Les planètes sont alignées pour Christel Heydemann à la tête d’Orange

Un consensus se dégage désormais en faveur de l’actuelle patronne de Schneider Electric Europe pour prendre les rênes de l’opérateur historique. Le conseil d’administration doit prochainement entériner sa très probable nomination et boucler la succession de Stéphane Richard, actuel PDG du groupe. Il devait se réunir ce lundi 24 janvier, mais a été reporté.
Pierre Manière

3 mn

Actuelle patronne de Schneider Electric Europe, Christel Heydemann est administratrice d'Orange depuis 2017.
Actuelle patronne de Schneider Electric Europe, Christel Heydemann est administratrice d'Orange depuis 2017. (Crédits : Schneider Electric)

Article réactualisé le 23/01 à 13h40 (réunion d'un conseil d'administration d'Orange prévue vendredi)

Dans la course à la succession de Stéphane Richard à la tête d'Orange, elle fait désormais figure de très grande favorite. Selon nos informations, un consensus se dégage désormais en faveur de Christel Heydemann pour prendre la direction générale du géant français des télécoms. Comme l'a indiqué BFM Business ce mardi, elle a aujourd'hui les faveurs de l'Élysée. Bercy, pour sa part, n'a pas caché qu'il souhaitait voir une femme prendre les commandes d'Orange. « À compétences égales, le ministre [Bruno Le Maire, Ndlr] souhaite que ce soit une femme qui reprenne la direction d'Orange », a déclaré le ministère à l'AFP il y a dix jours. L'avis de l'État est crucial dans cette nomination, puisqu'il reste le premier actionnaire de l'opérateur, à hauteur de 23%. Selon Reuters, le conseil d'administration d'Orange, auquel Christel Heydemann siège depuis 2017, doit se réunir vendredi pour la nommer officiellement.

Actuelle patronne de Schneider Electric Europe, Christel Heydemann coche plusieurs cases importantes. En premier lieu, elle connaît bien la maison. Elle est administratrice d'Orange depuis 2017. Le secteur des télécoms ne lui est pas inconnu. A 47 ans, cette polytechnicienne et ingénieure des Ponts et Chaussées a passé 15 ans chez l'équipementier Alcatel. Elle en a notamment été la DRH, ce qui constitue un atout de choix dans une entreprise comme Orange où l'aspect social est déterminant, notamment après la crise des suicides de 2008-2009. Christel Heydemann est aussi engagée sur le front de l'égalité entre les hommes et les femmes, comme sur les problématiques de conciliation entre le travail et la vie privée.

Stéphane Richard plombé par l'affaire Tapie

Le consensus à son égard ne signifie pas qu'elle bénéficie d'un soutien unanime. Mais elle devancerait désormais nettement, nous dit-on, les autres candidats retenus par le comité de nomination d'Orange, à savoir Ramon Fernandez, le directeur financier de l'opérateur, et Frank Boulben, actuel directeur des ventes de l'américain Verizon. Candidat interne, le premier a toujours incarné une forme de continuité vis-à-vis de Stéphane Richard. Le second a séduit lors des auditions. Il proposait notamment « d'infléchir fortement la stratégie d'Orange, en multipliant les partenariats dans les métiers moins stratégiques comme la cybersécurité, les contenus télé ou la banque », écrit BFM Business. Mais les possibles conséquences sociales d'un tel projet, conjuguées à un côté « management à l'américaine », en auraient rebuté certains.

Le conseil d'administration d'Orange doit désormais se réunir pour entériner définitivement, à moins d'un retournement de situation, la nomination de Christel Heydemann, et ainsi boucler la succession de Stéphane Richard. Il devait se réunir ce lundi 24 janvier. Mais cette réunion a, selon nos informations, été reportée. Il restera, ensuite, à adjoindre un président à la direction générale. Pour rappel, Stéphane Richard a été contraint de rendre son tablier de PDG après sa condamnation dans l'affaire Tapie. Il doit, si tout se déroule comme prévu, quitter le groupe au 31 janvier au plus tard.

Pierre Manière

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 23/01/2022 à 20:35
Signaler
On pourrait peut-être demander son avis au conseil d'administration: il est là pour ça. A moins qu'il ne s'agisse que de fauteuils de confort pour élus malchanceux ou énarques nécessiteux.

à écrit le 22/01/2022 à 17:23
Signaler
Ne pas chercher plus loin : le minisitre cherche un dirigeant pour l'administration des ex PTT . Ce ne peut donc etre qu'un X et comme on est quand meme au 3ème millénaire ce sera une femme AND NOTHING ELSE MATTERS

à écrit le 22/01/2022 à 13:46
Signaler
Sans tomber dans la morphopsychologie à 2 balles, je ne la sens pas très bien cette candidature... Quant à ses compétences en télécom ... ce n'est pas parce qu'elle siège au conseil d'administration que cela prouve quoi que ce soit. Pour l'état, il ...

le 23/01/2022 à 9:54
Signaler
Ben, elle est passée par les grandes réussites de Nokia et d'Alcatel.

le 23/01/2022 à 13:26
Signaler
Stéphane Richard a peut etre eu du plaisir avec Christel sans tabous sans doute ?

à écrit le 22/01/2022 à 12:16
Signaler
Si madame Christel Heydemann accepte le poste, elle est un peu maso... Cordialement

à écrit le 22/01/2022 à 9:52
Signaler
Quand le politique se mêle de la gestion et de la gouvernance d’entreprises, on voit que d’autres logiques se mettent en place qui n’ont plus pour but la prospérité de l’entreprise et qui de ce fait là mettent immédiatement en danger ! L’ambition n’e...

le 22/01/2022 à 12:18
Signaler
J'ignore les qualités et défauts de la candidate, mas l'ambition de Lemaire est de parfaire son profil féministe dans la perspective des élections présidentielles de 2027 contre Philippe. Raison pour laquelle il fait trompetter par son service de com...

à écrit le 22/01/2022 à 9:44
Signaler
L’ idéologie woke dans toute sa splendeur avec en plus un calcul électoral progressiste.

à écrit le 22/01/2022 à 8:13
Signaler
Une bonne tête d'LREM

à écrit le 22/01/2022 à 7:03
Signaler
nous assistons encore une fois a l'entre soit des pseudo elites des grandes ecoles au detriment d'une vision industrielle . Nos monarques auraient ils oubliés la promotion interne ? n'y a til pas dans ce groupe des colaborateur qui eux connai...

à écrit le 21/01/2022 à 23:32
Signaler
C'est Macron et Bercy qui nomment le PDG d'orange. Cette entreprise est faussement privatisée, comme Air France, Renault, Safran...L'état y règne en maître avec 20% du capital. Les 80% restants sont des lampistes.

le 22/01/2022 à 17:12
Signaler
Je rajouterai EDF à la liste . Triste FRANCE qui donne dans le socialisme à outrance .

le 23/01/2022 à 9:50
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous , maiis chut ! pour Air France , il ne faut pas le dire , il parait que c'est une entreprise privée ... et que les milliards que l'Etat ,(donc nous ) y engloutit , c'est une vue de l'esprit ..... Ceux qui ne veulent pas...

à écrit le 21/01/2022 à 20:41
Signaler
À priori sur les médias nous n'avons pas connaissance des autres ? On en déduit donc que les jeux sont fait !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.