Fonction publique : pourquoi les arrêts maladie d'un jour ont chuté de 40% ?

 |   |  561  mots
L'étude de Sofaxis a évalué le coût moyen des absences pour raisons de santé: il est en moyenne de 1.800 euros pour un agent territorial et de 3.000 euros pour un agent hospitalier.
L'étude de Sofaxis a évalué le coût moyen des absences pour raisons de santé: il est en moyenne de 1.800 euros pour un agent territorial et de 3.000 euros pour un agent hospitalier.
En 2012, le nombre d'arrêts maladie des fonctionnaires a baissé pour la première fois depuis six ans, selon une étude Sofaxis. La raison? La journée de carence appliquée en 2011, que le gouvernement Ayrault a depuis abrogée. En revanche, la durée des arrêts maladie s'allonge.

Du jamais vu depuis six ans. Les arrêts maladie (ordinaires) d'une journée ont reculé en un an dans la fonction publique, d'après une étude de la société d'assurance Sofaxis. Précisément, ils ont baissé de plus de 43% dans la fonction publique Territoriale (FPT) et de 40% dans l'Hospitalière (FPH).

Or les arrêts de deux et trois jours ont baissé eux aussi: respectivement de 18% et 12% dans la fonction territoriale et de 31,8% et 16,3% pour la fonction publique hospitalière. Sachant que les arrêts d'un à trois jours représentent près du tiers des arrêts dans la FPT, et près du quart dans la FPH.

Pour Pierre Souchon, du groupe Sofaxis, la cause est à chercher du côté du jour de carence:

"La mise en application d'un jour de carence en maladie ordinaire explique probablement ce phénomène".

Un dispositif "injuste, inutile, inefficace et humiliant" pour les agents

Pour rappel, ce jour de carence, non indemnisé en cas d'arrêt maladie avait été mis en place pour la première fois chez les fonctionnaires par le gouvernement Fillon fin 2011. Dans le secteur privé, le délai est de trois jours avant que n'intervienne la prise en charge par l'assurance maladie, mais beaucoup d'entreprises compensent le manque à gagner. Ce qui n'est pas le cas dans le public.

Mais voilà. Le gouvernement Ayrault a depuis décidé d'abroger ce dispositif, le jugeant "injuste, inutile, inefficace et humiliant" pour les agents et ayant un impact budgétaire "très limité". Sa suppression est ainsi prévue en 2014 dans le projet de loi de finance (PLF).

Invitée à réagir à cette étude, la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu, n'a d'ailleurs pas manqué de relever qu'elle avait été faite par des assureurs:

"Qui avait le plus intérêt à ce qu'on ne supprimât point le jour de carence ou à ce qu'on l'augmente?" (...) '"un certain nombre de négociations avaient commencé avec les employeurs publics pour mettre en place un système de prévoyance".

Assurant faire "confiance aux fonctionnaires", elle a également noté que "le nombre d'arrêts maladie plus longs a augmenté", notant que "ce n'est pas forcément moins d'arrêts de travail, mais peut être plus d'arrêts plus longs".

La durée des arrêts de travail augmente

De fait, si entre 2011 et 2012 les agents territoriaux et hospitaliers ont été moins nombreux à s'arrêter et moins souvent, en revanche les durées des arrêts, elles, s'allongent, selon Sofaxis. Ainsi depuis 2007, la durée des arrêts de travail a augmenté de 16% dans la fonction publique territoriale, et de 10% dans la fonction publique hospitalière.

Combien coûtent ces absences pour raisons de santé? Selon l'étude de Sofaxis, le coût moyen tourne en moyenne autour de 1.800 euros pour un agent territorial et de 3.000 euros pour un agent hospitalier.

Enfin, toujours selon l'étude, les absences seraient plus fréquentes dans les collectivités de plus de 150 agents que dans celles de moins de 10 agents. A l'inverse, ce sont dans les établissements hospitaliers les plus petits (moins de 100 agents) que l'on recense le plus d'arrêts.

L'étude complète de Sofaxis

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2013 à 12:18 :
Moi, je defends l'egalité public-privé. Dans ce cas précis, une journée de carence pour le public et le privé, sans possibilité d'assurance, permettrait de supprimer tout les arrêts abusifs (arret quand il y a une greve, veille d'un grand week-end, etc..) .
On parle de cout mais lesquels ? par ex, un agent hospitalier qui est en arrêt un jour doit être remplacé par un intérimaire ou un collegue en supp. S'il le jour de carence disparait et est donc payé, cela coute donc deux fois plus cher.
Réponse de le 30/03/2014 à 10:06 :
Erreur. Ça a l'effet inverse, ceux qui avait des arrêt abusifs maintenant ils en ont des plus long. Quand a vous et moi ont va dans l'excès inverse. Cette année j'ai décidé d'arrêter de me faire vacciner pour la grippe du coup je l'ai choppé... Et j'ai continué à bosser. Je n'ai pas été productif pendant tris jour sauf pour contaminer mes collègues et tous ça juste pour un jour de carence. Félicitation pour cette réforme idiote.
Réponse de le 30/03/2014 à 10:08 :
Bien sur je continuerais dans ce délire temps qu'ils n'auront pas supprimé les 1 euros/ acte et 0,5 euro/boite... J'espère que je ne serais pas le seul a le faire car en étant suffisamment nombreux ils reviendront en arrière.
a écrit le 11/12/2013 à 16:31 :
ca en dit long sur la motivation du gouvernement à réduire la dépenses publique....
a écrit le 11/12/2013 à 15:11 :
Je rebondis sur l'argument scandaleux de la ministre : avec moins d'arrêts courts, il est évident que la durée moyenne augmente (comme démontré par des exemples ci-dessous, merci à vous) !!! Pour autant, globalement, il y a moins de jours d'arrêts au global, c'est donc bien. En essayant de nous faire croire l'inverse, elle nous prend tout simplement pour des c..s.
Réponse de le 08/05/2014 à 13:31 :
Et oui et le problème est le même pour le privé... Du coup ceux qui trinquent le plus sont les petites entreprises et les indépendants... Histoire de continuer de faire couler le petites entreprises françaises.
a écrit le 11/12/2013 à 10:44 :
Plus le temps passe et plus je me dit que ceux qui mettent leur travail au second plan de leur vie ont absolument raison et la majorité des gens qui les critiques sont juste jaloux. Le travail n'est pas une fin en soit mais la plupart du temps une servitude volontaire, faut arrêter avec cette obsession. J'aimerai bien connaitre le % de personne qui s’épanouissent dans leur job et ne font pas juste ça pour "manger". Si on proposait demain à tout le monde de gagner la même somme qu'aujourd'hui sans rien faire, combien resteraient dans leur entreprise ?
Réponse de le 11/12/2013 à 13:42 :
aucun!!
Réponse de le 11/12/2013 à 14:48 :
c'est une vision. Personnellement, je vise l'épanouissement dans mon travail, et quand ce n'est pas le cas, je fais tout pour en changer! Et une vie passée "en vacances" c'est triste au final: on ne profite plus du temps libre de la même façon. Il suffit de voir comment nombre de jeunes retraités s'ennuient à mourir à la retraite.
Réponse de le 17/12/2013 à 5:05 :
J'ai la chance d'aimer mon travail mais je me suis donné beaucoup de mal pour arriver à cela. La plupart des gens ne s'éclatent pas.
En l'occurrence la question n'est absolument pas de savoir si la vie est faite pour travailler ou pas. Chacun peut faire le choix - difficile - de travailler, de travailler de temps en temps (interim) ou de ne pas travailler. La question ici est de savoir si la collectivité doit me verser un revenu parce que j'ai choisi - on parle de cas abusifs - de 'arrêter de travailler quelques jours. Ne nous mélangeons pas trop les pinceaux.
a écrit le 11/12/2013 à 8:19 :
Ce sont des electeurs potentiels....donc le prix pour le contribuable pas de probleme pour un politique en mal d elections.....et puis quand on est fonctionnaire on ne prend plus 1 jour mais 7 jours tant qu a faire à ne pas etre paye un jour...7 jours d evacances pour le prix d une ...et l emploi à vie
a écrit le 11/12/2013 à 0:15 :
@claude87 ça n'est pas de l'hypocrisie, mais de la démagogie et du clientélisme, pour brosser dans le sens du poil leur électorat de base. Honteux, mais pas surprenant de la part de Lebranchu. Elle ferait bien de prendre sa retraite, plutôt que de contribuer activement à augmenter les dépenses de l'Etat que plus personnes ne sait comment financer.
a écrit le 10/12/2013 à 20:23 :
ça vous étonne ? oui et bien pas moi...pour avoir travaillé dans la fpt je peux dire que les petits arrêts maladie injustifiés et abusifs sont très fréquents. Dans cette affaire le gouvernement et notamment Madame Lebranchu font preuve de la plus totale hypocrisie.
a écrit le 10/12/2013 à 20:02 :
On pourrait avoir des chiffres ? Non mais sérieusement, l'article ne donne pas les chiffres. Combien coûte ou permet d'économiser le jour de carence. Par ailleurs, y a t-il un biais dans l'article de Sofaxis ? Qui est cette société d'assurance, quel intérêt peut-elle avoir dans les conclusions de l'étude, l'article ne le dit pas non plus.
a écrit le 10/12/2013 à 19:55 :
Dans aucun article on ne dit combien coûte l'allongement des congés maladie suite à la prise de cette mesure. Du coup, on ne peut même pas savoir si elle a rapporté de l'argent ou si elle en a coûté. N'est-ce pas pourtant le seul moyen de savoir si elle est efficace? Pourquoi on discute toujours dans le vide ?
a écrit le 10/12/2013 à 19:13 :
Et c'est pour quand la revalorisation du point d'indice.... Car 3 ans et 1/2 sans aucune revalorisation, c'est un peu long.....
Donc la disparition de la journée de carence était un minimum....
Réponse de le 10/12/2013 à 23:18 :
Revaloriser quoi !?
Votre employeur l'état est en déficit alors soyez heureux de ne pas être viré...
Dans le privé même dans les entreprises les plus rentables il n'y à plus d'augmentations générales depuis des années.
Délirant d'en être encore a ce point...
Réponse de le 30/03/2014 à 21:33 :
Peut être mais vous avez des promotion alors que dans le publique, rien...
a écrit le 10/12/2013 à 19:02 :
les fonctionnaires viennent au travail meme quand ils sont malades!ils ont compris que le redressement du pays passait par un effort collectif.on aimerait voir les memes efforts chez les libéraux qui sont toujours fourrés a courchevel ou a ibizza.je ne comprends pas que l'état continue a subventionner les entreprises pour 200 milliards par an:ces fonds devraient aller vers les collectivités locales,bien plus dynamiques dans de nombreux secteurs,elles sont le modèle économique de demain!
Réponse de le 10/12/2013 à 20:47 :
LOL :)
Réponse de le 10/12/2013 à 22:55 :
Merci à @élu PS pour cette belle rigolade.

Les intercommunalités devaient prendre en charge une partie des responsabilités des villes. Au final, le budget des villes à continuer de croitre et en plus on doit payer les interco. Une belle leçon d'efficacité ! Mais je pense que certains élus se sont bien gavés de cumul de fonctions. Et en plus cela permet d'ouvrir des postes en plus pour le copinage.

Une belle démocratie bien socialo-conservatrice, bien française.
Réponse de le 11/12/2013 à 0:21 :
@elu ps heureusement que les entreprises privées existent encore, car sans elle pas de création de richesse et pas moyen de payer les salaires des fonctionnaires et de notre armée mexicaine d'élus. Sur que l'on pourrait faire bien plus efficace avec moins de monde.
Réponse de le 11/12/2013 à 2:17 :
@ Elu PS, Ces "Suventions" ont pour but de balancer le poid gigantesque des impots et charges sur les societes. Je crois que la fonction publique ne connait pas l'impot, elle vit de l'impot.
a écrit le 10/12/2013 à 18:39 :
Privé ou publique les jours de carences doivent être les mêmes. Ce ne sont que les très grosses entreprises qui payent les jours de carences PME ,TPE, artisanss commerçants pas de possibilités aussi les employés sont peu souvent en arrêt
a écrit le 10/12/2013 à 18:22 :
Le gouvernement Ayrault s'est livré à une caricature de clientélisme. Comme d'habitude, il soigne ses électeurs. Ces socialos me font penser à cet élu du midi qui est mis en examen pour avoir fait sauter les contraventions de ses électeurs. On est exactement dans le même type de crapulerie. Ils donnent les leçons de civisme et vont pleurer chez Mandela en le citant en exemple, Je comprend pourquoi on les qualifie d'éléphants car ils nous trompent énormément.
a écrit le 10/12/2013 à 18:14 :
Que des pourcentages aucun chiffre, le journaliste qui a écrit ce texte devait être un peu fatigué, et un jour de repos.
a écrit le 10/12/2013 à 17:40 :
cette histoire de jours de carence donne la nausée. On prend vraiment les salariés du privé pour des c...
a écrit le 10/12/2013 à 17:29 :
En tant que fonctionnaire je suis écoeuré, 10 % de mes gentils collègues vont s'en donner à coeur joie avec la complicité du corps médical, je ne suis jamais absent depuis 25 ans de service, et on passe après pour des guignols.
Réponse de le 10/12/2013 à 18:10 :
D'accord avec vous. Je suis fonctionnaire aussi pas d'arrêt maladie depuis le début et grâce à leur bêtise, ceux qui était absent pour une journée maintenant le sont plus longtemps encore, et ceux comme nous qui en cas de "grippe" par exemple aurait pris deux ou trois pour éviter de "l'offrir", et bien maintenant c'est plus de vaccin et si je l’attrape ce sera sans arrêt maladie et je partagerais sans aucun complexe. Félicitation a l'état qui grâce a son extrême intelligence a réussi a faire dire au chiffre ce qu'ils voulaient et à la réalité des personnelles malade encore plus souvent malade et ceux qui le sont quasiment jamais plus du tout...
Réponse de le 11/12/2013 à 22:28 :
Je partage également votre point de vue. Se sont toujours les mêmes qui prennent leur "jour de congé supplémentaire", certains pensent même que cela fait partie de leur statut!
Si notre ministre pense que cette journée de carence était "une humiliation", alors que dire des salariés du privé qui en ont trois? Où est l'égalité des citoyens?
L'abrogation de la journée de carence pour les fonctionnaires a été la première erreur de ce gouvernement qui "voulait rassembler les français"... La première d'une longue suite d'ailleurs!
Je pense que si le gouvernement voulait faire de l'électoralisme, il s'est trompé car nombreux sont les fonctionnaires qui pensent comme nous!
a écrit le 10/12/2013 à 17:11 :
Il faut limiter à une ou deux fois par an la prise en charge des jours de carences par les employeurs du privé et du public
Réponse de le 10/12/2013 à 19:47 :
Je ne pense pas. Il faudrait plutôt ne pas mettre la journée de carence pour les premiers arrêts maladie mais plutôt pour ceux qui en prennent tout le temps. Quand on en prend jamais en avoir un "pour une fois "qu'on ait malade ça n'est pas équitable. De plus temps qu'il existera j’arrête de faire tout les "vaccins patronal" comme la grippe et si je l'attrape ce sera sans arrêt maladie et diffusion pour tous... Félicitation au gouvernement pour cette action.
a écrit le 10/12/2013 à 16:39 :
En entendant le commentaire de Marylise Lebranchu, j'ai cru qu'il s'agissait d'une déléguée syndicale, pas vous?
a écrit le 10/12/2013 à 16:16 :
Mais pourquoi n'y a t-il aucune donnée sur la fonction public d’état ?
a écrit le 10/12/2013 à 15:52 :
Moi, (je) Président je me placerais au dessus des intérêts catégoriels et agirais dans l’intérêt général.

Merci au grand Fonctionaire 1er premier!

Ca vous rappel pas quelque chose?
Réponse de le 10/12/2013 à 16:48 :
notre président se moque des travailleurs exposes tout pour les proteges c vrais qu il y a 2 sorte d électeurs il est bon de garder sa clientele
a écrit le 10/12/2013 à 15:08 :
Ce qui importe c'est que tout le monde soit logé à la même enseigne, au moins les salariés. Que ce soit du public ou du privé. après on pourra discuter si c'est préférable d'avoir 0, 1, 2 ou 3 ou plus jours de carence. Les niches et cas particuliers sont la source d'autant d'injustices et de paperasserie inutiles et coûteux. Au mieux, il faut aligner aussi les professions indépendantes soumises au RSI.
a écrit le 10/12/2013 à 14:04 :
Je suis travailleur non salarié , pas de boulot quasi pas de rentrées ... alors moi les jours de carence ...
Réponse de le 10/12/2013 à 14:43 :
De toute façon au RSI, c'est 7 jours de carence! ET ensuite 50% du revenu moyen journalier sur les 3 dernières années dans la limite du plafond de la SS. Tu m'étonnes que les indépendants ne prennent pas de congés maladie! Mais il faut dire que les indépendants sont des gros profiteurs... contrairement à ces gentils fonctionnaires qui donnent leur sang et leur sueur pour la FRANCE.
a écrit le 10/12/2013 à 13:42 :
On se moque du monde : si au départ, on a 100 arrêts maladies dont 40 de 2 jours et 60 de 10 jours (soit au total : 680 jours) et qu'on diminue de moitié les arrêts courts, il reste 80 arrêts dont 20 de 2 jours et 60 de 10 jours (soit au total 640 jours).
Dans le premier cas, l'arrêt moyen est de (40*2 + 60*10)/100 = 6,8 jours.
Dans le second cas, l'arrêt moyen est de (20*2 + 60*10)/80 = 8 jours...
Bref, en améliorant la situation, il se trouve que l'arrêt moyen est plus long suite à la disparition partielle des arrêts courts !
C'est sûr qu'une ministre socialiste ne peut comprendre : ce sont des maths (élémentaires) !
Réponse de le 10/12/2013 à 14:01 :
En effet ! ou comment les politiques nient la réalité en manipulant les chiffres, pourtant très clairs : on abuse des arrêts de travail en France, et c'est toute la collectivité qui le paie.
Réponse de le 10/12/2013 à 14:24 :
Sauf que pour la collectivité et la Sécu en particulier ce n'est pas la durée moyenne qui compte mais le nombre de jours tout court. Un jour non travaillé, de carence ou pas, pénalise tout le monde, à commencer par les collègues de la personne "malade"
a écrit le 10/12/2013 à 13:36 :
3 jours de carence public et privé serait égalité et justice.
Réponse de le 10/12/2013 à 14:20 :
Je propose une meilleur solution (de mon point de vue): supprimer les jours de carence et réduire l'indemnisation des arrêts maladies public et privé. Les jours de carences n'ont pas amélioré la situation économique de la sécurité sociale car les médecins généralistes vivant de la rente qu'elle procure ont détourné le principe pour fidéliser leur clientèle en allongeant la durée des arrêts.
Réponse de le 10/12/2013 à 17:09 :
Les 3 jours de carences dans le privé sont souvent indeminisés par les entreprises. Il faut simplement limiter à une ou deux fois par an cette indemnisation pour éviter les arrêts répétitifs des glandeurs
Réponse de le 10/12/2013 à 17:20 :
C'est exact pour le privé, pour la fonction publique beaucoup prennent des RTT. Il y a plus de 2O ans, un médecin m'a dit je ne vous donne pas d'arrêt vous ne venez pas assez souvent.
Réponse de le 10/12/2013 à 17:21 :
@privé...

Pourquoi limiter l'indemnisation à une ou deux fois par ans? La maladie ne se limite pas (grippe, lumbago, migraine etc). D'ailleurs les "glandeurs" comme vous dites ont déjà trouvé la parade en demandant des arrêts de complaisance plus longs car plus c'est long...
a écrit le 10/12/2013 à 13:27 :
Exemple réel : un jour de semaine, nous rencontrons une de nos amies, professeur des écoles, en train de faire ses courses. Surpris, nous lui avons demandé pourquoi elle ne travaillait pas. La réponse: je devais faire des courses et aller voir mon banquier pour mon emprunt immobilier!!!! Elle est belle la justice sociale chère à nos socialistes.....
a écrit le 10/12/2013 à 13:18 :
On se moque du monde : si au départ, on a 100 arrêts maladies dont 40 de 2 jours et 60 de 10 jours (soit au total : 680 jours) et qu'on diminue de moitié les arrêts courts, il reste 80 arrêts dont 20 de 2 jours et 60 de 10 jours (soit au total 640 jours).
Dans le premier cas, l'arrêt moyen est de (40*2 + 60*10)/100 = 6,8 jours.
Dans le second cas, l'arrêt moyen est de (20*2 + 60*10)/80 = 8 jours...
Bref, en améliorant la situation, il se trouve que l'arrêt moyen est plus long suite à la disparition partielle des arrêts courts !
C'est sûr qu'une ministre socialiste ne peut comprendre : ce sont des maths (élémentaires) !
a écrit le 10/12/2013 à 13:09 :
Sur Reims à la maison de retraite ils ont essayés de mettre en place les 3 jours de carences et le résultat as été direct et bien les gens qui avait cette bonne habitude de prendre 1 journée sont passés a une semaine d'arrêt et par désespoir l'hôpital et revenu au point de départ .Donc il très simple de savoir qui abuse!De plus le jour du changement de convention les personnes sérieuses ne seront pas dans la rue entrain de défiler au scandale.
Réponse de le 10/12/2013 à 14:26 :
Peut être serait il temps de sanctionner les médecins complaisants qui distribuent des arrêts maladie à tout va. Et puis zut, ces débats me fatigue, je me sens faible aujourd'hui. Un arrêt maladie vite!
a écrit le 10/12/2013 à 12:57 :
Cela confirme que la journée de carence est utile contrairement à ce que ce gouvernement d'incapable essaie de nous faire croire surement à des fins electoraliste.
a écrit le 10/12/2013 à 12:57 :
Cela confirme que la journée de carence est utile contrairement à ce que ce gouvernement d'incapable essaie de nous faire croire surement à des fins electoraliste.
a écrit le 10/12/2013 à 12:42 :
dans la fonction publique hospitalière les journées " maladie" sont payées par des assurances privées et non par la sécurité sociale contrairement au privé. Par ailleurs certaines mutuelles compensent financièrement le jour de carence.Le jour de carence n'a donc rien à voir . Les services hospitaliers ont de plus en plus recours à la main d'oeuvre intérimaire . Un intérimaire malade on en envoie un autre . Donc moins de congé maladie.Pour les agents titulaires le problème reste entier.
a écrit le 10/12/2013 à 12:31 :
Le fond du problème, c'est le prescripteur!!!
Ces variations démontrent que 50% des arrêts maladies sont des arrêts de complaisance!
Il faut:
-rendre les médecins comptables des arrêts qu'ils prescrivent;
-que les arrêts de moins d'une semaine aient une incidence sur les revenus des salariés, fonctionnaires ou non, avec interdiction aux entreprises de compenser, car c'est un élément de baisse de compétitivité!
a écrit le 10/12/2013 à 12:03 :
"beaucoup d'entreprises compensent le manque à gagner"

Certaines entreprises le font... dans les PME, le TPE,... non.
a écrit le 10/12/2013 à 11:57 :
Au moins, dans le privé, il n’y a pas ce "problème". De cette façon, même malade, les gens vont bosser. C’est une très bonne chose. Eux, étant malades, sont très peu productifs, mais au moins, c’est au frais de l’entreprise plutôt que de la sécurité sociale. Pour une fois que ce sont les pertes qui sont privatisées et non les profits … Vive les jours de carence ! Il faudrait 2 mois pour tout le monde. De cette façon, les fainéants iraient enfin au boulot.
a écrit le 10/12/2013 à 11:57 :
Au moins, dans le privé, il n’y a pas ce "problème". De cette façon, même malade, les gens vont bosser. C’est une très bonne chose. Eux, étant malades, sont très peu productifs, mais au moins, c’est au frais de l’entreprise plutôt que de la sécurité sociale. Pour une fois que ce sont les pertes qui sont privatisées et non les profits … Vive les jours de carence ! Il faudrait 2 mois pour tout le monde. De cette façon, les fainéants iraient enfin au boulot.
a écrit le 10/12/2013 à 11:35 :
Comme quoi lorsqu'on souhaite s'arrêter de travailler sans être réellement ...malade ... et qu'une retenue d'une journée de travail sur salaire est effective cela change la donne mesdames et messieurs les fonctionnaires n'est ce pas ? C'est vrai que pour les socialistes supprimer un jour de carence à leurs chers protégés est jugé injuste , inutile ,inefficace ,humiliant . Peu importe si le délai de carence est de 4 jours pour le privé . Voilà la vision qu'ont les socialistes de la justice .de l'équité. Quand le secteur privé décidera t-il de descendre dans la rue pour défendre ses intérêts ?
Réponse de le 10/12/2013 à 18:54 :
quand on pourra justement descendre dans la rue sans avoir le risque de se faire virer pour faute ou pour abandon de poste (ou s'ils n'y arrivent pas, au choix harcèlement moral quasiment improuvable, mise au placard, perte des malheureuses primes qu'on arrive a avoir, etc)
dans la plupart des entreprises privées, les syndicats n'existent pas (et quand on a des délégués du personnel qui ne sont pas a la botte de la direction, ça se fête!!!!)
Réponse de le 10/12/2013 à 21:46 :
Hélas je partage votre analyse . Mais à force de ne pouvoir se faire entendre on finit par accepter l'inacceptable . Exemple la réforme des retraites . Seule la convergence de tous les régimes, sans exception ,aurait été juste .
a écrit le 10/12/2013 à 11:33 :
Pour une fois qu'une mesure gouvernementale est efficace et utile, elle va être supprimée pour faire un peu de clientélisme électoral. Dommage.
a écrit le 10/12/2013 à 11:33 :
Comme quoi lorsqu'on souhaite s'arrêter de travailler sans être réellement ...malade ... et qu'une retenue d'une journée de travail sur salaire est effective cela change la donne mesdames et messieurs les fonctionnaires n'est ce pas ? C'est vrai que pour les socialistes supprimer un jour de carence à leurs chers protégés est jugé injuste , inutile ,inefficace ,humiliant . Peu importe si le délai de carence est de 4 jours pour le privé . Voilà la vision qu'ont les socialistes de la justice .de l'équité. Quand le secteur privé décidera t-il de descendre dans la rue pour défendre ses intérêts ?
a écrit le 10/12/2013 à 11:22 :
un jour ! pfuiiit, rien a voir avec les trois mois de carence de la conférence de presse semestrielle reportée pour cause d'emploi du temps surchargé alors que Pépère trouve le moyen de se payer un AR Le Cap.
Quel mépris pour les Français !
a écrit le 10/12/2013 à 10:47 :
Cela confirme que ce gouvernement d énarques gouverne pour sa clientèle electorale ,que le contribuable et le privé doivent éponger ce parasitisme
a écrit le 10/12/2013 à 10:38 :
Je ne vois pas de réponse a la question importante: les arrets de maladie sont-ils donnés a tort, et dans ce cas, le jour de carence est bénéfique car il évite du parasitisme, ou au contraire les gens ne se soignent pas afin d'éviter d'etre de leur poche, mais au détriment de leur santé, de l'hygiène au travail et de leur productivité, et le jour de carence est maléfique. les statitiques sur les distributions des longueurs d'arret maladies présentées ici sont insuffisantes. il en faudrait donc sur la nature des raisons qui sont à l'origine des arrets maladie. Et si ce sont des petites maladies que le patient se paye a coup de mauvaise hygiène de vie, et dont il fait porte le cout sur la collectivité ? Ceci étant dit, ce type de parasitisme, s'il etait avéré, ne pourrait etre dénoncé de manière crédible tant que de plus gros parasites, genre banquiers, politiciens et autres présentateurs télé continuent à s'engraisser induement...et font soigner leur cholestérol au frais du contribuable!
Réponse de le 10/12/2013 à 11:04 :
Oui, ben, quand je vois que certains de mes collègues prenaient une journée de maladie pour un petit rhume, je me dis que franchement, cette journée de carence avait du bon. Sans compter ceux qui tombaient subitement malade le jour précédent leur semaine de congés. Il faut bien préparer les valises tout de même !
Réponse de le 10/12/2013 à 11:08 :
Je bosse dans le secteur privé et je pense que ça doit être pire chez les fonctionnaires. La plupart de mes collègues qui se mettent en arrêt maladie le font pour avoir des jours de congés en plus ou parce qu'ils ont un petit coup de blues, comprendre un coup de flemme....
Et comme il y a des médecins complaisants, ils en profite! En même temps pourquoi s'en priver!
Réponse de le 10/12/2013 à 14:29 :
@louis

Pas mieux chez les travailleurs sociaux: arrêt maladie + jours fériés + congés payés = 3 mois de vacances annuels.
a écrit le 10/12/2013 à 10:33 :
Combien coûte à la Sécurité Sociale la totalité des prestations et remboursements effectués au titre de l'Assurance Maladie pour les trois fonctions publiques ?
Quel sont les montants globaux respectifs des cotisations maladie versées par employeurs et salariés des fonctions publiques ?
a écrit le 10/12/2013 à 10:31 :
"injuste, inutile, inefficace et humiliant" pour les agents
et pour les salariés du privé mr Hollande c'est quoi les 4 JOURS de carence ????
Réponse de le 10/12/2013 à 11:09 :
Il s'en fiche, ils votent à droite eux!
Réponse de le 10/12/2013 à 12:47 :
Ah bon ?
Réponse de le 10/12/2013 à 14:23 :
@louis

L'UMPS est plutôt au centre de l'arnaque.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :