A-t-on raté sa vie si l’on n’est pas propriétaire à 50 ans ?

 |   |  835  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Face à l’obstination des Français à devenir propriétaires, certains économistes s’emploient à démontrer que ces comportements peuvent provoquer des dysfonctionnements du marché du travail.

"Si l'on n'est pas propriétaire à 50 ans, on a en quelque sorte raté sa vie". En prononçant cette phrase choc le 27 août dernier sur BFM Business, le PDG de Century 21 Laurent Vimont affirmait livrer le sentiment des Français qu'il rencontre au quotidien sur le terrain. "Acquérir son logement est un achat de bon père de famille pour les Français", indiquait-il. S'ils sont locataires et que "demain ils rencontrent un problème de chômage par exemple, ils devront toujours payer leur loyer", alors que s'ils sont propriétaires accédants, ils assurent "qu'ils pourront discuter de leur crédit avec la banque et le négocier", indique Laurent Vimont. "Ils sont en position de force en tant qu'emprunteur", ajoute-t-il. De surcroît, "sur le crédit il y a une assurance chômage qu'il n'y a pas sur le loyer", note le PDG du réseau d'agences immobilières.

La propriété : une sécurité pour la retraite

Le raisonnement des ménages tel qu'expliqué par Laurent Vimont est-il le bon ? Oui ,si l'on convient que la propriété incarne la sécurité financière quand la retraite arrive : une fois son emprunt remboursé, le propriétaire ne paiera plus de mensualités, qui plus est dans un contexte économique où le pouvoir d'achat des retraités risque d'être affecté.
En revanche, d'un point de vue macroéconomique, l'obstination des Français à devenir propriétaires -60% des ménages le sont déjà- créé des dommages collatéraux. Plusieurs études économiques expliquent ainsi que "la propriété immobilière implique des coûts de mobilité relativement plus élevés qui entraveraient l'efficacité de l'appariement sur le marché du travail", indique la direction générale du Trésor qui s'interroge dans une note publiée ce lundi sur le lien entre chômage et propriété immobilière.

Le coût de la mobilité est parfois rédhibitoire

L'économiste Andrew Oswald donne notamment cinq arguments -cités dans la note du Trésor- révélateurs de la nuisance d'un taux de propriété immobilière trop élevé sur le fonctionnement du marché du travail.
Pour Oswald, "associée à des coûts de mobilité élevés, la propriété restreint la zone de prospection d'un demandeur d'emploi qui peut renoncer à une offre située loin de son domicile si le gain associé à la reprise d'emploi est inférieur au coût engendré par son déménagement". "Le coût de mobilité engendré par la propriété peut également rendre les propriétaires qui ont un emploi moins enclins à chercher des opportunités plus intéressantes ou plus adaptées à leurs compétences qui pourraient améliorer la qualité de leur appariement et donc la productivité de l'économie", ajoute-t-il.
Ces arguments peuvent se vérifier en France où le coût de la transaction immobilière est un des plus élevés des pays de l'OCDE : au prix du bien viennent en effet s'ajouter pour l'acheteur les droits de mutation à titre onéreux (5,09% de la transaction), la rémunération et les frais de notaires, ainsi que les commissions pour les intermédiaires. Le vendeur, lui, doit obligatoirement prendre en charge un diagnostic technique avant la vente.

Le bien-être au travail des propriétaires en danger

Les jeunes sont les premiers à souffrir de ce coût important. "Un taux élevé de propriétaires peut contraindre la mobilité des jeunes actifs qui ne disposent pas nécessairement de ressources suffisantes pour acheter un logement proche de leur lieu de travail", indique Oswald. "Si les logements locatifs manquent, ils ne peuvent pas se loger à proximité de l'emploi voulu", ajoute-t-il.
Oswald émet deux autres hypothèses qui ne concernent pas directement le coût de la transaction. Selon lui, la productivité des propriétaires est affectée par la baisse de leur bien-être au travail car ils "ont tendance à accepter des temps de trajets domicile travail plus importants, ce qui accentue la congestion sur les réseaux de transport". Enfin, "les propriétaires ont davantage tendance à recourir à des actions collectives que les locataires. Ils peuvent donc plus facilement empêcher l'installation ou l'extension d'une entreprise dans une zone résidentielle", juge l'économiste.

Attention à ne pas rendre les ménages prisonniers de leur achat

D'autres, comme Etienne Wasmer du Conseil d'analyse économique, ont également démontré l'inefficience économique d'une France obsédée par la propriété. Pour cet économiste, "il est dangereux de rendre des ménages modestes prisonniers d'un achat immobilier. Si le marché de l'emploi se retourne dans leur secteur, ils seront alors très peu mobiles", pour retrouver un autre emploi dans une autre région. Et, en cas d'accident de la vie, les ménages endettés seront les premiers touchés, car "ils auront payé cher un bien qui subira une décote en cas de revente très rapide liée, par exemple, à un divorce ou à une perte d'emploi".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2018 à 6:51 :
Pourquoi cherchent-ils tous a ce que les gens deviennent propriétaires ? Que cachent-ils, puisqu'on sait très bien que toute bonne action de leur part cache un piège. Est ce que pour ce que tout le monde s'endete et devienne esclave pour conserver son bien ? Est ce que c'est pour que tout le monde soit solvable en cas de problème ? Mes doutes deviennent de plus en plus une persuasion
a écrit le 10/10/2017 à 12:57 :
Obtenez des permis de conduire de tout pays, des passeports, pièce d'identité de tout pays, visa electronique votre certificat de nationalité grâce à nos services avec remise en main propre du document souhaité.
.
Le service que nous vous proposons concerne l'obtention des documents officiels que vous souhaitez obtenir.

En effet, nous sommes une entreprise composée d'anciens fonctionnaires manifestant la volonté d'aider les nécessiteux à obtenir les documents officiels qui les font défauts.
Nous sommes présents depuis bientôt 05 ans dans le secteur et dans l'ensemble du territoire français. Nous le pouvons grâce à nos nombreux contacts en préfecture, en mairie et d'autres structures administratives du territoire du monde.

Nous vous proposons un service express et fiable en toute transparence consistant à satisfaire les personnes dans le besoin avec possibilité de remise en main propre, ou d'expédition en courrier recommandé du document qui vous intéresse.

Vous pouvez nous contacter par email à l'adresse pierreabain1@hotmail.com ou par whatsApp 07 52 72 37 64 pour plus de details vous pouvez visiter le site http://lepermis-facile.fr/index.php ou notre page facebook https://www.facebook.com/
Sur ce, nous restons en attente de vos inquisitions en espérant que votre satisfaction renforcera notre fiabilité auprès des sceptiques et bien sur vous aurez la possibilité de rencontrer des gens satisfaits par nos services.

Bien à vous
a écrit le 26/03/2017 à 11:25 :
TÉMOIGNAGE DE PRÊT SÉRIEUX ENTRE PARTICULIER

Je m'appelle Achille angella je suis commerçant a Paris 1
Panthéon-Sorbonne.En ce jours,j'ai reçu mon prêt grâce au service de Mme
JOHANA SERENZA, maître Augustin et Mr Carlos. Je viens d'avoir la
confirmation que le virement est envoyé ayant consulté mon compte en banque
depuis le site de notre banque.A ma grande surprise le virement est bien
arriver.Je conseillé vivement mes proches et ami dans le besoin de
contacter Mme Johana serenza . Elle saura vous aidez pour la
signature des papiers l'un de leur agent Mr olivier est venir chez nous
afin qu'on puisse signé le contrât et la reconnaissance de dette

Email: johanaserenza@gmail.com
Siège :paris
Pays : France

Merci pour votre aide
a écrit le 27/04/2015 à 13:19 :
il faut savoir ce qu on veut, moi ma maison je l'ai acheter pour mes enfants, j'avais un enfant et j'ai eu des jumelles, je me suis dit pourquoi ne pas construire, c'est payé en grande parti par la caf, j'ai 56 ans et ma maison est payé, c'est quand même un grand soulagement. mes enfants ont un bon niveau d'études mais une n'a pas trouvé de travail, je me dis qu'ils peuvent toujours louer la maison et avoir un petit salaire, mes enfants s'entendent très bien, alors voilà pourquoi je ne regrette pas, surtout que mes loyers n'ont jamais dépassé 500 euros. après chacun fait ce qu'il veut.
a écrit le 16/10/2013 à 10:38 :
A vous lire, être propriétaire c'est être propriétaire d'une maison !! ???
Quand un vrai soucis de santé vous a mis en danger de se retrouver sous les ponts, parce que les propriétaires ont le droit de récupérer leur bien en fin de bail, et que vos revenus sévèrement amputés ne permettent pas de prétendre à un nouveau logement locatif (avez vous vu les critères et conditions actuels), je vous promet que le seul moyen de retrouver le sommeil est de devenir propriétaire d'un appart même très petit dès que possible.
a écrit le 14/10/2013 à 9:59 :
pourquoi étre propriètaire puisque quand vous étes vieux et que vous rentrez en maison de retraite si vous n'avez pas trop de moyen l'état vous prend votre maison alors moi je reste locataire
a écrit le 11/10/2013 à 18:16 :
Bonsoir,
et bien que d'avis pour, contre, moi, je vais être factuel : 36 ans, lillois 13 mois de salaires à 1500 ?, pas de crédit en cours et ma banque m'accorde 90 000 ? pour un prêt immo. Alors j'ai quoi à ce prix là à Lille que je ne peux quitter puisqu'en 3X8 au coeur de lille donc sans transport public a certaines heures.
a écrit le 18/09/2013 à 15:26 :
a 45 ans il est normal dêtre proprietaire d'un appartement de 75 m2 à paris et d'une chambre de bonne le tout loué, d'un chalet a la montagne comme residence secondaire pour en profiter pendant les vacances et être expatrie en suisse avec sa residence principale dans ce pays.

rien de neuf sous le soleil, il faut bien vivre
Réponse de le 14/08/2015 à 23:47 :
Un héritage ! Moi seule , salaire moyen 1800 , j'ai 35 ans , 3 appartement à Paris , 15 m2 / 20 m2 êt 40 m2 .... Tout Ca Parce que je suis futé
a écrit le 16/09/2013 à 15:20 :
Analyse plutôt sommaire, déjà dire que l'accédant à la propriété n'est plus aussi mobile, ça ne correspond plus à notre époque, les jeunes veulent habiter disons le canton ou ils ont fait leurs études et ou ils ont leurs amis quitte à gagner moins.
Au fond une génération tanguy soft.
Alors se trouver un terrain (on achète très peu l'ancien) construire dessus et roule.
Et à 50 ans, les enfants élevés, la teuf les vacances etc.
Et à la retraite comme moi, pas de loyers à payer, pas de charges, le potager pour les légumes les poules pour les oeufs, que demander de mieux.
Déménager c'est bien, c'est rentable, mais on fait comment pour déménager ses amis?
Réponse de le 16/09/2013 à 20:53 :
@pemmore, vous êtes à la retraite, pourriez vous aujourd'hui acheter votre maison, un terrain, avec les prix actuels? les salaires en baisse, les impôts locaux et fonciers en augmentation?
La mobilité est la clé pour sortir du chômage, et de nombreux jeunes décident de partir à l'étranger. Dire que les retraités n'ont plus de charges est réducteur, exceptés certains retraités de la fonction publique, qui bénéficient de divers avantages,et d'une bonne retraite, ceux du privé ont du mal à boucler les fins de mois, à payer les réparations, chaudière à changer, ballon d'eau chaude, réfection des toitures, et s'ajoute les appareils ménagers, véhicules pour ceux qui habitent à la campagne, plus les impôts, taxes et assurances diverses. Les locataires retraités modestes vivent dans de meilleures conditions en HLM.
Réponse de le 17/09/2013 à 17:38 :
@eleonore: changer un ballon d'eau chaude ne coûte pas grand chose (quand on est un minimum bricoleur), une couverture de toiture dure environ 50 ans si elle est de qualité, les impôts (si l'on s'éloigne de quelques kilomètres des zones tendues) sont largement supportables, les nouvelles technologies en matière de chauffage et d'isolation peuvent vous transformer une vieille longère humide en nid douillet et d'une manière générale, l'entretien d'une maison (même ancienne et je suis bien placé pour en parler), n'est pas onéreux (quand on met un peu la main à la pâte). Au final, inutile de noircir le tableau et n'oubliez pas que si beaucoup de retraités s'en sortent actuellement et sont en mesures de donner quelques coups de pouce aux enfants (voir petits enfants), c'est justement parce ils sont propriétaires. Si je voulais louer actuellement ma maison a un retraité et au vu de la moyenne des pensions, tous ses revenus y passeraient...
Réponse de le 18/09/2013 à 20:48 :
@Pitcho, j' ai posé une question, pourriez vous aujourd'hui acheter votre maison et un terrain au prix actuel? je peux vous dire que beaucoup de propriétaires n'ont pas les moyens et la santé pour effectuer des travaux. je ne parle même pas de ceux qui vivent en copropriété, et qui voient les charges exploser; Une maison vieillit en même temps que son propriétaire, elle doit être rénovée; si le retraité n'a pas des économies et une petite retraite il est difficulté; Je connais de nombreux retraités modestes qui habitent en logements sociaux, à proximité des commerces, ils ont droit aux APL et vivent correctement. Vu le vieillissement de la population, et la baisse des retraites, il faut que l'état construise des petits logements adaptés et à loyers modérés.
a écrit le 16/09/2013 à 11:24 :
De toute façon, propriétaire ou locataire, le petit se fait plumer par le gros, avec des prélèvements et arnaques différents. Au moins le locataire ou le propriétaire content de leur situation actuelle sont sûrs d'avoir gagné cela. Pour la retraite, avec les misères du grand âge, il faut prévoir d'être malheureux. Enjoy now !
a écrit le 16/09/2013 à 10:58 :
une caravane et hop au maroc ,et tu vit pour10 euros par jour !!!
Réponse de le 24/11/2013 à 13:06 :
bonjour tres bien dit... canari
a écrit le 11/09/2013 à 21:22 :
Foutaises, Etre propriétaires dans une copropriété pendant 30 ou 40 ans, n'a rien de sécurisant, tout cela n'est que manipulation de professionnels de l'immobilier, la vétusté s'installe, l'entretien du bâtiment, les frais de copropriété, plongent de nombreux retraités dans la précarité. Idem pour ceux qui ont construit dans des bleds ou il n'y a aucun commerce, ils se retrouvent isolés et en grande difficulté. Etre locataire à la retraite en ville sans avoir à payer des travaux, des taxes foncières, et autres est la meilleure solution pour bien vivre sa retraite.
Réponse de le 12/09/2013 à 15:51 :
Je suis propriétaire et retraité dans le Finistère dans un petit village en bord de mer avec un commerce. Ma maison est bien isolée, mon système de chauffage économique, j'ai investi quelque argent dans la rénovation et le confort. Les charges comme les frais de fonctionnement sont très réduits et je n'ai plus de crédit. Malgré une pension nette de 1487 euros, le fait d'être propriétaire d'une maison confortable et peu énergivore me permet de dégager une certaine somme mensuelle pour les extras, voyages et petits cadeaux aux enfants. Le locataire qui voudrait habiter ma maison à revenus équivalents y laisserait les 2/3 de sa retraite. Tout est dit...
Réponse de le 12/09/2013 à 16:23 :
@erasme, Je suppose que vous avez acheté à une période ou les prix de l'immobilier étaient raisonnables, cela vous a permis de dégager une épargne pour effectuer des travaux. et c'est très bien, mais regardez un peu autour de vous il y a de plus en plus de propriétaires qui n'ont d'autres moyens que de rester dans des logements mal entretenus, et qui vivent isolés dans la précarité. Etre propriétaire ne protège pas.
Réponse de le 14/09/2013 à 18:54 :
Monumentale erreur d'analyse, si les taux étaient plus élevés, les prix étaient bas, on pouvait construire avec un budget de 50 000 euros, sur une durée de 15 à 20 ans et au final l'emprunteur était gagnant. Aujourd'hui malgré les taux bas il est impossible de devenir propriétaire, les prix sont déconnectés des revenus des ménages, et ils doivent s'endetter sur 30 voire, j'en connais sur 40 ans..Les salaires ne sont plus indexés depuis 1982 sur les prix. L'emprunteur, doit rembourser pendant des années les intérêts, et le risque en cas de vente, avec l'effondrement des prix, c'est la negative equity.
Réponse de le 15/09/2013 à 5:12 :
@Eleonore : vous faites une comparaison de prix entre maintenant et 1990 sans vous demander un seul instant quel était l'effort pour investir.
Je maintiens qu'à 10% sur 15 ans, j'ai remboursé 2 fois la valeur du bien. A 4.5% même sur 30 ans maintenant, vous en êtes encore loin. Du fait des taux élevé à l'époque, il était impossible d'emprunter sur 30 ans, les échéances baissaient très peu.

1982 était bien en deçà de 1990 et surtout en 1982 l'inflation était proche de 12% ce qui n'était pas le cas de 1990 (3%), encore mois vers les années 1995/2000.

Votre monumentale erreur est de ne pas prendre en compte l'inflation qui permettait de rembourser sans effort un crédit début des années 80.

Avoir un taux de 12% pour une inflation à 14%, c'est royal; un taux de 10% pour une inflation à 3%, cela ne l'est plus du tout.
alors un taux à 4% pour une inflation à 1.5/2% c'est tout à fait supportable.

Que les emprunteur doivent rembourser d'abord les intérêts, majoritairement au capital, c'est le principe du crédit immobilier, les formules de calcul d'échéance restent les même, sauf qu'à 2%, vous remboursez plus vite le capital, certainement pas à 10%.

L'effondrement des prix, je l'ai connu en 1997, votre analyse (negative equity) se base sur des prix qui n'ont jamais baissé depuis cette date, et de toute façon un emprunt est toujours un pari sur l'avenir.
Réponse de le 15/09/2013 à 12:30 :
@moonmartre, Vous oubliez de tenir compte de l'impact du capital, dites vous bien que quelqu'un qui emprunte quatre cent mille euros sur 30 ans, c'est la durée des prêts actuels, même avec un taux d'intérêt à 4% sera désavantagé par rapport à celui a emprunté cent cinquante mille euros pour le même bien, sur une durée de 15 ans avec un taux d'intérêt de 12% en 1982. L'inflation n'est positive pour un emprunteur que si les salaires suivent, c'est en 1982 que la gauche à modifié le mode de calcul , ils ne sont plus indexés sur les prix, c'est flagrant pour les salariés du secteur privé, mais sur un bidouillage de calcul qui ne tient pas compte de certaines augmentations, c'est pour cette raison que de plus en plus de salariés ont des difficultés à boucler les fins de mois, à payer les loyers et ne peuvent plus devenir propriétaire! + de 170% d'augmentation depuis 10 ans Les prix baissent depuis 3 ou 4 ans mais pas assez, en raison de la conjoncture chômage, emplois précaires, salaires qui stagnent, et de la situation économique de la France, pour toutes les raisons, Il est risqué de parier sur l'avenir avec un endettement important!
Réponse de le 16/09/2013 à 10:57 :
Aux mises en garde d'Eléonore, s'ajoute à tout moment la menace d'un impôt sur les "loyers fictifs", sorte de super-taxe foncière. Le "propriétaire" se change progressivement en locataire de la collectivité, à laquelle il doit un loyer certes encore réduit mais en progression imprévisible pour cette raison. Ma mère est propriétaire d'un logement qu'elle ne peut plus habiter seule, c'est un logement insuffisamment entretenu et difficile à vendre, avec de fortes charges, cela ne donne pas envie.
a écrit le 08/09/2013 à 19:24 :
Bonjour à tous, ce message pour vous prévenir que l'agence immobilière Barnes International a agit envers moi de la manière suivante: la surface indiquée sur une annonce de location d'un appartement a été surévaluée à 40m2, alors qu'elle fait moins de 32m2, certifié par un géomètre. En réponse à ma question, le propriétaire leur avait dit 36m2 et ils n'ont jamais eu de problème avec les autres locataires....Méfiez-vous de cette agence!!
a écrit le 04/09/2013 à 20:14 :
Il faut des investisseurs qui investissent, et des locataires qui permettent aux premiers de gagner de l'argent. Tant que ce système perdurera, chacun y trouvera son compte et c'est bien là l'essentiel!
a écrit le 04/09/2013 à 17:10 :
C'est hallucinant de lire que les citoyens doivent tout quitter, maison, famille, amis pour "s'adapter" au marché du travail. Si nous travaillons, c'est pour vivre. Cela ne m'intéresse pas d'avoir un meilleur salaire, un meilleur poste si je doit tout perdre. Je l'ai fait et je le regrette amèrement. C'est aux entreprises de s'adapter à leur environnement socio-économique. Des entreprises qui s'installent en plein désert, cela existe aussi aux USA : même les américains refusent aujourd'hui d'y aller pour "faire de l'argent". Nous voulons vivre, pas gagner de l'argent que l'on nous donne d'une main pour nous le reprendre de l'autre (taxes de mutation, taxes sur les plus-values, taxes sur les autoroutes pour revoir la famille, taxes sur les revenus, inflation des prix de l'immobilier...).
Réponse de le 16/09/2013 à 11:04 :
Vu le fonctionnement du marché du travail, cela devient de plus en plus irrationnel de quitter un territoire où l'on des relations, de la famille et des facilités pour un autre où il y a un peu plus d'emplois mais encore plus de concurrents, parfois venus du monde entier pour des salaires de misère, un coût du logement aberrant et des conditions de vie très dégradées (transports, insécurité...). Même pour des ingénieurs ou postes pointus, cela devient risqué. (Quitte à être mobile, Londres vaut souvent mieux.)
a écrit le 04/09/2013 à 16:34 :
être propriétaire pour "la tribune" c'est :
-avoir souscrit un crédit ou
-avoir fini de payer le bien ?
il y a quand même une nuance entre les deux ...
et il est rare d'avoir fini de payer le bien à 50 ans.
Réponse de le 07/09/2013 à 10:34 :
Totalement d'accord avec vous. La majorité des français confondent propriété et situation de locataire de leur banque.....
Sans compter que la plupart ne se rendent pas compte qu'un bien acheté sur un crédit de près de 30 ans leur coûte au final le double du prix affiché sur la vitrine de l'agence immo (frais notaire, frais agence, intérêts et assurance du crédit...).....mais chut, tout cela fait grassement vivre tout un "immo-système" (promoteurs, banques, agences immobilières, notaires, collectivités locales....) depuis des décennies.
a écrit le 04/09/2013 à 15:45 :
"Sans une vie affective heureuse, toutes les beautés du monde offrent bien peu d'intérêt. Les plaisirs de l'existence atteignent leur plénitude que s'ils sont partagés par celle ou celui qu'on aime". Suivant le livre d'une jeunesse désemparée "les corps indécents". Il n'y a donc pas de réussite sans une vie sentimentale heureuse. C'est primordial. Bien plus que la richesse.
Réponse de le 04/09/2013 à 16:34 :
vous avez deja vu une femme aimer un sdf vous ? si on fait tout ça... la maison, le boulot.... c'est bien pour garder sa gonzesse...
Réponse de le 04/09/2013 à 17:17 :
Tout ça pour seulement dire que l'on peut être locataire et parfaitement heureux et propriétaire (même pourquoi pas multimillionnaire) sans être vraiment heureux (rapport à l'article). Peut-on parler de réussite en devenant propriétaire sans la sérénité d'une vie affective heureuse ?
Réponse de le 04/09/2013 à 17:48 :
on peut aimer mille fois un propriétaire
mais on ne peut pas être
propriétaire de mille personne...
a écrit le 04/09/2013 à 15:34 :
...moi j'ai 60 ans suis proprio depuis 10 ans et ai totalement raté ma vie!plus minable que moi tu meurs!(ah oui il ya hollande il est vrai!)
Réponse de le 04/09/2013 à 16:38 :
ah mais c'est parce que vous devez être de droite si vous aviez été soixante-huitard vous auriez acheté a saint germain des prés il y a 30 ans et vous seriez millionnaire aujourd'hui....
Réponse de le 04/09/2013 à 16:50 :
Je pense que bcp de gens dans le monde aimeraient avoir une vie aussi "minable" que François Hollande! Enfin, si ça peut vous faire sentir mieux dans votre peau de dire de telles absurdités...
a écrit le 04/09/2013 à 15:03 :
Ben , j'vais vous dire...Celui qui peut décrire le futur dans 5 ans il est fort , le mecqueton...Même Hollande y sait pas. Alors , je vais m'en tenir là , et j'achèterai si je vois un boulevard devant moi... "Dans la vie , il ne faut s'engager avec une fille que si elle est fiable. C'est pareil pour un prêt immobilier ". Proverbe Tibétain.
Réponse de le 04/09/2013 à 15:22 :
avec ce genre de proverbe on ne ferait jamais rien car rien n'est vraiment fiable... la vie elle-même est précaire... et comme le temps passe vite... décidément les français n'aiment pas les risques...
Réponse de le 04/09/2013 à 15:40 :
Non les français rêvent tous d'être rentier ...
Réponse de le 04/09/2013 à 15:47 :
En 98, l'immobilier était au raz des paquerettes après 7années de baisse...tout ceux qui ont investit en 98, se sont fait des coui**es en OR, les bonnes choses ont une fin et le risque d'acheter trop cher pour un bien qui va dévalué dans 5 voire 10ans est bien présent actuellement...mais l'immobilier repartira et un investissement sur le Long terme sera gagnant par rapport à une location, ou les loyers resteront à fonds perdus
a écrit le 04/09/2013 à 15:00 :
une note produite à Bercy qui rappelons le est pleine de fonctionnaires non mobiles !! qui disent que ces manants du privé ne sont pas assez mobile et qu'il faudrait qu'en plus il n'est pas un toit à eux au dessus de leur tête
quand vous relisez attentivement le problème est celui des coûts de transaction A SAVOIR les IMPOTS !!! qui n'arrêtent pas d'augmenter afin de payer les dits fonctionnaires immobiles qui vous demandent de vous bouger pour assurer leur immobilisme de rentier !
Réponse de le 06/09/2013 à 13:12 :
Exactement! Le frein à la mobilité c'est avant tout les "frais de notaire" qui sont exhorbitants! J'ai des amis dans d'autres pays d'Europe qui achètent et vendent car leur travail s'est déplacé de 30km! Ils ne payent que 1,5% de frais et non 4 ou 4,5% comme en France. C'est une différence énorme! Heureusement qu'on ne paye pas en plus de taxe sur la plus-value de la résidence principale sinon l'immobilisme serait encore plus grave.
Réponse de le 06/09/2013 à 18:01 :
C'est un frein qui se voit d'autant plus que les prix sont eux-mêmes exorbitants. Attaquons également les prix ! La plus-value étant absorbée par l'achat du nouveau bien, à quoi bon en faire une sauf lorsqu'on est vendeur net ? De plus, élargir la taxe sur la PV à la RP aurait un effet déflationniste rapide sur les prix après une période de blocage qui ne durera pas du fait des très nombreuses et majoritaires ventes contraintes (succession, divorce, mutation, perte d'emploi).
a écrit le 04/09/2013 à 14:46 :
Les propriétaires sont subventionnés et ont recours au crédit, lui aussi subventionné.
Dès lors, je ne vois pas trop comment appeler ces gens propriétaires, si ce n'est au détriment de ceux qui ne le sont pas et qui paient les lois de lobbyistes détestables, au même titre que la voiture (et l'asphalte qui va avec) qui est payée par le piéton ou le cycliste.
En terme de réalité, il est encore possible, mais pas dans les grandes villes, d'être propriétaire et même d'acheter sans crédit. Seulement, les gens voulant tout, tout de suite, ils n'imaginent pas économiser pour s'offrir en payant ce qui est gratuit chez tous les animaux. Bref, les logements collectifs seraient aussi très bien si on ne les avait pas délaissés pour le rêve matérialiste. De fait, certains sont poussés à devenir propriétaire parce que les conditions de vie dans des appartements deviennent de plus en plus difficiles, quand cela ne relève purement et simplement que de l'improbable, malheureusement.
a écrit le 04/09/2013 à 14:17 :
si c'est agent immobiler qui le dit.
a écrit le 04/09/2013 à 14:16 :
Ce n'est pas impératif du tout d'être propriétaire. Ce qui est impératif c'est de vivre sa vie chaque jour. Je serais en retraite dans quelques années et je revendique le droit d'être locataire et si les loyers sont trop chers j'irais vivre ailleurs....
Réponse de le 04/09/2013 à 14:35 :
Moi aussi. Je revendique de pas être emmerdé par tous ces soucis à la con. Moi , j'ai un petit voilier. A la retraite , je mets fin à ma location et je pars vivre dessus. J'ai fait mes calculs : 2 fois moins cher qu'une location. 20 fois plus stimulant qu'être proprio dans une ville de bobos stupides comme Paris. Tchao la compagnie , et viva la vraie vie...
Réponse de le 04/09/2013 à 15:20 :
Ouais, jolie rêverie, mais enfin quand on vieillit, faut pas être trop loin des hôpitaux, plutôt dans du plain-pied et éviter les déménagements pour cause de fin de location...
a écrit le 04/09/2013 à 14:08 :
Oui , moi aussi , je revendique le même droit que mon camarade.
Réponse de le 04/09/2013 à 14:38 :
Puisse le Dieu des Juifs exaucer ton voeu juste , mon frère... Shalom...
a écrit le 04/09/2013 à 13:58 :
Je revendique le droit de vivre sous une tente , afin d'échapper à l'enfer de l'achat immobilier et de toutes les taxes injustes et y afférentes.
Réponse de le 04/09/2013 à 14:37 :
Puisse Allah le Grand exaucer tes voeux , mon frère.
Salam aleikum.
a écrit le 04/09/2013 à 12:36 :
Quand je vois dans mon entourage des retraités qui payent la moitié de leur retraite en loyer et ne s'en sortent pas...devenir propriétaire quand la carrière est stabilisée, est un impératif.
Réponse de le 04/09/2013 à 13:20 :
"devenir propriétaire quand la carrière est stabilisée, est un impératif." : Bon constat, mauvaise déduction... Devenir propriétaire pour sa retraite est un impératif. Pour ce faire, il n'est pas nécessaire d'acheter là où l'on travaille. En d'autres termes, quand on a des revenus corrects dans des régions où l'immobilier a atteint des prix délirants, autant acheter ailleurs.
Réponse de le 04/09/2013 à 15:02 :
Et comment fait-on concrètement ? Acheter à un endroit dont on ne connait rien pour sa retraite tout en louant là où on bosse ?
Réponse de le 04/09/2013 à 19:18 :
"Acheter à un endroit dont on ne connait rien pour sa retraite tout en louant là où on bosse ?" : Vous ne connaissez qu'une ville/région en France?
a écrit le 04/09/2013 à 12:07 :
De l'Art de poser les vraies questions.....
1) Propriétaire oui mais a quel prix?? Vous avez ceux qui n'empruntent pas et aux extrêmes ceux qui se mettent la corde au cou et le revolver sur la tempe et se voient exproprié(e)s des qu'une personne du couple perd son emploi...Pour ceux la dont le remboursement (on devrait plutôt parler d'escroquerie) vaut bien le double de l'emprunt ils ne seront jamais réellement propriétaires mais plutôt locataire..
2) On ne devient propriétaire que lorsque personne ne peut reprendre ce qui nous appartient, hors le fait de ne plus pouvoir payer la dîme et la gabelle a notre seigneur Cinquième République nous vaut le droit de se voir confisquer notre chère et illusoire propriété ..

La propriété n'est qu'une illusion que nous laissons derrière nous a notre mort
Réponse de le 04/09/2013 à 14:55 :
la propriété est un droit que nous avons chèrement acquis à la révolution française ! avant tout appartenait à la noblesse et au clergé qui pouvait ainsi asservir les manants
A notre mort la propriété c'est le droit de transmettre à qui on veut !
a écrit le 04/09/2013 à 11:48 :
Pourquoi personne ne remet-il jamais en question cette phrase péremptoire : "une fois le bien payé, il n'y a plus de loyer à payer à la retraite". Oui mais :
- Il faudra payer une taxe foncière (en perpétuelle augmentation, de 1 mois d'équivalent de loyer)
- Il faudra payer les travaux de copro (parfois énormes dans l'ancien, + toutes les normes)
- Il faudra toujours payer des charges

Quand au calcul de rentabilité vs location, dans l'hypothèse d'un marché qui suit l'inflation (très optimiste avec la crise immobilière qui s'annonce), la durée de détention minimum est de 7 ans pour que l'opération soit rentable.

Pour ma génération (35 ans), 7 ans dans un même job, c'est une éternité...
Réponse de le 04/09/2013 à 12:30 :
Parce-qu'il faut payer plus en location? Les questions a se poser sont plutôt : "Est-ce que j'ai besoin d'acheter là où les prix sont délirants et du travail pour préparer ma retraite?", "Est-ce qu'il est intéressant d'accepter une baisse de salaire pour rejoindre une région où l'immobilier est moins coûteux?"
Réponse de le 04/09/2013 à 12:51 :
Ben oui, d'ailleurs c'est bien pour ça que les loyers ont une forte pression à la hausse, pour couvrir l'augmentation de toutes les charges.
Réponse de le 04/09/2013 à 14:18 :
Est-ce qu'il est intéressant d'accepter une baisse de salaire pour rejoindre une région où l'immobilier est moins coûteux?

Oui completement! Et on y gagne en niveau de vie entre Paris et la province...
Réponse de le 04/09/2013 à 15:23 :
Je me demande bien qui cela peut concerner ? Hors Ile de France et grande ville, l'emploi est sinistré. Les fonctionnaires peut-être ou les professions libérales ? En tant que salariés, mieux vaut quand même rester près des bastions d'emplois, le licenciement, ça existe et après on est coincé en Province avec aucune chance de revenir vu les prix de l'immo. La question me parait plus complexe que ça.
Réponse de le 04/09/2013 à 19:34 :
"Je me demande bien qui cela peut concerner ? Hors Ile de France et grande ville, l'emploi est sinistré. Les fonctionnaires peut-être ou les professions libérales ?" : Une idée du nombre de patrons qui s'installent en province depuis quelques années? Vous croyez qu'il faut des coiffeurs, des fleuristes, etc. uniquement dans les grandes villes? Vous pensez qu'ils n'ont pas besoin d'ordinateurs, de sites web, de graphistes, etc.? Les grandes villes et villes moyennes : Parlons-en! Le logement y est toujours 2 à 4 fois moins cher qu'en IDF à proximité des transports en commun!
a écrit le 04/09/2013 à 11:18 :
Tout est une question de choix de vie et de priorités parfois "philosophiques". De toute façon, une chose est sure: on n'a jamais vu un coffre-fort suivre un corbillard.
Réponse de le 04/09/2013 à 12:03 :
Non mais des héritiers suivrent un coffre-fort si... tout le temps...
Réponse de le 04/09/2013 à 15:43 :
En héritant â 70 ans en moyenne, vous pourrez vous acheter une Kia garantie 7 ans ...
Réponse de le 04/09/2013 à 17:03 :
j'ai eu de la chance... et j'ai 42ans...
a écrit le 04/09/2013 à 10:31 :
Dans cet article ou ces commentaires... on oubli je crois une cause déterminante de la volonté des français de devenir proprio... constituer un patrimoine que l'on pourra léguer à ses enfants... sous forme de donation par exemple... encore une disposition de Sarkozy que les socialos ont limité...
Réponse de le 04/09/2013 à 10:58 :
C'est une bonne chose que de diminuer l'abattement sur les droits de succession. Cela défavorise la rente de situation.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:25 :
@@gey75, quel mal y aurait il à vouloir que l'humanité puisse s'enrichir d'une génération à l'autre? Les droits de succession pénalisent la qualité de vie. C'est exactement ce que nos "élites" esclavagistes désirent : décourager les classes moyennes et pauvres de s'enrichir d'une génération à l'autre et de s'émanciper du système. On pousse les pauvres à faire pleins d'enfants qui réclameront que les moins pauvres soient racketés par souci de "justice sociale".
Réponse de le 04/09/2013 à 11:42 :
Parce que cela favorise la rentre au détriment de la production de valeur. Et une société qui ne produit plus rien est vouée à péricliter.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:43 :
+1 Thargor
Réponse de le 04/09/2013 à 11:55 :
@Thargor, bien évidemment et ce serait même une bonne chose... plutôt que de laisser des étrangers acheter des biens en France qu'ils laissent vident 10 mois sur 12... et appeler rente de situation le fait d'hériter d'une ou deux maisons divisées par deux ou trois enfants, c'est vraiment prendre lea classe moyenne pour des riches... les vrais riches eux savent très bien comment faire des rentes à leurs enfants... sans passer par l'immobilier... d'ailleurs en général eux sont locataires...
Réponse de le 04/09/2013 à 12:05 :
L'enrichissement intergenerationnel qui compte vraiment est l'enrichissement humain, pas financier : valeurs, éducation, culture...
Réponse de le 04/09/2013 à 12:11 :
Votre commentaire est réducteur. Au décès d'un des conjoints le bien est démembré, avec l'usufruit et 1/4 de la pleine propriété au survivant et la nu propriété aux enfants. Et lorsque tous les parents sont décédés, nul n'est censé rester dans l'indivision le bien est très souvent vendu. Aux moindres désaccords familiaux, les héritiers n'héritent que d'argent après liquidation.
Réponse de le 04/09/2013 à 12:30 :
C'est bien beau ce que vous dites... mais où mettrions-nous nos livres, nos meubles et nos lingots si ce n'est dans nos châteaux de famille conservés grâce aux SCI ?
Réponse de le 04/09/2013 à 12:55 :
L enrichissement humain c est par ex ne pas acheter d iphone fabriqué par esclaves chinois ?
Réponse de le 04/09/2013 à 14:38 :
Pourquoi toujours tout ramener au téléphone ? C'est quoi cette fixette ? Une mauvaise expérience avec Apple, Samsung, ou un autre ? .
Réponse de le 04/09/2013 à 14:41 :
Drôle de question. Toujours dans des châteaux, des musées, des bibliothèques en dur ou virtuelles, des maisons, des appartements, des lofts, des galeries... Tout ça disparaît quand les héritiers sont obligés de les céder pour payer les frais ?
Réponse de le 04/09/2013 à 14:59 :
oui et non.... quand on a d'autres sources de revenus, des apparts ou de l'argent en suisse pour payer les droits sur le chateau...
Réponse de le 04/09/2013 à 15:13 :
Pour répondre au courageux anonyme de 11:42, une société qui ne produit que du jetable (comme la nôtre) est vouée à péricliter de toute façon. Une société incapable de capitaliser sur le travail de ses générations est constamment au bord du gouffre. Une telle société favorise de fait l'individualisme et la jouissance immédiate au détriment du bien commun. D'où le gouffre et le risque de voir l'humanité ne jamais sortir du système solaire alors qu'elle en aura un jour les compétences techniques.
Réponse de le 04/09/2013 à 17:09 :
Ainsi nous ne produirions que du jetable, vous n'avez pas l'impression d'exagérer un peu ? Il n'y aurait donc que la pierre qui aurait grâce à vos yeux ? Exit le progrès scientifique, le progrès technologique, l'art... Pour en revenir à l'immo, vous partez d'un constat faux qui est de dire que si les biens ne peuvent rester dans la famille (à cause des droits de succession confiscatoires), ils disparaissent. Pourtant, il se vend des centaines de milliers par an de vieilles pierres.
a écrit le 04/09/2013 à 9:55 :
Laurent Vimont est locataire du coté de bastille car dit il il n'aurait pas les moyens d'achter son appartement.

C'était dans BFM TV

A til donc raté sa vie ?
a écrit le 04/09/2013 à 9:40 :
Le travers de ce raisonnement est qu'il est basé sur le concept de "marché du travail" dans lequel on accepte que les employés soient des produits jetables et consommables, et que c'est a eux de courir dans tous les sens pour chercher du boulot. Le problème est la nature même de l'emploi aujourd'hui, et pourtant cet article pose comme base que c'est la propriété" immobilière qui serait un problème... Il serait peut-être temps de remettre les choses dans le bon ordre, non ? La cause est la nature et la fragilité des entreprise, et la difficulté de devenir propriétaire est une conséquence, pas l'inverse...
Réponse de le 04/09/2013 à 10:07 :
Je suis assez d'accord avec vous, je ne vois pas en quoi les gens auraient à se déraciner tous les 4 matins avec enfants et conjoint pour courrir derrière des boulots toujours plus précaires.
Réponse de le 04/09/2013 à 10:33 :
Oui, cet article est vu sous le prisme du marché du travail, car aux dernières nouvelles, c'est l'entreprise qui vous donne un emploi, emploi qui vous permet de vivre, manger, dormir et... acheter votre logement. Votre raisonnement est quand même bien détraqué, car il sous-entend dans votre dernière phrase que toutes les entreprises sont fragiles par nature, ce qui est évidemment faux en réalité. Il y a aussi des entreprises florissantes en France (même si de moins en moins) qui embauchent et se développent là où d'autres doivent licencier pour survivre. La difficulté d'accéder à la propriété ne peut être la seule conséquence de la fragilité de certaines entreprises. En revanche, là où je vous rejoins, c'est qu'en France nos PME sont en train de péricliter à cause, entre autres nombreuses raisons, de l'instabilité fiscale qui y règne.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:01 :
Une récente étude de Bercy a montré que le coût du logement est un des principaux facteurs limitant la compétitivité des entreprises françaises : moins d'investissements dans les entreprises, mobilité rendue plus difficile, salaires compensant la hausse du coût du logement...
Réponse de le 04/09/2013 à 11:15 :
@travers et @panpan
arrêter de taper sur les entreprises... vous en connaissez bcp des personnes qui aujourd'hui font toute leur carrière dans la même entreprise ? il n'y a pas que le chômage qui génère des mutations professionnelles, la volonté d'avancer ou de progresser dans les responsabilités, voire celle de trouver un épanouissement professionel et personnel supérieurs sont autant de raisons de changer d'entreprise
Réponse de le 04/09/2013 à 11:35 :
@panpan
On nous dit toujours que les salaires francais limitent la competitivite des entreprises, ainsi que le cout des logements. Je constate egalement que dans une etude tres recente (et pour la 4eme annee consecutive), la Suisse ressort comme le pays le plus competitif au monde, ou la vie est egalement une des plus chere et les salaires par consequent eleves. Cherchez l'erreur...
Réponse de le 04/09/2013 à 11:41 :
Si les politiques arrêtaient de soudoyer les entreprises à l'aide de subventions temporaires pour qu'elles déménagent d'une commune à l'autre, celles-ci bougeraient moins et tout le monde serait gagnant (mais ça ferait moins de PIB fictif oh la la le drame). Une entreprise qui bouge ça peut être 500 familles qui cherchent un nouveau logement en même temps au même endroit. A 40k? de frais divers et variés moyen, ça fait 20Me qui partent en fumée par le biais de taxes diverses, sans parler des coûts pour les entreprises.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:47 :
En effet, notez toutefois que l'étude en question mentionne le fort taux d'endettement hypothécaire comme risque persistant, parmi d'autres certes.
Réponse de le 04/09/2013 à 13:40 :
@berti49... Loin de moi de vouloir taper sur les entreprises, je me suis peut-être mal exprimé...Je suis entrepreneur et suis totalement d'accord avec votre commentaire.
@jo, votre remarque serait pertinente si les prélèvements obligatoires de l'Etat sur les salaires suisses et français étaient les mêmes... alors qu'ils sont très différents (différence brut-net). Avez-vous déjà comparé les feuilles de salaire des 2 pays? L'une tient en 30 à 50 lignes (France), l'autre en 10 lignes (Suisse). Je suis français travaillant en Suisse et je peux vous affirmer que l'on y vit mieux qu'en France. C'est aussi le pays le plus industrialisé au monde selon le ratio nombre d'industries par habitant.
Réponse de le 04/09/2013 à 14:56 :
En même temps, plus un pays est petit, moins les infrastructures sont coûteuses...Comparé la Suisse à la France, c'est comparer la Hongrie à la Russie.

Sinon, pour en revenir au sujet, dans les HLM, l'explosion des charges pousse les locataires à devenir propriétaires, non par envie mais par nécessité (je dirais même par survie) mais l'emploi étant ce qu'il est et la spéculation immobilière qu'on laisse faire par exemple à Paris mettent à mal l'accession à la propriété. Et les plus mal lotis sont ceux qui paient le plus proportionnellement.
Il faut en finir aussi avec l'arrivée de tous ces riches qui privatisent des pans entiers de notre pays et se foutent des lois comme de la langue française par ailleurs (le Québec connait le problème).
De toute façon, les gens vont se taper dessus dans pas longtemps, donc tout ceci deviendra très relatif quand il ne s'agira que de survivre en mangeant des rats. Et encore des rats handicapés, car ça court vite.
Réponse de le 24/10/2013 à 10:04 :
ils ne vont pas rigoler longtemps ces bandes de fouteurs de taxe, le mois de mars sera leur sortie vers la porte au lieu de nos taxer encore et encore, ils auraient du baisser leurs avantages et la les 600millions ils les avaient
a écrit le 04/09/2013 à 9:20 :
Le prêt à taux zéro était une fausse bonne idée ... ce dernier a favoriser l'inflation de l'immobilier !
a écrit le 04/09/2013 à 9:16 :
Dans la vie il n'a que le sex et la bouffe, les allemands ont bien compris.
que se passe t'il si un des centrales nucéaire pete comme au Japon?

Réponse de le 04/09/2013 à 10:55 :
Moscovici l a bien compris aussi : peu de patrimoine au regard de ses revenus , une belle étudiante ..
a écrit le 04/09/2013 à 9:06 :
Bon je sais qu un agent immobilier n est pas l interlocuteur le plus objectif quand il s agit de parler de ca (c est comme demander a un vendeur de Renaul si c est le moment d acheter une voiture, il y a peu de change qu il reponde non l essence va augmentzer et il y a plein de radar).
Cependant je me demande dans quel monde il vit. Si vous remboursez pas votre credit, il croit vraiment que la banque va laisser faire ? en plus croire que vous etes en position de force est ridicule. SI vous ne pouvez plus payer, ca veut dire que vous n avez plus d argent. donc vous n interessez plus votre banquier qui ne pourra plus rien vous vendre. je suis sur que si bous ne pouvez plus payer, les banques francaise feront comme les banques US ou espagnoles : saisie et revente histoire de ne pas subir de perte. Ce aui est d ailleurs parfaitement logique

PS: si vous etes locataire, vous devez aussi pouvoir negocier avec votre proprietaire, voire trouver un logement plus petit et moins cher. Je vois mal une banque accorder un credit a un chomeur qui vent sa maison pour racheter plus petit et moins cher ...
a écrit le 04/09/2013 à 9:00 :
EN suisse ou en Allemagne, il y a moins de proprietaires qu en franc ete on peut pas dire qu ils sont un pays en voie de sous developpement comme nous
L autre effet non mentionne dans l article, c est que l investissement dans le parpaing a un effet d eviction. Si on investi dans l immobilier, on va pas investir dans l industrie. ET apres on se plaint d etre une economie de 3 eme ordre
Mais je reconnais a l investissement immobilier une vertu: ca permet d enrichir les vieux (les vendeurs net) au depend des jeunes (acheteurs net). Et ca ca n a pas de prix (enfin si, l effondrement de la france, mais nos retraités s en foutent, ils seront mort quand ca va arriver)
a écrit le 04/09/2013 à 8:59 :
ouf! .... me voilà soulager 49 ans, je n'ai pas de rolex ... mais ma maison est moi !
Réponse de le 04/09/2013 à 9:52 :
Très bien, il ne vous manque plus qu'un dictionnaire.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:26 :
+ 1, excellent ! ;-)
a écrit le 04/09/2013 à 8:58 :
En fait tout est fait pour décourager : droit de mutation si l'on vends.
Deuxième solution que j'ai choisi et avancé par certain : louer son bien et devenir locataire sur les lieux de son nouvel emploi mais là aussi grosse arnaque et je suis en train de m'en mordre les doigts. Car tu payes la CSG RDS sur les loyers de ta maison mais aussi l'impôt sur le revenu concernant les loyers + la taxe foncière alors que les loyers que tu payes n'entrainent aucune déduction.
Avant j'étais imposé sur x ? et j'avais pas de loyer à payer.
Maintenant toujours x ? + 9000 ? de loyer imposé à l'IR + 9000 ? à la CSG RDS mais j'ai un loyer à payer de 10 000 ? et une TF en plus. Et je ne parle pas des aides qui vont baissées à cause de l'augmentation de mon impôt.
Résultat je suis perdant, donc je déconseille à toute personne de bouger ou alors si l'augmentation de salaire est très substantielle. Moi je ne bougerais plus.
Réponse de le 04/09/2013 à 15:08 :
sauf qu'avant, vous payez la TF + la taxe d'habitation de votre maison ...Maintenant, vous n'êtes pas imposé à l'IR + CSG RDS sur 9000 de loyer, mais sur 6.300 (abattement de 30%) + TH logement dont vous êtes locataire+TF ancien logement.
a écrit le 04/09/2013 à 8:53 :
Il n'y a pas besoin de prêter grande attention aux propos de L. Vimont. Comme il dirige un réseau d'agence immobilière , il a intérêt à ce que les français achètent de l'immobilier, c'est son gagne pain. Lui demander si il faut être propriétaire c'est comme demander à votre poissonnier si son poisson est frais : mais bien sur ma petite dame , ayez confiance...
Réponse de le 04/09/2013 à 10:57 :
Y'a pas photo. Demander son avis à un agent immobilier , c'est se laisser passer la corde au cou. Ces types-là cherchent à faire acheter et vendre comme ça les arrange eux , pas vous. Chaque fois , ils encaissent des commissions faramineuses en vous mettant dedans. Cherchez sur Internet , passez-y des jours , tapez les mots-clés...et vous trouverez toutes les réponses. Y'a pas de solution miracle , y'a juste la solution SUR-MESURE adaptée à votre CAS précis. Acheter ou vendre au mauvais moment , c'est mettre 10 ans pour vous en remettre. Faites comme moi. La FORCE et la RUSE. Et la PATIENCE. Dans la vie , y'a que 2 catégories d'hommes...Ceux qui ont un pistolet et ceux qui ont un diplôme bidon d'agent immobilier. C'est ceux-là qui creusent. C'est la SEULE loi à l'Est du Pécos. Ici , c'est dur , la vie. Y'a que les pistoléros qui survivent. Les régulateurs-shériffs sont canés. Les politiques sont canés. Les experts sont canés. Gringo , soigne ton pistolet , c'est ton seul ami sur cette terre. Ici , à l'ouest du Pécos.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:25 :
Pour sûr , Billy. Faut ajuster son tir , avec ton 7 coups. Surtout , surtout , n'oublie pas de plisser les yeux. Moi , je leur tire dans les pattes...ça les fait danser. Un 7 coups , c'est beau , c'est mieux qu'une Rolex. Avec le 7 coups , pour sûr que tu f' ' ras ton ch'min dans la vie.
a écrit le 04/09/2013 à 8:47 :
En France, il est plus facile d'obtenir un crédit pour acheter que d'avoir ce qu'il faut pour louer ! Et il y a un très gros problème d'hyper centralisation, sans compter que les transports publics sont très mal pensés dans certaines régions.
a écrit le 04/09/2013 à 8:30 :
Voila un bon petit article du lobby banque assurance qui essaye de nous faire avaler son "business model" où
1) la banque-assurance est propriétaire de tous les biens immeubles et controle le marché
2) le francais pour vivre doit payer chaque mois la rente mafieuse
3) n'ayant pas d'attache ni de sécurité il est flexible et corvéable
4) on fera passer des lois pour que les assurances soient obligatoire sur tout (chomage, maladie, mutation...)
à la fin il restera juste de quoi vivre et les yeux pour pleurer sur lesquels le grand mou premier et sa bande metrons un maximum de taxe.
a écrit le 04/09/2013 à 7:41 :
A lire les commentaires, il semblerait que les blogueurs se partagent en plusieurs catégories: ceux qui ont franchit le pas de l'achat et ceux qui sont en attente d'un éventuel effondrement et qui essaient d'économiser en restant locataires. Au vu de l'opacité des systèmes financiers, de ce qu'il s'est passé à Chypre, en Grèce, de la faillite potentielle de certaines banques (ou États), placer toutes ses économies dans un placement financier est-il un choix judicieux?
Réponse de le 04/09/2013 à 7:58 :
Comme si les français avaient tous un mystérieux bas de laine leur permettant d' acheter à n'importe quel prix ! Les prix immobiliers sont trop élevés par rapport aux revenus et les banques ne sont pas des philanthropes, voilà tout ...
Réponse de le 04/09/2013 à 8:14 :
@gargamel: si les prix sont trop élevés, comment se fait-il que les notaires relèvent 660 000 transactions rien que dans l'ancien en 2012? Habitant sur Rennes, les programmes neufs fleurissent partout autour du centre historique à tel point qu'on arrive à un changement incroyable des paysages de ces zones entièrement remodelées. Donc je repose la question: si les prix sont trop élevés, pourquoi n'assiste-on pas à un blocage du marché?
Réponse de le 04/09/2013 à 8:43 :
Le nombre de transactions a baissé sensiblement. Elles dont realisees par des secundo-accédants pour qui l'impact de la hausse vertigineuse est moindre, et par des primos boostés aux coups de pouce familiaux. Enfin il reste quelques coins à la marge où l'immo est resté ou redevenu raisonnable.
Réponse de le 04/09/2013 à 8:53 :
C'est l'argent des lessiveuses rennaises qui sort... Ah le marché noir ! Blague à part les 600.000 transactions, ce sont des proprios comme vous (peut être) et moi qui changent de région ou achètent plus grand. Quand on est déjà proprio, on se moque d'acheter cher car on revend aussi son bien cher. Le marché des primo accédants lui est fortement déprimé, ce qui explique les 250.000 transactions qui ont disparu depuis le plus haut de 2007. Il n'y a pas assez de pigeons solvables. Qui dit que le marché français est trop cher ? Les rendements locatifs qui sont très bas ! Et accessoirement les comparaisons internationales qui montrent que les prix à l'achat sont sur évalués de 35% par rapport aux loyers ...
a écrit le 04/09/2013 à 7:28 :
L'assurance chômage n'est pas obligatoire, je n'en ai pas sur mon prêt immobilier. Elle coute très chère pour assez peu de garantie.
a écrit le 04/09/2013 à 7:14 :
Bon, si à 50 ans on continue de payer l'hypothèque d'un autre, il est clair qu'on a un sérieux problème financier.
Réponse de le 04/09/2013 à 8:56 :
pas sur, car si les prix s effondre comme aux USA ou en espagne, le propiretaire va regretter de ne pas etre reste locataire. Surtout si en prime il se fait virer ou divorce et qu il doit vendre a perte son logement (ce qui est tres bien explique dans l article)
Réponse de le 04/09/2013 à 15:08 :
@cdf: 1) le prix de ton loyer ne s'effondrera jamais et tu continueras à payer l'hypothèque du proprio. 2) qu'est-ce que ça change si tu te fais virer ou si tu divorces, tu paies plus de loyer puisque tu vis dans la rue? Tout investissement comporte des risques, mais se loger en comporte moins que les autres investissements à mon humble avis.
a écrit le 04/09/2013 à 5:51 :
La France a une histoire très rurale qui veut que l'on soit propriétaire de sa terre là en l'occurrence de son toit. Dans l'esprit des français perdre son toit est signe automatique de précarité ce qui est vrai dans de nombreux cas même si l'on doit continuer à payer des impôts/taxes sur le bien. Etre locataire signifie ne pas avoir de vision à long terme du rapport salaire/ cout location. Il est évident qu'être propriétaire de son bien est un frein à la mutation pour plusieurs raisons, une fiscalité anti mutation, dans le temps il existait une prime donnée par les entreprises qui permettait dans la réalité, mais aussi dans le confort, de faire des achats ou de facilité le début de l'installation, cette prime a été taxée par l'Etat par un homme avide de fiscalité malgré ses grands discours M. Juppé, une disparité des coûts entre les régions comment loger à Paris ou en PACA ou à Toulouse lorsque vous venez d'une région du centre de la France. Le français n'est plus voyageur, même parfois à des postes de commerce international je me souviens des années ou un grand nombre n'imaginez pas de passer un WE loin de leur famille. Puis il y a de la part des entreprises un manque d'incitation pour motiver la mutation de moins en moins de promotion un Etat qui voit dans ces mutations une possibilité de taxation sur les primes, enfin un sujet des plus importants comment gérer la situation lorsque le couple travaille. Dernier point la mutation n'est pas un signe de non précarité ni de vision d'emploi pérenne au sein de l'entreprise même dans le cas de mutation multiples. Comment inciter un salarié à faire le saut de Nice à Dunkerque même si dans le nord est accueillant. Le français dans son ensemble n'est pas un aventurier il aime se mouvoir en pays de connaissance, ce qui pose un pb dans un monde économique en perpétuel mouvement mais a-t-on donné aux salariés le goût de connaître autre chose que son environnement traditionnel j'en doute autant du côté des entreprises que de l'Etat.
Réponse de le 04/09/2013 à 7:29 :
Excellente analyse. On peut nuancer toutefois le fait qu'être propriétaire ne représente pas systématiquement un frein à la mutation dans le sens où l'on peut très bien mettre son bien à louer (si l'on ne désire pas vendre), en attendant éventuellement d'y revenir si on y est attaché où s'il s'agit de l'endroit où l'on désire finir ses vieux jours. C'est une démarche que je m'apprête à effectuer et qu'entreprennent régulièrement certaines catégories socio-professionnelles et notamment les militaires qui font partie de mon entourage.
Réponse de le 04/09/2013 à 8:59 :
J'ai vendu un bien à la suite d'une mutation et je ne m'imaginais pas gérant à distance une location et travaillant. Mais c'est un choix personnel. Petit propriétaire ou locataire, on se fait plumer : par les taxes, les charges, le banquier et les agents immobiliers (qui font acheter cher et vendre bon marché) si l'on est propriétaire ; par les loyers si l'on est locataire. Je dois vendre l'ancien logement de mes parents et ce n'est vraiment pas le meilleur placement de leur vie si l'on prend tout en compte (charges, impôts).
a écrit le 04/09/2013 à 5:20 :
Les 2 tiers des français ont peur de devenir SDF un jour, la même proportion de jeunes qui veut devenir fonctionnaire, quand vous avez compris cela, vous avez tout compris. C'est justement parce que tout le monde sait qu'en France on ne laisse pas de seconde chance si on chute au gré des évènements dans la vie, qu'il faut bétonner ce qu'on possède pour.. survivre, et un état en quasi faillite n'aide pas à devenir optimiste quand les français regardent ce qui se passe en Grèce.
Aux états-unis, il y avait l'histoire d'un gars 3 fois SDF 3 fois millionnaire, mais en France, il serait certainement mort dans la rue dès la 1ere fois.
Réponse de le 04/09/2013 à 7:05 :
Quand on sait l'importance des revenus sociaux et aides de toutes sorte (aides financières, tarifs sociaux pour l'électricité, le gaz, le téléphone) en France, votre commentaire prête surtout à sourire. 3 fois SDF aux USA, qu'à t-il perçu, votre SDF comme aides publiques ? Qu'aurait-il perçu en France ? Bref, l'on devrait fermer le café du commerce.
Réponse de le 04/09/2013 à 9:04 :
Les aides publiques ne sont pas faites pour relever les gens. Elles permettent de vivoter sans jamais s'en sortir.
a écrit le 04/09/2013 à 4:11 :
indispensable comme affaire, comme satisfation person ,comme discipline budg. ,comme
c,v. devant les autres, etc ...
a écrit le 04/09/2013 à 1:44 :
Ben moi j'ai acheté à Paris en 2000 vendu en 2012... fait x4,3 net... fait une moitié de tour du monde et suis rentré début 2013...résultat... plus envie de revenir à Paname où Delanoé à augmenté de 40 à 50 % les taxes... où les gens font la gueule sont aigris et jaloux... (j'ai changé ma fiat panda contre une sportive...bonjour les critiques...). et pour finir 50% des agences pour lesquelles je bossais ont fermées ou sont parties aux US... et je crois que je vais les rejoindre...les socialistes ont réussi là où même la grande peste noire avait échoué... faire des français des émigrés... bravo les gars... bon courage à ceux qui restent...
Réponse de le 04/09/2013 à 7:59 :
C'est ballot d'échanger un bien immobilier contre la monnaie de singe qu'est le dollar US... Allez bon courage, hein !
Réponse de le 04/09/2013 à 9:24 :
Idem. J'en ai marre d'être propriétaire et de ne pas vivre. je bosse également avec les agences immobilières qui ferment les unes après les autres. l'essentiel dans la vie c'est quoi ? être heureux ou propriétaire malheureux ?
Réponse de le 04/09/2013 à 10:02 :
Perso... je parlais d'agences de com... sinon suis pas encore en dollar...mais acheter un appart à NewYork... avec un dol à 1,30 pourquoi pas...??
Réponse de le 04/09/2013 à 11:49 :
En parlant de geindre, vous en êtes où à pleurnicher sur des taxes en étant moins taxé que des entreprises tout en vous enrichissant sans rien produire? Nul doute que vous soyez fan de la droite des enrichis sans cause de la bulle immobilière!
Réponse de le 04/09/2013 à 12:06 :
C'est vrai... mais j'étais déjà de droite avant car d'une famille déjà catho bourgeoise et de droite... pas vous ?
Réponse de le 04/09/2013 à 12:23 :
D'ailleurs je me demande comment peut-on être français depuis des siècles sans avoir réussi à constituer un patrimoine conséquent ? à moins d'être de la fonction publique de père en fils... enfin eux aussi ont leurs privilèges...
Réponse de le 04/09/2013 à 12:47 :
Voir Picsou qui se pose ma même question. Le seul qui pourrait nous donner la réponse est mort malheureusement.
Réponse de le 04/09/2013 à 12:59 :
"pas vous ?" : Famille catho, check. Mais bon, fils d'ouvriers devenu ingénieur et ayant migré en RP, j'ai du mal à voter pour qu'on subventionne une bulle immobilière au profit de guignols parasitant l'économie. Accessoirement, j'ai quelques personnes dans l'entourage qui ont profité de la bulle pour devenir patron en sentant le vent tourner en 2011 : Ils ne pleurnichent pas comme vous sur les taxes qui frappent l'immobilier, ils savent qu'elles sont scandaleusement plus faible que celles qui frappent les entreprises qui font tourner le pays. Alors, le jour où la droite défendra les entreprises, utilisera la fiscalité pour diriger les investisseurs vers celles-ci et non pour doper le prix de la pierre au profit de son coeur électoral, je ne prendrai plus le risque de payer plus d'impôt. Au fait, vous tiendriez le même discours si vous deviez acheter avec un x4.3 en 2012? Autour de moi, ceux qui partent ne se plaignent pas de la gôôôche et des taxes, mais du tiers de leurs revenus qui part dans la location d'un studio ou l'achat d'un 3 pièces en terminus de RER...
Réponse de le 04/09/2013 à 13:05 :
"à moins d'être de la fonction publique de père en fils... enfin eux aussi ont leurs privilèges..." : Une idée sur la composition de la société avant la seconde guerre mondiale en particulier dans les campagnes? Bûcherons, fermiers, commis de ferme, fromager, menuisier, maçon, ça vous parle? Une idée du nombre de gamin dans ces familles?
Réponse de le 04/09/2013 à 13:52 :
jaloux et aigris... les français disais-je... je rajoute de mauvaise foi... car croire que c'est la droite qui a dopé le prix de la pierre... c'est un peu comme croire que ce sont les résistants communistes qui ont gagné la guerre... une belle arnaque... sinon pour la composition sociologique rurale... nous en venons tous peu ou prou à quelques siècles de distance... mais ceux qui s'en sont sortis sont souvent ceux qui sont partis... ceux qui ont risqué... on en revient au débat sur la mobilité...
Réponse de le 04/09/2013 à 14:33 :
"jaloux et aigris..." : Pirouette facile à destination de ceux qui payent le prix fort quand on s'enrichit sans rien faire... Nous aimerions voir vos tronches à notre place! "car croire que c'est la droite qui a dopé le prix de la pierre..." : Aveugle en plus... Quand les prix ont commencé à se retourner en 2008, on a étrangement vu apparaître des éléments pour rendre la demande solvable (PTZ, Scellier, etc.) ainsi que pour limiter l'offre contrainte (ISF, droit de succession, etc.). "mais ceux qui s'en sont sortis sont souvent ceux qui sont partis..." : A votre avis, qui gueule si ce n'est les mobiles qui débarquent dans des zones d'activités où ils se font tondre par ceux qui ont pour seul mérite de s'y être installé plus tôt? "on en revient au débat sur la mobilité..." : Les mobiles s'organisent, ouvrent des boites là où ils peuvent se loger, refusent des augmentations pour partir là où ils peuvent loger leurs familles... Mais dans vos cercles où, à vous lire, on ne naît pas les poches vides, vous ne pouvez le constater.
Réponse de le 04/09/2013 à 15:19 :
en 2008 les prix à paris avaient déjà pris 10 ans de hausse à partir de jospin donc... et puis je n'ai malheureusement pas rien fait, travaux pour agrandir... travaillé pour payer les traites... acheté avec zéro franc d'apport.. j'étais juste là au bon moment... enfin moins que les soixante-huitards qui eux ont acheté il y a trente ans et qui vont faire fois 20... et qui votent Hollande ou meluche... quant à la mobilité, si vous déménagez pour aller là où c'est déjà tendu... autant rester chez vous... pour finir je me répète... comment naitre les poches vides quand on est issu de français de souche.... mystère... a moins d'avoir eu un grand père flambeur...
Réponse de le 04/09/2013 à 17:39 :
Elle est rude celle-là ....
"D'ailleurs je me demande comment peut-on être français depuis des siècles sans avoir réussi à constituer un patrimoine conséquent ?"

Beaucoup de fortune se sont faites pendant les guerres de spoliation d'autres. C'est fou de lire des trucs pareils.
Réponse de le 04/09/2013 à 19:10 :
"comment naitre les poches vides quand on est issu de français de souche.... mystère... a moins d'avoir eu un grand père flambeur..." : Dans votre tête, seuls les immigrés ne naissent pas à la tête d'un patrimoine permettant de filer un coup de pouce aux enfants pour le logement? Vous n'êtes jamais sorti de la capitale pour sortir ce genre d'ânerie?
a écrit le 03/09/2013 à 23:53 :
Il faut se méfier des "formules bonheur" toutes faites, il me revient qu'un "imbécile" avait déclaré qu'on avait raté sa vie si on n'avait pas de rolex à 50 ans.
a écrit le 03/09/2013 à 23:31 :
Merci pour vos arguments à tous. Je ne suis pas propriétaire... Génial....!!!
Réponse de le 04/09/2013 à 8:17 :
Oui génial! Tu vas engraisser toute ta vie un investisseur! Remarque, il en faut...
Réponse de le 04/09/2013 à 8:36 :
Est-ce pire qu'engraisser un banquier et un proprio ?
Réponse de le 04/09/2013 à 9:57 :
@steph: sauf que le banquier quand ton prêt est remboursé il te lâche la grappe. Le proprio investisseur lui ne te lâchera rien (à part ton mois de caution si t'as trop fait de trous dans les murs pour tes appliques)!
Réponse de le 04/09/2013 à 10:54 :
Oui, il "te lâche la grappe" à la fin du prêt. Mais les intérêts payés représentent combien de mois de loyer ? Le prix d'achat, combien de mois de loyer ? De plus, un bien est détenu en moyenne 7 ans. Cela signifie "engraisser" un notaire (enfin, plutôt l'Etat en fait), éventuellement un AI, un banquier (prêt-relais ou nouveau prêt immo servant à payer une plus grande surface, une meilleure localisation ou la plus-value obligatoire du proprio), et un proprio en moyenne tous les 7 ans. A chaque nouvelle location, vous "engraissez" éventuellement un AI et le proprio tous les mois Il faut beaucoup de temps pour qu'un achat devienne plus avantageux que la location d'un bien équivalent. Certes les loyers augmentent (suivant peu ou prou les revenus), tout comme la taxe foncière, les charges proprio et les frais d'entretien et de rénovation qui ne vont pas aller en s'amenuisant avec le temps.
a écrit le 03/09/2013 à 23:05 :
Tout le monde serait propriétaire si l'immobilier ne valait rien. Dans l'article ce sont les effets pervers d'un immobilier trop cher et qui limitent le nombre de propriétaires : mobilité, sur-dépenses pour l'immobilier au détriment d'autres dépenses (consommation, ...) qui réduisent la croissance, baisse de productivité et donc balance commerciale négative, ... Je suis de ceux qui pensent que l'immobilier s'ajustera à la baisse. Tout d'abord les effets pervers décrits précédemment pèsent lourdement sur la competivité française vis à vis des autres pays européens (Allemagne au top pour le premium et retours de UK et Espagne en compétition directe avec la France, les pays de l'est à faible salaire pour rafler les emplois industriels à faible valeur ajoutée), hausse du chômage (on détruit des emplois depuis 3 ans et un paquet de chômeurs rentrent dans les minimas sociaux par arrêt d'indemnisation), hausse des taux par FED et Merkel sur la BCE (comment la France pourra t elle conserver des OAT à 10 ans à 2.5%), hausse des prélèvements sur travail et capital, et surtout qu'il n'y aucune pénurie (faites un tour dans les agences on n'est pas dans un supermarché soviétique en pleine rationalisation, les vitrines sont pleines de location et de ventes pour celui qui veut et qui peut), et enfin dévalorisation de certains biens avec le temps (manque d'entretien, energivore, inadéquation aux lieux d'emploi). Ce cocktail diminue les acquéreurs potentiels alors que les vendeurs potentiels n'ont jamais été aussi nombreux.
Réponse de le 03/09/2013 à 23:32 :
@ Ghostly : ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
a écrit le 03/09/2013 à 22:55 :
On a tendance à ne regarder que le prix de vente d'un bien mais il faut ajouter comme le dit l'article l'ensemble des droits de mutations et frais d'acte qui s'élèvent à 7,8% encore augmenter des frais d'agence environ de 4% en moyenne. Ca nous fait du 11,8% en plus. A paris les nominaux étant extrêmement élevés, compter 8500 du m2, ce qui donne un sur coût de 50keuros pour un 50m2. A cela s'ajouter un apport 20% désormais demandé par les banques. On arrive à 130 keuros d'immobilisation immédiate. Autant dire une somme que très peu de cadres supérieures peuvent prétendre détenir même après dix ans (1000 euros par mois d'épargne nette il faut se situer à 4000 euros nets (en tenant compte d'un loyer modique 750 euros et d'un niveau d'impôt mensuel de 590 euros et un budget nourriture de 500 euros) Même si on détient cette somme on ne peut envisager l'investissement car impossible de rembourser 370keuros sur 20 ans même avec les taux actuels. Un article qui ne veut rien dire surtout lorsque l'on sait que Paris-ile de france concentre l'essentiel de l'activité et des emplois à pourvoir surtout pour les cadres. Oswald raisonne comme un américain où l'on peut se déplacer de NY à Chicago ou Philadelphie voire San Francisco etc. Sauf qu'en France exit Paris et Lyon, il ne se passe plus rien...Heureusement que les gouvernements s'activent à décentraliser....
Réponse de le 03/09/2013 à 23:33 :
@ La Rage ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Réponse de le 04/09/2013 à 8:45 :
Les prix sur Paris sont extravagants. Le problème est qu'ils sont tirés vers le haut par de riches étrangers et par les cadres sup (des revenus de 4000 euros nets mensuels sont bien insuffisants dorénavant). Malgré ces tarifs exorbitants, les biens continuent à se négocier prouvant par-là que la solvabilité des personnes pouvant prétendre à ce type de biens existe. L'ouvrier a quitté la capitale depuis longtemps, c'est au tour des cadres moyens maintenant de se faire éjecter...
Réponse de le 04/09/2013 à 9:41 :
A Paris, les riches étrangers ne rentrent pas en concurrence avec les acheteurs locaux, qu'ils soient bailleurs ou en quête d'un bien pour se loger. Ils représentent 7 à 8% des transactions à Paris, achètent uniquement dans les quartiers les plus cotés des appartements (très) haut de gamme. De ce fait, ils influencent peu le marché, et d'ailleurs la correction est en cours. Reste à savoir sur combien d'années celle-ci va s'étaler, et si elle ne va être interrompue par de nouvelles mesures inflationnistes.
Réponse de le 04/09/2013 à 10:58 :
Laissons à mme duflot le soin de comparer paris et munich , pas forte en géo , mais paris se compare aux grandes capitales comme NY tokio ou londres ..et paris n est pas chère .
Réponse de le 04/09/2013 à 11:21 :
Cette comparaison n'est pertinente que si on la rapporte au revenu des habitants.
Réponse de le 04/09/2013 à 11:45 :
"Le problème est qu'ils sont tirés vers le haut par de riches étrangers et par les cadres sup" : Vraiment? Observez les revenus dans les différents arrondissements, vous verrez que les prix s'expliquent à peine dans le 16ième...
a écrit le 03/09/2013 à 22:35 :
@ Picsou : à la réponse à 22 : 04, en voilà une bonne question, un sacré dilemme
a écrit le 03/09/2013 à 22:22 :
Tout ce qui ressort de ça , c'est que l'immo est encore plus surévalué que je pensais.
a écrit le 03/09/2013 à 22:19 :
´toute façon, y a pas à tortiller!! Vaut mieux un p´tit chez soi qu'un grand chez les autes!! J'ai ma bicoque payée dans l'bouchonnois, et j'ai jamais donné un sou à ces zinvestisseurs qui zexploitent ces malheureux locataires! V´la ti pas qui zont pour certains payés deux fois leur barraque avec toutes ces années d' loyers!! J'ty mettrais un coup d'fusil à tous ces zinvestisseurs!!!
Réponse de le 03/09/2013 à 22:39 :
Sauf vot' respect , collègue artisan , il se trouve qu'acheter un p'tit chez soi maintenant revient à le payer le prix d'un GRAND chez soi. Trouvez l'erreur...
Réponse de le 03/09/2013 à 23:29 :
Avec cherté , taxes , frais , emmerdes en prime.
a écrit le 03/09/2013 à 22:04 :
Est-il mieux de vivre "bien" sa vie en profitant comme la cigale ou de trimer comme la fourni pour à la fin crever comme un vieux con, parfois trop tôt ? Est-ce qu'il est mieux d'être, à 50 ans, riche, beau et en bonne santé ou moche, pauvre et malade ? Quelqu'un a la réponse ?
Réponse de le 03/09/2013 à 22:24 :
Picsou , vous êtes hors-sujet. Dans l'immo , y'a plus de sous à piquer...juste à perdre.
a écrit le 03/09/2013 à 21:45 :
Pour ceux qui sont proprio, il y a deux clans. Ceux qui ont fait leur acquisition avant l'an 2000 et ceux qui ont fait leur acquisition après avec la hausse des prix. Certes chacun sont propriétires mais financièrement c'est pas la meme histoire.
Réponse de le 03/09/2013 à 22:40 :
Pourquoi plus 2000 que 1997 le plus bas sur paris? Pourquoi pas 2001 ou 2002?
Il faut associer deux paramètres pour déterminer la date : les conditions de prêt de liquidité et le niveau de salaire. Ce dernier point se détermine par la date d'entrée sur le marché du travail. On distingue nettement ceux rentrés entre 1995 et 2001 de ceux rentrés après l'écroulement de la bulle internet. Donc les personnes entrées sur le marché du travail dans la zone 1995 et 1999 et acheté à partir de 2002 sont ceux qui ont le plus profité de la situation. D'une part ils avaient un niveau de salaire élevé car il était possible d'augmenter son salaire au bout de 6 mois avec 15 à 20% ou de partir à la concurrence. De plus ils ont pu bénéficier de condition d'emprunt extrêmement favorable à partir de 2002. Il était possible d'emprunter 110% du nominal à des taux de 3,35/3,5 sur 15 ans.
a écrit le 03/09/2013 à 21:24 :
L' immobilier est un excellent placement en France pour plusieurs raisons :
La démographie est très favorable contrairement à d' autres pays
La résidence principale est exonérée de plus - value en cas de revente
Les remboursements d' emprunt sont garanties en cas de maladie ou décès
La France conseve une attractivité forte
Pensez à ceux qui ont acheté de la pierre pendant les années 93.....
Réponse de le 03/09/2013 à 22:45 :
+1 il n y a que les cigales ou les parisiens pour répandre que les prix vont baisser : regardez les prix depuis 1949 ( courbe de friggit ou wikipedia) ; même en 1993 en province ils ont peu baissé .Tant qu il n y a pas de PV sur résidence principale il est interressant d acheter .Regardez la courbe du CAC 40 depuis 20 ans (abcbourse par ex) et comparez avec la courbe de l immobilier pour vos investissements .


Réponse de le 03/09/2013 à 22:45 :
Ceux qui ont acheté en 93 ont vécu 5 années de baisse. Ils ont dû attendre longtemps avant de retrouver virtuellement leur mise, mais en même temps, les prix étaient bcp moins prohibitifs qu'aujourd'hui.
Réponse de le 03/09/2013 à 23:11 :
Heureusement qu'il y a des tas de carottes fiscales et sociales comme les allocations logement, hein ? France : ancien pays d'ingénieurs, de scientifiques et de créateurs devenu un havre pour rentiers et fonctionnaires ...
Réponse de le 03/09/2013 à 23:14 :
Faux, baisse généralisée de 30 à 40% de 91 à 98 en RP et Province.
Réponse de le 04/09/2013 à 8:35 :
Changer vos lunettes ! Si a paris la baisse a été 40% elle a été tres faible en province . En france toutes nos stats sur immobilier sont faussées par paris et la rp . J ajoute qu en province , et par forcément à dans un bled perdu , on peut acheter un terrain ou vieille maison à retaper au prix de votre bagnole garée sur le parking de votre hlm .
Réponse de le 04/09/2013 à 9:11 :
je vois pas en qui une hausse de la population va faire des prix eleves. les jeunes francais diplomes se barrent pour trouver un poste bien paye a l etranger (normal en france, ils doivent laisser 40-50 % de leurs salaire en loyer). il va rester en france uniquement les bac -5 et la racaille. C est eux qui vont acheter au prix fort ? avec quel argent ?
PS: vous devriez investir au niger: ils sont a 7 enfants par femme. l immobilier va exploser la bas ;-)))
a écrit le 03/09/2013 à 21:05 :
Le meme laurent vimond est lui meme locataire... Tout depend en fait du capital dont on dispose. Si on a de quoi acheter cash son logement, il peut etre opportun de le placer et de louer.
a écrit le 03/09/2013 à 20:18 :
Mon calcul est plus prosaïque : entre un loyer ou un remboursement d'emprunt deux fois plus élevés sur un bien surévaluée d'environ 30 pour cent, je préfère la première solution, épargner tout en profitant de mon argent
Réponse de le 03/09/2013 à 21:27 :
D' ou sortez vous que les biens immo en France sont surévalués ?
De la page face book "faisons explosez le système le 12/12/2012 ?"
Réponse de le 03/09/2013 à 22:09 :
Non , d'un simple calcul arithmétique. Vous devriez essayer , c'est assez simple.
Réponse de le 03/09/2013 à 22:48 :
Etude 2013 de The Economist : 40% de surévaluation des prix par rapport aux loyers (5ème mondial, youhou), 34% de surévaluation des prix par rapport au revenu moyen (champions du monde !!!).
Réponse de le 03/09/2013 à 23:23 :
Vous m'avez convaincu. Les chiffres sont parlants. J'avais trouvé mes mêmes. J'achèterai donc pas. Locataire et libre. Marre des arnaques.
Réponse de le 04/09/2013 à 10:11 :
L'immobilier suit des courbes de hausse et de baisse sur long terme. Normalement la moyenne était de 8 ans, mais suite aux différentes incitations fiscales elle est passé à 20 ans. Nous avons donc 20 ans de baisse, stagnation relative des prix en euros courants qui nous attend.
a écrit le 03/09/2013 à 20:15 :
Cela a déjà été dit, " sans rolex à 50 ans on est un con " sauf qu'il n'y a pas besoin de montre, l'heure est à tous les arrêts de bus!
Quant au logement, la plus value apportée par la vente du logement principal, il n'y en a pas puisque votre plus value obtenue est absorbée par le prix du m² de votre nouvel achat, de plus en qualité de propriétaire vous payez par le biais des charges courantes environ un demi loyer ( et je ne parle pas des gros travaux ).
Calculez! , remboursements de prêts, charges, travaux, frais de syndic, cela vous fait des décennies de loyers ......
a écrit le 03/09/2013 à 20:01 :
J'ai pas cinquante ans et ma maison est payée dans 3 ans. Cela veut dire 1200 euros par mois en plus pour le pouvoir d'achat dans 3 ans. Rien à faire d'une éventuelle plus value (ou moins value) car je n'ai aucune envie de revendre après les multiples travaux de rénovation effectués. Quand Mimile continuera à cinquante ans de payer son loyer exorbitant dans sa passoire énergétique, je claquerais mes 1200 euros par mois supplémentaire en vacances au soleil...
Réponse de le 03/09/2013 à 20:19 :
Il aura placé son argent là où il faut ... ;-) Et il claquera son fric à Hong-Kong...
Réponse de le 03/09/2013 à 20:33 :
Vu les tarifs actuels des loyers, en admettant qu'il mette de côté la différence avec un crédit (et même en récupérant son mois de caution), son voyage à hong-kong risque fort de se terminer au camping de Dampierre-sur-Vierzon... A moins qu'il existe encore des placements à 30% d'intérêts nets d'impôts (dans ces cas là je suis preneur... ;-) )
Réponse de le 03/09/2013 à 21:40 :
Réessayez de faire la même chose avec les prix d'aujourd'hui.
Réponse de le 03/09/2013 à 21:40 :
Voui et déménager tous les 5 ans quand son proprio revend et devoir retrouver en urgence un logement "sympa" et pas trop cher (dans l'urgence c'est possible alors il raquera, les loyers sont eux aussi exorbitants) et re faire un dossier inquisiteur où on lui demande 4 à 5 fois le loyer en salaire, de ne pas avoir d'animaux , de ne pas avoir d'enfants bruyants, d'attendre 3 mois que sa caution lui soit re versée de re payer des frais d'agence ... bref que du bonheur tout cela pour mettre 50 Euros par mois de coté en plus.
Réponse de le 03/09/2013 à 22:12 :
Peut-être bien que oui , peut -être bien que non , mais l'argument de Mimile se défend. Les autres non.
Réponse de le 03/09/2013 à 22:53 :
D'où tenez-vous que les baux de location sont résiliés tous les 5 ans en moyenne ? Par ailleurs, ne déménage-t-on pas quand on est propriétaire ? La durée moyenne de détention d'un bien était de 7 ans. N'engloutit-on à chaque fois des sommes faramineuses en frais de notaire voire d'agence (et les années de charges, d'entretien, de taxe foncière...).
a écrit le 03/09/2013 à 19:55 :
Chouette! Encore un sujet bien polémique et un bon débat bien virulent entre les proprios, ceux qui aimeraient bien être proprio mais ne le peuvent pas, ceux qui disent qu'ils ne veulent pas être proprio mais qui en fait en crève d'envie et les cinglés de la secte de la "bulle" qui nous bassinent depuis 20 ans en annonçant la fin du monde. Ça va être virulent!!!!
Réponse de le 03/09/2013 à 20:22 :
Dans la liste , il manque ceux qui ont trouvé un investissement bien supérieur à l'immo , qui reste assez minable. Et qui ne s'emmerdent pas avec une bicoque qui s'apparente de plus en plus à un boulet. Eh oui , faut bouger , avec le job , maintenant.
Réponse de le 03/09/2013 à 21:44 :
Un investissement bien supérieur à l'immo (5% env) ?? en tous cas pas le livret A ! et les livrets à 3% fiscalisés non plus, il reste quelques actions à 5% aussi (et encore et c'est risqué) ou de la dette Grecque à 8% mais là pour le coup c'est peut être un peu trop risqué non ? Mais Dana a peut être retrouvé les vieux talons de ses subprimes à 15% ?
Réponse de le 03/09/2013 à 22:14 :
J'ai jamais parlé de livret A. Ou B , ou C. J'ai parlé d' un BON investissement. C'est pas pareil. Non ?
Réponse de le 03/09/2013 à 22:25 :
De toute façon nous avons besoin de personnes comme Dana pour qui ce n'est jamais le bon moment pour acheter. Si tous les français voulaient devenir propriétaire, comment ferais-je pour m'enrichir!
Réponse de le 03/09/2013 à 22:43 :
Y'a inévitablement un bon moment. Tôt ou tard. Qu'on le veuille ou non. Pas vrai ?
a écrit le 03/09/2013 à 19:42 :
Non, si on a une Rolex on n'a pas rate sa vie. Oui on a rate sa vie si on a vote Hollande
Réponse de le 03/09/2013 à 19:55 :
Chut , dites pas que vous zavez une Rolex , ils vont vous taxer , mec !!! Moi , j'ai supprimé les Bordeaux de ma carte , j'ai viré l'argenterie...mes clients bektent assis sur des tabourets. !!! Chuttt...silence...comme à Varsovie. Faut DURER...( continuer à vivre , pas Dürer , le peintre , hein ???).
Réponse de le 03/09/2013 à 20:07 :
Avec votre fausse Rolex, vous avez faussement réussi ?
a écrit le 03/09/2013 à 19:31 :
Il faut des prix bas mais avec des taux élevés ? les locataires ne se ruinent pas mais l'accession à la propriété est rendue difficile. C'est une bonne idée pour compenser la remonter des taux de la BCE et la perte de profit des banques !
Réponse de le 03/09/2013 à 19:45 :
Eh ben vous allez être gâtés : vous aurez des prix très élevés , et des taux élevés. J'y suis pour rien , je travaille pas dans l'immo.
a écrit le 03/09/2013 à 19:19 :
ca ft longtemps qu'on le sait ( et en plus ca cree des bulles immo, comme en temoignent des pays comme l'espagne)
a écrit le 03/09/2013 à 19:16 :
Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs! C'est la stabilité de l'emploi sur une zone géographique qui permet de s'y projeter durablement et de décider d'investir dans un bien immobilier (devenu cher en comparaison des revenus).
Réponse de le 03/09/2013 à 20:22 :
Absolument. C'est bien ce tout premier raisonnement qui doit l'emporter. De surcroit les Taxes Foncières pourtant déjà insupportables, vont flamber partout fin 2015, pouvoirs locaux de Gauche ou de Droite : entrée en application de la réactualisation des valeurs locatives de 1970.
Et compte tenu des travaux, et de l'entretien lourd du propriétaire, des prix très élevés de l'immobilier, il est devenu presque partout plus avantageux, de louer. Ce qui peut permettre aussi de changer de temps à autre, et de suite d'environnement.
a écrit le 03/09/2013 à 19:11 :
Je ne comprends pas trop le sens de la dernière phrase??? L'immobilier ne subit jamais de décote. On revend toujours plus cher!! C'est une évidence...
Réponse de le 03/09/2013 à 19:32 :
Lol
Réponse de le 03/09/2013 à 19:43 :
En clair , si ta meuf te plante le crédit , t'es obligé de sortir du prêt avant la plus-value. Mais , t'inquiéte pas sur ce coup-là , même si elle te plante pas , tu feras une moins-value quand même. L'immo ne subit jamais de décôte , c'est une phrase des années 60. ça marche plus comme ça.
Réponse de le 03/09/2013 à 21:07 :
Vous revendez toujours plus cher pour ré acheter toujours plus cher, donc plus value NIB!
Mais entre temps avez vous calculé le pris de revient du logement( apport + prets +intérets )
seulement cela, sans les charges ni travaux ? Faites le bilant complet, vous aurez des surprises!
a écrit le 03/09/2013 à 19:07 :
Il faudrait demander a ces economists s'ils sont eux memes locataires pour beigner dans le Bonheur.
a écrit le 03/09/2013 à 18:58 :
Avec de Tél raisonnement, l idéal c est le logement social pour tous financer par l état !!!!!
Réponse de le 03/09/2013 à 19:11 :
Aujourd'hui critiqués , demain imités.
Réponse de le 03/09/2013 à 19:17 :
Et alors ????? Pour une fois que le petit peuple de France il est du bon côté de l'arnaque , il va pas se priver , non , Sans blague , mer.de !!! J'chuis locataire , c'est une affaire et j'en suis fier... Sans blague...merd. !!!
Réponse de le 03/09/2013 à 19:31 :
Oui , c'est vrai , Mer..de !!! Chuis locataire , moi aussi , comme poissonn...poissoni...poissonier et je s'rai pas arnaqué par les taxes !!! Et j'en suis fier , ouais , sans blague , Merd..de !!! Sans blague des foies !!!
Réponse de le 03/09/2013 à 19:49 :
PoissonNier
Réponse de le 03/09/2013 à 19:50 :
PoissonNier
Réponse de le 03/09/2013 à 23:15 :
Après on répond à ses propres commentaires incompréhensibles.
a écrit le 03/09/2013 à 18:54 :
Pas du tout !!! Je dirais même que par les temps de taxation actuels , il est préférable de ne pas être propriétaire. Faites le calcul , c'est très simple.
Réponse de le 03/09/2013 à 19:51 :
J'ai fait le calcul: je suis proprio, je n'ai plus de crédit et avec mon poêle à bois couplé à ma pompe à chaleur j'ai un budget chauffage pour l'équivalent de deux places de cinoche par mois. Alors oui: le calcul est simple...
Réponse de le 03/09/2013 à 21:23 :
Quand les locataires volontaires auront à payer leur logement avec leur future toute petite retraite, ils viendront pleurnicher.
Réponse de le 03/09/2013 à 21:52 :
Vous etes chez edf et vous possedez des bois, non? Sinon je ne vois pas...???!!!
a écrit le 03/09/2013 à 18:53 :
En période de crise,il faudrait plutôt suivre l adage suivant : ne pas acheter ce que l on ne peut louer et ne pas louer ce que l on ne peut avoir gratuitement, malheureusement le droit a la caverne ne rentre pas dans cette dernière catégorie.
a écrit le 03/09/2013 à 18:45 :
tout ça c'est n' importe quoi ce n'est pas faire preuve d' intelligence financière en allant immobilisé tout son capital dans une maison qui n' entrainera que des couts supplémentaires a mon avis cherchons a fructifié notre capital d' abord avant de posséder une maison car ça ne sert a rien d?être dans une maison et crever de faim faute de revenu suffisant réveillons nous
Réponse de le 03/09/2013 à 21:14 :
Si, cela est très logique, cela permet d' avoir une population engluée sur son lieu de résidence, et de permettre de couper court à toute revendication salariale, vous êtes ainsi piégé par vos prêts, la difficulté de revente sans perte, et la difficulté d'accéder au nouveau logement. Ainsi vous la fermez, et subissez!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :