Pourquoi Amazon relève à 15 dollars de l'heure le salaire minimum de ses employés

 |   |  849  mots
S'il est exact que le geste d'Amazon, deuxième capitalisation boursière mondiale derrière Apple, est symboliquement fort et d'une grande ampleur étant donné sa taille, il n'est pas non plus totalement désintéressé.
S'il est exact que le geste d'Amazon, deuxième capitalisation boursière mondiale derrière Apple, est symboliquement fort et d'une grande ampleur étant donné sa taille, il n'est pas non plus totalement désintéressé. (Crédits : ABHISHEK CHINNAPPA)
Sous la pression des critiques et d'un marché de plus en plus concurrentiel en raison du plein emploi aux États-Unis, le géant de l'e-commerce a décidé de fixer le salaire de base de ses employés à 15 dollars de l'heure (12,90 euros). Cela représente le double du salaire minimum en vigueur aux États-Unis.

Même s'il est motivé par la volonté d'atténuer les critiques et par une conjoncture économique favorable aux employés, avec un taux de chômage historiquement bas (3,9% aux États-Unis), Amazon frappe un grand coup. Le géant de l'e-commerce a annoncé qu'il va fixer le salaire minimum de ses employés aux États-Unis à 15 dollars de l'heure (12,9 euros), à partir du 1er novembre. Amazon va donc payer le double du salaire minimum en vigueur dans le pays, fixé à 7,25 dollars de l'heure.

La mesure est loin d'être anecdotique puisqu'elle concernera plus de 250.000 employés (un tiers de l'effectif global d'Amazon), pour l'essentiel basés dans les entrepôts pour préparer les commandes. Les salariés de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods, rachetée l'année dernière, sont aussi concernés, tout comme 100.000 employés saisonniers qui seront embauchés à travers le pays pour la période des fêtes.

Quand l'employeur précaire devient l'avocat des salaires dignes

Dans un communiqué, la firme dirigée par l'homme le plus riche au monde, Jeff Bezos, dit avoir "écouté les critiques" et se permet même de se poser en avocat des augmentations de salaire pour les travailleurs les plus précaires.

"Nous sommes heureux de ce changement et nous encourageons nos concurrents et les autres grands pourvoyeurs d'emplois à nous rejoindre", a déclaré Jeff Bezos.

Si les salaires chez Amazon varient selon les États, la hausse représentera concrètement entre 3 et 5 dollars. L'entreprise s'engage également à militer pour que le salaire minimum aux États-Unis, actuellement de 7,25 dollars de l'heure, soit augmenté.

"Nous voulons plaider pour une hausse du salaire minimum qui aurait un impact profond sur les vies de dizaines de millions de gens et de familles à travers ce pays", explique Jay Carney, vice-président en charge des affaires commerciales, qui dit vouloir mobiliser le Congrès sur la question.

La situation ne manque pas de cynisme. S'il est exact que le geste d'Amazon, deuxième capitalisation boursière mondiale derrière Apple, est symboliquement fort et d'une grande ampleur étant donné sa taille, il n'est pas non plus totalement désintéressé. En raison du plein emploi actuel aux États-Unis, la firme de Seattle, toujours en hyper-croissance, doit se montrer plus attractive pour conserver sa main d'oeuvre et recruter.

Lire aussi : Plus que jamais porté par le cloud, Amazon enregistre un bénéfice record

Surtout, Amazon, 21 ans d'existence, n'a jamais été un employeur modèle pour ses "pickers", les employés qui vont chercher les produits dans les entrepôts. Jusqu'à présent, ils étaient payés 12,45 dollars de l'heure (10,80 euros) d'après le site Payscale. Le géant de Seattle fait aussi l'objet de critiques très vives pour ses mauvaises conditions de travail et son manque de sécurité de l'emploi. Y compris en France, où un récent rapport sur l'entrepôt de Montélimar a dévoilé une situation "critique", avec la mise en place d'objectifs de productivité quasi-intenables.

Les "ouvriers du clic" d'Amazon Mechanical Turk gagnent moins de 5 dollars par heure

Des grèves contre les conditions de travail pratiquées par Amazon se sont récemment tenues en Italie, en Espagne et en Allemagne. De manière générale, l'ONU a alerté sur la situation des "ouvriers du clic" dans un rapport dénonçant "le retour du taylorisme sans la loyauté ni la sécurité de l'emploi". Amazon était particulièrement ciblé à cause de sa filiale Amazon Mechanical Turk, une plateforme de "micro-travail" qui vise à faire effectuer par des travailleurs indépendants, contre rémunération, des tâches plus ou moins complexes, dans des domaines où l'intelligence artificielle est encore trop peu performante, par exemple l'analyse du contenu d'images.

Ces "ouvriers du clic" d'Amazon sont payés, d'après l'ONU, moins de 5 dollars par heure, soit largement moins que le salaire minimum. Amazon Mechanical Turk n'est logiquement pas concerné par la décision de Jeff Bezos, puisqu'il s'agit d'une filiale qui a recours à des travailleurs indépendants, et dans laquelle Amazon ne joue qu'un rôle d'intermédiaire entre des commanditaires et des travailleurs, tout en prélevant une commission sur chaque tâche de 20%.

Lire aussi : L'extrême précarité des "crowdworkers," les ouvriers du clic, inquiète l'ONU

Même Bernie Sanders et l'équipe de Trump félicitent Amazon

Evidemment, la décision de Jeff Bezos a été unanimement saluée. Le sénateur démocrate Bernie Sanders, ancien candidat à l'investiture démocrate en 2016 et d'ordinaire très critique envers Amazon, a salué une mesure "extrêmement importante pour des centaines de milliers d'Américains". Au début du mois de septembre, Bernie Sanders avait déposé un projet de loi proposant de taxer les grandes entreprises américaines dont les salariés touchent des aides sociales, faute de percevoir un salaire suffisant. Amazon était, parmi d'autres, dans le viseur.

Même le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, s'est fendu d'un compliment pour "une décision d'homme d'affaires et [Jeff Bezos] est un très bon homme d'affaires".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2018 à 19:36 :
J'ai déjà travaillé pour une entreprise peu scrupuleuse. Le salaire horaire était correct, par contre les objectifs à atteindre pour avoir fait l'équivalent de 1H de travail se faisait en deux heures. Soit 5€ de l'heure. Tout à fait le style d'Amazon.
a écrit le 04/10/2018 à 13:41 :
Dommage que vous ne baissiez pas le salaire maximum. Vous seriez innovateur dans cette société qui est en train de couler...
a écrit le 04/10/2018 à 11:16 :
Commentaire censuré.

Vous perdez la raison.
a écrit le 04/10/2018 à 10:26 :
Mais est-ce que le coût de la masse salariale chez amazon augmente ? c'est cela le vrai critère.
Ou augmentent-ils simplement les plus bas salaires pour se faire de la pub et taire les critiques tout en rognant sur les autres salaires pour compenser ?
On a connu cela en france, on appelle cela la smicardisation. Le smic monte et absorbe progressivement les autres catégories salariales.
Une fois qu'on est l'homme le plus riche de la planète on se permettre de ne plus regarder vers le haut, mais vers le bas, en soit, c'est très intéressant d'étudier le comportement de Bezos.
a écrit le 04/10/2018 à 10:22 :
C'est grotesque.
Amazon finance cette mesure par l'arrêt du programme de primes et de titres qui étaient octroyés aux salariés. Comme le font remarquer ces derniers, juste au moment où l'activité haute de fin d'année permettait de les obtenir...
voir par exemple l'article de Bloomberg du 3 octobre.
a écrit le 04/10/2018 à 9:14 :
ca laisse dubitatif.......... amazon n'a pas gagne un rond depuis le debut sauf cette annee, et la ils vont massivement augmenter les salaires..........
les salaries ont raison d'etre contents, ils le seront moins quand il y aura acceleration de l'automatisation des entrepots.....
toute arme est a double tranchant
Réponse de le 04/10/2018 à 11:27 :
Comment peut on écrire qu'Amazon n'a pas gagné d'argent jusqu'à cette année?
Quand l'automatisation des entrepots, Amazon n'a pas attendu de gagner de l'argent pour le faire. Il faut voir comment cela se passe dans un entrepot. L'humain est considéré comme un robot
Aux USA, Amazon teste même un magasin sans personnel et caissièrre
a écrit le 03/10/2018 à 20:27 :
voir l'article Bloomberg de ce jour sur l'évolution de la répartition des revenus/des inégalités entre 1980 et 2015 :
https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-10-03/how-global-inequality-has-increased-and-why-it-matters-chart?srnd=premium-europe
confirme que la France a été plus vertueuse que les autres pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :