Les tarifs des mutuelles vont augmenter mais moins vite que les années passées

 |   |  384  mots
Après 6,8 % de hausse moyenne entre 2007 et 2011, 8 % de hausse en 2012 : les tarifs des complémentaires santé devraient augmenter de près de 3% en 2014
Après 6,8 % de hausse moyenne entre 2007 et 2011, 8 % de hausse en 2012 : les tarifs des complémentaires santé devraient augmenter de près de 3% en 2014 (Crédits : Backbuilder)
En 2014, la hausse moyenne des contrats de complémentaires santé devrait se situer entre 2,5% et 3% contre 6,8% à 8% les années précédentes.

Après 6,8 % de hausse moyenne entre 2007 et 2011, 8 % de hausse en 2012 : les tarifs des complémentaires santé devraient augmenter de près de 3% en 2014, d'après une information des Echos. Ce qui constitue une hausse modérée si l'on compare à celles des années précédentes.

Une hausse des tarifs de 2,5 à 3% en 2014

Dans une interview accordé aux Echos, le président de la Mutualité française, Etienne Caniard, a été clair :

J'ai entendu la ministre de la Santé, Marisol Touraine, annoncer qu'il n'y aurait pas de nouvelles taxes ni de nouveaux déremboursements, donc pas de transferts vers les complémentaires. Dans ces conditions, l'évolution moyenne du prix des contrats sera celle des dépenses de santé, de l'ordre de 2,5 % à 3 % l'an prochain. Les hausses importantes que nous avons connues ces dernières années, largemement dues aux taxations, sont donc terminées.

Des propos qui font notamment référence au fait que Bernard Cazeneuve et Marisol Touraine, respectivement ministre du Budget et ministre de la Santé, aient envisagé d'augmenter les prélèvements des complémentaires santé à hauteur de 150 millions d'euros pour tout le secteur en 2014, afin de limiter le déficit de la Sécurité Sociale. Ce que Bercy a démenti mi-septembre. 

>> Comment Marisol Touraine compte redresser les comptes de la Secu en 2014

>> Complémentaire santé : la majoration d'impôt sur le revenu confirmée

" L'accord sur la sécurisation de l'emploi n'est pas la réponse à la généralisation de la complémentaire"

Concernant la généralisation à l'horizon 2017 des complémentaires santé, que François Hollande avait appelé de ses voeux l'an dernier. Etienne Caniard s'est montré sceptique à propos de l'accord sur la sécurisation de l'emploi : 

Tous les observateurs s'accordent à dire que la Sécurité sociale ne suffit plus pour accéder aux soins courants. Quand on regarde l'évolution des déficits, on voit bien que les complémentaires santé sont indispensables. Mais l'accord sur la sécurisation de l'emploi n'est pas la réponse à la généralisation de la complémentaire. (...) Sur ces 4 millions de salariés, seuls 400.000 n'avaient pas de complémentaires. Pour les 6% de Français qui n'ont pas de mutuelle, la généralisation reste à faire.

 

>> Pour aller plus loin : comparez les mutuelles

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2014 à 10:48 :
Notre population vieillit chaque année, et chaque année de nouvelles maladies, bactéries, virus... voient le jours, il est clair que plus le temps passera, plus les cotisations des mutuelles augmenteront. D'où l'importance de bien comparer les offres des mutuelles et leurs tarifs pour être bien protégé.
a écrit le 24/09/2013 à 20:15 :
Qu'en termes choisis cela est bien dit : quand il y a une décroissance dans une augmentation de quoique cela soit pénalisante , on appelle maintenant ce phénomène une "pause" , autrefois on disait "ralentissement " , mais on peut lui donner n'importe quel nom , l'augmentation est toujours présente !
a écrit le 24/09/2013 à 19:37 :
...et les SALAIRES! ils augmentent ????? !
a écrit le 24/09/2013 à 16:04 :
J'ai lu que les frais publicitaires pour attirer de nouveaux assurés représentaient entre 25% et 30% du montant des primes collectées !!!
Vous rajoutez qu'une partie de taxes finance la cmu !!
Et quand les mutuelles annoncent une augmentation de 2,5% elles se gardent de dire que l'augmentation peut etre supérieure du fait du changement de tranche d'age !!!
Et quand vous regardez de pret vous vous apercevez que les remboursements ne sont que trés rarement supérieurs aux cotisations versées !!!
a écrit le 24/09/2013 à 14:42 :
il faut être "malade" pour s'adosser à une mutuelle . de plus elles avaient anticipé les hausses afin de dire aujourd'hui ... elles augmenteront moins qu'avant !! tu parles charles , des enflures oui . regardez le battage qui est fait pour agripper le chaland ce qui démontre que la maladie est un vrai business qui rapporte très gros sauf aux vrais malades qui vont mourir asphyxiés financièrement .. un comble .
Réponse de le 24/09/2013 à 19:37 :
+ UN
a écrit le 24/09/2013 à 14:12 :
Au rythme des hausses annuelles depuis quelques années, une mutuelle devient un luxe de plus en plus inaccessible à beaucoup. A quand des tarifs progressant enfin moins vite que l'inflation et surtout les hausses de revenus, quand il y en a ?
Réponse de le 24/09/2013 à 19:38 :
Voilà, me semble t-il, une excellente conclusion : et de l'article, et des commentaires.
Réponse de le 25/09/2013 à 9:25 :
C est ne pas la privatisation le probleme cher ami, mais le caractere OBLIGATOIRE, et choisi par l employeur, donc on ne peut pas faire jouer la concurrence, encore moins decider de ne pas adherer a une mutuelle... c est n est donc en rien une privatisation mais un nouvel impots deguise par nos cher gouvernements.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :