Téléphonie mobile : Fleur Pellerin prône la mutualisation des réseaux, mais pas la concentration

 |   |  346  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
D'après Fleur Pellerin, le marché de la téléphonie mobile doit rester un marché à quatre acteurs, estimant qu'un rapprochement entre deux acteurs serait "un constat d'échec". Elle invite les opérateurs à partager davantage leurs réseaux.

Fleur Pellerin tire à nouveau, dans Les Echos, un bilan positif de l'arrivée de Free Mobile, qui fait néanmoins débat chez certains économistes. La semaine dernière déjà, elle avait déclaré au Figaro que l'arrivée de Free "était une bonne chose en soit". En réalité, elle semble surtout défendre l'idée d'un marché à quatre opérateurs mobiles. "Notre analyse est qu'il y a de la place pour quatre opérateurs mobiles. Le gouvernement souhaite que le marché trouve son équilibre à quatre acteurs", a-t-elle expliqué dans cette interview. D'après Fleur Pellerin, un rapprochement entre deux opérateurs serait "un constat d'échec, avec de lourdes conséquences sur l'emploi". En octobre dernier, des spéculations avaient tourné autour d'un mariage entre Free Mobile et SFR.

La ministre a estimé que l'arrivée de Free Mobile, si elle a été vertueuse pour les consommateurs, a été plus compliquée pour les opérateurs déjà installés. "Le précédent gouvernement aurait dû davantage anticiper", a-t-elle estimé.

Free Mobile est en retard, mais n'enfreint pas ses obligations

Alors que le déploiement du réseau de Free Mobile suscite des interrogations - celui-ci aurait des difficultés à trouver des sites en zone urbaine - Fleur Pellerin recommande aux opérateurs d'engager des pourparlers pour partager leurs réseaux. Free Mobile n'aura, en effet, installé que 1779 bornes fin 2012, contre les 2500 prévues par sa direction. Ce retard n'est pas lié à sa licence qui l'oblige à couvrir 75% de la population au plus tard en janvier 2015. En décembre dernier, l'Arcep avait déclaré que le réseau Free Mobile couvrait 37% de la population.

Pour Fleur Pellerin, la question du déploiement se pose d'autant plus que les opérateurs investissent actuellement dans la technologie 4G et rencontrent également des difficultés à obtenir des permis ou sont en prises avec des associations de riverains. "La mutualisation des réseaux et des partenariats peuvent être envisagés, comme cela se fait de plus en plus à l'étranger", conseille la ministre déléguée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2013 à 14:59 :
La multiplication des opérateurs est un vrai danger avec la multiplication des antennes.Il faut vite revenir aux situations de monopoles qui donnaient de bons résultats dans notre pays.(EDF,GDF,La Poste,La SNCF,etc.....) du temps des PTT poste et téléphone marchaient bien mieux qu'aujourd'hui.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:23 :
Je plussoie !
a écrit le 15/01/2013 à 14:55 :
Completement à coté de la plaque la ministre !!Un seul opérateur serait suffisant et nettement plus performant avec un encadrement des prix.La multiplication des opérateurs incite au gaspillage et à la sous performance.On le voit avec EDF et GDF et bientot avec la SNCF !!!
a écrit le 14/01/2013 à 17:48 :
"Le précédent gouvernement aurait dû davantage anticiper", ... Le gouvernement n'avait pas à faire le travail des trois gros acteurs du marché. Quand on voit le temps qu'ils ont mis à réagir, ils se sont arc boutés sur leurs rentes autant que possible. Si l'un d'eux avait été intelligent, il n'aurait pas attendu les tarifs de Free pour lancer de nouvelles offres à bas prix.
a écrit le 14/01/2013 à 13:08 :
Sans doute la solution est-elle similaire à celle du chemin de fer d'il y a quelques années: donc ici casser Orange en deux pour créer une société autonome de gestion du réseau physique.
Réponse de le 14/01/2013 à 14:00 :
L'Etat gagnerait fortement a troquer ses 27% dans l'ex société publique contre 51% d'un GIE avec les Opérateurs, dans lequel le réseau physique de FT serait versé. Les 2 milliards d'euros annuels du dégroupage financerait largement l'évolution vers la fibre. de plus, cela permettrait d'intégrer a cette structure (éventuellement régionalisée) nombre des fonctionnaires encore dans Orange qui n'ont rien a y faire, s'agissant d'une société commerciale en concurrence...
Pour le réseau Mobile, les Opérateurs ont l'air de s'y mettre d'eux même sous la pression économique, et a terme on n'en aura probablement plus que deux.
Réponse de le 14/01/2013 à 14:18 :
La séparation du réseau cuivre dans une entité indépendante d'Orange était la meilleure solution pour permettre aux opérateurs alternatifs d'être plus compétitifs sans faire le coucou comme Free qui a fait son nid sur les antennes de FT !
Réponse de le 14/01/2013 à 15:23 :
Et c'est encore largement faisable, si on le décide maintenant... Mais trop de gens ont des petits intérêts a ce que cela ne se fasse pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :