Uber lance UberEats à Paris

 |   |  297  mots
Dans un premier temps, l'offre ne sera effective que dans les 8e et 9e arrondissements de la capitale. Le forfait livraison sera d'abord gratuit avant de passer à trois euros.
Dans un premier temps, l'offre ne sera effective que dans les 8e et 9e arrondissements de la capitale. Le forfait livraison sera d'abord gratuit avant de passer à trois euros. (Crédits : DR)
La plateforme de mise en relation entre passagers et chauffeurs de VTC née dans la Silicon Valley il y a six ans lance son service de livraison de repas, comme elle l'a déjà fait aux Etats-Unis et en Espagne.

Uber donne le coup d'envoi de son service de livraison de repas à domicile à Paris, après l'avoir déjà lancé notamment à San Francisco, Los Angeles, New York et Barcelone. A partir de mercredi 14 octobre, il sera possible de commander un repas via l'application dédiée jusqu'à présent à la mise en relation entre passagers et chauffeurs de VTC (voitures de transport avec chauffeur), et d'être livré en moins de dix minutes.

Pour cela bien entendu, il faudra choisir parmi les plats éligibles de la carte de l'un des trois restaurants partenaires de l'opération, qui changeront quotidiennement. Et dans un premier temps, l'offre ne sera effective que dans les 8e et 9e arrondissements de la capitale entre 11h30 et 14h30. Avec un forfait livraison, entièrement gratuit. Puis,celui-ci passera à trois euros par commande. Ces frais de livraison seront fixes quelque soit le nombre de commandes, et aucun montant minimum n'est requis, assure Uber.

De la définition de "plateforme technologique" de mise en relation

De quoi justifier le statut de "plateforme technologique de mise en relation" entre clients et prestataires (chauffeurs jusqu'à présent), que revendique l'entreprise créée par l'Américain Travis Kalanick il y a six ans. Et que dénoncent ses détracteurs comme les taxis. Récemment, le président de la FNDT, Didier Hogrel, n'hésitait ainsi pas à déplorer le foisonnement d'applications pour mobiles telles qu'Uber certes, mais comme Le Cab ou même Marcel auprès de La Tribune, expliquant:

"Aujourd'hui la mode est aux transports, mais si demain la mode est à la banane, vous verrez qu'ils iront tous sur le marché de la banane !"

Pour l'heure, chez Uber, la mode est à la livraison de repas. Pas sûr cela dit que ses concurrents s'y mettent aussi...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :