En perte de vitesse, SFR tombe dans le rouge au premier semestre

L'opérateur SFR, filiale du groupe de médias et télécoms Altice, a vu ses comptes tomber dans le rouge au premier semestre, essuyant une perte nette de 84 millions d'euros alors qu'il avait dégagé un bénéfice net de 828 millions d'euros un an plus tôt.
Au 30 juin, le groupe revendique un total de 16,64 millions d'abonnés mobiles (grand public et entreprises), contre 17,4 millions un an plus tôt.
Au 30 juin, le groupe revendique un total de 16,64 millions d'abonnés mobiles (grand public et entreprises), contre 17,4 millions un an plus tôt. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)

Durant la première moitié de l'année, SFR voit  son chiffre d'affaires reculer de 4,2%, à 5,3 milliards d'euros, et son excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté baisser de 7,6% à 1,84 milliard d'euros, précise le groupe dans un communiqué publié mardi.

Entre avril et juin, les ventes du groupe connaissent cependant un recul moins fort, de 2,1%, à 2,72 milliards d'euros, avec un Ebitda ajusté en repli de 6,4% à 993 millions d'euros.

Sur le deuxième trimestre, l'opérateur annonce avoir perdu 199.000 abonnés mobiles sur le marché grand public, avec cependant une amélioration du revenu moyen par abonné (ARPU) entre le premier et le deuxième trimestre, passé de 21,8 à 22,3 euros.

L'opérateur souligne cependant une baisse de son ARPU mobile par rapport à un an plus tôt, où il s'élevait à 22,7 euros.

Recul du nombre d'abonnés mobiles

Sur le fixe, SFR annonce avoir perdu 58.000 abonnés haut débit entre mars et juin, avec cependant là encore un ARPU en amélioration, sur un an cette fois, à 35,6 euros contre 35,3 euros un an plus tôt. Dans le très haut débit, l'opérateur met en avant un recrutement net de 44.000 nouveaux abonnés, moins important cependant que sur les trimestres précédents.

Au 30 juin, le groupe revendique un total de 16,64 millions d'abonnés mobiles (grand public et entreprises), contre 17,4 millions un an plus tôt, une baisse qui concerne en premier lieu le grand public : son nombre d'abonnés dans cette catégorie est passé sur la même période à 14,58 millions contre 15,24 millions un an plus tôt.

Dans le fixe, le nombre de clients est également en baisse, à 6,23 millions d'abonnés contre 6,4 millions un an plus tôt, avec cependant une progression des clients très haut débit, qui sont désormais 1,92 million alors qu'ils étaient 1,66 million un an plus tôt. Sur la même période, l'ARPU des abonnés très haut débit s'est lui aussi amélioré, passant de 40,3 euros au deuxième trimestre 2015 à 40,8 euros un an plus tard.

SFR mise (tout) sur la fibre

En matière d'investissement, SFR annonce une hausse de 37,2% de ses dépenses au deuxième trimestre par rapport l'année dernière, à 572 millions d'euros, avec un effort particulier réalisé en faveur de la 4G et du déploiement de la fibre. L'endettement s'est quant à lui établi à 15,12 milliards d'euros, ce qui représente un ratio de 4 fois l'Ebitda, a également précisé l'entreprise.

Sur l'ensemble de l'année, SFR s'attend toujours à une amélioration de son chiffre d'affaires "sur la base de l'évolution des performances opérationnelles récentes", a ajouté le groupe, avec notamment une poursuite de l'augmentation des clients en très haut débit fixe et mobile.

(Avec AFP)

>>>LIRE AUSSI : SFR et le spectre d'une « casse industrielle »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 09/08/2016 à 18:20
Signaler
Si au lieu de chercher midi à quatorze, l'analyse allait au plus simple ! Je suis abonné encore pour quelques jours chez SFR avant d'avoir été "neuf telecom" Je ne me plaints pas du débit, ni des contenus que je demande pas. Mon abonnement est passé ...

le 15/08/2016 à 18:41
Signaler
Et pendant ce temps là, que font l'ARCEP et 50 millions de consommateurs /UFC ...??????? Car tout cela est illégal.

à écrit le 09/08/2016 à 16:32
Signaler
Normal vue la façon inacceptable dont SFR traite ses clients, les vole, ne rembourse pas les frais lorsqu'on les quitte, a des services lamentables souvent injoignables etc. A l'image de son pdg qui exploite en France et vit en Suisse pour ne pas pay...

à écrit le 09/08/2016 à 15:59
Signaler
Si SFR ne veut pas couler, qu'il commence par respecter ces abonnés qui lorsqu'ils perdent leur connexion n'ont d'autre choix que de changer de fournisseur... Le second point de vigilance que SFR pourrait avoir est de de faire en sorte d'offrir au p...

à écrit le 09/08/2016 à 13:55
Signaler
Vivendi avait négligé et abandonné S. F.R. Plus d'investissements, aucune restructuration. Le nouvel actionnaire doit tout rattraper. Les deux autres avaient déchargé le tiers de leurs effectifs, et investissaient. S.F.R rattrape à présent les sous-i...

le 09/08/2016 à 16:44
Signaler
Etant moi même Israélite...je ne vois pas le rapport. Nous pouvons quand même nous poser des questions sur la gestion. Prenons un exemple : Bouygues telecom : 7500 personnes 4,5 milliards de CA. SFR 14500 personnes : 11,5 milliards de CA. En rédu...

le 09/08/2016 à 20:36
Signaler
"Les Français détestent les Israelites". Eh bien, qu'il se trouve quelqu'un pour écrire cela en 2016, c'est un peu fort de café. Sérieusement , la société SFR a un problème : ses clients peuvent à bon droit se sentir pris pour des pigeons. Leur fui...

le 26/09/2016 à 14:34
Signaler
votre commentaire VRAI client sfr est SCANDALEUX !! c'est du racisme pur et simple à l'encontre des non israélites

à écrit le 09/08/2016 à 13:40
Signaler
Un meilleur titre aurait sans doute été : "En indigestion de dettes, SFR tombe dans le rouge au premier semestre". Après étude des rapport annuel 2015, et trimestriel Q1 2016, il apparait que cette perte est principalement liée à l'augmentation de...

à écrit le 09/08/2016 à 13:30
Signaler
Un meilleur titre aurait sans doute été : "En indigestion de dettes, SFR tombe dans le rouge au premier semestre". Après étude des rapport annuel 2015, et trimestriel Q1 2016, il apparait que cette perte est principalement liée à l'augmentation de...

à écrit le 09/08/2016 à 13:30
Signaler
Un meilleur titre aurait sans doute été : "En indigestion de dettes, SFR tombe dans le rouge au premier semestre". Après étude des rapport annuel 2015, et trimestriel Q1 2016, il apparait que cette perte est principalement liée à l'augmentation de...

à écrit le 09/08/2016 à 13:29
Signaler
Un meilleur titre aurait sans doute été : "En indigestion de dettes, SFR tombe dans le rouge au premier semestre". Après étude des rapport annuel 2015, et trimestriel Q1 2016, il apparait que cette perte est principalement liée à l'augmentation de...

à écrit le 09/08/2016 à 12:01
Signaler
"En matière d'investissement, SFR annonce une hausse de 37,2% de ses dépenses" Bon courage aux fournisseurs pour se faire payer les factures...

à écrit le 09/08/2016 à 9:43
Signaler
C'est parce que c'est une entreprise avec des dirigeants compétents, qui savent ce qu'ils font et où ils vont, sûr... Et bien entendu ce sont les salariés qui vont payer le prix de cette incompétence flagrante. A force de laisser tous les cap...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.