4.000 euros nets par mois et un apport de 50.000 euros : la norme pour devenir propriétaire

 |   |  368  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Devenir propriétaire est plus que jamais réservé aux ménages aisés. Selon une enquête du courtier Empruntis, les candidats à l'achat doivent disposer de revenus de plus de 4.000 euros nets par mois, couplés à un apport de plus de 50.000 euros pour espérer décrocher la timbale.

Décidément, devenir propriétaire est de plus en plus l?apanage des ménages les plus aisés. Dans sa dernière enquête annuelle, le courtier Empruntis révèle que cette année, les Français ont dû apporter, en moyenne, quelques 50.465 euros pour s?offrir un appartement ou une maison. Un record, puisque "c?est la première fois que l?apport moyen franchit la barre des 50.000 euros", constate Maël Bernier, directrice de la communication d?Empruntis, citée dans l?étude.

Un montant particulièrement élevé, "qui correspondait à un bien immobilier correct en province et au prix d?un studio à Paris", souligne-t-elle. Sans surprise, cette somme est bien plus importante aux alentours de la capitale. Selon l?étude, l?apport moyen grimpe en moyenne à 82.840 euros pour un bien immobilier en Ile-de France. Et à près de 200.000 euros à Paris intra-muros.

"Représentation grandissante des secundo-accédants"

Mais ce qui est inquiétant, analyse l?étude, c?est que cette hausse de l?apport moyen "n?est pas seulement la conséquence d?une exigence supplémentaire des banquiers", mais surtout "de la représentation grandissante des secundo-accédants", au détriment "des primo-accédants ne disposant que d?un très faible apport".

Quant au montant moyen emprunté pour s?offrir un bien, il demeure quasi stable en 2012, à un peu moins de 160.000 euros. Un montant quasiment identique à l?an passé. Et ce, après un pic à plus de 166.000 euros en 2010. Toutefois, "ce chiffre est à relativiser", note l?étude. Car "si le montant national moyen est en baisse, c?est sous l?effet de deux fortes baisses conjointes dans les régions Est et Sud-Ouest", sachant que "l?ensemble des autres régions françaises [voit] son emprunt moyen augmenter par rapport à l?an passé".

Au final selon l'étude dresse le portrait robot de l'emprunteur type. Celui-ci a donc 36 ans, et dispose en moyenne de revenus nets par foyer supérieurs à 4.000 euros par mois. En Ile-de France, évidemment, ce chiffre est bien plus élevé, avec des revenus moyens de? 5.213 euros.

 

Pour aller plus loin :

Estimez votre bien immobilier

Tout savoir sur le diagnostic immobilier

Simulez votre crédit immobilier

Investissez dans l'immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2012 à 7:23 :
La hausse des prix de l'immobilier tirée par la baisse des taux est terminée, le chomage augmente, et la croissance est en berne. Bref, les principaux moteurs de l'appréciation de l'immobilier semblent être au point mort. Le marché va t il s'effondrer? je n'en sais rien, en tout cas une chose me semble certaine c'est que la hausse ne va pas se poursuivre. Pour ce qui est de l'évolution des prix à court terme, un existe un excellent indicateur c'est le site seloger.com. Regardez sur une ville, et sur un type de bien donné l'ensemble des produits dont le prix a évolué (à la baisse). Je le fait depuis juin 2012 et je constate juste que le nombre de maison dont le prix est révisé en baisse évolue de façon géométrique. Les prix restent élevés mais la tendance est là.
a écrit le 06/12/2012 à 9:30 :
C'est très simple : comme l'avenir est sombre de manière générale et sur l'immobilier en particulier, les banques transfèrent la prime de risque sur les accédants ! Les banques ont bien vu le coup venir avec la crise des subprimes aux US (des milliers de biens sur les bras invendables). Donc les banquiers savent bien ce qu'ils font, ils font porter le risque aux acheteur maintenant que ça va baisser
a écrit le 29/11/2012 à 18:11 :
de 2000 à 2012 la population des 20-64 ans est passé de 34.38 millions a 37.12 millions (soit + 250 000 par an) soit le double que les 12 années précédentes.
de 2012 à 2024 elle décroitra légèremement pour atteindre 36.74 (soit - 40 000 par an)...l immo est condamné.

a écrit le 23/11/2012 à 14:59 :
Merci pour cet article très intéressant , qui complète merveilleusement l'article que j'avais lu sur Les Clés du Midi
http://www.lesclesdumidi.com/actualite/actualite-article-99928992.html comme quoi un habitant de la région Languedoc Roussillon devait gagner plus de 4600 euros net par mois pour devenir propriétaire.
Hélas c'est la triste réalité économique de nos jours.
Ma femme et moi aimerions trouver une maison du côté de Montpellier, n'ayant pas les fonds nécessaire, nous avons demandé à faire un prêt. Nos deux salaires réunis font que nous gagnions 3000 euros / mois net.
La banque nous a refusé catégoriquement l'attribution du prêt. Du coup on cherche à se tourner vers des courtiers mais les taux sont beaucoup moins intéressant, donc on hésite à se lancer.
a écrit le 22/11/2012 à 13:21 :
Rigolo tout cela.
80% des rigolos winner qui vendent leurs "palace" de 80m² seraient aujourd'hui incapable de racheter celle ci au tarif actuel.
Un pays de vieux que la France.
Vous vouliez sauvez l'immo, vous allez détruire des pans entiers de l'économie française asphyxiés.
a écrit le 20/11/2012 à 11:15 :
moi je suis locataire, j'ai un apport de 500 000 euros à 46 ans, par le fait de mon travail car j'ai raté le train de l'immo il y a 10 ans et je ne vais pas faire une 2 ° c.. en achetant au sommet de la bulle, je vise des biens d'environ 1 million d'euros, ben quand quand je vois les m... que les gens pensent vendre à ce prix là, je m'abstiens. et je pars en vacances et je mets du blé de côté, on verra bien. De toute façon on est tous locataires sur cette terre
a écrit le 19/11/2012 à 22:42 :
Perso, j'ai acheté ma première bicoque en RP j'avais 34 ans et un diplome d'ingénieur en poche en 1999. C'était un choix, les conditions? les mêmes approximativement que dans le titre de l'article. Par contre le taux n'était pas aussi bas que maintenant. Quand je dis bicoque, je veux dire que avec mon épouse et 3 enfants en bas age dans 60m2 nous avons passé 6 ans de travaux (pas que de la déco! du lourd et du très lourd). Au final, pour un peu plus qu'un loyer (à perte), beauuuucoup de travail et de sacrifices sur les vacances et sorties, et bien on a revendu et racheté une maison de plus de 200m2 habitable au bout de 8 ans. Cà en valait le coup? Je ne sais pas le dire d'une manière générale, mais pour nous, OUI surtout qu'on n'est ni l'un ni l'autres des héritiers. L'expérience nous a appris que l'on n'obtient quelque chose qu'avec des efforts, nous sommes plus forts et prêts à tout, même à recommencer. J'ai vaguement l'impression que ces valeurs ne sont plus celle de la société actuelle pour qui les loisirs sont une priorité. C'est aussi un choix, mais faut pas vouloir le beurre, l'argent du beurre et le .... de la crémière.
Réponse de le 19/11/2012 à 23:08 :
Acheter quand les prix étaient au plus bas, en 1999 était en effet une bonne affaire; mais acheter quand les prix ont été multipliés par 3 depuis est beaucoup plus dangereux et beaucoup moins attractif. Vouloir acheter a tout prix et à n'importe quelle condition est totalement stupide; il faut se décider en fonction de la situation et actuellement elle est très défavorable pour les acheteurs à cause des prix beaucoup trop élevés.
Réponse de le 20/11/2012 à 1:59 :
Tant que les analyses ne seront pas froides et dénuer de sentimentalisme... Le fait est que le prix moyen de l'immobilier en France a plus que doublé en 12 ans (cf chiffres notaires).
Le revenu moyen n'ayant pas progressé de la même manière, il est trivial de déduire le déclassement dans l'accès à l'immo pour les primo. Et quand on est primo, on le sent :-)

J'aimerai bien voir tous les "donneurs de leçon" avec les conditions économiques actuelles (je pense surtout à la fiscalité et au ratio revenus/coûts contraints de la vie).
Les seules choses qui baissent depuis 10 ans, ce sont les choses futiles. Et étrangement, celles qui augmente sont les choses contraintes et obligatoires (logement, impôts, taxes, santé, alimentaire, éducation, énergie).......
Réponse de le 20/11/2012 à 7:16 :
Que feriez vous aujourd'hui, vous pensez que les prix peuvent monter jusqu'au ciel sans débandade ensuite?
a écrit le 19/11/2012 à 21:31 :
Le problème, c'est le conformisme. Il y a plein d'endroits paradisiaques en France mais tout le monde veut vivre dans les mêmes endroits pourris.
Quittez les villes, la violence, la pollution...
J'ai acheté une propriété de 4 hectares dans un trou perdu avec un remboursement de 352 ?/mois sur 10 ans. J'ai quitté un boulot stupide de cadre dans une grande société pour vivre à la campagne avec ma famille. Mes 5 enfants ont chacun une grande chambre. Il y a une salle de jeux, une salle à manger pour 15 personnes...Comme, il n'y avait pas de travail, j'ai crée ma petite entreprise. Heureux, aujourd'hui, je suis heureux. Vive la vie...
Réponse de le 20/11/2012 à 10:59 :
Vivant à Marseille (mais j'y suis né moi !!!), je vous rejoins totalement, et avec ma famille nous y pensons. A dire vrai on partirait même à la campagne...étrangère (Italie, Espagne, USA, etc.)
a écrit le 19/11/2012 à 20:50 :
Puisque que l'Allemagne est notre modèle, des allemands n'ont dit que pour le prix d'un appartement en France, on a une maison en Allemagne, et il hors de question de vendre un bien qui aurait des défauts. Une grande partie de la modération salariale réalisée en Allemagne depuis une dizaine d'année est justement due aux prix plus bas du logement, les salaires n'augmentent pas puisque les prix du premier poste de dépense n'augmente pas ! Les grandes crises, au Japon, aux USA, en Espagne sont dus à bulles immobilières délirantes.
a écrit le 19/11/2012 à 20:26 :
Devenir propriétaire (hormis peut être Paris) n'est pas si difficile que cela. Il faut, lorsque l'on possède des revenus modeste s'orienter vers un bien de qualité et surface inférieurs à nos prétentions. Y vivre quelques années en le retapant si l'on est quelque peu bricoleur et le revendre au bout de 5/7 ans. Même en cas de fluctuations de l'immobilier, on en retire toujours quelque chose. Cet apport permet d'envisager d'acquérir un bien de meilleur qualité, etc... À bientôt 40 ans et étant à ma 4ème acquisition immobilière je peux maintenant profiter d'une belle maison confortable. À moins d'être riche ou hériter, c'est le seul moyen de se procurer un patrimoine immobilier interressant. Encore faut-il se retrousser les manches et être patient...
Réponse de le 19/11/2012 à 21:09 :
j achete 150ke un studio et je vise 200ke un 2p, 5/7 ans plus tard je vend 300ke et le bien convoiter ce retrouve a 400ke, je doit m'endetter encor plus (150ke de benef - 400 =....)250 malin non
Réponse de le 20/11/2012 à 11:02 :
@Pitcho: ne l'écoutez pas, son modèle est délirant !!! Frais de notaire, frais d'agence, magasins de bricolage, déménagement, déco (eh oui Madame veut toujours retoucher ci et ça), fatigue lors des changement de résidence, etc. Au final, vous êtes un bon acteur économique pour le lobby immobilier
Réponse de le 20/11/2012 à 11:55 :
C'est surtout un acteur DU lobby et non pas POUR ! On la connait la bonne blague du "il faut réduite ses prétentions" ! Et lorsque l'on aura atteint 50 ans d'endettement pour acheter un WC, faudra encore réduire les prétentions ou éventuellement, peut être, considèrera-t-on enfin que même l'immo peut être bullesque ?
a écrit le 19/11/2012 à 20:13 :
je suis devenue propriétaire seule , à 38 ans car je le voulais vraiment .Mes copines à 50 ans sont encore locataires et râlent sans cesse mais elles ont fait des tas de sorties que je n'ai pas pu faire, : restaurant, cinéma, concerts ..... Elles faisaient des orgies de loisirs alors que je vivais dans l'austérité .
C'est mon choix et c'est leur choix , y'a rien à dire.
Maintenant c'est g^race aux héritages qu'elles achètent .
moi, je savais que je n'aurais pas d'héritage.
Au final, elles s'en sont beaucoup mieux sorties que moi .
Réponse de le 20/11/2012 à 11:07 :
@choix... : je compatis sincèrement. Je suis dans le même cas (0? d'héritage car ma famille n'a pas su profiter des 30 glorieuses ça fait plaisir).
Toutefois, est-il normal que tout, je dis bien tout, dans ce pays (en fait ce continent) se joue à l'héritage ?
Réponse de le 21/11/2012 à 22:20 :
Bien sur que non ;-)

Le fait qu'un hériter ne soit pas taxé au premier heureux mais un entrepreneur si est à la fois terriblement honteux et révélateur de notre modèle social :p
Fiscalement, il est plus intéressant d'être né dans la bonne famille que de gagner de l'argent par le fruit de son propre travail => la fiscalité française favorise la rente au mérite !
a écrit le 19/11/2012 à 18:43 :
L'adage du jour c'est :"on ne prête qu'aux riches..."
Pas surpris du tout par cette étude. Il suffit de regarder les prix de l'immo pour comprendre pourquoi les primo-accédants ont de plus en plus de mal à devenir proprio. C'est bien d'ailleurs l'un des défi du moment.
Réponse de le 19/11/2012 à 18:54 :
Donc vous pensez comme Hollande : qu'à partir de 4000 net / mois on est riche ?
Réponse de le 19/11/2012 à 19:07 :
Non, mais c'est mieux que 1000?/mois, non?
Réponse de le 19/11/2012 à 19:11 :
@Enjoy
En tout cas on fait pas parti des classes laborieuses avec 4000net mois. Le salaire median est à 1600 environ et le smic a 1100.
Réponse de le 19/11/2012 à 19:19 :
Vos avez raison mais les impôts payables en plus réduisent l'avantage considérablement , ne l'oublions pas ... rien à voir avec un vrai riche qui d'ailleurs ne sait pas vraiment ou il en est de ses comptes ...
Réponse de le 19/11/2012 à 21:32 :
Toi qui en plus de biens immobiliers conséquents peu acheter des VW des Audi des Porsche que tu ventes dans les articles de bagnoles Allemandes de la Tribune, tu te plains de payer des impôts ?
a écrit le 19/11/2012 à 18:36 :
Si les primo accédants disparaissent , à qui les secundo vont vendre ? De toute façon l immobilier est à des prix hors normes par rapport au pouvoir d'achat ( l'historique des 50 dernières années est édifiant ). On s est moqué de la correction aux US , elle a eu le mérite de purger la situation de façon plus rapide et finalement pas moins juste .
Réponse de le 20/11/2012 à 11:57 :
Va surtout falloir expliquer aux français que si l'immo s'est cassé la figure dans TOUS les pays développés sauf en France, c'est bien parce que nous sommes le SEUL pays à y avoir consacré nos impôts...Pour l'emploi et l'investissement, on repassera plus tard...
Réponse de le 22/11/2012 à 13:26 :
@Héhé

Excellent l'ami

Allez les rentiers lisez donc cela, vous verrez comment vous détruisez l'économie française.de l'intérieur.
Pas besoin des chinois.
a écrit le 19/11/2012 à 17:52 :
cette étude,de l'intox, comment peut il y avoir une représentation grandissante des secondo-accédants, si les primo-accédants n'ont plus les moyens d'acheter? la génération des 30 glorieuses a profité de conditions favorables, détient le patrimoine immobilier et ce au détriment des jeunes générations prises en otage qui doivent payer en plus la facture des retraites, le déficit de l'assurance maladie. Devenir propriétaire en période de bulle, c'est le risque de la négative équity, en raison de la chute des prix inévitable et de l'incertitude économique.
Réponse de le 19/11/2012 à 20:18 :
Bulle ou pas bulle, devenir propriétaire c'est surtout ne pas avoir à payer de loyer. Le but étant de le devenir avant la retraite et son lot de baisses de revenus.
Réponse de le 19/11/2012 à 23:12 :
Certes, suivez votre but... Mais ne vous plaignez pas par le suite si votre bien voit sa valeur s'effondrer comme aux USA, en Irlande, en Espagne, Grèce, Portugal, etc.
Réponse de le 20/11/2012 à 11:12 :
@Pitcho : où voyez-vous une baisse de revenus à la retraite ? Les retraités n'ont jamais été aussi riches dans l'Histoire. C'est sûr que si vous parlez des générations à venir, 0? de retraite les attend donc ça ne changera pas grand-chose à la donne.
a écrit le 19/11/2012 à 15:05 :
Pouvez-vous refaire l'étude en employant les médianes et non les moyennes ?
Réponse de le 19/11/2012 à 16:31 :
Oui, et avec une analyse en regard des transactions réalisées. Dans un marché bullesque, seules les transactions les plus chères se dénouent puisque seuls les plus riches peuvent encore payer ! Au moins, ce genre d'article va finir de démotiver la primo-accession, donc limiter la demande et permettre au marché de revenir à la normale...
Réponse de le 19/11/2012 à 16:42 :
Si la baisse de la demande limite le marché aux transactions les plus chères, les prix ne baisseront pas. Ils monteront.
Réponse de le 19/11/2012 à 21:12 :
-1
Réponse de le 20/11/2012 à 11:58 :
Voyez plus loin cher ami...Les prix qui montent grâce aux transactions les plus chères, c'est ce qu'on connait depuis un an ou deux et qui a permis au lobby de nous enfumer avec un soi-disant redémarrage de l'immo...Et maintenant ?
a écrit le 19/11/2012 à 15:03 :
quant aux autres ils peuvent posséder une toile de tente.
a écrit le 19/11/2012 à 14:57 :
Je vais sûrement m'attirer des réaction virulentes, mais ces conditions d'octroi ne me surprennent pas, et me semblent simplement un retour aux conditions d'il y a 15-20 ans.
En 95, j'ai emprunté pour faire construire. On (UCB) m'a demandé 10 % ...PLUS LE TERRAIN !
Au total, cela faisait près de 25 % d'apport, et cela paraissait normal à l'époque.
C'est vrai que c'est hyper dur pour des jeunes qui ne travaillent que depuis quelques années, et sans héritage, mais cela évitait à l'époque d'acheter à n'importe quel prix, et sur des durées démentielles.
Le plus injuste, c'est que les conditions de prêt sont peut-être redevenues normales, mais PAS LES PRIX -surtout pour les terrains dont les PLU ont raréfié artificiellement l'offre !
Réponse de le 19/11/2012 à 15:48 :
Plutot que de s'acheter des I-bidules et de rouler en Audi ou BMW avec des credits conso sur 60 mois, les jeunes doivent apprendre a prioriser leurs depenses. Les jeunes sont habitues a ce que tout leur soit donné, ben maintenant ils vont comprendre que sans apport la cigale ne dure pas bien longtemps
Réponse de le 19/11/2012 à 16:33 :
Oui, ben au moins avec l'I-bidule et l'Audi, ils ont encore l'impression de pouvoir bénéficier des fruits de leur travail, les jeunes, après vous avoir payé votre protection sociale, votre retraite, vos prix bullesques sur vos maisons, etc...Sans apport la cigale ne dure pas bien longtemps, sans subventions le marché immo non plus. La preuve ? La prolongation du Scellier !
Réponse de le 19/11/2012 à 16:46 :
Que de préjugés sur les jeunes, c'est fou de lire ca!! Les jeunes si ils sont un peu qualifiés ont un premier emploi avec un salaire qui est le meme qu'il y a 20 ans (je le sais je le subis) alors que tout a largement augmenté (inflation de pres de 300% depuis les années 80), en particulier l'immobilier. Alors non la majorité des jeunes ne roulent pas en Audi et ils voudraient au moins pouvoir avoir acces a l'achat d'immobilier avant d'avoir 50 ans. Nous sommes guere différents de vous a votre époque finalement!!
a écrit le 19/11/2012 à 14:48 :
Les moyennes ne veulent rien dire. Nous gagnons 6 K? net / 200 K? d'apport et nous ne pouvons acheter. j'ai pas fait bac + 5 pour vivre au milieu des pauvres et des petits employés à cause d'une bulle immo.

J'ai moins de 30 ans et tout le temps devant moi.
Réponse de le 19/11/2012 à 15:35 :
Je suis bien d'accord avec vous, habiter au milieu des pauvres attire des remarques désobligeante sur les nombreux véhicules que l'on possède.
Réponse de le 19/11/2012 à 16:38 :
Moquez vous ! Quand on a franchi deux CSP par rapport à ses parents, et qu'on nous propose moins bien que ce que nos grand parents ont eu, on peut se poser la question de la valeur du travail et de la nécessité de se lever le matin. Si je vivais aux crochets de l'Etat, mon logement serait payé par l'Etat, je dormirais plus tard le matin, et j'aurais certainement beaucoup moins de frustration au moment de consulter les offres de vente...A ce tarif là, il ne restera en France que des chômeurs et des rentiers, puisque travailler ne rapporte rien.
Réponse de le 19/11/2012 à 16:41 :
Les prix parisiens n'ont pas grand chose à voir avec la bulle actuelle, ils sont décorrélés du marché franco-français : la bulle éclatera, mais ne rêvez pas concernant Paris. Les étrangers fortunés seront ravis de faire de bonnes affaires dans la Ville Lumière.
Réponse de le 19/11/2012 à 17:15 :
Vous cherchez à acheter quoi ou où au juste ? Ca me parait gros votre post.
Réponse de le 19/11/2012 à 18:12 :
Je pourrais acheter un 3 P la ou j'habite (Neuilly) mais quel est l'interet de m'endetter dans un pays qui rentre en déflation dont les impots augmentent.

Je bosse pour une multinationale sur un périmetre international je n'aurais donc aucun mal en temps que locataire à ficher le camp de ce payd quand ça dégénerera.

Ce ne sera pas le cas de nos boomers gavés d'immo ni des endettés.

Il ne leur restera plus qu'à sauter par la fenetre comme les propriétaires espagnols.....
a écrit le 19/11/2012 à 14:41 :
Et apres on nous dit que c'est de notre faute parce qu'on travaille pas assez ... c'est plutot la finance qui se gave sur les prets. Parce que payer 2 maisons dont une a la banque ca fait plaisir hein Messieurs les banquiers
a écrit le 19/11/2012 à 14:36 :
LOL, pour donner un ordre d'idée, en 2009, 80% des ménages gagnent moins de 3900 ?. (http://www.inegalites.fr/spip.php?article1054&id_mot=130). Je vous laisse trouver les chiffes pour 2012.
A votre avis, combien de temps tient un marché immobilier qui exclu 80% de la population d'un pays ?
Réponse de le 19/11/2012 à 16:48 :
Très longtemps. Dans une France qui flippe pour son avenir, économiquement à la rue et repliée sur elle-même, la pierre sera toujours hors de portée du primo-accédant. Et au vu du contexte, je dirai que ça va continuer un certain temps.
Réponse de le 19/11/2012 à 18:15 :
On se demande pourquoi dans les années 90 l'immo parisien avait baissé de 40 %. La faute à pas de chance hinhinhinhin
Réponse de le 06/12/2012 à 9:19 :
@Mika. Non, car il y a des millions de pendus à venir (surendettement, divorce, perte d'emploi = casse des prix !)
a écrit le 19/11/2012 à 14:36 :
De toutes les pleureuses de l'immobilier (BTP, agences, notaires, etc).. qui voient le nombre de transactions chuter après s'être grassement gavées sur la bulle.
Réponse de le 06/12/2012 à 17:50 :
Il faut bien travailler mon cher, comme d habitude on fait des amalgames... Pensez vous qu un salarié se gave quand c est son patron qui tient les cordons de la bourse ?? Vous devez être fonctionnaire pour mépriser ceux qui créent de la richesse sans pomper dans vos impôts. Nous sommes tous liés les uns aux autres, combien de chomeur cela fera t'il ?votre raisonnement est bien simpliste !
a écrit le 19/11/2012 à 14:23 :
Attention de bien redéfinir ce qu'il y a derrière le terme séduisant de "propriétaire" en France, ce n'est pas obligatoirement une garantie en terme d'avantages...
a écrit le 19/11/2012 à 14:12 :
Devenir propriétaire est-il de plus en plus l?apanage des ménages les plus aisés ? Non, il s'agit d'une moyenne. Un jeune couple avec 27600 euros de revenu (premier décile des salaires nets en 2010) et avec 20 000 euros d'apport trouvera de quoi devenir propriétaire partout en France (sauf dans certains centres-villes) pour 700 euros par mois. Exemple lu aujourd'hui : studio 24m2 à Rennes pour 65000 euros. Le problème de l'immobilier en France est ailleurs : la pénurie de logements organisée par les réglementations (cause structurelle) et les banques qui prêtent moins pour répondre aux exigence de Bâle III (problème conjoncturel).
Réponse de le 19/11/2012 à 14:28 :
Comment peut-on croire (ou essayer de faire croire) que vivre à 2 dans 24 m2 est tout à fait la norme?
Réponse de le 19/11/2012 à 14:47 :
Qu'est ce que la norme? un 24m2 est un très bon début pour une première acquisition!!!
La génération gatée veut peut-etre trop tout de suite???
Réponse de le 19/11/2012 à 15:13 :
Un bon début ? C'est sûr que de vivre à 2 dans 24 m2 pendant 5 à 7 ans (durée mini pour rentrer dans les frais), çà fait rêver. Et si, après ces belles années de promiscuité passées dans un clic-clac on a pas encore divorcé, on peut passer à l'étape suivante : le 2 pièces. Un pièce pour les parents (le clic-clac du salon), et une chambre pour les gamins.
Réponse de le 19/11/2012 à 15:31 :
65000 euros le studio à Rennes ! à vous écouter, il s'agirait d'une bonne affaire d'habiter Rennes ! mais y a mieux ! y a la creuse ! ha non pardon, y a encore mieux ! c'est encore moins cher dans le larzac !
Réponse de le 19/11/2012 à 15:56 :
surtout que le couple en question va faire une super affaire si les prix font comme en espagne -50 %
Parce que a 65 000 ?, je suppose que c est une merde quasi insalubre ou super mal situe, donc candidate au -50 %
Si on fait le calcul 65000 ? + cout du pret et autres frais font disons 75 k?. Si le prix baisse non pas de 50 mais soyons gentil de 25%, on a une vente a 49 k?. 75-49=26 k? de perte
Soit plus que leur apport personnle (20ke) dans votre exemple !!!
Réponse de le 19/11/2012 à 16:35 :
@devenir proprio : vous bossez dans l'immo et avez intérêt aux prix bullesques ? Parce qu'entre le marronier de la pénurie et l'incitation à pratiquer le subprime, votre post ne mentionne aucunement le niveau des prix délirant ?
Réponse de le 19/11/2012 à 16:39 :
On reste sans voix devant le mépris sans borne exprimé envers les Rennais ou envers les couples qui font l'effort de commencer à épargner pour un premier logement. Certaines exigences paraissent inouïes : ces gens refuseront sans doute toute proposition s'ils ne vivent pas gratuitement dans 200 m2 avec vue sur la tour Eiffel. Pathétiques réactions ! Tout notre respect aux jeunes couples qui ont compris que les efforts qu'ils font aujourd'hui feront leur confort demain.
Réponse de le 19/11/2012 à 16:49 :
@hum : pas besoin de travailler dans l'immo pour remarquer sereinement que les prix ne sont pas délirants. Ils reviennent progressivement vers leur norme du XIXe siècle, après la période exceptionnellement basse de l'après-guerre. C'est l'erreur incroyable de Friggit de croire que son tunnel serait la norme alors que c'est une exception historique.
Réponse de le 19/11/2012 à 16:53 :
@Devenir proprio: Mes parents tous deux travailleurs non qualifiés et payés a peine plus que le minimum légal ont été propriétaire bien plus tot que je ne le serai moi-meme en étant ingénieur, si vous trouvez ca normal, pas moi! Stagnation des salaires, augmentation incontrolée des prix de l'immobilier, augmentation rapide des couts dans l'alimentation, électricité etc., et au final c'est encore nous qui sommes exigents?? Vous semblez ne pas connaitre/comprendre les jeunes, et vivez sur des idées préconcues tendance réac.
Réponse de le 19/11/2012 à 17:30 :
c'est surtout que DEVENIR PROPRIO fait mine d'ignorer que les taux d'interets qui ont baissé et la durée d'emprunt qui s'est anormalement prolongée sont les deux principaux facteurs (avec en plus les aides de l'état ptz et scellier ) qui ont gonflé les prix de l'immobilier.
L'ignorer est faire preuve de mauvaise fois, voire pire, de malhonneté intellectuelle.
Réponse de le 19/11/2012 à 19:15 :
65000 euros étalés sur 12 ans font une mensualité de 553 euros avec un taux à 3,5%. C'est donc tout à fait à la portée des revenus du plus faible décile des salaires, celui qui concerne les jeunes couples. Si l'un des deux membres du jeune couple est ingénieur, on passe à des déciles de revenus plus élevés : la mensualité devient encore plus supportable. Devenir propriétaire n'est rien d'autre qu'un choix de vie, arbitrage entre modes et lieux de vie, consommation immédiate et investissement de long terme.
Réponse de le 19/11/2012 à 19:32 :
il y aura toujours des contestataires de l'achat immobilier. Pourtant acquérir un petit bien puis le revendre pour acheter plus grand et ainsi de suite et la seule façon de se constituer un capital immobilier en investissant sa residence principale. Moi je l ai fait en empruntant à 15,5% pour un 20M2 ou j'ai vécu 7 ans et je ne le regrette pas aujourd'hui. Ceux qui veulent attendre peuvent toujours attendre c'est leur probleme .... ceux sont les memes qui disaient la meme chose en 2007.... ben à force d'attendre les taux finiront bien par remonter....et les prix ne baisseront que trés peu et encore
Réponse de le 19/11/2012 à 23:40 :
65000 euros, vous avez certes un 24m2 à Rennes, mais dans quel état? dans quel quartier? Et que faire quand on habite Paris ou comme moi, Londres, avec des prix immobiliers excessifs? Vous allez encore nous dire que c'est un choix de vivre dans ces villes, je vous réponds que les propositions d'emploi courent pas les rues. Alors votre histoire de choix de vie, vous me faites doucement rire...
Réponse de le 20/11/2012 à 10:52 :
Bien sur qu il y a un probleme de bulle immobiliere, de prix totalement decorelles des revenus... Mais on oublie aussi que la France souffre de la concentration des bassins d emplois majoritairement a Päris et Region Parisienne, ce qui finalemement tend la demande.... Il faut devellopper d autre bassin d emplois que les grosses agglo de Lille a Marseille, de Strasbourg a Bordeaux.... DECENTRALISER
Réponse de le 20/11/2012 à 12:06 :
@devenirproprio : la norme du "19è siècle" n'a rien à voir là dedans, ou alors on peut parler aussi de la "tulipomanie" du 17è, où l'on échangeait sa maison contre un bulbe de tulipe...Vous, comme d'autres, ne comprenez pas qu'il y a une limite à tout : une limite aux salaires que touchent les travailleurs, limite à l'endettement en montant et en durée accordé par les banques, limite à nos impôts qui subventionnent allègrement les prix, limite à l'utilité (si l'on me propose pour me loger avec ma famille de louer 100M² ou d'acheter un WC pour le même prix, le choix est fait, et la demande s'écroule...), bref, tous les fondamentaux ont une limite, et donc le marché...aussi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :