Vivendi n’est plus autant intéressé par Mediaset Premium

 |   |  287  mots
Vincent Bolloré, le patron de Vivendi (maison-mère de Canal+, Havas et Telecom Italia).
Vincent Bolloré, le patron de Vivendi (maison-mère de Canal+, Havas et Telecom Italia). (Crédits : Reuters)
Le groupe de médias a déclaré mardi qu’il était en désaccord avec l’italien Mediaset sur les résultats de sa filiale de télévision payante dont il devait prendre le contrôle. Dans l’immédiat, il n’en voudrait plus que 20%.

La manœuvre va, à n'en point douter, susciter des interrogations, tant Mediaset était perçu comme un actif stratégique pour Vivendi dans la construction de son « Netflix d'Europe du Sud ». Le géant français des médias a fait savoir mardi qu'il était en désaccord avec le bouquet de chaînes de Silvio Berlusconi sur les résultats de sa filiale de télévision payante, dont il est censé prendre le contrôle, ajoutant avoir proposé à ses dirigeants une autre transaction.

Mediaset a révélé un peu plus tôt que Vivendi ne voulait plus racheter la totalité de sa filiale de télévision payante comme convenu en avril, ce qui a provoqué une chute de l'action Mediaset en Bourse. Concrètement, Vivendi ne souhaiterait plus racheter 100% de Mediaset Premium. Il n'en voudrait plus que 20% dans l'immédiat, et 15% supplémentaires dans trois ans.

"Différends dans l'analyse des résultats"

"Vivendi précise que son président du directoire, par une lettre en date du 21 juin, a fait part aux dirigeants de Mediaset de différends significatifs dans l'analyse des résultats de sa filiale de télévision payante Mediaset Premium, entité pour laquelle les deux groupes sont en négociations", explique Vivendi dans un communiqué.

"Par ailleurs, le groupe a fait hier une proposition à Mediaset pour trouver un nouvel accord en des termes différents et pour poursuivre les discussions", ajoute-t-il dans ce communiqué. Un porte-parole de Vivendi a précisé que le groupe dirigé par Vincent Bolloré menait actuellement des discussions avec les dirigeants de Mediaset et avait bon espoir de parvenir à un nouveau terrain d'entente.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2016 à 16:05 :
Au mieux de sa forme, Bolloré, qui a une longue pratique de l'Italie, souffle le froid et le chaud. Pourquoi acquérir 100% d'une entreprise à prix fort lorsque l'on peut la dominer et la diriger pour 30% à prix faible ? ... et "pomper" ensuite pour engloutir le tout. Déjà, par ce seul mécanisme de contre-pied, il a en quelques instants gagné sa mise de fonds. Faire un ensemble pertinent de différents médias italiens pour les vendre à l'espagnol Téléfonica contre une participation minoritaire puis consolider ce nouveau vecteur avec son propre groupe Vivendi-Havas et ses nouveaux accords avec Orange, correspond à la plus belle stratégie pour devenir le champion d'Europe de la IT globale et des médias. Cela montre également que l'homme ne reste pas inactif. Il serait souhaitable que d'autres secteurs disposent d'un tel dynamisme.
a écrit le 26/07/2016 à 15:05 :
M. Bolloré veut prendre sans concurrence le marché payants des médias. Il s'attaque à un marché qui donne peut de place au copinage politique type ports en Afrique, de ce fait ce marché plus tourné vers le consommateur lui est inconnu et surtout il ne peut compter ni sur des appuis politiques ni sur des postures arrogantes. On commence à voir combien son copinage politique avec la suppression, pour cause d'approche de la présidentielle, d'émissions sur Canal, est bien loin de ce que l'on attend d'un chef d'entreprise faire croitre par une stratégie de marché l'entreprise dont on est l'actionnaire majoritaire. Je vois dans ce Monsieur un peu la fin d'un autre magnat qui manque de vision le groupe Lagardère.
Réponse de le 26/07/2016 à 16:08 :
C'est juste le contraire, les médias sont hyper politisés, Bolloré veut les rendre plus neutres.
Réponse de le 26/07/2016 à 19:51 :
Votre commentaire m' a fait sourire car 30 ans dans bien des régions du monde avec tout ce que cela comporte de déplacements entre politiques et industriels, il se crée des liens qui peuvent peut-être!!! aller bien au delà du simple remerciements. Je ne vous apprends rien en évoquant l'ascenseur et plus particulièrement dans celui ou ceux qui tiennent les médias. Je pense que nous nous retrouverons d'ici peu avant mai 2017. Bonne soirée
a écrit le 26/07/2016 à 10:35 :
Ah on commencerait à avoir un problème de liquidité ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :