Stéphane Richard, PDG de France Télécom, « fait très bien son travail. » C'est Fleur Pellerin qui le dit

 |   |  452  mots
Stéphane Richard, le PDG de France Télécom, lors de son show innovation la semaine dernière. Copyright Reuters
Stéphane Richard, le PDG de France Télécom, lors de son "show innovation" la semaine dernière. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Interrogée sur la rumeur d'une arrivée d'Anne Lauvergeon à la tête de l'opérateur, la ministre déléguée à l'Economie numérique assure que le gouvernement n'a rien à reprocher au PDG.

Anne Lauvergeon bientôt chez EDF ou chez France Télécom ? La rumeur a circulé depuis quelques semaines. Si l'on savait que Henri Proglio n'était pas très en cour à l'Elysée ni à Matignon, rien ne laissait penser jusqu'ici que Stéphane Richard était sur la sellette. « C'est faux, c'est de l'agitprop » dément un haut fonctionnaire à Bercy. « Cela ne m'étonne pas que son nom circule : Anne Lauvergeon est une femme extrêmement talentueuse, qui connaît très bien les questions industrielles» confie à La Tribune Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique. Mais une autre rumeur est apparue la semaine dernière, sur une possible dépréciation de la valeur de la participation du FSI dans France Télécom, pour 1 milliard d'euros selon la « Lettre de l'Expansion. » L'Etat détient encore 26,9% du capital de l'opérateur privatisé, dont 13,7% via le Fonds stratégique d'investissement.

« La France a besoin d'une opérateur historique fort et pacifié »
« Il y a une mise à plat des participations du portefeuille du FSI dans le cadre du projet de loi sur la BPI » relativise une source proche du FSI. Un cours très bas, en repli de près de 35% depuis janvier, la plus forte chute du CAC 40 qui a de son côté progressé de 11%, un dividende qui sera réduit de 40% cette année, l'Etat actionnaire a quelques raisons de mécontentements. Pour autant, « nous n'avons rien à reprocher à Stéphane Richard, qui fait très bien son travail » répond la ministre. « A l'heure où la France est engagée dans de grands chantiers structurants comme le très haut débit et la 4G, nous avons besoin d'un opérateur historique fort et pacifié. » Autrement dit, le gouvernement considère que ce n'est pas forcément le moment de déstabiliser l'opérateur qui investit le plus dans la fibre optique, à l'heure où le secteur est bousculé depuis l'arrivée de Free Mobile et où deux de ses concurrents mettent en ?uvre des plans de départs volontaires... Or le PDG de France Télécom est précisément crédité d'une réelle amélioration du climat social après la « crise des suicides » qui a coûté son poste à son prédécesseur Didier Lombard. Le mandat de Stéphane Richard n'arrive d'ailleurs à échéance qu'en juin 2014. Mais on se souvient qu'il avait été bombardé lui-même du cabinet de Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie, chez France Télécom en 2009, pour préparer la succession du PDG deux ans avant son départ officiel. Il a été nommé directeur général le 1er mars 2010 puis PDG en février 2011.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2012 à 16:55 :
Ah sûr qu'il est bien! il fait pas de bruit dans le médias: aucune critique!... et aucune stratégie pour la boite! car quelqu'un a déja entendu ce monsieur dire ce qu'il voulait faire de FT/Orange?? il est pour s'assurer qu'il y a du papier dans les chiottes et de quoi bouffer dans les cantines!! les gogos peuvent dormir tranquilles.
a écrit le 29/11/2012 à 10:05 :
A ma droite, Stéphane Richard, 51 ans, Hec, Ena, Inspecteur des finances, multimillionnaire, ancien Président du Conseil de Surveillance de Nexity, ancien directeur de cabinet de la Ministre de l'Economie et des Finances, actuel PDG de France Telecom

A ma gauche, Fleur Pellerin, 39 ans, Essec, Sc-Po Paris, Ena, Conseiller à la cour des comptes, n' a apparement jamais travaillé, sauf entre 2008 et 2009 au cabinet Tilder, qui fait du conseil en communication ....


Réponse de le 29/11/2012 à 18:31 :
Il est clair qu'en matière de Travail, notre petite Fleur nationale n'a absolument aucun échantillon sur elle...
a écrit le 29/11/2012 à 8:35 :
Ah! si un ministre l'a dit et à fortiori l'inuile Fleur tout est possible la parole des politiques n'engage.......Surtout en politique la parole est des plus volatile et sans valeur, les exemples foisonnent. Ne pas oublier que ce Monsieur est là grace à son ancienne ministre celle qui n' jamis su donner un bon chiffre mais qui sachant bien nager à une place au soleil et oui la politique n'est rien sauf une vie de nabab aux frais des citoyens.
a écrit le 29/11/2012 à 4:28 :
c'est effectivement un brillant patron qui a poursuivi la suppression de milliers d'emploi, qui a une créativité marketing débordante ( il a inventé la freebox ?) . Dans le journal le monde, le reportage réalise sur la présentation de sa nouvelle freebox, indique que ce produit vise a enfermer les clients dans l'univers orange et a se passer des services innovants crées par les géants du net ( eux ils sont inventifs, et ne sont victimes que de leur succès et du choix des clients) . Le rêve du client captif ( par les services et un monopole réseau reconstitué à travers de la fibre optique) et la résurrection du monopole du minitel comme source de cash flow , quelle stratégie brillante !!!!! Comment peut on proférer de telles sornettes. Ce monsieur fait parti de la cohorte credit lyonnais, edf, renault, peugeot, vivendi, tous ces champions français qui ont fait et font tant de bien a ce pays, son économie, ses citoyens.....Quelle pitié! Dire que nos gouvernants n'ont toujours pas compris que la richesse de l'économie ce sont les PMEs, pas les oligopoles au comportement de douaniers!!!!
a écrit le 28/11/2012 à 22:13 :
Dette 1800 milliards, participations de l'état dans les sociétés françaises:65 milliards..et non, on ne rêve pas...avons-nous encore besoin de ministres?
a écrit le 28/11/2012 à 21:36 :
en clair, cela veut dire qu'il a renouvelé son adhésion au PS et réitéré son allégeance au patron dudit PS :-)
a écrit le 28/11/2012 à 21:10 :
pas de mal a faire mieux que les fainéants charges de maintenir le lamentable resaux en campagne ...seul les sous traitants assument
Réponse de le 28/11/2012 à 21:46 :
eh ducon les francais veulent payer de moins dn moins avoir le nec pljs ultra ft devrait affeter d investir dans les campagnes ou alors a vow frais


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :