Dix suicides chez Orange depuis janvier

 |  | 656 mots
Ce qui nous interpelle, c'est qu'il y en ait eu dix en moins de trois mois contre environ un par mois les deux années précédentes, s'est inquiété Patrick Ackerman du syndicat Sud. (Photo : Reuters)
"Ce qui nous interpelle, c'est qu'il y en ait eu dix en moins de trois mois contre environ un par mois les deux années précédentes", s'est inquiété Patrick Ackerman du syndicat Sud. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Dix salariés d'Orange (ex-France Télécom) se sont suicidés depuis le début de l'année, soit presque autant qu'au cours de toute l'année 2013, a annoncé mardi l'Observatoire du stress et des mobilités forcées.

Cela va mal chez Orange. Mardi, l'Observatoire du stress et des mobilités forcées a alerté sur une vague de suicides dans les effectifs de l'opérateur télécoms bien au delà de la normale.

Selon l'organisme, créé par des syndicats de la société lorsqu'elle s'appelait encore France Télécom, peu avant la vague de suicide de 2008/2009, dix salariés ont mis fin à leurs jours depuis le mois de janvier. La majorité "ont une relation explicite au travail", explique l'Observatoire.

"Des facteurs structurels de la crise de 2007 2009"

Pour l'ensemble de l'année 2013, 11 suicides avaient été recensés au sein du groupe, a indiqué mardi un membre de l'Observatoire à l'AFP, évoquant une accélération "tout à fait étonnante", même s'il y a souvent plus de suicides en début d'année et après les fêtes.

L'Observatoire, dont les données ont d'abord été publiées par Mediapart, rapporte que le climat social avait été "apaisé" au sein de l'entreprise qui emploie environ 100.000 personnes. Cet apaisement avait notamment été obtenu grâce au "contrat social" lancé après la crise en septembre 2010, qui prévoyait 10.000 recrutements.

Mais, dit l'Observatoire, "on retrouve dans l'entreprise d'aujourd'hui les facteurs structurels de la crise 2007-2009, dont l'une des manifestations, la plus grave, est la remontée rapide des suicides".

Les syndicats avaient déjà émis une alerte

Les syndicats du groupe avaient déjà émis à l'unanimité un droit d'alerte le 18 février dans le cadre de cette instance, "concernant la mise en danger de la santé et la sécurité des salariés".

"En l'espace d'un an la situation s'est dégradée", prévenaient-ils alors, évoquant notamment les "suppressions d'emplois programmées sur plusieurs années et l'insuffisance de recrutements" et soulignant, sans les chiffrer, que "la recrudescence de suicides survenus depuis le 1er janvier 2014 nous interpellent tous".

Dans un contexte très concurrentiel pour l'ensemble du secteur télécoms, Orange table sur 30.000 départs naturels d'ici à 2020, qui ne seront que partiellement remplacés. Pour l'Observatoire du stress, "cette décrue de l'effectif n'a pas d'équivalent dans les grandes entreprises françaises depuis deux décennies" et accroît la charge de travail pour ceux qui restent.

Orange rappelé "à la vigilance"

Sollicitée par l'AFP, la direction d'Orange a reconnu avoir connu "depuis le début de l'année plusieurs suicides".

"Chacun de ces actes est par nature singulier et renvoie à des contextes différents. Néanmoins, ces situations nous rappellent à la vigilance", a dit l'entreprise.

Elle souligne que le médiateur du groupe, Jean-François Colin, rencontrera vendredi les représentants du personnel au Comité national d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CNSHSCT) "pour échanger avec eux sur les dispositifs de prévention des conduites à risques", ce qui "permettra le cas échéant de renforcer ou compléter ces dispositifs".

Trois fois plus que la moyenne

Sollicité par l'AFP, Patrick Ackermann (SUD) a confirmé les chiffres de l'Observatoire. Prudent sur les causes des drames qui dans certains cas étaient clairement liés à "des questions individuelles", il souligne toutefois : "ce qui nous interpelle, c'est qu'il y en ait eu dix en moins de trois mois contre environ un par mois les deux années précédentes". Soit trois fois plus que la moyenne.

Le syndicaliste évoque "un pic très problématique" et indique que son syndicat souhaite "une intervention externe pour enquêter sur l'ensemble de ces cas et en tirer des mesures d'urgence".

Christian Mathorel (CGT) a souligné de son côté que le premier syndicat chez Orange se refusait à comptabiliser les drames. Mais, a-t-il relevé, "oui, bien sûr, la situation est en train de dégénérer à nouveau". Il a souligné que le dernier droit d'alerte lancé dans l'entreprise remontait à 2008, lançant en gage d'avertissement :

"On ne nous a pas écoutés. Un an plus tard, on était au fond du trou."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 8:00 :
et combien chez les agriculteurs policiers etc etc.... Marre de pleurer sur les pauvres employes Orange...ils ont ete tellement dans un cocon depuis des decennies qu ils decouvrent la vie.... 45% de privilegies et super privilegies....et les autres
a écrit le 19/03/2014 à 20:33 :
il y a plus chez les patron et ce ne derange personne sur tout pas l' etat et la medecine du travail et pourtant ce sont des salaries aussi
a écrit le 19/03/2014 à 19:50 :
Un suicide sur lieu de travail est un problème de conditions de travail... c'est un problème de valeurs de société. C'est la question de la pression au travail. Veut-on que les gens se suicident? De la même manière on compte 33% de femmes qui seraient battues... Dans l'administration, c'est l'Etat qui est responsable: c'est une persécution sur le corps social.
Réponse de le 20/03/2014 à 8:03 :
Non des gens qui ont vecu comme des poulets en batterie pendant des decennies...et ils decouvrent la vraie vie...sachant que le taux de suicide est + eleve chez les agriculteurs policiers etc....
a écrit le 19/03/2014 à 14:19 :
Non ce n'est pas la même cause qu'en 2008, en 2008 il y avait une vrai volonté de nuire, de détruire des vies. Aujourd'hui ce que nous voyons c'est que la société que nous avons construit jour après jour, a été dépecée de ses meilleurs morceaux (Filiales en Argentine, au Mexique, en Suisse, Eutelsat, Solocal et même Numéricable!) et que les dirigeant d'aujourd'hui sont des idiots qui vont faire disparaitre l'entreprise à trèe court terme (d'ici 6 ans) et les cadres "dirigeants" une bande d'incapables qui s'empresseront de se recaser ailleurs, sans parler du fait que certains d'entre eux cumulent déjà emploi et retraite.
a écrit le 19/03/2014 à 14:04 :
Cet article et les commentaires sont très pertinents...
http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140314trib000820013/climat-social-la-lassitude-des-salaries-face-a-la-crise-pese-sur-la-competitivite.html
a écrit le 19/03/2014 à 12:35 :
Voici quelques taux de suicide en France par secteur pour 100.000 personnes: agriculteurs = 32; action sociale = 34,3; administration publique = 29,8; construction = 27,3 ... professions libérales = 8. Le taux chez Orange en 2013 est donc très inférieur à beaucoup secteurs. On observerait donc une sorte de retour aux taux "standards".
Il y a quand même une bonne nouvelle : l'INSEE constate une baisse généralisée sur les 20 dernières années une baisse de 20%. Il faut continuer à travailler pour réduire ces drames, mais relativiser la situation d'Orange qui est moins grave que dans d'autres secteurs.
Réponse de le 19/03/2014 à 15:06 :
Vous auriez pu travailler dans l'armée française durante la guerre de 14/18. "Le nombre de PERTES auquel on a droit n'est pas atteint, continons le combat jusqu'aux prochaines ! Il n' y a pas de honte à agir comme nous le faisons, car on est dans les standards ".
Réponse de le 20/03/2014 à 15:12 :
Vous n'avez rien compris : il y a des situation plus urgentes à traiter dans d'autres entreprises, mais dont on en parle pas, en particulier en PME. Quant à Orange, il y a eu de la manipulation médiatique car faire la une sur Orange cela fait vendre de la pub sur les médias. Triste réalité.
Si vous aviez travaillé avec France Telecom, vous sauriez que ce qui est "grave", c'est que la DG a demandé à ce que les personnels soit conscients de leur improductivité. FT avait l'habitude de dépenser sans compter. Pas d'être productif.
a écrit le 19/03/2014 à 12:34 :
Voici quelques taux de suicide en France par secteur pour 100.000 personnes: agriculteurs = 32; action sociale = 34,3; administration publique = 29,8; construction = 27,3 ... professions libérales = 8. Le taux chez Orange en 2013 est donc très inférieur à beaucoup secteurs. On observerait donc une sorte de retour aux taux "standards".
Il y a quand même une bonne nouvelle : l'INSEE constate une baisse généralisée sur les 20 dernières années une baisse de 20%. Il faut continuer à travailler pour réduire ces drames, mais relativiser la situation d'Orange qui est moins grave que dans d'autres secteurs.
a écrit le 19/03/2014 à 12:25 :
Savez vous qu'environ 400 agriculteurs se suicident chaque année en France ?
Et pourtant, personne n'en parle. Deux poids, deux mesures, comme d'habitude. Cordialement.
Réponse de le 19/03/2014 à 15:35 :
Ils sont beaucoup plus nombreux au bar à se suicider collectivement...
Réponse de le 19/03/2014 à 19:17 :
et ça vous fait rire cette sorte de fausse affirmation? !
a écrit le 19/03/2014 à 11:37 :
Notre management est a vomir, une grande parti pourrait être poursuivi en justice
Réponse de le 19/03/2014 à 14:09 :
Tout à fait de votre avis !!
a écrit le 19/03/2014 à 10:53 :
les syndicats ont été calmés et n'ont pas réagit aux annonces de fusions internes en fin d'année. "Rapprochements" et non "fusions" fallait-il dire. Bien tenté !!
a écrit le 19/03/2014 à 10:50 :
les suicides reprennent en même temps que les réorganisations internes. Seront-elles stoppées ?, ou pas ?
a écrit le 19/03/2014 à 10:14 :
Et, ce n'est hélas pas fini! on ne trouve à présent dans le travail actuel, que mépris de l'humain, stress immense, et du coup désinteressement...pour d'autres, à bout, celui ci empoisonne littéralement leur vie, ils préfèrent en finir...IL serait grand temps de faire quelque chose, très vite, on a jamais vu cela par le passé! mais l'époque actuelle bien plus préoccupée par le rendement, le fric etc, ce n'est pas prête de changer, malheureusement !!
Réponse de le 19/03/2014 à 10:55 :
OUi, ça ne peut pas changer, parce que on ne le veut pas. Autrefois, l'esclavage était-il si différent ? Ne dit-on pas que l'esclavage est indispensable pour les producteurs d' une offre vendable et donc profitable à la croissance ? L'article banalise le fait,
par son appréciation statistique d'une performance au dessus de la moyenne, ou, pire, de la normale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :