazon est de plus en plus cher pour le commerce en ligne et que le cloud est super rentable en ce moment. Mais attention, la concurrence va s'intensifier...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :