Un CDI plus flexible : la fin du crédit immobilier pour les particuliers ?

 |   |  561  mots
Copyright Reuters
Le patronat a proposé jeudi matin sa réforme du contrat de travail. Au programme: flexibiliser le CDI pour faciliter les licenciements et favoriser le chômage partiel. Une proposition qui obligerait les banques à revoir leurs critères d'octroi des crédits immobiliers. Car, pour les obtenir, le CDI est aujourd'hui un critère majeur.

Les discussions entre patronat et syndicats sur la réforme du contrat de travail ont été inaugurées ce matin par un premier texte de propositions présenté par les représentants des chefs d'entreprises. Principal angle de ce texte peu précis, assouplir les conditions de licenciement et flexibiliser le temps de travail du salarié en fonction des besoins de l'entreprise. En somme, et sans surprise, faire du CDI un contrat plus souple. Mais flexibiliser le contrat de travail, selon l'expression consacrée, n'aurait pas des conséquences uniquement pour les salariés.

"Obligés de se remettre en cause"

De fait, le CDI était jusque là le premier critère pour les banques lorsqu'elles octroyaient un prêt immobilier à un particulier. Et faire du CDI un contrat flexible causerait assurément une perte de garanties pour le fournisseur de crédit. "Les acteurs du crédit vont être obligés de se remettre en cause, et ils le feront" confirme Maxime Chipoy chargé des questions bancaires à l'UFC Que Choisir. D'ailleurs "ils se posent déjà la question" confie-t-il.

Un point que confirme Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux, courtier en crédit immobilier. Car face aux difficultés que certaines personnes rencontrent sur le marché du travail, "il y a aujourd'hui une volonté marquée des banques de cibler toutes les catégories de population, et pas uniquement les CSP+. On peut trouver des banques qui prêtent à des clients qui ne sont pas en CDI," explique le spécialiste du crédit immobilier. Notamment parce que certaines d'entre elles ont déjà du mal à remplir leurs objectifs de production de crédits cette année.

Quoiqu'il en soit, cela pose la question des critères d'octroi et de leur détermination. En premier lieu, l'apport et la solvabilité de l'emprunteur sont aujourd'hui déjà des critères pour l'octroi d'un crédit à un travailleur précaire. "Pour peu qu'on ait une situation financière correcte, on peut se financer en CDD sur des durées longues. Il faut pour cela que le candidat à l'emprunt puisse soutenir sa dette et qu'il ait des conditions de reste à vivre acceptables," observe Hervé Hatt.

Quels critères pour conditionner l'octroi d'un crédit ?

Le problème est que tous les candidats à l'emprunt ne peuvent pas se prévaloir d'une épargne suffisante pour se constituer un apport personnel et pour honorer leurs mensualités de crédit en cas de perte d'emploi. Le nombre de dossiers de travailleurs temporaires et précaires acceptés est d'ailleurs très faible selon Meilleurtaux. Si le CDI gagne en flexibilité, il faudra donc imaginer d'autres critères. "Cela pourrait être le secteur dans lequel le demandeur de crédit travaille, son niveau de qualification, son parcours professionnel, mais cette complexification et la prise de risque supplémentaire pour les banques pourraient signifier une augmentation de leurs coûts, et éventuellement, des taux offerts," explique Maxime Chipoy.

Et une possible hausse de taux n'est pas la seule hypothèse à envisager. La question de l'assurance emprunteur est elle aussi essentielle. Aujourd'hui, certains assureurs proposent une garantie en cas de perte de l'emploi. Mais, pour l'heure, les travailleurs temporaires ou précaires en sont généralement exclus. Qu'adviendrait-il alors de celle-ci en cas de CDI "flexible", c'est à dire sans garantie d'un emploi ou d'un revenu durable ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2012 à 20:10 :
CDI, CDD, Intérim ... le problème de la France est déjà de pouvoir donner du travail à tout le monde alors ...
Il y a déjà des travailleurs qui gagnent à peine 1000 euros par mois en bossant 35 h 00 semaine en étant en CDI, et des chômeurs qui gagnent la même chose, pour l'un comme pour l'autre avec de tels revenus on survit dans notre société alors oser imaginer faire une demande de prêt à une banque pour faire l'acquisition d'un Bien on en est loin !!! la seule chose que l'on peut oser faire c'est demander à notre banque parce que nous sommes obligé d'en avoir une, c'est de ne pas nous mettre encore plus sur la paille avec des frais qui sont prohibitifs. Les banques ne connaissent pas la philantropie.
a écrit le 16/11/2012 à 18:44 :
il est très facile de licencier ou de faire partir un salarié.
a écrit le 16/11/2012 à 12:55 :
Le CDI n'est pas une garantie sur un emprunt qui dure (entre l'achat et la vente du bien) environ 10 an en moyenne. Enfin, si la CDI devient plus flexible , cela permettra aux TPE (soit les entreprise qui peuvent le moins bien se défendre aux prud'hommes et les plus pourvoyeuse d'emplois potentiels) d'embaucher sans crainte. Ce n'est pas parce que on n'embauche avec un CDI plus flexible qu'on va débaucher demain (un salarié, c'est cher à former). Il s'agit juste de se prémunir en cas de problème, pour ne pas avoir à faire un dépôt de bilan pour pouvoir licencier et donc ne pas liquider la petite entreprise. Moins de chômage égale plus de croissance, donc cela garantie l'emploi et donc le remboursement de l'emprunt. Évidemment, c'est à moyen terme et les banquiers réfléchissent trop à court terme, même quand ils n'ont pas d'actionnaire, car ils se finance sur le marché au jour le jour. Nous avons beaucoup de capacités financières en France (banque, assurance, retraités, confiance étrangère) et il faudrait travailler plus ensemble plutôt que d'investir sur des marchés émergents, sans en comprendre souvent grand chose, avec une transparence des comptes souvent très faible : une des raisons principales du succès des émergents, c'est qu'on leur fait plus confiance qu'à nous même en leurs donnant notre argent en placement et en prêt et nos marché en achetant leurs produits. Après, il est normal que les banques cherche toujours plus de garanties : c'est le job de l'état (qui nous représente) de dire stop, car 5 groupes bancaires en France ont le monopole du marché donné par l'Etat.
a écrit le 16/11/2012 à 11:59 :
je n"ai pas remarqué que les entreprises avaient du mal à licencier, 90% des licenciements ne sont pas des plans sociaux; les ventes immobilières vont chuter si les salariés ne font plus que des missions!!!!!!!!!
a écrit le 16/11/2012 à 11:30 :
Le vice caractéristique du genre humain ne pouvait être absent du système qu'il a crée. L'injustice sous toutes ses formes, est un principe inhérent à notre nature... Et la différence entre les statuts du travailleur en France tend une nouvelle fois à démontrer ce principe. Avec mon cdd, je suis pas prêt de l'avoir mon appart, aussi bien à credit qu'en location. Il est beau mon master, belle ma licence, et tellement mimi ce bts, vus ce Qu'ils m'apportent.
a écrit le 16/11/2012 à 11:05 :
Merci pour cet éclairage...on totalise 99 piges à nous deux, on vend l'appartement pour une maison, elle, libérale, moi, formateur en cumul de cdd, zéro dette, on est confort quant à notre apport, et ce, indépendamment de la vente de l'appart...et bien pas de cdi, pas de prêt ! 60 K? sur 8 ans...niet, nada, oualou...alors pour les primo-accédants au printemps de leur vie, n'en parlons pas !
J'imagine mal la suite...
a écrit le 16/11/2012 à 11:04 :
Le problème est ailleurs... Les prix sont trop haut et déconnectés des ressources des français. D'autres pays se protègent autrement :
http://mariequantier.fr/2012/11/15/le-marche-immobilier-a-hong-kong-lorsque-les-immeubles-sechangent-comme-des-actions/
a écrit le 16/11/2012 à 10:52 :
Il faut casser ce cdi. Étant un cdd pourtant bien payé, il m'est impossible de trouver un appart. Tout comme le statut de fonctionnaire. en France, on accorde des contrats de travail et des baux immobiliers avec tellement de droits qui non synonymes d'impossibilité de licencier ou d'expulser, qu'il devient impossible de trouver un emploi ou un appartement. Il faudra bien que vous appreniez aussi à partager, vous la classe moyenne. il n'y a pas que les méchants capitalistes et autres élites . Un peu de justice bordel!!!!
Réponse de le 16/11/2012 à 15:52 :
La classe moyenne, elle paye pour les plus pauvres qu'elle, et aussi pour les plus riches qu'elle (faut bien que quelqu'un paye plein pot pour que les autres puissent défiscaliser, hein...), alors question partage, je crois que l'on a suffisamment donné.
Réponse de le 16/11/2012 à 18:46 :
appeler "justice" le nivellement par le bas c'est dommage et cela démontre que l'on n'espère plus cette "justice". C'est triste.
a écrit le 16/11/2012 à 10:25 :
Bonjour,
Dans les pays où le contrat de travail est plus flexible il y a un marché de l'emprunt immobilier. En GB, c'est ton profil global qui te permet d'emprunter (montant de l'apport,expérience, qualification, ...) mais aussi si tu as toujours payé tes factures et tes précédents crédits (les personnes ont un crédit history, sorte de note comme les entreprises françaises à la banque de France) et la valeur du bien que tu achètes qui détermine si tu peux emprunter ou pas. Il y a aussi des assurances en cas de perte d'emploi.

Les banques françaises ou étrangères qui sont implantées la-bas savent faire. Il n'y a pas de raison qu'elles ne sachent pas dupliquer le système en France.

Donc pas de crainte à avoir pour emprunter et acheter un appart ou une maison.
Réponse de le 16/11/2012 à 10:56 :
Le papier ne dit pas qu'on ne pourra plus emprunter. Il dit que ça n'arrangerait pas les banques, que leur évaluation du risque serait plus complexe. Bref, que cela remettrait en cause en profondeur leurs habitudes. Et dans les pays anglo-saxons, les faillites de banques, et les personnes qui se font saisir leur bien immobiliers sont bien plus nombreux qu'en France. On peut tout faire, après, tout est question de choix. Et c'est bien de savoir à quoi on s'expose.
a écrit le 16/11/2012 à 9:57 :
Je reviens sur l'article...Quid de la politique bancaire en terme d'octroi, entre autres, de prêt immo si d'aventure le CDI flex' ou le Contrat de Travail Unique deviennent réalité ?
Réponse de le 16/11/2012 à 10:44 :
Augmentation de la part du coût du risque dans la constitution du taux des prêts immobiliers -> augmentation de ces mêmes taux -> effet relutif sur le prix de vente de l'immobilier notamment en primo-accession -> ajustement de ces mêmes prix à l'arrivée c'est neutre pour l'accedant => tître de l'article assez raccoleur.
a écrit le 16/11/2012 à 9:52 :
Les fonctionnaires ... Je suis fonctionnaire, mon épouse aussi ... Dans notre région les prix immo tournent autour de 250 000 ? pour une maison... Nous avons entre 2500 et 3000 ? de revenu à nous deux ... Même sur 30 notre banque ne nous suit pas pour un bien à 240 000 ... Au dessus du taux d'endettement...

Alors fonction publique ou pas...
Réponse de le 16/11/2012 à 10:03 :
Ouin ouin j'ai pas mis un sous de côté mais je veux devenir propriétaire sans apport personnel (ou symbolique vu la demande de financement que vous évoquez) on marche pas un peu sur les mains là? Le logement c'est une maison ou rien? Impossible de commencer par un T3? Tout tout de suite? Tout est dû?
Réponse de le 16/11/2012 à 10:41 :
N'y a-t-il pas un vrai problème sur prix de l'immobilier avec doublement des prix au m² sur seulement 10 ans !! pendant que le nombre des salariés en précarité s'est accru.
Sans parler du nombre de travailleurs pauvres qui ne deviendront jamais propriétaires et qui n'arrivent même pas à remplir les critères pour du locatif.
Le progrès Quoi !

Réponse de le 16/11/2012 à 11:31 :
Non non c'est pas ouin ouin... Les apparts sont aussi cher que les maisons ... Et un T3 avec 3 enfants ca va pas le faire. Alors non pas tout, tout de suite... A 40 ans, c'est pas tout de suite... Et non tout n'est pas du... Bien au contraire...

C'est que je veux dire c'est que fonctionnaire ou pas, il y a des fonctionnaires qui gagnent à peine le smic... La garantie de l'emploi si le taux d'endettement dépasse le maxi requis les banques n'en ont rien à faire ...
Réponse de le 16/11/2012 à 11:34 :
Indépendamment d'être fonctionnaire, en CDI, en CDD ou intérimaire on a le droit d'avoir des loyers de 1300 euros et de dépasser le taux d'endettement et pour un crédit avec la même base de remboursement c'est plus possible...
Y a pas comme un soucis la ?
Réponse de le 16/11/2012 à 11:55 :
Si vous ne pouvez plus payer votre loyer, votre propriétaire a des garanties et vous mettra (difficilement mais bon) dehors. Si au bout d'un an vous ne pouvez plus rembourser les ?200k que vous devez à la banque, c'est une autre histoire.
Comparez ce qui est comparable.
Réponse de le 16/11/2012 à 15:44 :
idem pour la banque ... Le bien immo sera saisie et vendu pour couvrir le credit ...

Bref ...
a écrit le 15/11/2012 à 21:25 :
ben y a pas des patrons de banques au Medef,à eux de nous donner la réponse
a écrit le 15/11/2012 à 21:02 :
Un cdi ça se casse facilement (un motif bidon, 3 mois de preavis et bon débarras). Un Cdd il faut attendre la fin du cdd. Donc le cdi actuel n'est pas si protecteur que ça
Réponse de le 15/11/2012 à 21:24 :
C'est vrai. J'en ai fait les frais. Par contre les gros salaires ne sont pas inquiets car c'est trop cher de les renvoyer. C'est toujours les petits qui s'en prennent plein la tronche.
a écrit le 15/11/2012 à 20:56 :
Et les fonctionnaires dans tout cela?
Réponse de le 16/11/2012 à 1:15 :
Ben si c est si bien fait fonctionnaire
Réponse de le 16/11/2012 à 10:31 :
Nous pouvons penser que les fonctionnaires suivront dans cette logique de "flexibilité" de l'emploi...
Les banques qui ne soutiennent déjà généralement pas pas les petites entreprises lors de leurs problèmes passagers de trésorerie devraient aussi intégrer cette problématique dans leur changement de critères à venir pour soutenir et favoriser l'activité, le business, l'emploi et au final leur propre intérêt.
a écrit le 15/11/2012 à 20:48 :
Pas besoin de crédit immobilier pour acheter une tente quand même :-)
a écrit le 15/11/2012 à 20:10 :
Si le gouvernement arrive a faire sauter la vente de crédits, ils auront tout gagner, l'économie est par terre

Les babyloniens l'avaient compris il y a 2000 ans, " le crédit, c'est le moteur de l'économie"
a écrit le 15/11/2012 à 18:56 :
Et les fonctionnaires ? ils vont garder sans doute encore longtemps leur statut hyper privilégié. Le "CDI plus fexible" ne les concernera sans doute pas. Dans ce contexte d'un nouveau CDI, la fracture va encore plus se creuser. Finalement, il ne restera plus que les fonctionnaires pour consommer et pour emprunter...
Réponse de le 16/11/2012 à 1:20 :
Les fonctionnaires ne sont pas mieux protégé qu un cdi....pour cela je t invite a relire la loi sur la mobilité de la fonction publique sous sarkosy. Et ensuite je t invite a te rapprocher de ta propre collectivité , les comptes et données sont public et accessibles, et tu t apercevras que dans ta ville tu as 1 fonctionnaire pour 5 contractuels, en cdd ou cdi....
Réponse de le 16/11/2012 à 2:07 :
Il ne faut pas nous faire prendre des vessies pour des lanternes! Personne ne parle des contractuels on parle des fonctionnaires titulaires, ie, ceux qui ont la sécurité de l'emploi (22% de la population active). Dire que ceux qui ont un emploi a vie ne sont pas plus protégés que le reste des français c'est du cynisme. Continuons avec un tel cynisme cela finira très très mal en France. Il faut tout même pas trop nous prendre pour des imbéciles dans le prive: précarisés pour entretenir une caste de privilégiés qui n'ont aucune inquiétude pour leur avenir. Quel luxe l'absence de stress en ces temps difficile ne trouvez-vous pas?
Réponse de le 16/11/2012 à 7:53 :
absence de stress, ah ?
Réponse de le 16/11/2012 à 9:25 :
Franchement il y à de tout type de fonctionnaire, les mieux lotis ne sont pas la majorité et tandis que ceux comme dans l'éducation nationale ou la police ne sont quasiment pas augmenté et recruté à des salaires honteux et bien en dessous que nos voisins européens. sans compter la mauvaise pub que leur à infliger Sarkozy. Prenez un peu de recul svp
Réponse de le 16/11/2012 à 9:31 :
Pourquoi ne pas devenir fonctionnaire? c'est pourtant assez simple.mais il faut aussi accepter les repos decalés,les vacances imposées,travailler les dimanches et jours fériés,la nuit.....................toute medaille a son revers.Faites donc le bon choix au lieu de jalouser et de déblatérer sur les "fonctionnaires".
Réponse de le 16/11/2012 à 10:00 :
Ah oui parce que les astreintes concernent tous les corps de fonction publique c'est nouveau ça.. Il y a plus d'administrations qui plient les gaules à 16h00 que de contraintes en décalé et de permanence à ma modeste connaissance, parlez nous aussi des repos compensatoires et récupérations liées aux dites astreintes SVP ce sera moins partial et très instructif également.
a écrit le 15/11/2012 à 18:16 :
La Tribune dit que le texte proposé le patronat est "peu précis". Donc eux-mêmes ne savent pas ce qu'ils veulent. De là à ce que les syndicats l'"approuvent ainsi que le gouvernement, il y a encore un monde.
Mais, à partie d'un texte peu précis dont personne ne voudra, on tire des conséquences sur l'emprunt immobilier et des tas de commentaires.
Que le patronat précise sont texte et ensuite on pourra discuter sérieusement.
a écrit le 15/11/2012 à 18:13 :
Le CDI n'arrange que les vieux soixante huitards qui font faire leur taf par des stagiaires paye au lance pierre sans vacances alors qu'eux se baignent dans leurs acquis sociaux. Sans oublier bien sur leur total mepris pour les "jeunes"
Réponse de le 15/11/2012 à 18:43 :
Toi mon gars soit t es trader soit retraité!
Bientôt le medef nous sortira une nouvelle conception du capital humain et de l individu dans la société, il sera aidé en cela par la finance ; c est ainsi que nous decouvrirons que nous ne sommes que des gueux des temps modernes tout juste bons à servir avant d etre jeté à la rue. 2 siècles de conquete pour en arriver là... Avec cette fois, la quasi benediction de nos gouvernements.
Pince moi, je cauchemarde!
Réponse de le 15/11/2012 à 19:06 :
Ni trader ni retraite: desole mon brave! Par contre je suis parti vivre a l'etranger...
Réponse de le 15/11/2012 à 19:50 :
Et bien restes y à l'etranger et surtout n'attends pad de la France qu'elle vienne à ton secours si tu en as besoin....(sound, rapatriements...) demande le d'abord à ton pays d'accueil et assume ta liberté et ton refus de contribuer à l'economie du pays qui a payé ta scolarité...egoïste
Réponse de le 15/11/2012 à 19:58 :
Alors pourquoi perdez-vous votre temps a écrire un commentaire ? La France vous manque tellement ?
Réponse de le 15/11/2012 à 20:08 :
En même temps, seuls 28% des jeunes (20 à 30 ans) sont embauchés en CDI lors de leur 1er emploi en France en 2012.(http://www.startpeople.fr/media/fckeditor/STPPL-Jeunes%20actifs.pdf)
C'est encore pire si on prend les 18-25, on tombe à environ 15% (privé comme public, hein, pas de jaloux)
Du coup, si on propose à cette génération un CDI moins protégé en échange de leur y donner accès, ils vont dire oui tout de suite. De tout temps, si la majorité voit (ou croit voir) une minorité privilégiée, le désir d'équilibre nait. Fonctionnaires, trader, employés en CDI, propriétaires, chacun sa marotte. Les jeunes sont la prochaine majorité de travailleurs, et ils en ont marre d'avoir les miettes, les dettes et la précarité.
Réponse de le 15/11/2012 à 21:39 :
Il y a bien un secteur qui embauchaient des jeunes, et pour une large majorité en CDI : la Restauration ... mais avec le coup sur la tête qu'ils ont pris avec le doublement de la TVA alors qu'on avait exiger d'eux des avancées sociales (prime TVA, mutuelle pour tous, jours chômés supplémentaires, hausse de la grille de rémunération, etc ) et des investissements pour descendre à 5.5% !!! Alors, cocus une fois, peut-être, mais maintenant, va falloir se lever tôt pour trouver un employeur qui aura confiance dans l'avenir dans ce secteur !!!
Réponse de le 15/11/2012 à 22:02 :
Je suis parti car je n'ai pas trouve de job dans mon domaine...Et si on m'avait propose un CDI davantage flexible, je l'aurai accepte sans broncher!

Pour Toby75: pour etre honnete, la France me manque de moins en moins. Mis a part pour voir la famille je n'ai aucune envie de revenir. Et meme s'il y a du bon et du moins bon partout, il y a une accumulation de petites choses qui font que la vie en IDF n'est juste pas agreable.
Réponse de le 15/11/2012 à 23:27 :
@Nerik92: et tu vas pas tarder à traiter tes nouveaux collègues de 68ards qui se baignent dans leurs avantages, car cela m'étonnerait que, où que tu sois, les gens en place te laissent leur place si facilement. C'est pas l'âge, mais la nature humaine mon cher...mais évidemment il faut avoir de l'expérience pour le savoir au lieu de pleurnicher parce que les autres me laissent pas leur place :-)
a écrit le 15/11/2012 à 18:12 :
Il suffit que vous soyez dans un secteur dit sensible, les banques ont leur tableau statistiques, et là ils ne vous l'accordent pas votre prêt. Par ailleurs la souplesse proposée par le patronat ne changera rien,quand il s'agit de restructurer une entreprise on vous met à la porte sans problème.
a écrit le 15/11/2012 à 17:39 :
ca fera baisser d'autant les prix et ces actifs n auront pas besoin de se mettre la corde au cou au taquet sur des décénies pour acheter à des prix démentiels ce que les boomers ont payé des clopinettes à l epoque....game over les winners du ponzimmo qui peuvent faire une croix sur la fameuse plus-value de ouf !
Réponse de le 15/11/2012 à 17:57 :
Achat immo des clopinettes ? Il faudrait arrêter de raconter n'importe quoi. Aigri comme tu es, tu va passer ta vie au pied de l'immeuble en attendant la baisse et en te disant que c'est trop injuste. Contrairement à toi, les "winners du ponzimmo" sont au chaud et ont compris que le prix de leur logement n'a aucune importance, surtout lorsqu'ils arriveront à la retraite. Quoi qu'il arrive, les prix immobiliers ne descendront pas en dessous du coût de construction (1700 euros le m2) auquel il faut ajouter le prix du foncier disponible, rendu artificiellement rare (donc cher) par les politiciens.
Réponse de le 15/11/2012 à 19:10 :
Tout à fait d'accord, pour + de compétitivité, la France sera obliger d'agir sur la flexibilité des contrats de travail, c'est inévitable, et par effet domino, la bulle immobilière va éclatée. Ce n'est pas être aigri, c'est être réaliste.
Réponse de le 15/11/2012 à 19:32 :
Et si a 1700euros on construit en classa A et moderne, votre vieux classe E sera évalué par les experts a 650euros. Et les terrains a vendre ce débloqueront autour de vous puisque fiscalité oblige.
Pénurie d'essence peu etre , d'or aussi ,de glace sur la plage ok mais de 90m2 habitable par ménages d'actif NON
Réponse de le 15/11/2012 à 20:58 :
C'est exactement le contraire : la fiscalité et les réglementations bloquent les terrains et leur renforcement va dégrader la situation un peu plus. Avec Duflot et les autres dogmatiques, la bulle n'est pas près de se terminer. Quant aux 1700 euros, c'est une moyenne. Pour avoir un logement classe A, il faudra payer entre 2000 et 3000 euros le m2. Les délires des escrologistes vont exclure encore plus de monde de toute possibilité pour se loger à un prix raisonnable.
Réponse de le 15/11/2012 à 21:36 :
la bulle immobilier va éclater comme une vulgaire bulle de savon et ceci peu importe ce que les politiques feront de toute façon ils seront complètement démunis
Réponse de le 15/11/2012 à 21:50 :
"Pour avoir un logement classe A, il faudra payer entre 2000 et 3000 euros le m2"
... quand les travailleurs du batiment n'auront plus de boulot, que les vendeurs de matières premières ne vendront plus rien ... vous allez vous rendre compte qu'on peut construire la même chose pour 1000-1500? / m² ... et oui!
a écrit le 15/11/2012 à 17:06 :
J'habite à 15km de Paris tous les transports en commun et aéroports faciles d'accès. Et bien le marché immobilier est à l'arrêt.
Réponse de le 15/11/2012 à 17:46 :
Si le marché est à l'arrêt, les prix ne baisseront pas.
Réponse de le 16/11/2012 à 15:55 :
Waouh, quand on dit que les français sont des buses en économie, il suffit de lire votre post pour se rendre compte que c'est vrai...
a écrit le 15/11/2012 à 17:05 :
Et aux Etats Unis vous connaissez beaucoup d'employés en CDI, pourtant les salariés n'achètent ou devrais-je dire n'achetaient pas leur logement cache.
Réponse de le 15/11/2012 à 17:25 :
Oui, ça a donné les subprimes et de nombreuses faillites bancaires...
Réponse de le 15/11/2012 à 17:53 :
aux us, l'hypotheque est de rigueur !
Réponse de le 15/11/2012 à 17:59 :
Les subprimes sont nés à causes des lois stupidement sociales de Clinton. Faut rendre à César...
a écrit le 15/11/2012 à 16:52 :
Le salarié sécurisé consomme et fait marcher l'économie, le salarié non sécurisé thesaurise et ne consomme pas, pénalisant l'économie!
Réponse de le 15/11/2012 à 17:14 :
La consommation n'a jamais fait marcher l'économie. C'est uniquement la production qui fait marcher l'économie, la consommation n'étant qu'une conséquence de l'acte productif préalable. Depuis plusieurs décennies, l'illusion de la dette publique a permis aux politiciens idéologues de faire croire le contraire aux faibles d'esprits. Mais le réel ayant toujours raison au final, le voile de l'illusion se déchire. Consommer, c'est facile. On ne connaît d'ailleurs aucun producteur qui ne consomme pas naturellement. Produire est nettement plus difficile, surtout pour les cigales. La sécurité sociale n'est qu'un parasite qui ronge l'économie.
Réponse de le 15/11/2012 à 17:28 :
curieux raisonnement si la production n a pas preneur parce que le particulier n a pas moyen de l acquérir je vois pas en quoi ca fait avancer l économie ... a moins d avoir une idée de l économie version plan quiquenal ou un quidam decidait qu il fallait produire 1500000 paillasons et se préocupait pas de savoir quels sont les besoins ...
Réponse de le 15/11/2012 à 17:30 :
Qui de la poule ou de l'oeuf est arrivé le premier?
Une entreprise ne produit que si elle a des carnets de commandes remplis....donc il lui faut des consommateurs. Sinon c'est l'arrêt de la production comme dans le cas de nombreux pays européens avec la crise. Reste l'exportation, mais exporter c'est satisfaire la consommation étrangère. Oui, sans consommation, pas de révolution industrielle, de goût d'entreprendre pour vendre.
Le pays qui était productiviste était l'URSS: produire des tonnes d'aciers, de matériel lourd, être la première puissance industrielle "brute", produire toujours plus, mais sans développer les biens de consommation.
Réponse de le 15/11/2012 à 17:37 :
Oooooh ! Quelle ignorance crasse vous avez !
Réponse de le 15/11/2012 à 17:38 :
méthode chinoise ou allemande .. on ne produit pas pour les consommateurs du pays mais pour ceux des autres pays, donc on n'a pas besoin de payer les salariés très chers , pas besoin d'un plan quinquennal , juste d'autres pays qui achètent à crédit :-))
Réponse de le 15/11/2012 à 17:44 :
Qui de la poule ou de l'oeuf ? Allez demander aux agriculteurs ! Eux, ils savent... Les consommateurs d'un producteur sont les autres producteurs. Plus il y a de production, plus il y a à consommer pour tous les producteurs. Le raisonnement qui met en avant la consommation est fallacieux parce qu'il consiste à séparer les producteurs et les consommateurs. Mais dans la vraie vie, ce sont les mêmes ! Avec une nuance de taille : certains qui se contentent de consommer sont des parasites vivant aux dépens des producteurs, en réduisant le potentiel de consommation de ces derniers. Encore une fois, pour pouvoir consommer, il faut d'abord produire dans l'espoir d'échanger sa production contre celle des autres. Relisez JB Say en urgence !
Réponse de le 16/11/2012 à 8:44 :
Si la demande n'existe pas qui osera faire des offres? Le consommateur est en bout de chaine pour faire tourner l'économie!
a écrit le 15/11/2012 à 16:49 :
Vous voulez importer le "modèle" social allemand <=> Modération salariale et "flexi"-précarité mais par contre conserver un prix de l'immobilier à un niveau qui laisse à croire que les pauvres baraques sont faites de lingots d'or.
Regardez donc le prix de l'immo allemand et après faites les ajustements nécessaires.
a écrit le 15/11/2012 à 16:49 :
ils veulent encore gratter, tous ces grands groupes µ.... qu'ils aillent se faire voir avec leur medef....
a écrit le 15/11/2012 à 16:42 :
Alors qu'on a dépassé 5 millions de chômeurs, il y a longtemps que le CDI n'offre plus aucune garantie d'emploi. Romain et ses amis persistent dans le déni du réel pour défendre l'indéfendable système social qui nous enfonce dans la crise. Outre les critères habituels de solvabilité, c'est un marché du travail dynamique où l'on retrouve du travail en quelques semaines qui permettra à tout un chacun d'accéder au crédit immobilier. Et pour avoir un marché du travail dynamique, il faut un marché le plus flexible possible.
a écrit le 15/11/2012 à 16:41 :
il y a l'interim pour la flexibilité.
Réponse de le 20/07/2016 à 8:39 :
c vrai il n y aura plus de travail

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :