Orange : l’adoubement de Christel Heydemann prévu ce vendredi

Un conseil d’administration devrait valider le choix de la patronne de Schneider Electric Europe pour prendre la direction générale d’Orange. Sa prise de fonction n’interviendrait pas avant plusieurs semaines, et Stéphane Richard, l’actuel PDG de l’opérateur, devrait rester plus longtemps que prévu.
Pierre Manière

2 mn

Après Schneider Electric Europe, Christel Heydemann devrait prendre les commandes du paquebot Orange, aux 42 milliards d'euros de chiffre d'affaires.
Après Schneider Electric Europe, Christel Heydemann devrait prendre les commandes du paquebot Orange, aux 42 milliards d'euros de chiffre d'affaires. (Crédits : Reuters)

Le choix de Christel Heydemann pour prendre les rênes d'Orange ne fait plus de doute. Il reste au conseil d'administration de l'opérateur historique de valider définitivement l'actuelle patronne de Schneider Electric Europe à sa direction générale. Il se réunira vendredi, nous précise une source proche du dossier, confirmant des informations de presse. Plusieurs points restent à régler, et en premier lieu sa rémunération.

Christel Heydemann ne prendra, quoi qu'il en soit, pas ses nouvelles fonctions tout de suite. Selon Le Figaro, elle serait attendue le 1er avril. Sébastien Crozier, le président de la CFE-CGC d'Orange, évoque pour sa part une fourchette comprise entre le 15 mars et le 15 avril. Stéphane Richard, l'actuel PDG du leader français des télécoms, qui a été contraint de rendre son tablier après sa condamnation dans l'affaire Tapie, devait quitter le groupe le 31 janvier au plus tard. Il devrait finalement jouer les prolongation, et rester quelques temps président non exécutif, le temps d'assurer le passage de témoin.

Lire aussi 6 mnAvant de quitter Orange, Stéphane Richard fusille l'État actionnaire et « l'inertie » de l'Europe

« Une grande opérationnelle »

Pour Sébastien Crozier, le choix de Christel Heydemann apparaît plutôt rassurant. Son passage comme DRH chez l'équipementier télécoms Alcatel, par le passé, constitue visiblement un atout dans une entreprise comme Orange, où la crise des suicides, il y a plus de 10 ans, a constitué un violent traumatisme. « Elle passe pour être une grande opérationnelle », poursuit le président de la CFE-CGC. « En revanche, sur la partie stratégique, c'est un peu l'inconnu », affirme-t-il.

Il restera, ensuite, à adjoindre un président à Christel Heydemann, puisque la dissociation des fonctions entre la direction générale et la présidence a été actée chez Orange. Sur ce front, les jeux restent ouverts.

Lire aussi 2 mnTélécoms : Bercy préfère une femme pour diriger Orange

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.