Violation de brevets : Apple condamné à 500 millions de dollars de dommages

 |  | 404 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Mike Segar)
Apple a été condamné mardi aux Etats-Unis à payer plus de 500 millions de dollars de dommages et intérêts à PanOptis. Cette entreprise spécialisée dans les licences d'utilisation de brevets reprochait au fabricant de l'iPhone d'avoir violé des brevets sur la 4G.

Une cour texane a condamné Apple mardi à payer plus de 500 millions de dollars de dommages et intérêts à PanOptis, pour avoir violé des brevets sur la 4G détenus par cette société. Le géant californien, dont la capitalisation boursière approche les 2.000 milliards de dollars, va faire appel de la décision, d'après des médias spécialisés américains.

PanOptis, une entreprise spécialisée dans les licences d'utilisation de brevets, avait attaqué Apple en justice en février 2019. En cause : elle reprochait au fabricant de l'iPhone de refuser de payer des commissions pour l'usage de certaines technologies liées à la 4G LTE (norme de téléphonie mobile) dans ses appareils (smartphones, tablettes et montres connectées).

"Les plaignants ont tenté plusieurs fois de négocier avec Apple pour trouver un accord sur des coûts de licence "raisonnables et non discriminatoires" pour les brevets qu'Apple enfreint", indique la plainte initiale. "Les négociations ont échoué parce qu'Apple refuse de payer des coûts de licence".

Selon des sites d'information juridique, Apple a tenté de faire valoir que les brevets étaient invalides, sans convaincre le jury. Le groupe n'avait pas répondu dans l'immédiat à une sollicitation de l'AFP.

Apple n'en est pas à son premier revers dans cette juridiction du Texas, qui a déjà tranché à deux reprises en faveur d'une autre société spécialisée dans la concession de licences, VirnetX, à hauteur de plusieurs centaines de millions de dollars.

PanOptis, un "chasseur de brevets"

PanOptis et VirnetX ont acquis une réputation de "chasseuses de brevets" ("patent troll"), au sens où leur activité, légale, consiste principalement à négocier des licences et à poursuivre en justice les entreprises qui refusent de négocier. PanOptis propose ainsi à ses clients de gérer leur portefeuille de brevets pour qu'ils puissent se concentrer sur "l'innovation et le développement".

"Le monde des télécoms est particulièrement ciblé" par les chasseurs de brevets, expliquait en début d'année Pierre Breesé, président du cabinet de conseil IP Trust, à l'AFP. "Ce secteur s'appuie sur des technologies complexes, couvertes par des milliers de brevets : cela aiguise les appétits".

Aux Etats-Unis, où plusieurs milliers de procédures sont engagées chaque année, les litiges intentés par les "patent trolls" coûteraient près de 29 milliards de dollars annuels aux entreprises, selon une estimation de l'Université de Boston.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2020 à 15:07 :
500.000 dollars sur un avoi rde 2000 milliards , pas de quoi me couper l'appétit ..
a écrit le 14/08/2020 à 11:01 :
L'arroseur arrosé. Apple qui attaque en justice une petite PME qui a choisi la poire comme logo mérite quelques retours de bâton. Ils vont bientôt breveter la pomme.
a écrit le 13/08/2020 à 11:52 :
Les Américains et leurs lois de voyous, suffit qu'un morceau d'invention dont on a oublié de passer un brevet et passage au tribunal.
a écrit le 12/08/2020 à 11:18 :
"PanOptis et VirnetX ont acquis une réputation de "chasseuses de brevets" ("patent troll"), au sens où leur activité, légale, consiste principalement à négocier des licences et à poursuivre en justice les entreprises qui refusent de négocier. "

"Des chercheurs qui cherchent on en trouve des chercheurs qui trouvent on en cherche" disait cet homme du 19ème siècle. Les américains eux ils en trouvent et beaucoup visiblement des découvertes.

A l'image de ces généraux français qui enterraient les premiers chars parce que ne sachant pas quoi en faire, ce sont les ravages du déclin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :