Télécoms professionnelles : Altitude rachète Kosc pour 14 millions d’euros

Selon nos informations, le tribunal de commerce de Paris a validé ce lundi le rachat de Kosc, spécialisé dans les offres Internet pour les entreprises, par Altitude Infrastructure, un acteur de la fibre dans les campagnes.
Pierre Manière

3 mn

C’est un vrai soulagement pour les équipes de Kosc, dont le groupe, miné par des difficultés financières, a été placé en redressement judiciaire en décembre 2019.
C’est un vrai soulagement pour les équipes de Kosc, dont le groupe, miné par des difficultés financières, a été placé en redressement judiciaire en décembre 2019. (Crédits : ALESSANDRO BIANCHI)

C'est fait ! Selon nos informations, le tribunal de commerce de Paris a validé, ce lundi, le projet de reprise de Kosc par Altitude Infrastructure. Ce dernier, acteur de la fibre dans les campagnes et zones peu peuplées, va mettre la main sur le spécialiste des offres Internet à destination des TPE et PME pour 14 millions d'euros. C'est un vrai soulagement pour les équipes de Kosc, dont le groupe, miné par des difficultés financières, a été placé en redressement judiciaire en décembre 2019. Depuis, Altitude s'était positionné pour reprendre et poursuivre son activité.

A La Tribune, Yann de Prince, le dirigeant et fondateur de Kosc, précise que l'offre d'Altitude était la seule déposée au tribunal. Dans le détail, Altitude a proposé 10 millions d'euros pour Kosc, et 4 millions pour sa filiale Kosc Infrastructures, qui a vu le jour en 2018. Altitude va loger ces actifs dans une structure nouvelle, baptisée Halié. Il gardera la cinquantaine de salariés de Kosc. Yann de Prince devrait conserver des responsabilités dans cette nouvelle société. « Altitude souhaite que je reste au moins trois ans », affirme-t-il.

La poursuite du modèle wholesale only

Ce sauvetage va permettre à Kosc de poursuivre son activité singulière dans les télécoms professionnelles, basée sur un modèle wholesale only. Celui-ci consiste à n'être présent que sur le marché de gros. En effet, Kosc vend de la connectivité aux petits opérateurs pour les entreprises, lesquels la commercialise au détail via leurs offres Internet. Ce modèle est considéré comme un atout pour développer la concurrence sur le marché des télécoms professionnelles. Dans ce schéma, Kosc n'est jamais concurrent des opérateurs de détail.

C'est la raison pour laquelle Kosc a longtemps été épaulé par l'Arcep. Le régulateur des télécoms y voyait un atout pour ouvrir un marché B2B encore ultra-dominé par Orange, et dans une moindre mesure par SFR. En décembre dernier, Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, restait convaincu de la pertinence du modèle de Kosc.

« Kosc a développé dans un temps très réduit un réseau d'une empreinte nationale, affirmait-t-il dans nos colonnes. C'était un vrai défi. L'entreprise a rencontré des difficultés. Mais c'est globalement une vraie réussite technique et économique. Kosc a rencontré son marché. [...] Son modèle wholesale only a beaucoup de vertus pour le développement de la concurrence. »

Sous la coupe d'Altitude, Kosc va disposer de moyens pour se relancer. En janvier dernier, celui-ci s'est dit prêt à investir 100 millions d'euros sur cinq ans dans l'opérateur pour les entreprises. David El Fassy, le patron d'Altitude, estimait que Kosc pourrait retrouver l'équilibre opérationnel en 2022.

Pierre Manière

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.