Enceintes connectées : après Amazon et Facebook, Google veut sa part du gâteau

 |   |  813  mots
Google a présenté mardi à New York son enceinte connectée hybride, Google Home Hub. Elle sera en vente au prix de 149 dollars.
Google a présenté mardi à New York son enceinte connectée hybride, "Google Home Hub". Elle sera en vente au prix de 149 dollars. (Crédits : Capture d'écran Google)
Le géant américain a présenté mardi à New York "Google Home Hub", objet hybride à mi-chemin entre la tablette et l'enceinte connectée. Face à la concurrence d'Amazon et de Facebook, Google casse les prix et mise sur sa plateforme vidéo YouTube.

Place aux enceintes connectées hybrides. La firme de Mountain View a dévoilé mardi "Google Home Hub", lors de son événement annuel consacré à ses nouveaux produits qui s'est déroulé à New York. Composé d'un écran de 7 pouces monté sur une enceinte, Google Home Hub veut se placer au cœur de la vie de famille. Comme les enceintes connectées traditionnelles, Google Home Hub est doté d'un assistant virtuel qui répond aux commandes vocales de son utilisateur. Il permet de gérer sa maison connectée (thermostat, lumière, chauffage, volets, réveil...), de se divertir (musique, vidéo...) et de s'informer (actualités, météo...).

Selon une note de blog publiée par Google, l'enceinte est compatible avec "plus de 10.000 types d'appareils intelligents pour la maison, dans plus de 1.000 marques". La nouveauté : l'enceinte sera en mesure de reconnaître les voix des différents membres du foyer afin de personnaliser les recherches, assure le géant américain.

Côté contenus, Google compte se différencier grâce à sa plateforme vidéo YouTube. L'enceinte connectée sera livrée avec 6 mois de consultation gratuite de YouTube Premium, son offre payante permettant de consulter des vidéos sans publicité et qui se lance dans les séries. Si Google Home Hub sera compatible avec Spotify, Pandora et iHeartRadio, les services de streaming vidéo concurrents sont bannis. L'enceinte ne sera pas compatible avec Netflix, Hulu ou encore Amazon Prime Vidéo.

Pas de caméra intégrée, un bouton pour couper les micros

Écran tactile oblige, de nouvelles fonctions seront disponibles, comme la consultation de ses mails, son agenda ou encore des recettes de cuisine. Lorsque l'enceinte ne sera pas utilisée, l'écran se transformera en cadre virtuel, en piochant dans la bibliothèque Google Photos de son utilisateur. De quoi se dissimuler davantage dans le salon ou la cuisine. C'est d'ailleurs l'intention affichée par Google : rendre son enceinte invisible - ou presque - pour mieux s'intégrer dans la vie de famille. "Nous espérons que vous ne la trouverez pas seulement fonctionnelle, mais qu'elle fera partie du décor"écrit dans une note de blog Diya Jolly, vice-présidente de la gestion des produits Google dans sa filiale domotique, Home et Nest. Et de poursuivre :

"Nous avons intentionnellement refusé de mettre une caméra dans le Hub afin qu'elle puisse être utilisée dans tous les espaces intimes de votre maison, comme les chambres, par exemple."

Depuis la sortie des premières enceintes connectées en 2015, des critiques se font régulièrement entendre quant au côté intrusif de ces produits. Mauvais timing pour Google : le fleuron de la Silicon Valley avait annoncé lundi, à la veille de l'événement, devoir fermer son réseau social Google+ à cause d'une faille de sécurité. Le géant américain a donc insisté tout au long de la présentation sur "l'importance de la sécurité" des données de ses utilisateurs. Google Home Hub sera doté d'un bouton physique pour couper ses micros et donc, réduire les cas d'écoutes indésirables. En octobre 2017, un bug sur l'enceinte traditionnelle Google Home avait enregistré en permanence un utilisateur américain à son insu.

| Lire aussi : Google : notre vie privée en voie de disparition ?

Amazon, Facebook, Microsoft, Apple... Google ne veut pas se faire doubler

Google Home Hub arrive après les modèles concurrents, Echo Show d'Amazon et Portal de Facebook. Pour se faire une place dans ce secteur à forte croissance, Google mise sur un prix agressif. Son enceinte, déjà disponible en pré-vente aux Etats-Unis, sera vendue 149 dollars - contre 230 dollars pour Amazon, pourtant réputé pour casser les prix. L'enceinte connectée de Facebook, dévoilée ce lundi, sera vendue entre 199 dollars (pour un modèle 10 pouces) et 349 dollars (modèle 15 pouces).

Se lancer aussi dans la course des enceintes connectées est un enjeu majeur pour Google. Pourquoi consulter le fameux moteur de recherche, quand il est possible d'obtenir la réponse avec Siri d'Apple, Alexa d'Amazon, Portal de Facebook ou Cortana de Microsoft ? L'Internet par la voix est perçu comme le futur de la recherche en ligne, le cœur de métier de Google. La firme de Mountain View, qui n'est pas pionnière dans ce domaine, met les bouchées doubles pour se rattraper. Elle commence d'ailleurs à grappiller des parts du marché des enceintes intelligentes à Amazon, le leader du secteur. Au deuxième trimestre 2018, Amazon détenait 41% des parts de marché des enceintes connectées dans le monde contre 76% il y a un an à la même période, selon une étude de Strategy Analytics publiée cet été. Sur la même période, Google a quant à lui progressé de 16% à 28%.

Lire aussi : Enceintes intelligentes : Google Home arrive en France, Amazon et Apple en embuscade

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :