Télécoms : Nokia se renforce en Chine

 |   |  421  mots
Au troisième trimestre, Nokia a enregistré une perte de 79 millions d'euros.
Au troisième trimestre, Nokia a enregistré une perte de 79 millions d'euros. (Crédits : Ints Kalnins)
Le géant finlandais des équipements télécoms a annoncé ce mercredi 7 novembre la signature de trois accords-cadres avec les opérateurs China Mobile, China Telecom et China Unicom pour une valeur totale de plus de 2 milliards d’euros.

La Chine ambitionne d'être leader dans la 5G. Et Nokia en profite. Ce mercredi 7 novembre, le géant finlandais des équipements télécoms a annoncé la signature de trois accords-cadres avec trois opérateurs chinois : China Mobile, China Telecom et China Unicom. Dans le cadre de ces accords, d'une valeur de plus de 2 milliards d'euros, Nokia déploiera et fournira des technologies et des services pour les réseaux Internet fixes et mobiles à très haut débit. Et ce, « afin de répondre à la demande croissante des opérateurs en transition vers la 5G », précise le groupe dans son communiqué.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour Nokia. De fait, le groupe est, aujourd'hui encore, en difficulté. Fin octobre, l'équipementier a une nouvelle fois fait état d'une perte au titre du troisième trimestre. Celle-ci s'est élevée à 79 millions d'euros. Un montant toutefois inférieur à la perte enregistrée l'an dernier à la même période (-183 millions d'euros).

Côté ventes, le groupe a vu son chiffre d'affaires trimestriel reculer de 1%, à 5,46 milliards d'euros, sous l'effet, notamment, d'un taux de change défavorable. Pour améliorer sa situation financière, Nokia a indiqué qu'il allait continuer à baisser ses coûts, via un plan d'économies de 700 millions d'euros d'ici à 2020.

Lire aussi : Dans le rouge, Nokia lance un plan d'économies de 700 millions d'euros d'ici à 2020

Nokia compte jouer sur les difficultés de ses concurrents chinois Huawei et ZTE

D'un point de vue commercial, Nokia, à l'instar de son rival suédois Ericsson, mise sur l'arrivée de la 5G pour se refaire une santé. Le géant finlandais compte notamment profiter de la rivalité entre les États-Unis et la Chine, qui veulent chacun être les premiers à disposer de cette technologie, pour doper leurs ventes. Nokia compte, ici, jouer sur les deux tableaux. Aux États-Unis, Nokia compte jouer sur les difficultés de ses concurrents chinois Huawei et ZTE pour se tailler une plus grosse part du gâteau des infrastructures 5G.

Cette année, après avoir essuyé plusieurs revers commerciaux, Huawei a indiqué qu'il jetait l'éponge au pays de l'Oncle Sam. ZTE, pour sa part, se remet tout juste, et à grands frais, d'importantes sanctions de Washington. Le géant des équipements télécoms a été contraint d'interrompre ses activités lorsque, au printemps dernier, les États-Unis lui ont interdit d'acheter des composants électroniques américains dont il est dépendant.

Lire aussi : Aux États-Unis, Ericsson et Nokia comptent profiter des sanctions contre leurs rivaux chinois

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :