Affaire Tapie : Stéphane Richard, le PDG d’Orange, sera fixé mercredi sur son avenir

La justice se prononcera ce mercredi sur le sort des cinq ex-coprévenus de Bernard Tapie dans l’affaire de l’arbitrage controversé du Crédit Lyonnais, et notamment sur celui de Stéphane Richard, le patron d’Orange. Cette décision sera déterminante pour savoir si le PDG pourra, ou pas, postuler à un poste de président, en dissociant la direction générale, au terme de son troisième mandat au printemps 2022.
Pierre Manière

2 mn

Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : Reuters)

A l'état-major d'Orange, tout le monde a coché cette date du mercredi 24 novembre. C'est en effet demain que la justice rendra sa décision dans l'affaire de l'arbitrage très controversé du Crédit Lyonnais de 2008. En 2019, Bernard Tapie et ses cinq coprévenus, dont Stéphane Richard, actuel PDG d'Orange, avaient bénéficié d'une relaxe du tribunal de Paris. Mais le parquet a fait appel. L'affaire a été rejugée. La cour d'appel de Paris devait, initialement, rendre sa décision le 6 octobre dernier. Mais après le décès de Bernard Tapie, trois jours plus tôt, elle a décidé de la repousser de plusieurs semaines.

Stéphane Richard joue gros. Lui qui était directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde en 2008, est jugé pour complicité de détournement de fonds publics. Le parquet a requis trois ans de prison (dont un ferme) et 100.000 euros d'amende à son encontre. En cas de condamnation, son avenir à la tête d'Orange serait évidemment menacé. En janvier 2018, quelques mois avant son renouvellement pour un troisième mandat de PDG de l'opérateur historique, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, s'était montré très clair : « Pour toutes les entreprises publiques (...), s'il y a condamnation du dirigeant, il y a départ immédiat du dirigeant. » Rappelons que l'Etat est encore aujourd'hui le premier actionnaire du leader français des télécoms, à hauteur de 23% du capital.

La présidence en ligne de mire

En cas de nouvelle relaxe, Stéphane Richard, dont le mandat actuel s'achève en mai 2022, ne compte pas rempiler. Mais il ne compte pas, pour autant, quitter le navire... Evoquée en coulisse depuis des mois, une scission entre les fonctions de président du conseil d'administration et de directeur général du groupe semble être actée. Elle devrait être entérinée lors d'une réunion du conseil dans la foulée de la décision de justice concernant l'affaire Tapie. Stéphane Richard, lui, a officiellement affirmé au JDD, le 11 septembre dernier, qu'il visait, dans ce schéma, le fauteuil de président non-exécutif.

Reste à savoir si l'Elysée le soutiendra. Si oui, il faudra trouver un nouveau DG. En interne, plusieurs noms circulent. Il y a d'abord Fabienne Dulac, la patronne d'Orange France, de loin le premier marché de l'opérateur historique. Il y a Michaël Trabbia, le directeur de l'Innovation. Très proche de Stéphane Richard, il a notamment été directeur des affaires publiques du groupe, et a il y a peu dirigé sa filiale belge. Citons aussi Jean-François Fallacher, à la tête d'Orange Espagne, aujourd'hui en difficulté. Il est considéré, au sein du groupe, comme l'homme des situations difficiles. Enfin, Ramon Fernandez, le directeur financier d'Orange, figure naturellement dans la liste des favoris. Cela dit, certains, au sein d'Orange, jugent qu'une candidature externe serait préférable. Cette solution permettrait de préserver une certaine distance entre la présidence et le conseil, et la direction générale.

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/11/2021 à 9:59
Signaler
Pas de souci pour ce "prevenu". Il sera relaxe suivant l'axiome bien francais que plus tu es coupable et plus tes chances d'etre condamne diminuees, voire davantage. Lagarde en est l'illuswtration criante. Cocorico...

à écrit le 24/11/2021 à 9:00
Signaler
LA BELLE EPOQUE SARKOSY FILLON ET CONSORTS...la droiite peut elle se regarder dans une glace faire son mea culpa pour à passer a autre chose, ou avons -nous encore " la droite la plus bête du monde"...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.