Mobile  : Orange se félicite de l’accalmie dans la guerre des prix

 |   |  563  mots
Fabienne Dulac, la patronne d'Orange France.
Fabienne Dulac, la patronne d'Orange France. (Crédits : DR)
En marge de la présentation de la dernière box de l’opérateur historique, Fabienne Dulac, la patronne d’Orange France, s’est « réjouie » de voir ses rivaux Bouygues Telecom, SFR et Free augmenter légèrement les tarifs de leurs offres mobiles d’entrée de gamme.

La guerre des prix dans les télécoms appartient-elle au passé ? Orange veut évidemment y croire. Il y a près de deux semaines, Bouygues Telecom a décidé d'augmenter légèrement le tarif de son offre mobile d'entrée de gamme. Son forfait B&YOU, qui comprend 50 gigaoctets de données, a augmenté de 2 euros, à 11,99 euros. SFR a réagi dans la foulée, en alignant le prix du forfait de sa marque Red. Quelques jours plus tard, Free a aussi suivi en passant son abonnement mobile promotionnel de 8,99 à 9,99 euros pour les nouveaux clients.

Ce mouvement n'a pas échappé à Orange, dont l'état-major peste depuis longtemps contre la guerre des prix qui sévit depuis des années sur le marché. En marge de la présentation de sa nouvelle box Internet, Fabienne Dulac, la patronne d'Orange France, y a vu un signal « positif »« Je me réjouis de ce mouvement, a-t-elle affirmé. Il prouve ce que nous disons depuis longtemps : les offres à 10 euros à vie pour 50 gigas ne sont pas pérennes. »

D'après elle, cette situation de guerre des prix n'est pas compatible avec les investissements importants des opérateurs, qui déploient aujourd'hui la fibre, la 4G, et se préparent en parallèle à l'arrivée de la 5G. « Nous sommes quand même un des pays du monde avec les plus bas prix, a-t-elle poursuivi. Et globalement, à terme, je pense que ça entravera la capacité d'investissement et la performance des entreprises. »

« Le marché est encore en décroissance »

D'après la dirigeante, Orange maintiendra sa stratégie tarifaire. « Nous ne sommes jamais rentrés dans la guerre des prix, et nous garderons ce cap, insiste-telle. Notre objectif n'est pas d'être moins cher, mais d'offrir un service de valeur au bon prix. »

Aujourd'hui, l'offre mobile d'entrée de gamme de Sosh, la marque low cost d'Orange, reste un peu plus chère que celles de ses concurrents, à 14,99 euros par mois pour 50 gigas de données. Sosh dispose aussi d'une offre à 9,99 euros, mais pour 20 gigas de datas. Au sujet de cette dernière, Fabienne Dulac précise que « c'est une promotion, qui n'est pas pérenne dans le catalogue, et pas à vie ».Quant à la dernière box de l'opérateur historique, celle-ci propose « plus de services », ce qui justifie « une augmentation de prix de 2 euros » par rapport aux offres actuelles, poursuit la dirigeante.

La patronne d'Orange France espère que ce mouvement haussier des prix permettra, à terme, de redonner de l'air aux opérateurs. Elle souligne que la situation du marché français reste difficile. « L'Arcep (le régulateur des télécoms, NDLR) l'a rappelé il y a peu : le marché est encore en décroissance », peste-t-elle. D'après les derniers chiffres de l'institution, l'industrie a de nouveau vu ses revenus diminuer au deuxième trimestre, de 0,4% sur un an, à 8,7 milliards d'euros.

« Il n'y a qu'en France où, parmi les grands pays européens, nous voyons le chiffre d'affaires cumulé de tous les opérateurs diminuer, a insisté la dirigeante. Cela n'a pas de sens ! » Si Orange souhaite logiquement que la fin de la guerre des prix se précise, un tel mouvement fera, probablement, grincer des dents chez les consommateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2019 à 20:13 :
Ben après quelques temps chez Free mobile j'ai eu besoin de plus de services, Free ne tenant plus la route, manque d'émetteurs en 4g pas moyen de faire tourner wase j'ai quitté pour sosh et bien content.
Pourtant en campagne, même en ville, plein de châteaux d'eau n'ont pas la moindre antenne, c'est du mauvais vouloir.
a écrit le 10/10/2019 à 19:01 :
oui
disons que les coups ' facon pot de nutella a 3 cents', effectivement, ca dure pas longtemps
peut etre que si l'arcep regardait les qualites de reseau des uns et des autres, en obligeant ceux dont ca n'est pas a niveau a investir au lieu de vouloir prendre de la part de marche aux usa ou en italie, la france s'en porterait mieux
mais comme l'arcep est independante elle a le droit de regarder ce qu'elle veut pour regler des comptes persos, pas vrai?
a écrit le 10/10/2019 à 7:37 :
Même à travers du média on pourrait considérer cela comme une entente, price fixing...
a écrit le 09/10/2019 à 20:28 :
C'est marrant que l'un des générateurs de cette guerre y compris avec la commission de régulation je m'en félicite aussi !! ah ah ah la rigole

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :