Universités : la France a du mal à élever des "licornes"

[ Graphiques ] Les établissements américains de l'enseignement supérieur sont à la pointe pour faire émerger les entrepreneurs à succès dans le domaine des technologies. Ces derniers sont à l'origine de startups devenues des géants de la tech et qui ont intégré le club restreint "des licornes". Ces firmes valorisées à plus de 1 milliard de dollars sont devenues le symbole de réussite de ces établissements. A l'inverse, les universités françaises ont du mal à faire naître ce type d'entrepreneurs.
Grégoire Normand

3 mn

Le campus de l'université de Stanford en Californie a vu passer de nombreux futurs entrepreneurs de la Silicon Valley.
Le campus de l'université de Stanford en Californie a vu passer de nombreux futurs entrepreneurs de la Silicon Valley. (Crédits : REUTERS/Beck Diefenbach)

Sans surprise, les Etats-Unis dominent largement le classement des universités qui forment le plus d'entrepreneurs dans le domaine des startups à succès. D'après un classement établi par Sage, entreprise britannique de logiciels, trois établissements supérieurs américains occupent les trois premières places du podium. Pour établir ce palmarès, Sage s'est appuyée sur le club restreint des "licornes" les mieux valorisées au monde.

Mark Zuckerberg Harvard

Mark Zuckerberg sur le campus de Harvard en 2011 entouré d'étudiants. Si le fondateur de Facebook est passé par Harvard, il n'a jamais été diplômé de la prestigieuse université. (Photo: Brian Snyder/Reuters)

   > Lire aussi : Les 10 licornes les mieux valorisées au monde

Une forte domination des Etats-Unis

L'université de Stanford installée en Californie est largement en tête du classement avec au total 51 entrepreneurs, suivie de Harvard avec 37 dirigeants, et enfin, l'université de Californie en 3e position (avec 18 anciens étudiants à l'origine de grandes firmes technologiques). La proximité qui existe entre ces écoles et la Silicon Valley peut en partie expliquer une telle domination.

La France n'arrive qu'en 12e position avec l'Insead et cinq entrepreneurs. L'Institut européen d'administration des affaires est une école privée de management avec trois campus principaux situés à Fontainebleau, Singapour et Abou Dabi.

Parmi les anciens étudiants de Stanford, se trouvent les fondateurs de LinkedIn Allen Blue, Eric Ly et Konstantin Guericke. Le campus de Harvard compte parmi ses anciens étudiants le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et l'inventeur d'Airbnb, Nathan Blecharczyk. Enfin, l'université de Californie a vu passer le fondateur d'Uber, Travis Kalanick, et l'homme à l'origine de Lyft, Logan Green.

Les firmes qui peuvent revendiquer une valorisation de plus de 1 milliard de dollars sont particulièrement peu nombreuses : c'est en raison de cette rareté qu'on les qualifie souvent de "licornes". Selon un classement de Techcrunch, il y aurait plus de 221 sociétés de ce type dans le monde. Parmi les plus connues, Uber arrive en première position (valorisée à 62 milliards de dollars), Airbnb (30 milliards de dollars), Snap Inc (19,3 milliards de dollars).

Pour la France, seule Blablacar figure dans le tableau avec une valorisation à plus de un milliard de dollars.

    > Lire: Blablacar valorisé 1,6 milliard de dollars après une levée record de 200 millions

L'agence de conseil Verve Search a identifié de son côté 242 firmes technologiques valorisées à plus de 1 milliard de dollars d'après des chiffres rapportés par BusinessInsider.

    >Lire: Le financement des « licornes » européennes par des fonds étrangers, un faux débat ?

Grégoire Normand

3 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 29/01/2017 à 15:08
Signaler
faut etre idiot pour creer une boite en france la france c'est interessant tant que la boite ne gagne rien et consomme le cash des actionnaires si ca tourne, c'est l'enfer.... et en plus il faut remplir des comptes penibilites, subier la loi floran...

le 30/01/2017 à 11:56
Signaler
Ce n'est pas ce que dit Xaviel Niel par exemple L'herbe est toujours plus grasse ailleurs.

le 30/01/2017 à 12:46
Signaler
Paul, Niel est très riche, il a de contacts, l'impôt, il négocie avec l'état (comme la plupart des gros), en France la prise de risque, l'initiative n'est pas encouragé, tu te fais taper de partout, quand ce n'est pas les "copains de l'état" qui sont...

le 31/01/2017 à 12:16
Signaler
Stranger, Xaviel Niel est devenu riche, il n'a pas fait les grandes écoles. Avec free, il est parti de "presque rien", en tout cas hors establishment, et a disrupté dans le secteur avec sa box qu'il a d'ailleurs du développer lui même car il n'a ...

à écrit le 28/01/2017 à 10:49
Signaler
on s'en moque des licornes. les US ont des licornes, mais ils ont 24% de pauvreté (33% chez les gamins : UNICEF, 2012). 25% de travailleurs pauvres ("low wage earners") contre 8% en France (OCDE, Eurostat). 50% des diplômés du supérieur ont un "non ...

le 28/01/2017 à 20:16
Signaler
Non on ne se moque pas des licornes ou des starups. Ce sont les emplois de demain et surtout les revenus de demain. Pas d’entrepreneurs = pas d’entreprises, pas d’entreprises = pas de revenus. Pour rappel, l’économie c’est cette espèce de « machin »...

à écrit le 28/01/2017 à 10:04
Signaler
En informatique, le monde francophone n'a pas les mêmes armes que le monde anglophone, suffit de voir la littérature sur la compilation ou la littérature pointu en programmation, mais sinon, ce n'est pas l'université en elle même le soucis, regardez ...

le 28/01/2017 à 10:55
Signaler
"ils s'en moquent de l'étranger" : il me semble qu'ils ont énormément besoin des étrangers, des Français notamment. à part une poignée d'établissements, leurs formations ne doivent pas être si sérieuses que ça. d'ou 50% des diplômés du supérieur dan...

le 30/01/2017 à 12:48
Signaler
Gfx, c'est l'étranger qui va vers eux, pas l'inverse, ils ont de quoi séduire, faut pas inverser les rôles, sinon les ricains se seraient installé à l'étranger massivement.

à écrit le 28/01/2017 à 9:31
Signaler
L'une des raisons est que les universités et écoles en France ont plus l'approche stages que projets et créations d'entreprises (ce à quoi poussent les rankings de journaux comme l'Etudiant ou l'Usine nouvelle où la durée des stages est un facteur dé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.