Les Etats-Unis songent à bloquer un projet de câble sous-marin vers Hong Kong

Selon le 'Wall Street Journal', des responsables américains veulent faire capoter le projet de câble Pacific Light Cable Network (PLCN), qui doit relier Los Angeles à Hong Kong, en passant par Taïwan et les Philippines.
Pierre Manière

2 mn

Le projet de câble Pacific Light Cable Network (PLCN) coûte environ 300 millions de dollars, et fait près de 13.000 kilomètres de long.
Le projet de câble Pacific Light Cable Network (PLCN) coûte environ 300 millions de dollars, et fait près de 13.000 kilomètres de long. (Crédits : Capture d'écran du site Telegeography)

Le très sensible sujet des câbles sous-marins constitue visiblement un nouveau point de discorde entre les États-Unis et la Chine. Mercredi dernier, le Wall Street Journal a indiqué que des responsables américains cherchaient à bloquer un projet câble sous-marin. Il s'agit du câble Pacific Light Cable Network (PLCN), financé par Google, Facebook, et un partenaire chinois. Long de près de 13.000 kilomètres, celui-ci doit relier la côte ouest du pays de l'Oncle Sam, via Los Angeles, à Hongkong, en passant par Taïwan et les Philippines.

Selon le quotidien économique américain, « le ministère de la Justice [...] s'est fermement opposé à ce projet en raison des inquiétudes suscitées par son investisseur chinois basé à Pékin, Dr Peng Telecom & Media Group, et du lien que le câble pourrait fournir avec Hong Kong ». Les États-Unis redoutent la proximité de cette société avec le gouvernement chinois, et d'éventuelles mesures de Pékin visant à exploiter ou à couper le trafic Internet de ce câble. En brandissant ce risque pour la sécurité nationale, Washington pourrait in fine refuser d'octroyer la licence indispensable à la mise en service de cette infrastructure. Si les États-Unis devaient mettre leur veto, ce serait un sacré coup dur pour le projet. Sachant que la pose de ce câble, dont le coût avoisine les 300 millions de dollars, au fond du Pacifique est presque terminée.

Contexte électrique entre Pékin et Washington

Cette inquiétude des États-Unis vis-à-vis du câble PLCN intervient dans un contexte déjà électrique entre Pékin et Washington. Les deux pays se livrent aujourd'hui une guerre commerciale et technologique. Et la défiance entre les deux superpuissances est au plus haut. Dans ce bras de fer, le secteur stratégique des télécoms cristallise les tensions. Les États-Unis ont notamment interdit à Huawei, le géant chinois des équipements télécoms et des smartphones, de participer au déploiement de la 5G. Le pays de l'Oncle Sam accuse Huawei d'espionnage pour le compte de Pékin, ce que le groupe chinois a toujours réfuté. Cet été, Donald Trump est allé plus loin : il a signé un décret visant à empêcher Huawei de se fournir en technologies américaines.

Reste que les États-Unis n'ont pas attendu l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche pour se montrer méfiant à l'égard de la Chine dans le secteur ultra-sensible des câbles sous-marins. En 2013, sous la coupe de Barack Obama, l'administration américaine a fait capoter un projet de câble transatlantique de Huawei pour relier New York à Londres. A ce moment-là, déjà, Washington craignait que Pékin utilise les installations de l'équipementier comme un cheval de Troie pour espionner les communications.

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 02/09/2019 à 18:19
Signaler
Chacun des habitants de notre planète est une vérité en soi, autant espionner des dirigeants politiques dénués de pouvoir, serviles laquais des homems d'affaires a de moins en moins d'intérêt car totalement prévisibles autant espionner les citoyens d...

le 03/09/2019 à 2:23
Signaler
Il est seul. Pauvre citoyen.

le 03/09/2019 à 8:40
Signaler
@ multipseudos: Tu veux dire que nos politiciens européens sont bons donc ? Non tu veux juste troller et ta faible capacité neuronale ne te permet pas mieux mon pauvre vieux

à écrit le 02/09/2019 à 17:22
Signaler
Il seront privés des tweets de Trump !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.