Télécoms : quand le gouvernement fait de la 5G "une priorité"

 |   |  943  mots
« Aujourd’hui, nous lançons un appel aux industriels à innover, à expérimenter, à se saisir de la technologie 5G », écrivent Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État en charge du numérique auprès du Premier ministre, dans un communiqué conjoint.
« Aujourd’hui, nous lançons un appel aux industriels à innover, à expérimenter, à se saisir de la technologie 5G », écrivent Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État en charge du numérique auprès du Premier ministre, dans un communiqué conjoint. (Crédits : Reuters)
L’exécutif a présenté ce lundi une feuille de route concernant l’arrivée de cette prochaine génération de communication mobile, dont les premiers déploiements commerciaux sont espérés à partir de 2020.

Pour le gouvernement, la 5G est bien « une priorité ». Voilà ce que l'exécutif a indiqué lundi 16 juillet en présentant une « feuille de route » concernant l'arrivée de cette prochaine génération de communication mobile. « Aujourd'hui, nous lançons un appel aux industriels à innover, à expérimenter, à se saisir de la technologie 5G », ont écrit Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État en charge du numérique auprès du Premier ministre, dans un communiqué conjoint.

Selon eux, la 5G « va transformer la connectivité de nos entreprises : les échanges de données vont être accélérés, plus sécurisés, plus fluides ou pourront être réalisés avec une consommation énergétique plus faible ». Ils poursuivent :

« En faisant de la 5G une priorité, nous préparons la France aux innovations de demain. Car elle permettra de développer des applications dans tous les secteurs industriels : la santé, en commandant des opérations chirurgicales à distance, les services, en connectant des objets à moindre frais énergétique, ou encore les transports. »

« Être en retard sur la 5G n'est pas une option »

L'exécutif a fixé plusieurs objectifs. Primo : les fréquences nécessaires à l'utilisation de cette technologie devront être attribuées en 2020. Secundo : les déploiements commerciaux devront débuter cette même année, et concerneront « au moins une grande ville ». Tertio : les ministres souhaitent que les principaux axes de transports soient couverts en 5G d'ici 2025.

Comme c'est l'usage lors de ce type d'annonce, le gouvernement a fait sa liste de « chantiers prioritaires », en intégrant de récents travaux de l'Arcep, le régulateur des télécoms, sur la 5G. Ceux-ci concernent la libération et l'attribution des fréquences dédiées à cette technologie, ou encore la mise en place de projets "pilotes" pour permettre aux opérateurs télécoms et aux industriels de développer de nouveaux usages. Car « un des enjeux de la 5G réside dans son appropriation par les acteurs économiques », rappelle Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, dans le même communiqué.

Aux yeux de ce dernier, qui a en mémoire le retard français en matière de 4G, pas question de répéter les erreurs du passé. « Être en retard sur la 5G n'est pas une option », insiste Sébastien Soriano. Or, le patron de l'Arcep n'affiche pas aujourd'hui une grande sérénité à ce sujet. Dans une interview accordée au site Next INpact, en mars dernier, il craignait ainsi « un attentisme » de la part des grands opérateurs français en matière de 5G. Pour que ces derniers se préparent à lancer cette technologie dès que possible, l'Arcep a récemment délivré des autorisations spéciales aux opérateurs. À l'instar de Bouygues Telecom, qui mène des expérimentations à Bordeaux, les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) peuvent utiliser des fréquences 5G dans certaines villes pour mener des tests en condition réelle.

Un chantier complexe

Ce mardi 17 juillet, lors d'une matinale organisée dans la capitale par La Tribune et la Chambre de commerce et de l'industrie de Paris Île-de-France, Fabienne Dulac, la patronne d'Orange France, a salué à sa manière la mobilisation affichée par le gouvernement concernant la 5G.

« Je ne voudrais pas être provocante, mais nous n'avons pas attendu la conférence de presse d'hier matin pour nous emparer du sujet de la 5G », a-t-elle lancé.

Pour la dirigeante, l'annonce gouvernementale a quoi qu'il en soit eu un mérite : celui d'octroyer aux opérateurs des autorisations liées à des expérimentations sur la 5G. Sachant, note-t-elle, « qu'on les demandait depuis la mi-2016 ».

Fabienne Dulac a ensuite rappelé pourquoi la 5G constituait un chantier complexe, tout en estimant que la France n'était pas en retard. Selon elle, le déploiement de cette technologie « nécessite quatre prérequis ». En premier lieu, il faut d'abord des normes fiables au niveau européen, affirme Fabienne Dulac. « Cela nécessite de se mettre d'accord avec (les) 28 régulateurs (nationaux de l'UE), souligne-t-elle. Ce n'est pas chose facile même si nous y arrivons. » Le second prérequis, lui, concerne la libération et l'attribution des fréquences par l'Arcep et le gouvernement. La troisième condition concerne l'arrivée des premiers terminaux 5G, qui, selon la dirigeante, devraient être disponibles en France à partir de la mi-2019. Enfin, « il faut quand même que l'opérateur ait le temps de déployer ses antennes », enchaîne Fabienne Dulac. Sachant qu'il faut, rappelle-t-elle, « en moyenne, entre 5 à 10 ans pour déployer un réseau mobile ».

Trouver « un équilibre de monétisation »

En outre, Fabienne Dulac fait un lien entre le déploiement de la 5G, qui va nécessiter de coûteux déploiements de la part des opérateurs, son retour sur investissements et la possible consolidation du marché français des télécoms.

Selon elle, un retour à trois FAI en France est « globalement [...] d'autant plus souhaité par les opérateurs et par l'Arcep » que les acteurs savent « pertinemment qu'il faudra trouver un équilibre de monétisation ».

D'ailleurs, au printemps dernier, lorsque Sébastien Soriano a affirmé qu'il n'était plus opposé à une consolidation du marché français des télécoms, celui-ci a notamment fait référence à un gros deal outre-Atlantique : le mariage entre les géants du mobile Sprint et T-Mobile US, qui ont affirmé au mois d'avril que leur union leur permettrait d'abord de bâtir au plus vite un grand réseau 5G au pays de l'Oncle Sam.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2018 à 19:12 :
Si on faisait déjà marcher proprement la 4G, au lieu de la saucissonner en petits morceaux de spectre, mal géré. La modulation radio LTE-A est la même que la 5G (256QAM), qui n'apportera donc rien. Densifions les cellules 4G plus petites, et la 5G est déjà là, avec tout le matos déjà en place. Si c'est pour "l’allègement" des stacks radio, alors c'est pas de la 5G, c'est du LTE++++ ;-)
a écrit le 22/07/2018 à 19:03 :
Si on faisait déjà marcher proprement la 4G, au lieu de la saucissonner en petits morceaux de spectre, mal géré. Densifions les cellules 4G plus petites, et la 5G est déjà là, avec tout le matos déjà en place.
a écrit le 19/07/2018 à 12:39 :
Messieurs
La 5G demande un déploiement et va vous faire attendre les USA qui monopolise tous les standards: IEEE et les GAFA et les savoir faire avancé car ils sont sur la route déjà pour les voitures de luxe et les camions... Les R&D sont fait pour gagner de l'argent et non plus pour une notoriété.
Un Américain durant une discussion de collaboration a dit à un VP d'un groupe Français, vendu maintenant, concernant sa technologie de 30 PCM sur une paire de fils torsadés : ''very good : keep the fame & good image et leave the money for us''.
Tesla Model 3 est en teste mais ses accidents impressionnent. Osons mettre quelques choses légers et abordables tout de suite et attaquons le marché en voiture semi-autonome pour gagner en expérience et réputation, peaufiner en utilisant et exporter une solution qui marche aujourd'hui et durant le vie d'un véhicule acheté aujourd'hui qui dure : luxe (+/- 10 ans ) ou classique (+10 ans).
Ce, avant que vous, les constructeurs Français/ Européens, avez le savoir technologique, par les milliards dépensés , mais derrière en réputation, expérience et présence sur le marché, votre bijou invendable car TESLA a occupé le terrain depuis longtemps au moins pour le luxe...
a écrit le 19/07/2018 à 11:35 :
Bonjour,
Je n'ai rien contre la 5G si elle ne concerne V2V uniquement V2V, comme équipement accessoire qu'un véhicule peut avoir comme: Lidar ou tout autre capteur pour alertes pour soi même...
L'edge Computing et un ADAS de demain doit être intelligent et interactif avec l'infrastructure de la Smart City d'une façon globale moyennant un Réseau étendu.
Les mobiles (V2I) doivent avoir une intelligence partagée et un moyen de liaison temps-réel M2M commun pour communiquer différent de 5G. Cette liaison commune doit être très répondue dans le monde entier chez tout opérateur.
Car, en cas d'un accident il faut pouvoir, à posteriori et comme la RGDP de notre justice l'exige, savoir facilement les conditions exactes et sans aucun doute qui ont abouti audit accident, vitesse, position et date:heure, pour que les assurances pouvoir décider sur les responsabilités engagées.
Or, il y a un moyen économique pour faire une transition vers une voiture semi-autonome immédiatement ( autonome dans le long terme) adaptée pour les pays Européens et le reste du monde. Le véhicule ainsi décrit est un engin qui peut cohabité avec tout autre engin, donc on peut l'exporter dans le monde entier dès maintenant car wifi, 3G et 4G sont très répondu...
a écrit le 19/07/2018 à 5:35 :
Pourquoi ne pas passer directement à la 6G, voire la 7, tant qu'on y est.
Réponse de le 19/07/2018 à 11:24 :
comme la voiture à pétrole à éradiquer, passons directement aux véhicules volant à pile à combustible (& autonomes pour ne pas avoir à prendre de leçons de pilotage des aéronefs), pourquoi avoir des étapes entre les deux ? Soyons ambitieux. :-)
a écrit le 18/07/2018 à 19:55 :
Il doit y avoir un test technique, pas grand public, à Bordeaux, je crois.
Ça va en faire des déchets tous les appareils mobiles qui ne sont pas 5G, ils devront aller à la déchetterie pour acheter du neuf, avec la 5G intégrée, sinon aucun intérêt d'avancer à marche forcée.
Sauf si la 5G peut remplacer internet pour l'usage pro (bureau ou nomade) et le 4G suffisante pour le grand public.
Mais ne pouvant tout "empiler" (réseau, technique, antennes), il faudra éteindre la 2G, mon GSM (Doro) va devenir muet. Ah le progrès ! Un pauvre téléphone qui ne fait que téléphone, obsolescence forcenée (le premier (bibande) a duré 9 ans avant sa noyade dans un gros orage en montagne). :-)
a écrit le 18/07/2018 à 18:33 :
J ai croisé une fois ou deux ce petit Trissotin de st Germain il y a une dizaine d années.
A part taper laborieusement à 3 doigts sur un pc portable, sa principale qualité était d être pote avec un fils Hollande.
Le voir faire le chef du numérique gouvernemental m hallucine
a écrit le 18/07/2018 à 17:09 :
Oui la necessité de developper la 5G de telecoms avec un reseau internet, de reseaux sociaux ou encore l'explosion de Netflix : il faut supprimer les zones banches en France et que le numerique soit accessible à tout les Français. On ne peut plus laisser des zones de campagnes sans developpement du reseau internet et des telecoms 5G. Le developpement de la réalité virtuelle va s'intensifier pour devenir une reference en terme de vision du futur mais la 5Gdevra aussi importante et en pleine expansion. Les GAFA vont encore se faire la part du lion mais la Commission Europeenne veille au grain afin d'avoir un developpement plus harmonieux des réseaux telecoms et de l'internet. linternet des objets va aussi se developper à très grande vitesse : vive la 5G et le futur des telecoms !!!
Réponse de le 19/07/2018 à 11:31 :
On va s'étonner que les médecins ne s'installent pas dans les zones blanches, pas moyen de les contacter, ni d'accéder au dossier médical en ligne, ni accéder aux malades par ambulance si un renseignement manque, réseau GSM absent. Et quand on voit un % de couverture indiqué, c'est de la population, pas de la surface. Les antennes en zones denses ça fait monter le taux très vite mais ensuite c'est laborieux car parsemé. Et le rayonnement(portée) peut être représenté par des taches rondes, si on a trois antennes et est entre les trois zones couvertes (forme circulaires), c'est le trou, zéro signal.
a écrit le 18/07/2018 à 17:08 :
Oui la necessité de developper la 5G de telecoms avec un reseau internet, de reseaux sociaux ou encore l'explosion de Netflix : il faut supprimer les zones banches en France et que le numerique soit accessible à tout les Français. On ne peut plus laisser des zones de campagnes sans developpement du reseau internet et des telecoms 5G. Le developpement de la réalité virtuelle va s'intensifier pour devenir une reference en terme de vision du futur mais la 5Gdevra aussi importante et en pleine expansion. Les GAFA vont encore se faire la part du lion mais la Commission Europeenne veille au grain afin d'avoir un developpement plus harmonieux des réseaux telecoms et de l'internet. linternet des objets va aussi se developper à très grande vitesse : vive la 5G et le futur des telecoms !!!
a écrit le 18/07/2018 à 13:40 :
Jusqu'à présent, les investissements français profitent surtout aux GAFA. Non seulement ils échappent à notre fiscalité, mais en plus on finance les infrastructures...
Réponse de le 18/07/2018 à 19:32 :
Bah la logique des GAFA est simple: c'est du Dumping !
Un jour on n'aura plus de sous pour financer les infra, et là, tac tac badaboum les voilà, ils se pointent en sauveur :
Ils proposent de nous en mettre gratos, mais par contre faut enterrer la neutralité du net donc plus de concurrence et plus d'innovation.
a écrit le 18/07/2018 à 12:14 :
M. Mahjoubi se rêverait-il en Colbert du numérique ?
a écrit le 18/07/2018 à 10:58 :
Le titre n est pas le bon

L état veux surtout vendre les fréquences et pour l urgence !!!
entendre que les opérateurs attendent toujours l autorisation de test
C’est quand même fort de cafe !

On dirait de la vieille politique de Chirac et compagnie
a écrit le 18/07/2018 à 9:52 :
Si c est une priorité... et bien qu’il offre gratuitement les fréquences en exigeant un déploiement rapide...
ps : tous les spécialistes du dossier 5g savent qu’il sera impossible de rentabiliser l’investossement nécessaire...
a écrit le 18/07/2018 à 5:21 :
Mounir se reveille ? Madagascar possede un internet plus rapide que celui de la France.
a écrit le 17/07/2018 à 20:33 :
c'est une priorite car 5g = vente de nouvelle licence obligatoire + investissements ' payes par personne'
tout ca parce que le petit obese refuse de perdre un peu de poids ( pourtant vu les 400.000 nouveaux fonctionnaires embauches par hollande cf cour des comptes, ca serait assez facile)
Réponse de le 19/07/2018 à 12:32 :
Messieurs
La 5G demande un déploiement et va vous faire attendre les USA qui monopolise tous les standards IEEE et les GAFA et les savoir faire avancés car ils ont sur la route de voitures de luxe et de camions qui roulent... Les R&D sont fait pour gagner de l'argent et non plus pour une notoriété.
Un Américain durant une discussion de collaboration a dit à un VP d'un groupe Français, vendu maintenant, concernant la technologie de l'époque, 30 PCM sur une paire de fils torsadés, très bien: ''keep the fame & good image et leave the money for us''.
Tesla Model 3 est en teste mais ses accidents impressionnent. Osons mettre quelques choses légers et abordables tout de suite et attaquons le marché en voiture semi-autonome pour gagner en expérience et réputation, peaufiner en utilisant et exporter une solution qui marche aujourd'hui et durant le vie d'un véhicule acheté aujourd'hui qui dure : luxe (+/- 10 ans ) ou classique (+10 ans).
Ce, avant que vous, les constructeurs Français/ Européens, avez le savoir technologique, par les milliards dépensés , mais derrière en réputation, expérience et présence sur le marché, votre bijou invendable car TESLA a occupé le terrain depuis longtemps au moins pour le luxe...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :