Les tarifs du mobile à l'étranger devraient baisser

 |   |  821  mots
Je sais que 40% des abonnés mobiles ont peur d'utiliser les services de données à l'étranger. Car les tarifs d'itinérance dans l'UE sont tellement élevés (...) , a expliqué Neelie Kroes. Copyright Reuters
"Je sais que 40% des abonnés mobiles ont peur d'utiliser les services de données à l'étranger. Car les tarifs d'itinérance dans l'UE sont tellement élevés (...) ", a expliqué Neelie Kroes. Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
La commissaire européenne Neelie Kroes, qui veut imposer de la concurrence et une nouvelle baisse des tarifs à payer quand on utilise son téléphone portable en voyage, a obtenu ce mardi le soutien du parlement européen. Les opérateurs renâclent et le font savoir.

La bataille du « roaming » a repris de plus belle à Barcelone, au salon mondial du mobile. La commissaire européenne en charge du numérique, Neelie Kroes, poursuit le combat de Viviane Reding, qui l'a précédée à ce poste, sur le prix des frais d'itinérance facturés par les opérateurs mobiles dès que l'on utilise son téléphone hors des frontières. Son projet d'introduire de la concurrence, en donnant la possibilité aux consommateurs en voyage de choisir son opérateur pour l'itinérance, et d'imposer une nouvelle baisse des prix de gros, ne plaît pas du tout aux opérateurs. En particulier à Vittorio Colao, le patron du géant britannique Vodafone, numéro un mondial du mobile en chiffre d'affaires, qui a carrément appelé à un « moratoire de la régulation sur le mobile » lundi lors d'une allocution au Mobile World Congress: « l'Europe a-t-elle besoin d'emplois ou de baisse des prix ? Nous devrions arrêter d'intervenir constamment sur les prix et laisser le secteur réinvestir son argent » a-t-il plaidé.

Les eurodéputés pour une baisse plus drastique
Réponse mardi matin de Neelie Kroes, via le réseau Twitter : « Message à M. Colao. Je me place du côté du client de Vodafone. Rappelez-vous...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2012 à 15:14 :
Les baisses de tarifs sont révélatrices d'une mentalité assez singulière des sociétés implantées. Les tarifs doivent permettre de rémunérer le produit et service offert ainsi que l'amortissement de l'investissement et offrir une part de bénéfice récompensant l'esprit d'entreprise. Les sociétés implantées revendiquent en plus qu'ils paient les investissement futurs. C'est ce comportement généralisé sur le contenu du prix qui conduit à la concentration du capital.
a écrit le 28/02/2012 à 14:50 :
Le prix du roaming en Europe est un scandal ...
a écrit le 28/02/2012 à 14:13 :
Les prix du roaming en Europe sont complètement fous. Comment se fait-il que Orange, SFR, Bouygues et les autres n'arrivent pas à échanger avec les opérateurs d'autres pays d'Europe des accords de roaming, du type un client Orange qui dépenserait 1 heure de voix en Allemagne serait échangé par un client allemand qui dépenserait 1 heure en France ?
Réponse de le 28/02/2012 à 15:43 :
ça marche pas comme ça, la norme impose qu'un client à l?étranger soit tj facturé par son opérateur original. Donc un appel passé en France par un touriste allemand va être acheminé jusqu'en Allemagne chez Deusch Telecom et ensuite renvoie vers le numéro que appelé. Donc, un touriste allemand en France qui appelle un français, sont appel passe par les serveurs Deush Telecom et revient en France. Donc pour un simple appel, le touriste va emprunter deux fois le réseau international. soit deux terminaisons d'appel à payer. On peut rien faire, car pour ça il faudra changer la norme GSM.
Réponse de le 03/03/2012 à 9:24 :
Que dire d'un appel en roaming d'un réseau Orange sur un autre réseau Orange... ca sert a quoi d'être client Orange si on se fait tondre comme les autres ?
a écrit le 28/02/2012 à 14:10 :
Oh oui, trop bon! Voilà une mesure qui va toucher un maximum de gens... Entre nous si le marché était libre et pas oligopolistique (ce ne serait pas son travail parfois à cette bonne dame?) les prix de ces services auraient chutés d'eux-mêmes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :