Sécurité routière : une application pour recenser les chauffeurs distraits

 |   |  552  mots
L'outil devrait permettre d'améliorer les politiques publiques relatives à la sécurité routière si le nombre de résultats enregistrés est suffisamment élevé.
L'outil devrait permettre d'améliorer les politiques publiques relatives à la sécurité routière si le nombre de résultats enregistrés est suffisamment élevé. (Crédits : Intel Free Press/Flickr)
Des médecins canadiens ont développé une application pour iPhone qui permet d'enregistrer les conducteurs distraits au volant. L'objectif est d'étudier le comportement des automobilistes et d'améliorer la sécurité routière.

La distraction au volant serait un facteur très important d'accident. S'il existe très peu de statistiques publiques à ce sujet, les associations de prévention routière indiquent que téléphoner au volant multiplie par trois le risque d'accident corporel. Un accident corporel sur dix est lié à l'usage du téléphone. Au Québec, la déconcentration au volant serait l'une des causes les plus souvent mentionnées par les policiers dans les accidents.

Si les facteurs de distractions sont nombreux, la source la plus fréquente observée chez les conducteurs serait la cigarette, suivie du téléphone. Pour tenter de réduire cette source d'accidents, des médecins d'Halifax et de Montréal ont mis au point une application nommée iDistracted.

Un outil simple d'usage

Le McGill Trauma Program et TNS ont collaboré pour développer cette application et la rendre simple d'utilisation. La personne doit observer le comportement d'un véhicule et doit rentrer quelques données dans un formulaire, relatives au type de véhicule, au sexe du conducteur, à la position du véhicule (en mouvement, stationné, ou à l'arrêt) et si le conducteur utilise son téléphone, mange ou discute. Une fois les données enregistrées dans l'application, elles sont transmises au médecin David Bracco qui compile les données et apporte des précisions sur la position GPS, la date et l'heure comme le rappelle Radio-Canada.

Pour s'assurer de la véracité des informations, le professionnel de santé procède à des recoupements. "On recoupe plusieurs observateurs. Si vous avez quatre observateurs dans la même ville, on s'attend à ce qu'ils aient environ la même proportion d'automobilistes distraits."

Selon les premiers résultats obtenus, plus de 20.000 observateurs auraient déjà transmis des données. Le succès des résultats dépendra de la quantité de données enregistrées.

Une hausse des accidents

Le docteur Robert Green qui est directeur  Nova Scotia Trauma Program affirme dans les colonnes de CBC que les accidents liés à la distraction représentent une grande partie des accidents "allant des enfants qui écrivent des textos en faisant du vélo, aux traumatismes crâniens et même des décès."

"A l'hôpital, nous voyons que la distraction au volant dans les accidents est devenue beaucoup plus importante qu'il y a cinq ans" ajoutant que "les recherches qui ont été publiées sont insuffisantes et nous sentons qu'il faut plus de recherches précises."

Will Diaczenko qui travaille pour la police régionale d'Halifax admet qu'il est très difficile de connaître le nombre de personnes déconcentrées sur les routes. " Nous savons que c'est un facteur majeur dans les accidents. Cependant, pour pouvoir le prouver sans le voir, c'est une autre histoire," précise-t-il. L'agent de police affirme que "depuis que l'interdiction d'utiliser son téléphone est entrée en vigueur, la police attrape plus de gens en train de téléphoner ou d'envoyer des textos."

Pour le docteur Green, le danger d'une conduite distraite serait comparable à la conduite sous l'empire de l'alcool. Il espère que les résultats pourront au final aider les décideurs publics pour inverser la tendance et renforcer la politique de sécurité routière en la matière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 12:38 :
Perso, ce n'était pas le cas il y a 20 ans (c'était assez sommaire) avec mon auto-radio, c'est devenu de pire en pire, ils ne sont pas prévus pour le conducteur obligé de chercher les fonctions en roulant d'ou quelques secondes sans regarder la route.
Ils devraient avoir un agrément que si l'ergonomie était suffisante pour le conducteur, il y a surement beaucoup d'accidents causés par un auto-radio relou.
a écrit le 05/11/2016 à 9:33 :
Sous prétexte de sécurité (encore...) cette application, ce n'est ni plus ni moins que de la délation. Des données qui vont immanquablement finir dans des fichiers ,croisées, restreignant chaque jour un peu plus nos libertés.
a écrit le 04/11/2016 à 15:49 :
Je pense à tout ces chauffeurs livreurs qui ont 160 colis à livrer dans la journée sur un département en entier et qui mangent à midi dans leur camion, quand ils ont des accidents ce sont eux qui prennent tout et leurs employeurs rien du tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :