SpaceX lance avec succès son deuxième satellite Thaicom

La société américaine a lancé lundi avec succès son deuxième satellite de communication en moins d'un mois. Elle espère ainsi jouer un rôle clé sur ce marché en offrant des prix très compétitifs.

2 mn

La fusée à deux étages Falcon 9 s'est arrachée de son pas de tir de Cap Canaveral en Floride à 23h06, heure française, transportant le satellite Thaicom 6 de l'opérateur asiatique qui s'est séparé du second étage du lanceur trente minutes plus tard.
La fusée à deux étages Falcon 9 s'est arrachée de son pas de tir de Cap Canaveral en Floride à 23h06, heure française, transportant le satellite Thaicom 6 de l'opérateur asiatique qui s'est séparé du second étage du lanceur trente minutes plus tard. (Crédits : reuters.com)

Et de deux. La société américaine Space Exploration Technologies (SpaceX) a lancé lundi avec succès son deuxième satellite de communication en moins d'un mois. La fusée à deux étages Falcon 9 s'est arrachée de son pas de tir de Cap Canaveral en Floride à 23h06, heure française, transportant le satellite Thaicom 6 de l'opérateur asiatique qui s'est séparé du second étage du lanceur trente minutes plus tard.

Thaicom 6, qui appartient à la société Thaicom Plc, fournira des services de communication et de télévision en Asie du sud-est et dans certaines parties de l'Afrique

Premier satellite lancé le 3 décembre

Plus d'une heure après le décollage, SpaceX a confirmé sur Twitter la mise sur une orbite elliptique "parfaite" du satellite, dont l'altitude varie de 300 à 90.000 kilomètres. Le satellite de trois tonnes se placera ensuite avec son propre moyen de propulsion sur une orbite géostationnaire à 36.000 km au-dessus de la Terre.

Pour rappel, le 3 décembre, SpaceX avait lancé son premier satellite de télécommunications. Il s'agissait du SES-8 du groupe luxembourgeois SES, deuxième opérateur mondial de satellites, qui avait jusqu'alors recouru exclusivement aux services des fusées européenne Ariane et russe Proton, plus chères.

Un 3e succès nécessaire pour candidater auprès du Pentagone

Avec ce deuxième succès, SpaceX semble en passe de jouer les trouble-fête sur ce marché évalué à 190 milliards de dollars. Par ailleurs, son carnet de commandes se monte désormais à quatre milliards de dollars pour 50 lancements, dont 75% de satellites commerciaux.

Il faut dire que ce deuxième lancement réussi est aussi important pour que SpaceX puisse être considérée comme un candidat sérieux par le Pentagone pour lancer de gros satellites militaires aujourd'hui réservés à United Launch Alliance, une société conjointe de Lockheed Martin et de Boeing. Reste qu'il faut au moins trois lancements réussis pour que le Pentagone puisse certifier le lanceur.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 08/01/2014 à 0:28
Signaler
Ils semblent donc moins cher. Pour autant est-ce seulement dû à une gestion rigoureuse ou bien profite-il d'un partenariat très avancé avec la NASA tant sur le plan du développement que sur le plan financier ? La NASA pourrait alors prendre une parti...

à écrit le 08/01/2014 à 0:10
Signaler
Ils semblent donc moins cher. Pour autant est-ce seulement dû à une gestion rigoureuse ou bien profite-il d'un partenariat très avancé avec la NASA tant sur le plan du développement que sur le plan financier ? La NASA pourrait alors prendre une parti...

à écrit le 07/01/2014 à 19:27
Signaler
Bravo a SpaceX , les USA rebondiront tjrs et plus vite que nous....

à écrit le 07/01/2014 à 11:35
Signaler
Space X est une toute petite entreprise qui est très loin de la qualité et de la force commerciale d'Ariane qui reste le premier lanceur mondial en terme de CA et en nombre de lancement. Technologiquement aucun rapport également. Néanmoins Space X e...

le 07/01/2014 à 12:40
Signaler
SpaceX est surtout un gestionnaire hors paire. En fait on peut dire que cette société fait très fort. Face à la lourdeur Européenne SpaceX est un Ariane Killer... CQFD Par contre une chose est sûr ce que SpaceX à fait un autre pure player europ...

à écrit le 07/01/2014 à 11:10
Signaler
Heureusement ,nous avons un ministere du redressement productif qui va redresser tout cela pour une meilleure competitivite.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.