Tracking : Edouard Philippe reporte le vote sur l'application controversée StopCovid

 |  | 409 mots
Lecture 2 min.
Le Premier Ministre Edouard  Philippe.
Le Premier Ministre Edouard Philippe. (Crédits : Reuters)
Le Premier Ministre a estimé qu'un débat était "prématuré" sur l'application de traçage numérique StopCovid au regard des "incertitudes" de ce projet. Edouard Philippe a confirmé le report sine die du vote sur cette question à l'Assemblée nationale, alors que l'application doit être opérationnelle au 11 mai.

Le débat sur le projet d'application numérique StopCovid, censée identifier les "chaînes de transmission" du coronavirus, est "prématuré" compte tenu des "incertitudes" sur ce projet, a estimé Edouard Philippe ce mardi devant l'Assemblée nationale lors de la présentation de la stratégie de déconfinement. Le Premier Ministre a ainsi confirmé le report sine die du vote sur cette question à l'Assemblée nationale.

"Un grand nombre de responsables politiques, à commencer par le président de l'Assemblée Nationale, m'ont fait part de leurs interrogations sur ce type d'instrument, sur les questions que son utilisation ne manquerait pas de poser en termes de libertés publiques et des libertés individuelles", a déclaré le chef du gouvernement.

"Ces questions (...) me paraissent fondées, elles doivent être posées, elles doivent être débattues et j'ai même le sentiment qu'elles doivent faire l'objet d'un vote", a-t-il poursuivi. "Pour l'heure, compte tenu des incertitudes sur cette application, je serais bien en peine de vous dire si elle fonctionne et comment elle fonctionnera précisément."

Lire aussi : StopCovid : Apple et Google au centre du jeu, la future appli de l'Etat dans l'impasse ?

La Cnil demande des "garanties supplémentaires"

"Je ne doute pas que nous travaillerons d'arrache-pied et que nous réussirons à faire aboutir ce projet mais (...) il me semble que le débat est un peu prématuré", a-t-il ajouté. "Mais je confirme mon engagement : lorsque l'application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en œuvre, nous organiserons un débat spécifique, suivi d'un vote spécifique".

Inspiré d'outils déployés dans des pays comme Singapour, ce dispositif de traçage doit permettre d'alerter les personnes qui ont été en contact avec des malades du coronavirus. Mais même si cette application fonctionnerait sur la base du volontariat, elle est critiquée jusque dans les rangs LREM pour ses risques concernant la vie privée des utilisateurs.

Dimanche, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a donné son feu vert de principe, tout en demandant certaines "garanties supplémentaires". Plusieurs parlementaires LREM avaient souligné que l'application n'était pas prête techniquement à ce stade. "Ce n'est pas prêt et ce sera sûrement doucement enterré. A la française", estimait même un député LREM lundi soir, auprès de l'AFP.

Lire aussi : Tracking : pourquoi le projet d'application StopCovid est si controversé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2020 à 16:16 :
Personnellement, cela ne me plait pas. Pire, je crois la mesure à ce stade de l'épidémie (des millions de personnes ont été contaminées, et à compter du 11 mai, cela va évidemment exploser) complètement inutile: on ne va pas se mettre à suivre tous les cas, et le timing va être impossible. Mais ce type d'outils peut dans les années à venir se révéler utile, en tout début d'épidémie: donc pourquoi pas une expérience maintenant pour être prêts demain, si évidemment des assurances sont données sur l'utilision des données.
a écrit le 29/04/2020 à 14:34 :
C'est en cours de développement (la plateforme Apple est assez hermétique, verrouillée), l'Allemagne a choisi le système Gafa mais nous on préfère avoir notre outil national avec nos habitudes de centralisation des données (et aussi dire que c'est pour éviter que d'autres ne les captent, système anonymisé chez Gafa, pseudonymisé en France, vieux réflexe, le code source devant aller sur Github (dépositoire de code de développeurs, accès libre ou pas (réservé à certains développeurs si confidentiel) selon)) a vu le compte ouvert se fermer, fini la transparence trop criante (pour passer le temps d'aucuns pourraient se former à la lecture du code informatique, les puzzles, ça finit par lasser).
Il faut une synergie de moyens divers, pas croire au miracle du numérique (ni miracle du masque, etc), on est déjà plus de 20% à avoir aucun besoin de smartphone en France. L'IA par ci l'IA par là...
a écrit le 28/04/2020 à 21:44 :
Ce n'est pas abandonné du tout, c'est suspendu ou reporté : vocabulaire et syntaxe macronienne largement éprouvés avec les gilets jaunes.
Les profits sont trop gros pour laisser tomber, et en plus c'est une volonté de l'idéologie néolibérale.
a écrit le 28/04/2020 à 17:40 :
Mais il a cent fois raison!
A moins que ce virus ait des propriétés quantiques, avec un tel logiciel on va vite se retrouver tous numériquement contaminés donc ... concrètement reconfinés
Il faudrait que les petits génies de l'informatique opportuniste se calment un peu
a écrit le 28/04/2020 à 17:33 :
"ce sera sûrement doucement enterré"

Espérons le.

Bon maintenant que ce truc immonde est en voie d'être abandonné pourrait on nous dire quel est le génie qui en a eu l'idée svp ? Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :