En Belgique, Orange très proche de racheter son rival Voo

La filiale Orange Belgium de l’opérateur historique français est entrée en négociations exclusives pour acquérir 75% du capital du câblo-opérateur Voo. Cela lui permettrait de se renforcer fortement sur le créneau de l’Internet fixe, où il ne dispose pas de son propre réseau.
Pierre Manière

3 mn

Dans son communiqué, Orange souligne que ce deal vise à « conforter le déploiement de sa stratégie convergente au niveau national ».
Dans son communiqué, Orange souligne que ce deal vise à « conforter le déploiement de sa stratégie convergente au niveau national ». (Crédits : Gonzalo Fuentes)

C'est l'opportunité qu'Orange attendait pour appuyer sur l'accélérateur en Belgique. Le géant français des télécoms a annoncé ce mardi que sa filiale Orange Belgium est entrée en négociations exclusives pour racheter son rival Voo. Dans le détail, cette antenne pourrait acquérir 75% du capital « moins une action » du câblo-opérateur, présent en Wallonie et sur une partie de Bruxelles. Et ce sur la base d'une valeur d'entreprise totale de 1,8 milliard d'euros pour Voo. En clair, Orange Belgium devrait alors débourser aux alentours de 1,35 milliard d'euros. Dans son communiqué, le groupe français précise que l'opération sera financée par « un accroissement de la dette de sa filiale ».

Pour Orange, être entré en négociations exclusives constitue déjà une victoire. Il n'était pas le seul intéressé par Voo. Un autre câblo-opérateur, Telenet, présent en Flandre, lorgnait son réseau, qui lui aurait permis de bénéficier d'une couverture Internet fixe à l'échelle nationale.

Une opération stratégique

L'opération est stratégique pour Orange Belgium. L'opérateur est présent depuis 25 ans en Belgique, essentiellement dans le mobile, où il dispose d'environ un tiers du marché avec 3 millions de clients. Mais c'est une toute autre histoire dans l'Internet fixe. Orange Belgium y reste très minoritaire, avec moins 400.000 clients. Cela n'a rien d'anormal : Orange Belgium ne s'est lancé sur ce créneau qu'en 2016. Ne possédant pas de réseau, il a obtenu un accès réglementé à ceux de Telenet et de Voo. Mais Orange estime depuis longtemps que les prix qu'il paye pour accéder à ces infrastructures sont beaucoup trop élevés. Ce qui lui empêche, argue son état-major, d'être compétitif sur ce marché. Voilà pourquoi le rachat de Voo est si important. Ce faisant, Orange Belgium posséderait son propre réseau, au moins en Wallonie.

Dans son communiqué, Orange souligne que ce deal vise aussi à « conforter le déploiement de sa stratégie convergente au niveau national ».  Cette « convergence », à laquelle l'opérateur fait référence, réside dans sa capacité à proposer des offres mêlant à la fois du mobile, de l'Internet fixe et de la télévision. C'est cette stratégie qui permet, aujourd'hui, à l'opérateur de doper ses revenus dans tous les pays dans lesquels il est présent - et en premier lieu en France. Autre avantage: les clients « convergents » changent moins facilement d'opérateur.

Echec du retrait d'Orange Belgium de la Bourse

Le rachat de Voo montre la détermination d'Orange à croître en Belgique. Au printemps dernier, l'opérateur s'était, d'ailleurs, renforcé au capital de sa filiale belge. Au terme d'une OPA sur les 47% d'Orange Belgium qu'il ne possédait pas encore, le numéro un français des télécoms a augmenté sa participation à 77% du capital. Insuffisant, toutefois, pour retirer cette filiale de la Bourse. L'épisode avait, à l'époque, viré au bras de fer avec les minoritaires. Certains estimaient que le prix proposé par Orange était bien trop bas.

Lire aussi : Orange se renforce au capital de sa filiale belge

Pierre Manière

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.