SFR reconquiert (enfin) des abonnés

 |   |  806  mots
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice, maison-mère de SFR.
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice, maison-mère de SFR. (Crédits : Reuters)
L'opérateur au carré rouge a, pour la première fois depuis son rachat en 2014 par le milliardaire Patrick Drahi, gagné des abonnés Internet fixe et mobile au premier trimestre.

Longtemps, SFR était qualifié de "donneur universel" d'abonnés à la concurrence par ses rivaux dans les télécoms. L'opérateur au carré rouge est aujourd'hui, semble-t-il, en passe d'abandonner ce cruel surnom. Altice Europe, sa maison-mère, a en effet publié ce jeudi 17 mai des résultats encourageants pour SFR. L'opérateur, qui a perdu des wagons d'abonnés depuis son rachat par le milliardaire Patrick Drahi en 2014, a pour la première fois vu sa base de clients Internet fixe et mobile progresser au premier trimestre.

Concrètement, SFR a gagné au total 71.000 abonnés Internet fixe sur les trois premiers mois de l'année. Un an plus tôt à la même période, il en avait perdu 35.000. Dans un communiqué, l'opérateur explique notamment cette conquête par une plus grande appétence du marché pour ses offres Internet à très haut débit. Sur ce créneau, SFR affirme avoir engrangé 96.000 nouveaux abonnements à la fibre ou à son câble amélioré. Surtout, il indique que le niveau de désabonnement (ou "churn") s'est "massivement réduit".

SFR est-il tiré d'affaire?

En parallèle, SFR a gagné 239.000 nouveaux abonnés à un forfait mobile. Il s'agit d'une importante accélération sur ce marché. À titre de comparaison, l'opérateur en avait gagné 68.000 l'an dernier à la même période. SFR commence visiblement a bénéficier des fruits de ses gros investissements ces dernières années dans le mobile où il était, en 2014, très en retard sur ses concurrents en matière de 4G.

Des signes encourageants donc, même si le chiffre d'affaires recule lui d'environ 1%, à 2,59 milliards d'euros, en raison d'une baisse du revenu moyen par abonné (à 34,7 euros contre 35,9 euros il y a un an), conséquence de l'incessante guerre des prix et des promos dans l'Hexagone. Les investisseurs ont dans tous les cas salué ces résultats. A la Bourse d'Amsterdam, le titre Altice bondissait de 9% à la mi-journée, à 8,58 euros.

Après avoir perdu des wagons d'abonnés ces dernières années, qui a entraîné Altice, sa maison-mère, dans une impressionnante dégringolade boursière l'hiver dernier, SFR est-il enfin tiré d'affaire ? S'il est trop tôt pour l'affirmer, il est clair que l'opérateur va tout de même bien mieux. Patrick Drahi, qui a depuis repris les choses en main chez SFR après s'être longtemps tenu en retrait, n'a pas raté l'occasion de louer lui-même ses résultats trimestriels encourageants.

"Sur le premier trimestre, Altice commence à voir les résultats de son plan de redressement stratégique, avec les meilleurs résultats jamais réalisés en termes d'abonnements, affirme-t-il dans le communiqué du groupe. Notre stratégie porte ses fruits."

"Le plus dur est sans doute passé"

Le milliardaire, qui avait fait son mea culpa en fin d'année dernière en avouant que SFR avait trop longtemps négligé ses clients, n'avait pas hésité à faire le ménage dans son équipe dirigeante. Michel Combes, ex-DG d'Altice et Pdg de l'opérateur au carré rouge, a ainsi été poussé vers la sortie. Et c'est Alain Weill, jusqu'alors en charge des médias et des contenus, qui a pris sa place. Surtout, le discret Armando Pereira, actionnaire historique d'Altice aux côtés de Patrick Drahi et connu pour ses méthodes musclées pour chasser les coûts, a pris la tête des activités télécoms.

Lors d'une conférence de presse, en mars dernier, Alain Weill s'était voulu rassurant concernant la santé de SFR.

"On gagne à nouveau des clients, a-t-il lancé. la tendance est bonne et elle va plutôt en s'accélérant. Alors je ne veux pas pécher aujourd'hui par optimisme, mais je peux vous dire que nous sommes confiants parce que la priorité a été donnée à nouveau aux clients. [...] En général, l'efficacité du service client s'est bien améliorée. Le niveau de "churn" a très fortement baissé."

Dans ce contexte, les analystes se montrent plus optimistes vis-à-vis des activités européennes d'Altice et de SFR. Ceux d'Aurel BGC estiment ainsi, selon l'AFP, que "le plus dur est sans doute passé" sur le Vieux Continent, notant, au passage des améliorations côté conquête d'abonnés au Portugal. C'est aussi le cas pour les experts de Standard & Poor's. Mercredi 16 mai, lors d'un point presse avec quelques journalistes, Xavier Buffon, directeur en charge des télécoms pour l'Europe de l'agence de notation américaine, a indiqué qu'il s'attendait à "une amélioration des opérations d'Altice et de SFR" dès cette année. Car, selon lui, les problèmes de management du groupe, qui ont lourdement pesé sur ses résultats, ont été identifiés et au moins en partie résolus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2018 à 8:52 :
Ils ont récemment failli me perdre justement ! Car ils pratiquent TOUJOURS les clauses abusives... Et en plus, au service client, ils mentent pour justifier les clauses abusives.

Lorsque j'ai appelé le service résiliation, l'opérateur a fait une offre que j'ai acceptée car elle me ramenait au même tarif que chez le concurrent que j'envisageai.

Mais je sens que dans 1 an, je partirai.... comme beaucoup d'autres !
a écrit le 17/05/2018 à 17:31 :
La haine, caricature et le mensonge systématiques-jouissifs vont, comme à l'occasion de chaque article s'en donner à coeur joie.
a écrit le 17/05/2018 à 16:21 :
triste qu'une entreprise finisse par se rendre compte qu'elle a des clients et qu'elle les a negliges! bon, mieux vaut tard que jamais...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :