« Aucune preuve n’a jamais été apportée sur les accusations d’espionnage » (Huawei France)

 |   |  1251  mots
Linda Han ambitionne d'ancrer durablement Huawei dans le paysage économique français.
Linda Han ambitionne "d'ancrer durablement Huawei dans le paysage économique français". (Crédits : DR)
Nouvelle patronne des affaires publiques de Huawei France, Linda Han revient sur les déboires du géant chinois des télécoms et des smartphones.

Elle n'a que 35 ans, mais a déjà exercé de nombreuses responsabilités chez Huawei. Nouvelle patronne des affaires publiques de Huawei en France, Linda Han a longtemps travaillé en Afrique. Pendant sept ans, jusqu'en 2013, elle était à la direction de plusieurs pays, comme le Burkina Faso ou la Côte d'Ivoire. Elle est ensuite revenue au siège du groupe, à Shenzhen, où elle a enchaîné les responsabilités. Linda Han a, un temps, été en charge de l'activité du géant chinois dans les « petits pays », dont plusieurs pays africains comme le Botswana, le Mali ou le Soudan du Sud. Elle a ensuite changé son fusil d'épaule, en prenant en charge la formation des troupes de Huawei à la 5G, la prochaine génération de communication mobile, sur laquelle le groupe compte pour asseoir son leadership dans les équipements télécoms.

Mais c'est une tout autre casquette que Linda Han va coiffer en France : celle des affaires publiques. Sa nomination intervient dans un contexte électrique. Chassé du marché américain de la 5G, le géant chinois est confronté à une offensive de Washington, qui l'accuse d'espionnage et pousse l'Europe à bannir comme lui le groupe de Shenzhen. De son côté, Huawei cherche à...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2019 à 8:55 :
Précisément, sinon ce ne serait pas de l'espionnage.
a écrit le 13/09/2019 à 12:00 :
C'est possible, mais tout est affaire de crédibilité.

Si Mme Mette Frederiksen, premier ministre du Danemark nous l'affirmait, on la croirait sur parole parce que son pays n'est pas une dictature néolibérale pratiquant la répression des opposants politiques.

Et quand bien même, en matière de sécurité mieux vaut prévenir que guérir et partir du principe que les matériels de communication étrangers comportent des portes cachées permettant l'espionnage n'est pas déraisonnable tant que le contraire n'a pas été démontré.

A Huawei donc de démontrer que ses matériels ne peuvent pas être détournés.
a écrit le 13/09/2019 à 10:23 :
Il en va de l'espionnage comme des armes de destruction massive.
Si les USA affirme alors la planète est prier de croire.
Et ceux qui renâclerait irrémédiablement classés dans le camp du mal.
Qu'importe qu'a l'inverse des preuves d'espionnage US soit avérés avec l'aide des GAFA
a écrit le 12/09/2019 à 14:50 :
Il n'y a pas besoin de preuve puisqu'il est écrit noir sur blanc dans la loi chinoise que huawei est obligé de coopérer avec le gouvernement chinois (que ce soit pour la mise en place de porte-dérobées ou pour espionner au nom du PCC).

Le danger n'est d'ailleurs même pas l'espionnage qui est très visible et aurait déjà été détecté s'il avait lieu.
Le danger, c'est que le coeur de réseau utilise des équipement huawei que le gouvernement chinois puisse couper à distance à tout moment.
Totalement indetectable à moins d'avoir le code source du firmware sous la main et absolument dévastateur.
En un instant, c'est tout le réseau français qui s'écroule.
Réponse de le 12/09/2019 à 20:51 :
Et le fait qu'on soit espionné par les USA aux travers des GAFA, du cloud act, de la NSA... Vous en pensez quoi ?
Réponse de le 12/09/2019 à 22:03 :
Que le mal n'est pas aussi important car les États-Unis partagent notre culture et qu'une guerre avec les américains est impossible dans un futur proche et moyen.

Cependant, je considère aussi que les USA sont des opposants économique et qu'une solution européenne est possible et nécessaire.

Dans tous les cas, et quoi que fasse ses États-Unis n'enlève rien au danger de la chine.

Le genre de discours que vous tenez est le plus dangereux. Parce que les États-Unis nous espionnent, alors tous le monde doit nous espionner.
Réponse de le 13/09/2019 à 16:29 :
Et se mettre pieds et mains liés au bas des américains, c'est mieux selon vous ?
a écrit le 12/09/2019 à 14:46 :
Heureusement qu'il n'y a aucune preuve d'espionnage. Mais est-ce qu'il y a possibilité d'espionnage? Là est la question et la nécessité d'être d'avoir une réponse claire.
a écrit le 12/09/2019 à 13:46 :
Une très mauvaise défense !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :