L'affaire Huawei relance le débat sur la souveraineté technologique

 |   |  1203  mots
En France, l'exécutif cherche, via la loi, à limiter l'influence de Huawei dans les futurs réseaux 5G.
En France, l'exécutif cherche, via la loi, à limiter l'influence de Huawei dans les futurs réseaux 5G. (Crédits : Dado Ruvic)
Les entreprises françaises utilisent quotidiennement des technologies étrangères. Mais le gouvernement redoute que cela débouche sur des actes d'espionnage ou des cyberattaques.

Qu'il s'agisse d'une PME ou d'un grand groupe, il est quasi impossible, aujourd'hui, de se passer de technologies étrangères. En France, les solutions des américains Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft (les fameux Gafam), sont devenues incontournables pour les particuliers, mais aussi pour la compétitivité de nombreuses entreprises. Il en va de plus en plus de même pour les technologies chinoises, qui connaissent un essor fulgurant. En témoigne la folle croissance de Huawei, qui est devenu ces dernières années numéro deux mondial des smartphones, et leader dans les cruciaux équipements de réseaux mobiles.

Mais cet important recours aux technologies étrangères, conséquence de la mondialisation, fait de plus en plus grincer des dents. En France comme ailleurs, beaucoup redoutent que cette situation débouche sur de trop grandes dépendances économiques, des actes d'espionnage ou sur de violentes cyberattaques, via des « portes dérobées » cachées dans des équipements ou des logiciels. En octobre 2018, le chercheur américain Evgeny Morozov, spécialiste des implications politiques et sociales des avancées du numérique, a résumé ainsi ce contexte : « L'idée même du "numérique",...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2019 à 15:48 :
Vous allez pleurer lors du prochain "blackout friday" solaire, vous restera alors peut être votre grille pain.
a écrit le 15/07/2019 à 15:06 :
Aujiurd'hui :

Huawei Technologies va investir 3,1 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) en Italie au cours des trois prochaines années, a déclaré lundi le directeur général de la filiale italienne du géant chinois des télécoms.
S'exprimant lors d'un événement à Milan, Thomas Miao a précisé que son groupe créerait 1.000 emplois dans le pays dans le cadre de cet investissement.
Selon une source gouvernementale, Rome a récemment renforcé ses pouvoirs spéciaux ("golden power") en matière d'intervention dans le secteur privé en raison de risques sur le développement des réseaux 5G impliquant potentiellement les groupes chinois Huawei et ZTE.
a écrit le 15/07/2019 à 14:03 :
Que veut dire, indépendance technologique ? aucun pays ne l'est. Pas plus les Chinois, que les américains. alors, notre grand petit pays… Ces deux grands pays sont très présents dans nos entreprises et chez les particuliers, au quotidien. L'imbrication est telle, que peu de "secrets" existent encore. La bataille des entreprises est mondiale, et pas comme le pensent nombre d'élus français, intra-européens.
a écrit le 15/07/2019 à 13:28 :
Le problème dépasse largement Huawei ou la souveraineté technologique ! Commençons déjà par arrêter de vouloir connecter tout et n'importe quoi dans des buts purement mercantile et de contrôle des citoyens, et ça ira déjà beaucoup mieux !

Jusqu'ici, on a bien réussi à rouler en trottinette ou dormir avec un oreiller non connectés ou faire la cuisine avec un "Thermomix" sans micro et on s'en porte pas plus mal, non ?!
a écrit le 15/07/2019 à 11:37 :
Ils seraient temps que nos responsables politiques posent leur valise. Pas besoin de sortir de polytechnique pour comprendre que les logiciels étrangers sont une porte ouvertes pour rentrer dans la maison France. Un exemple : le pentagone français utilise des logiciels Microsoft même dans les services "secret défense" et les chinois avident de domination mondiale s'engouffrent partout où ils peuvent : espionnage défense, espionnage industriel,...
a écrit le 15/07/2019 à 10:02 :
Je ne pense pas que ce soit les voitures électriques, qui font baisser les cours du pétrole.-11%, donc un ralentissement de l'activité mondiale. Comme les chiffres chinois sont bidons. Le prix du pétrole est un bon indicateur.
Réponse de le 15/07/2019 à 20:04 :
Surtout les embargos et les guerres americaines sur les pays petroliers ,font augmenter ou baisser la demande de dollars ,suivant leur besoins.
a écrit le 15/07/2019 à 8:49 :
La révolution numérique devait rendre l'économie plus moderne et donc plus belle, imposée à marche forcée par le milieu politico affairiste, maintenant qu'il est partout nos peines à penser se posent des questions...

TRop tard faut trouver deouvelles idées, ce qui est peu probable chez les shadocks.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :