Une fusion Bouygues-SFR aboutira-t-elle à des hausses de prix ?

Deux associations de consommateurs l'UFC Que choisir et CLCV redoutent qu'un marché avec trois opérateurs téléphoniques au lieu de quatre n'ait pour conséquence des hausses de tarifs voire une baisse de qualité de service.
Bouygues et Numericable sont tous deux sur les rangs pour acheter SFR à Vivendi.
Bouygues et Numericable sont tous deux sur les rangs pour acheter SFR à Vivendi. (Crédits : reuters.com)

Une moindre concurrence fera-t-elle flamber les prix dans les télécoms? La perspective d'un rachat de SFR par Bouygues inquiète des associations de consommateurs. L'opérateur a déposé une offre en ce sens et signé un accord avec Free pour lui céder ses antennes afin de se donner toutes les chances de la voir valider par l'Autorité de la concurrence

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a de son côté, appelé de ses vœux un tel mariage, considérant qu'il valait mieux un marché avec trois acteurs au lieu de quatre dans un contexte de forte concurrence mondiale. 

Le précédent autrichien

Si Bouygues Télécom parvient à ses fin, le marché serait donc contrôlé par trois opérateurs ( l'entité née de cette fusion, Orange, Free). Une éventualité qui "inquiète" l'UFC Que choisir. Son président, Alain Bazot, contacté par l'AFP explique:

"On peut avoir la crainte que les prix n'augmentent, ce n'est pas une hypothèse farfelue c'est ce qu'ont connu les Autrichiens" quand leur marché est passé de 4 à 3 opérateurs. 

Des opérateurs condamnés

Il a en outre souligné que "les clients en France ont beaucoup souffert de l'existence d'un cartel de trois opérateurs, qui avait réalisé une entente illicite" que l'UFC avait appelé à condamner. La "guerre des prix" n'a débuté qu'en 2012 avec l'arrivée de Free. 

Même son de cloche à la  CLCV. Son délégué général François Carlier, a estimé auprès de BFM TV que cette recomposition du secteur représentait

 "une solution risquée car avant il y avait trois opérateurs (...) ils ont été condamnés pour entente sur les prix, les prix étaient trop élevés. Et l'issue, cela a été une 4è licence qui a permis de faire baisser les prix (...) Si on revient à trois opérateurs, on risque d'avoir de l'entente, on risque d'avoir des prises de marge et une tarification trop élevée".

"Machines à cash"

De son côté, le ministre de la Consommation, Benoît Hamon a dit souhaiter que les conditions de rachat de SFR garantissent le maintien de "tarifs attractifs" pour les consommateurs. Il a affirmé qu'avant l'arrivée du 4e opérateur, les branches téléphonie mobile étaient "de véritables machines à cash pour leurs maisons-mères sans que les bénéfices dégagés n'aillent forcément à l'investissement", selon des propos rapportés par l'AFP.

Moindre qualité de service?

Autre effet redouté de la part de l'UFC: une baisse de la qualité de service si les réseaux de SFR sont absorbés par ceux de Bouygues. Or, rachat ou pas, les deux opérateurs ont déjà prévu de mutualiser leurs réseaux mobiles. on peut se demander "quelle est la capacité d'absorption de ce réseau, il y a une question de mise en oeuvre et donc de qualité de service", a lancé Alain Bazot. 

>> SFR et Bouygues scellent leur partage de réseau mobile

Quoi qu'il en soit, l'UFC a l'intention de demander une révision des conditions d'accès des opérateurs sans réseaux propres (MVNO), comme Virgin Mobile ou La Poste Mobile, au marché de gros. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 15/03/2014 à 16:34
Signaler
à la lumière de ce qui découle , je suis totalement pour cette nouvelle stratégie .Il est vrai qu'avec 3 opérateurs la concurrence peut devenir moindre , mais le problème d'une " entente illicite " ou de "la hausse des prix " évoqué par les associati...

à écrit le 15/03/2014 à 16:26
Signaler
à la lumière de ce qui découle , je suis totalement pour cette nouvelle stratégie .Il est vrai qu'avec 3 opérateurs la concurrence peut devenir moindre , mais le problème d'une " entente illicite " ou de "la hausse des prix " évoqué par les associati...

à écrit le 11/03/2014 à 0:11
Signaler
Tout cela sera masqué par par la 5G et cie, avec obligation de fait.

à écrit le 10/03/2014 à 21:11
Signaler
Moi , je ne l'utilise jamais. Mais vraiment. C'est devenu d'un plouk !!!

à écrit le 10/03/2014 à 21:10
Signaler
Je ne sais pas , c'est ma société qui me fournit mon portable. Je ne l'utilise d'ailleurs jamais. Sauf en présence de ma mère , ça me donne une excuse pour m'éclipser , et puis , ça fait " Dirigeant " , surtout. ça la rassure... :-)

à écrit le 10/03/2014 à 14:32
Signaler
que choisir ne comprend rien, les fusions qui s’opèrent partout permettent d'avoir les économies d'échelle pour baisser les coûts. Quand à la dynamique concurrentielle, elle n'est pas due au nombre de concurrents : faut il créer 4 constructeurs d'avi...

le 10/03/2014 à 20:49
Signaler
"que choisir" ne comprend rien vous dites mais ...de quel côté êtes vous ?Peut-être actionnaire ? D'un point de vue strictement économique,la création d'un géant de la téléphonie a quelque chose de séduisant car en position quasiment hégémonique face...

à écrit le 10/03/2014 à 14:27
Signaler
le problème : on n'est pas dans un secteur concurrentiel mais administré et faussé par un régulateur qui continue de répartir les parts de marchés de façon mécanique, règles de distorsion concurrentielle : obligation à l'OH de louer ses supports hist...

à écrit le 10/03/2014 à 13:17
Signaler
Montebourg l'improductif avec l'invention de son ministère du redressement de rien...tente d' instauré l'économie dirigée ....c'est pas vraiment une garantie , que la concurrence s'exerce normalement dans ce marché ...

à écrit le 10/03/2014 à 12:10
Signaler
Le pire aurait été que Free soit vendu à l'un des 3 autres, qui on le sait, puisqu'ils ont été condamnés pour cela, savaient s'entendre sur le dos des consommateurs. Le big bang annoncé par M. Montebourg et Hamon après l'arrivée de Free n'a pas eut...

à écrit le 10/03/2014 à 11:37
Signaler
On est dans un grand exercice de style. Prétendre qu'on ne touchera pas a la masse salariale, et annoncer des synergies de plus d'une dizaine de milliards, sachant que la vente du réseau a Free ne rapporterait que 1,8 Milliards... Donc soit les prix ...

à écrit le 10/03/2014 à 11:33
Signaler
c'est un vrai risque, d'autant que Montebourg semble encourager la hausse des tarifs.

à écrit le 10/03/2014 à 9:00
Signaler
j'espère que bouygues augmentera ses tarifs, ainsi free multipliera ses clients et baissera ses prix.

à écrit le 10/03/2014 à 8:35
Signaler
Ce qu'il nous faut, c'est un bon service à un prix décent. Si Free y arrive, tant mieux.

à écrit le 10/03/2014 à 8:18
Signaler
C'est en tous cas ce que veulent nous faire croire les lobbyistes à la manoeuvre pour tuer le projet. Free a sauver le pouvoir d'achat des familles françaises et ce nouveau regroupement va pérenniser les baisses de prix.

le 10/03/2014 à 11:18
Signaler
sauver le pouvoir d'achat des français rien qu'en baissant les tarifs du téléphone mobile !!!! faudrait quand même pas pousser . il suffirait alors d'avoir la gratuité et on serait les rois du pétrole

le 10/03/2014 à 15:14
Signaler
D'accord, dans le fixe Free a bousculé la concurrence avec son forfait à 30 euros il y a de nombreuses années. Mais aujourd'hui le forfait Freebox est pratiquement à 40 euros : les clients sont redevenus des vaches à lait. Ce sera la même chose da...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.