Nokia : «ce n'est pas gagné mais nous avons inversé la tendance en France»

 |   |  601  mots
Thierry Amarger, le nouveau directeur général de Nokia France.
Thierry Amarger, le nouveau directeur général de Nokia France. (Crédits : DR)
Le nouveau directeur général de Nokia France, Thierry Amarger, arrivé le mois dernier, a présenté ce mardi matin le nouveau smartphone du constructeur finlandais, le Lumia 920, qui sort en France cette semaine. Il explique à La Tribune sa stratégie pour se différencier dans un marché français largement dominé par Samsung.

LA TRIBUNE - Où en êtes-vous sur le marché français ?
Thierry Amarger - Nous avons environ 20% de part de marché en volume, ce qui fait de nous le numéro deux [derrière Samsung, NDLR]. Nous avons inversé la tendance depuis septembre et regagné des parts de marché grâce au succès commercial de notre Lumia 610, un smartphone de moyenne gamme facile d?utilisation. Nous sommes en train de convaincre les jeunes et les «primo-accédants» de se lancer dans l?aventure smartphone avec nous. C?est très encourageant.

Votre nouveau smartphone Lumia 920 sort cette semaine chez Orange et Bouygues Telecom. Comment Nokia va-t-il parvenir à se différencier face aux autres Windows Phone 8, le système d?exploitation de Microsoft, comme ceux de HTC ?
Nous sommes très contents que Samsung et HTC rejoignent la plateforme Windows Phone 8, cela ne nous fait pas peur, c?est très positif pour l?écosystème. Si Nokia a choisi cette alliance stratégique avec Microsoft, c?est pour se différencier sur le long terme. Nous sommes convaincus qu?il faut développer l?écosystème : de 7.000 applications au départ, nous sommes à plus de 120.000 aujourd?hui. Nos cartes sont désormais intégrées à WP8 et à Bing, le moteur de recherche de Microsoft, mais les possesseurs de Nokia ont accès à une navigation premium. Nous avons aussi quelques applications exclusives, comme Nokia Lecture, qui donne accès à plus de 50.000 titres en français, le Mix radio qui permet d?écouter gratuitement des play-lists en streaming ou Nokia Transport, pour calculer son itinéraire en transports en commun.

Dans un marché français où les offres sans téléphone explosent, comment se relancer avec ce modèle haut de gamme vendu 650 euros ?
Nous serons très compétitifs sur le marché. Les opérateurs, Orange et Bouygues Telecom s?apprêtent à dévoiler les tarifs avec subvention et engagement de deux ans [la rumeur parle de 220 euros avec un forfait de 49 euros sur deux ans, comme l?iPhone 5, NDLR]. Nous avons mis tellement d?innovation dans le Lumia 920 que nous pouvons rivaliser avec les deux autres produits vedettes du secteur [l?iPhone 5 d?Apple et le Galaxy SIII de Samsung, NDLR] : nous sommes les premiers à proposer le chargement sans fil par induction, il est compatible avec toutes les fréquences 4G en France et avec la technologie sans contact «NFC», son écran tactile très sensible marche même avec des gants. Et nous lancerons à la fin du mois le Lumia 820, moins cher (499 euros hors subvention).

Pensez-vous réussir votre come-back avec ces deux produits ?
Les premiers Lumia 920 vendus chez The Phone House sont partis en quelques jours, plus vite que prévu: ce sont des fans de Nokia qui se sont rués à la sortie. Nous savons que ce n?est pas gagné, qu?il y a encore beaucoup de travail, que la reconquête ne se fera pas du jour au lendemain mais progressivement. Nous n?allons pas chasser auprès des «geeks» ni des personnes ayant une affection particulière pour une marque, comme Apple. Un tiers des Français connaissent la marque Lumia. Nous allons aussi diffuser des spots montrant des vrais fans recrutés sur Facebook et qui ne sont pas payés. Un des atouts est notre base installée, la force de notre marque, son aspect émotionnel, car pour beaucoup de gens, leur tout premier téléphone était un Nokia. L?important pour nous est de pouvoir enchanter les clients. A nous de les convaincre que nous avons de super produits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2013 à 9:58 :
Que des pleurnicheurs ici en somme...le 920 est une merveille
a écrit le 11/01/2013 à 12:32 :
j attend un Nokia sous ubuntu mobile Snif
a écrit le 14/11/2012 à 12:18 :
Nokia doit abandonner Windows comme OS, et relancer Maemo ou Meego, ou envisager utiliser Boot2Gecko ou Tizen. Tout sauf Windows ! Il est hors de question que j'achète un téléphone Windows. J'attends despérérement la sortie de nouveaux téléphones qui ne soient ni nous iOs ni sous Android, et qui soient un Nokia avec un clavier - le N9 n'en avait malheureusement pas. Il faut virer Elop et Windows !
a écrit le 13/11/2012 à 22:37 :
Trop cher ... A ce prix je prends un Samsung, étant allergique à Apple (et à l'exploitation déguelasse des chinois de chez Foxcom).
Réponse de le 14/11/2012 à 8:37 :
Argument non recevable.
Foxconn travaille aussi pour Samsung et .....

Acer Inc. (Taiwan)
Amazon.com (United States)
Apple Inc. (United States)
Cisco (United States)
Dell (United States)
Hewlett-Packard (United States)
Intel (United States)
Microsoft (United States)
Motorola Mobility (United States)
Nintendo (Japan)
Nokia (Finland)
Samsung Electronics (South Korea)
Sony (Japan)
Toshiba (Japan)
Vizio (United States)
a écrit le 13/11/2012 à 21:52 :
@pana: l'erreur est celle des actionnaires (la minorité américaine a, semble-t-il, réussi à embobiner la majorité européenne) qui ont choisi un responsable MS pour prendre la tête du groupe dans un accord qui fait de Nokia la division mobile de MS.
Des gestionnaires compétents auraient aussi pu développer Meego qui enchanté tant les spécialistes que les utilisateurs avertis, et qui peut être mis dans toutes les mains tellement son interface est réussi, cohérente et intuitive.
Le discours de SElop à propos de la plateforme en feu est du vent: Meego est sorti avant les WP7, il était utilisable sur un nombre de plateformes matérielles plus importantes et il pouvait monter en puissance et s'élargir en gamme sans aucun problème. Sans aucune publicité, le N9 s'est plus vendu que les WP7 pendant les 8 mois pendant lesquels ils étaient en vente ensemble!
Réponse de le 14/11/2012 à 10:30 :
Je ne suis pas sûr effectivement que Windows Phone était le bon choix. Nokia ressemble maintenant à la divison Mobile Phone de MS !!! Je ne peux pas croire qu'ils ne pouvaient pas développer un OS tous seuls... Adopter MS Windows Phone = vendre son âme au diable. Quel dommage !
a écrit le 13/11/2012 à 20:39 :
Encore une grave erreur de Nokia, s'acharner avec des Smartphones sous Windows alors que des gestionnaires compétents auraient du choisir Android. M Thierry Amarger n'a rien compris.
Réponse de le 14/11/2012 à 7:55 :
Les ingénieurs, développeurs, analystes, cadres sup de microsoft et nokia n'ont rien compris... Mais vous, tous seul, vous avez tout compris !
Réponse de le 14/11/2012 à 8:35 :
essaye un Windows phone, pana ! Encore mieux, essaie wp8.
Réponse de le 14/11/2012 à 9:49 :
Je ne penses pas que ce soir une erreur, au contraire.
Le marché Android est saturé de terminaux en tous genre, du très bas de gamme au très haut de gamme...il est désormais très dur aujourd'hui de se diférencier sur ce marché là.

Au contraire, le nombre de terminaux sur Windows phone est volontairement restreint (HTC, Nokia et bientôt Samsung ) afin de mettre ces terminaux en valeur..

Et pour avoir acheter le Lumia 920 chez The Phone House il y a quelques jours, je peux vous dire que c'est un rafraichissement qu'on attendait plus, l'expérience utilisateurs, on l'aime ou on l'aime pas, mais ils ont osés vraiment changer et innové et ca fait du bien depuis 2007 où l'on ne voyait que des imitation de l'OS d'apple (le système de petites icones carré, je ne parle pas des designs etc..)

J'espère que Windows Phone va marcher car c'est vraiment agréable à utiliser et ca ne pourra que pousser les autres à innover et proposer de plus en plus de nouveauté (un peu comme android avec ses galaxy Note dont j'ai aprécier la prise de risque!!)

Réponse de le 10/01/2013 à 18:48 :
Totalement d'accord avec vous Alexis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :