Sur mobile, la consommation de données continue d’exploser

 |   |  381  mots
Au deuxième trimestre, la consommation mensuelle moyenne de données d’une carte SIM s’élève à 5,8 gigaoctets. Soit 1,6 gigas de plus qu’il y a un an.
Au deuxième trimestre, la consommation mensuelle moyenne de données d’une carte SIM s’élève à 5,8 gigaoctets. Soit 1,6 gigas de plus qu’il y a un an. (Crédits : Reuters)
Selon les chiffres de l’Arcep, le régulateur des télécoms, les Français ont englouti, via leurs smartphones, 1,2 milliard de gigaoctets de data au deuxième trimestre. Ce qui représente une augmentation de près 39% par rapport à l’année précédente.

Les Français sont de plus en plus accros aux smartphones. Et leur consommation de données en témoigne. D'après le dernier observatoire des communications électroniques de l'Arcep, publié jeudi, la consommation de data sur les réseaux mobiles continue d'exploser en France. Elle a passé la barre, au deuxième trimestre, des 1,2 exaoctet - c'est-à-dire 1,2 milliard de gigaoctets. Cela représente une augmentation de près de 39% par rapport à la même période en 2018.

Capture1arcep

(Crédits: Arcep) [Cliquez sur le tableau pour l'agrandir]

C'est, globalement, la 4G qui permet de surfer beaucoup plus rapidement sur la Toile, qui tire la consommation à la hausse. « La consommation de données des clients actifs sur les réseaux 4G représente 94% de l'ensemble du trafic des données (+2 points en un an) et s'accroît désormais sensiblement au même rythme que celle de l'ensemble des cartes (+43% en un an) », souligne l'Arcep.

Capture2arcep

(Crédits: Arcep) [Cliquez sur le graphique pour l'agrandir]

Autre indicateur de cet appétit de data : au deuxième trimestre, la consommation mensuelle moyenne de données d'une carte SIM s'élève désormais à 5,8 gigaoctets. Soit 1,6 gigas de plus qu'il y a un an.

Le déclin du SMS

En parallèle, le trafic de téléphonie mobile, lui, fait du surplace. « La durée mensuelle moyenne des communications depuis un téléphone mobile est stable au deuxième trimestre 2019 à 3h21, et évolue peu depuis trois ans autour de 3h20 », constate l'Arcep. Le bon vieux SMS, lui, est toujours sur le déclin. « La consommation moyenne de SMS des titulaires de forfaits, après avoir atteint un maximum de 322 messages début 2013, s'érode au fil des trimestres: 202 SMS par mois au deuxième trimestre 2019, -21 messages en un an », souligne le régulateur.

Lire aussi : La baisse du nombre de SMS envoyés se confirme

Avec l'arrivée de la 5G l'an prochain, la consommation de données va, sans nul doute, continuer à croître significativement. Cette nouvelle technologie, qui permettra des débits beaucoup plus élevés, est perçue comme un catalyseur de nouvelles applications et services. Reste qu'aux yeux des opérateurs, la 5G permettra d'abord et avant tout d'écouler correctement ce trafic Internet qui va crescendo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2019 à 16:17 :
Ben pour la 5g, faut pas s'affoler, déjà ma 4g ne couvre pas le territoire surtout les 3 challengers d'orange, et la grande majorité de français équipés de smartphones puissants de haut de gamme ou suffisants, octocores, RAM 2/3 go photo 16 mpixells, ne changeront pas de smartphone sans raison avant 4 ans.
a écrit le 05/10/2019 à 7:52 :
C'est quoi, un(e) data, et ça se mesure en…?
a écrit le 04/10/2019 à 16:46 :
Les prix ont chuté, donc "les français ont consommé plus" non mais "les prestataires de services ont proposé plus" oui.

Cela change tout.
a écrit le 04/10/2019 à 13:26 :
Oui, parce que nous en France, le changement climatique et l'effondrement on s'en fout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :