Logements neufs : les mises en chantier au plus bas depuis 15 ans

 |   |  289  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au cours de l'été, les mises en chantier de constructions immobilières neuves ont reculé de 10,3% selon des chiffres publiés ce mardi par le ministère du Logement.

Mauvaises perspectives pour l'immobilier. Les statistiques publiées ce mardi par le ministère du Logement font état d'une dégradation brutale du secteur au cours de l'été. Le point.

 

? Entre juin et août, le total des mises en chantier de logements neufs a reculé de 10,3% par rapport à la même période en 2011. Une situation qui s'explique notamment par les incertitudes concernant la conjoncture économique. Elles atteignent 66.970 unités.  Il s'agit de la plus forte baisse depuis 1997 selon Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest et spécialiste du secteur, cité par l'AFP.

? Pour la première fois, ces mises en chantier reculent sur un an (entre septembre 2011 et août 2012), de 2,6% par rapport aux douze mois précédents.

? Avec un recul de 25,2% des mises en chantier, la région Languedoc-Roussillon est la plus touchée de France. A l'inverse, la Corse observe une explosion des constructions (+64,1%).

? Seuls 7.896 logements neufs collectifs ont été construits sur cette période, un niveau particulièrement bas. Cette statistique tombe alors que s'ouvre à Rennes le congrès annuel des HLM.

? Le nombre de permis de construire délivrés a lui aussi chuté au deuxième trimestre, au rythme de 1,2% entre l'été 2012 et la même période l'année précédente.

? Toutefois, dans cette avalanche de mauvais indicateurs, un chiffre pour le mois d'août s'est révélé plus positif. Le nombre de logements autorisés, en données corrigées des variations saisonnières lissées sur les trois derniers mois, a augmenté ainsi de 1,1%, après une hausse de 0,9% le mois précédent. Entre septembre et août dernier, le nombre de permis de construire délivrés grimpe quant à lui de 7,7%.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2012 à 13:59 :
Comment voulez-vous qu'un "épargnant moyen" choisisse l'investissement immobilier lors qu?à longueur de journée on le traite de riche, de profiteur, d'exploiteur... Alors que ceux qu'il loge peuvent en (presque) toute impunité lui laisser une ardoise colossale!
a écrit le 26/09/2012 à 10:35 :
les sangsues vont connaitre la diète..régime qu'elles imposent aux jeunes et aux actifs depuis plus de 10ans...welcome in to the real world les margoulins.
a écrit le 25/09/2012 à 19:01 :
les vautours du lobby immo vont mordre la poussière
a écrit le 25/09/2012 à 17:47 :
va falloir rendre le Porsche Payenne et annuler les vacances à Meribelle...que du bonheur....
a écrit le 25/09/2012 à 14:29 :
+64% en corse!
Il va y avoir des soirees plasticages a prevoir. Pinzutu, prepare toi a payer !!!!!!!!
a écrit le 25/09/2012 à 13:02 :
Sans les perpetuelles aides de l'état (merci la dette publique), ce secteur vie la meme chose que le camé qui commence son seuvrage...ca sera très très douloureux mais salutaire pour tout le monde....
Réponse de le 25/09/2012 à 13:16 :
Exemple récent d'une opération immobilière en montage, pour vous remettre un peu les idées au clair. Prix du foncier : 1,5 millions d'euros HT. Taxe d'aménagement : 98 000 euros. Taxe PLD : 340 000 euros. Taxe de raccordement à l'égout : 47 000 euros. Pour construire 2100 m2 habitables, 485 000 euros de taxes locales (sur lesquels il faudra bien rajouter la TVA pour l'acquéreur final). Soit 31% du prix du terrain HT. Donc déjà, un prix de revient de 945 euros HT par m2 habitable avant même d'avoir payé l'architecte de l'opération (8% du prix de revient HT de la construction) ou payé les entreprises qui vont réaliser l'opération. Avec une imposition de logement social de 20%. Qui doivent être vendus aux bailleurs sociaux à LEUR prix de marché, soit 2100 euros HT.
Qui parle de "camés"?
Les professionnels du secteur veulent un consensus stable, pérenne, ou chacun puisse réaliser ses objectifs. Dire que les prix chers sont de la responsabilité des opérateurs privés, c'est une ineptie, et cela ne sert à rien. Mais c'est moins fatiguant.
Réponse de le 25/09/2012 à 19:36 :
@keepsou. vous ne voudriez pas toutefois qu'on plaigne ces gens qui ont gagné beaucoup plus qu'ils n'auraient dû en spéculant sur l'achat de terrains en sachant qu'ils raréfiaient le marché. J'ose espérer que c'est une plaisanterie, Quant aux diverses taxes je rappellerai que toute PV est taxable, tout salaire est taxable, alors les complaintes svp . un peu de pudeur pensez aux ouvriers du bâtiment ...
a écrit le 25/09/2012 à 12:39 :
...la 1er correction se fait sur les volumes et la 2em se fera sur les prix..quant aux pseudos winners gavés d'immo qui jouent les kékés à la machine à café de chez digix, je me marre déjà rien qu'en voyant ce qui se passe ailleurs en Europe...La fiscalité va vous laminer (et vous n'avez encore rien vu : 89mlrds de déficits, faudra bien trouver les sous quelquepart)...le basculement démographique va vous enfoncer(les boomers deviennent désormas nets vendeurs) , et la situation de l'économie Française va vous achever (fin du pseudo niveau de vie payé à crédit, chomages et jeunes sensés alimenter le ponzi de plus en plus précarisés)....mais pas de panique puisque vous avez acheté pour vous loger et pas pour speculer....je sors le pop-corn, le spectacle va etre jouissif....
a écrit le 25/09/2012 à 11:39 :
Il n'y a plus de production pour deux raisons très simples à saisir :
1/. Le gouvernement précédent a sans cesse bousculé les règles fiscales et d'urbanisme. La seule constance sur laquelle les professionnels du secteur pouvaient compter, c'était l'instabilité. Quelques exemples : les 'retouches' pluriannuelles du Scellier ont provoqué un effondrement des ventes, les investisseurs potentiels étant en permanence déstabilisés par le changement de la règle fiscale. Et, d'un autre côté : l'article au coeur de notre droit de l'urbanisme a changé 27 fois en 9 ans.
2/. Les règles écologiques et d'accessibilité sont la cause directe d'une multiplication par 1.7 du prix de revient HT des logements neufs au m2 depuis 2000. Sans que l'on puisse affirmer que les nouveaux logements soient construits de façon optimale pour affronter la transition énergétique inévitable qui s'annonce.

Les français n'ont plus les moyens d'assumer des règles idiotes, mal pensées et improductives au regard des enjeux énergétiques (pourquoi privilégier le gaz dans les logements neufs alors que nous savons tous que l'avenir énergétique passera par le fil? Pourquoi considérer que l'électrique, c'est bien pour les voitures, et mauvais pour le logement?) et sociaux (maintenir les personnes âgées dans leur logement) des 50 prochaines années.
Il est urgent de construire un consensus HLM-Promoteurs-Etat-Collectivités locales autour d'une production de logements neufs stable, pérenne, et abordable. Les opérateurs privés y sont prêts. L'Etat s'y montre de plus en plus favorable. Les organismes HLM suivent la ligne de l'Etat. Le maillon faible, qui bloque tout, ce sont les collectivités locales. Parce qu'un Maire ne veut pas changer l'équilibre politique de sa ville. Parce qu'il n'a pas forcément les moyens d'ouvrir une classe supplémentaire. Ou, voulant "les plus beaux boulevards du département", parce qu'il impose des taxes locales sur la production des logements neufs pouvant aller jusqu'à 20% du prix du terrain HT (on peut remercier sur ce point le gouvernement précédent, qui leur en a donné les moyens en remplaçant la TLE par la Taxe d'Aménagement).
L'acquéreur final, lui, braille contre les promoteurs, excité par des 'documentaires' racoleurs et de mauvaise foi. Il ne voit pas que ce sont toutes ces règles, toutes ces taxes, qui l'empêchent aujourd'hui d'accéder à la propriété, et de se préserver par ce moyen d'un futur incertain.
Alors, on fait quoi? Probablement, et comme d'habitude, rien.
Réponse de le 25/09/2012 à 12:44 :
Parfaitement exact, il y a plus de 30 ans quand j'ai démarré les budgets prévi avaient beaucoup moins de lignes. Quand on calculait la TVA résiduelle on sortait les taxes, les assurances du prix de revient. Maintenant on reverse de la TVA sur assurances + taxes...
Effectivement tout se fait dans l'ombre et les Promoteurs portent le chapeau de la cherté.
Réponse de le 25/09/2012 à 13:21 :
La perte de confiance est due principalement aux changements des règles fiscales sur le patrimoine ( PV CSG ISF ) qui s est traduit par un alourdissement considérable des impôts et sans comparaison avec les autres pays européens . A cela vous ajoutez pour l investissement locatif une pincée " d encadrement de loyer " , des normes tjours plus contraignantes ( ex surface augmentée des sanitaires pour les handicapés) et vous ne trouverez plus personne pour investir .
Réponse de le 25/09/2012 à 14:34 :
Entre autre, effectivement. Mais nous devons tout de même nous poser la question de la légitimité de ces investissements. La cible prioritaire du logement doit redevenir l'accédant. L'investisseur aujourd'hui est âgé. Il dispose de patrimoine. Les plus jeunes ratent en ce moment la première marche de l'accession, et risquent de ne jamais pouvoir devenir propriétaires. La propriété de son logement, quoiqu'on puisse lire en ce moment à ce sujet, est déterminante dans la construction d'une vie. Ne serait-ce qu'en raison de la baisse de revenu inévitable engendrée par la retraite. Voulons-nous continuer à sacrifier nos jeunes? Effectuer une dépense fiscale pour encourager l'investissement locatif, c'est s'empêcher de le faire pour aider nos jeunes à acheter leur premier bien immobilier. Neuf ou ancien.
Réponse de le 25/09/2012 à 16:14 :
Je suis d accord avec vous jusqu à la deniere phrase : je n ai pas parlé d encourager l immobilier locatif mais d arrêter de le décourager . Personnellement j étais prêt à vendre à mon locataire la maison que je lui louais à sa demande avant la nouvelle disposition sur PV .Aujourd hui cette maison est vide en attendant des jours meilleurs. TT le monde est perdant : mon ex locataire qui la voulait , l état et moi mme ayant renoncé a tt projet
a écrit le 25/09/2012 à 10:55 :
Ceci est le 1er résultat apparent de l'arrivé de Hollande au pouvoir; vu que depuis son arrivé il a laminé la confiance de tout ou parti des chefs d'entreprise et investisseurs....
Ce genre de politique montre très rapidement les signes de ce qui nous attends pour 2013 !!!!
Réponse de le 25/09/2012 à 11:49 :
La confiance des professionnels du secteur et des investisseurs a été 'laminée' par l'instabilité systémique imposée par le gouvernement précédent. Produire du logement, c'est un cycle long. Le faible niveau de logements construits au dernier trimestre s'explique par des décisions prises il y a au moins 18 à 20 mois. On ne fait pas pousser des logements comme des champignons en France, une opération immobilière demande généralement entre 4 à 5 ans entre l'opportunité foncière et la livraison des logements aux acquéreurs.
a écrit le 25/09/2012 à 10:11 :
Cécile nous a dit hier à la TV qu elle faisait du bon boulot dans son ministère et que pour cela elle doit rester . Nous notons 342 000 logements sur la dernière année , elle promet 500 000 logements par an ... Perso je n achète plus et pire je revends pour investir à l étranger pour motif perte de confiance.
Réponse de le 25/09/2012 à 12:19 :
Ne vous inquiétez pas pour les propriétaires : les logements se vendent actuellement très bien, d'autant plus et mieux avec le faible niveau de mise en chantier. La difficulté est plus du côté de l'acheteur : il y a peu de vendeur, il n'est donc pas facile de trouver le bien qui convient.
Réponse de le 25/09/2012 à 16:47 :
Les logements se vendent bien en ce moment ? Désinformation ! Faux et archi faux ! Je remarque que vous, comme d'autres, n'intervenez que sur les articles immo qui vont dans votre sens, en oubliant ceux où l'on évoque fuite des acheteurs et baisse des prix !
a écrit le 25/09/2012 à 10:10 :
Pas de panique Duflot est arrivée !!! Elle va certainement creer une commission !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :