Fibre en zone rurale  : l’Etat accepte trois premiers engagements d’opérateurs

 |   |  227  mots
Les engagements des opérateurs permettront le déploiement sur fonds privés de 465.000 prises FttH (fibre jusqu'à l'abonné) complémentaires d'ici à 2023.
Les engagements des opérateurs permettront le déploiement sur fonds privés de 465.000 prises FttH (fibre jusqu'à l'abonné) complémentaires d'ici à 2023. (Crédits : DANIEL MUNOZ)
Le gouvernement a donné son accord aux engagements d'opérateurs pour le déploiement de la fibre optique en zones rurales en Côte-d'Or, Lot-et-Garonne et Sud PACA, dans le cadre des appels à engagements locaux, selon un communiqué publié samedi.

Premiers feux verts. Le gouvernement a donné son accord aux engagements d'opérateurs pour le déploiement de la fibre optique en zones rurales en Côte-d'Or, Lot-et-Garonne et Sud PACA, dans le cadre des appels à engagements locaux, selon un communiqué publié samedi. Les projets retenus avaient reçu un avis favorable de l'Arcep, l'autorité de régulation des télécommunications.

Ils concernent les zones rurales de la Côte-d'Or (opérateur Altitude Infrastructures), du Lot-et-Garonne (Orange) et de trois départements de la région Sud PACA (SFR), indiquent dans un communiqué les ministres Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires), Julien Denormandie (Ville et logement) et la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher (Economie).

Les engagements des opérateurs permettront le déploiement sur fonds privés de 465.000 prises FttH (fibre jusqu'à l'abonné) complémentaires d'ici à 2023. Le communiqué ministériel rappelle que les engagements pris vis-à-vis des collectivités seront "contraignants et opposables", exposant les opérateurs à des sanctions financières s'ils ne les tenaient pas.

D'autres propositions d'opérateurs sont en cours d'examen dans une douzaine d'autres départements, et représenteraient potentiellement un million de liaisons FttH supplémentaires dans des zones peu denses ou rurales. Le gouvernement réunira dans les prochains jours opérateurs et associations de collectivités pour tirer un premier bilan du dispositif, lancé en décembre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2019 à 18:44 :
Bizarre, personne ne se plaint que la fibre soit contraire à l'écologie. C'est pourtant une évidence puisque c'est un progrès. Gageons que le gouvernement va bientôt s'en aviser …
a écrit le 06/05/2019 à 10:09 :
Bonjour ,

Ces nouvelles directives n'amènent à rien, car le déploiement de la fibre optique stagne depuis trop longtemps.

La fibre devait être déployée quartier par quartier et il n'en n'est rien à ce jour.

Le centre ville a été trop avantagé au détriment des personnes habitant en dehors du centre-ville.

Les sous traitants ne sont pas assez mobilisés quand un déploiement en aérien doit être effectué et tout ça parce que la nacelle n'est plus autorisée.

Quand serons nous tous traités sur un même pied d'égalité.

Cordialement
a écrit le 06/05/2019 à 8:51 :
Oh vous en faites pas pour nous hein ! Ca fait juste 5 ans qu'on en entend parler...
a écrit le 05/05/2019 à 8:24 :
Bas débit, routes limitées à 80 = double peine.
a écrit le 04/05/2019 à 22:15 :
Que l'on prenne en considération les territoires ruraux c'est une excellente chose. En revanche, comment considérer pareille nonce quand les habitants des métropoles n'ont PQ accès à la fibre ? L'augmentation des abonnés fibre sur ces métropoles permettraient de financer partiellement ces déploiements ruraux. C'est incompréhensible
a écrit le 04/05/2019 à 22:05 :
Le Plan "France Très haut débit" devait offrir une connexion Internet fixe ultra-rapide à tous les Français à horizon 2022. On parle maintenant de 2023, bientôt de 2024. Finalement, ce sera comme tous les plans français : on aura multiplié les commissions, les experts, les débats et les procédures pour finir mal et en retard.
Pourquoi "mal" ? Parce que si l'on en croit une interview du Premier Ministre (parfois surnommé "Demain on rase gratis") certaines personnes pourraient bien ne jamais être raccordées à la fibre. Celles là pourront (sur)payer des connexions plus lentes par la 4G proportionnellement au débit, d'autant plus chères que le prix comprendra certainement une taxe de solidarité envers ceux qui ne peuvent pas se payer cette connexion 4G.
Liberté, égalité, fraternité et promesses non respectées !
a écrit le 04/05/2019 à 19:29 :
"les engagements pris vis-à-vis des collectivités seront "contraignants et opposables" pour ça que Orange Infrastructures crée un site nouveau pour nous, car du coté de l'hippodrome (le Central se trouve derrière) il y a 1,8km de zone en mauvais état, ça leur aurait coûté une fortune de réparer ça (tout est à leurs frais, la ville ne connait pas la dégradation du domaine public, amnésie), et aurait bloqué la circulation d'entrée de ville pendant un bout de temps, le plus simple est de créer du neuf pour alimenter les gens du coin (par l'arrière, et non en direct mais 10km ça va, plus ça serait moins évident). Des surprises ils en ont et vont en avoir !! Mais ensuite ça sera une "rente".
La pénurie de production vs l'excès de demande, ça sera géré comment ? Le manque de bras ? Il y aurait 12 000 personnes formées, il en faudrait, parait-il, le double, sinon on n'arrivera pas à respecter les échéances. Souder la fibre optique c'est minutieux, et ne se fait pas dans un bureau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :