Immobilier : le recul de la construction s’accentue

 |   |  513  mots
Le recul des permis de construire inquiète... mais doit être relativisé
Le recul des permis de construire inquiète... mais doit être relativisé (Crédits : Décideurs en région)
Les mises en chantier et les permis des construire accordés poursuivent leur recul.

En grande difficulté, le marché de la construction de logements neufs en France a amplifié son recul en ce début d'année. Les mises en chantier de logements neufs ont reculé de 9,9% dans l'Hexagone sur un an, pendant les trois mois allant de décembre à février, pour s'établir à 79.283 unités, selon les statistiques du ministère du Logement. Sur le trimestre achevé fin janvier, le repli était de 9,2%, il s'est donc amplifié.

De décembre à février, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse de 9,7% à 74.275 unités, tandis que le segment des logements en résidence (seniors, étudiants...) a reculé de 12,5% à 5.008 unités. Sur les douze mois écoulés entre mars 2013 et février 2014, le nombre de logements neufs mis en chantier n'affiche toutefois qu'un léger recul de 2% à 329.174 unités.

Chute de 22% des permis de construire...

Difficile de percevoir des signes de reprise, notamment car les permis de construire, indicateur théorique des mises en chantier de demain, continuent de baisser fortement. La chute est de 22% de décembre à février (contre -18% de novembre à janvier), à 91.398 unités, selon la ministère. Les permis de construire accordés aux logements ordinaires, ont reculé encore davantage (-24,1%) à 85.482 unités, tandis que les logements en résidence affichent de leur côté un rebond inattendu de 32,5% à 5.916 unités.

Sur douze mois, la tendance à la baisse s'accentue encore pour les permis de construire, avec un repli cumulé de 17,9% (contre -15,2% à fin janvier) à 407.523 unités entre mars 2013 et février 2014, comparé à la même période un an plus tôt.

Les permis de construire plutôt liés aux stocks

Toutefois, Olivier Eluère économiste de Crédit Agricole SA tempère le pessimisme ambiant. "Il faut modérer une vision initiale qui pourrait paraître très négative. En cumul des 12 derniers mois sur un an, il est intéressant de constater que les permis de construire baissent beaucoup, alors que les mises en chantier, elles, ne reculent que de façon assez modérée, de 2%", observe-t-il.

"Car les permis sont plutôt à relier aux stocks. Or, on a actuellement des stocks assez élevés, même si plus de la moitié de ces logements sont en vente mais restent en projet - seuls 40% sont déjà construits ou en cours de construction -, il est donc logique que les nouveaux projets soient en recul assez marqué", poursuit M. Eluère. Ainsi les nouveaux projets sont-ils "repoussés ou en repli, le temps que les projets déjà en vente puissent se vendre", note l'économiste.

Repli modéré dans les prochains mois ?

"Comme on pense que les ventes devraient rester à peu près stables cette année, par rapport à 2013, cela laisse espérer que la construction n'affiche qu'un repli modéré sur les prochains mois", estime l'économiste.

En 2013, quelque 332.000 logements neufs ont été mis en chantier dans le pays, un chiffre en repli de 4,2% sur un an, bien en-deçà de l'objectif gouvernemental -- encore jamais atteint dans l'Hexagone -- d'un demi-million de logements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2014 à 16:55 :
C'est encore la faute à Voltaire!
La densification de la population dans les zones urbaines et notamment en Ile-de-France, entraînera une hausse et non une baisse. C'est irréversible.
Dès qu'une équipe compétente aura remis l'économie de ce pays en mouvement, l'immobilier et le foncier vont repartir et les jeunes vont accéder plus facilement au logement et à la propriété. Le changement, c'est bientôt!
a écrit le 30/03/2014 à 0:17 :
Même si on peut souhaiter que le foncier évolue à la baisse durablement (ce qui n'est pas gagné), le coût de construction reste incompressible dans la logique actuelle d'empilement de nouvelles normes aussi nombreuses que coûteuses.

Notre société évolue, la forte augmentation des divorces stimule le besoin de logements et de chambres (1 chez maman, et 1 chez papa pour le WE...)

L'investissement de nos voisins dans la pierre Française (littoral et grandes villes) est une réalité motivée par une volonté de placement sécurisé dans une zone riche européenne riche en voie de communications et infrastructures.

La baisse de production de logements est une mauvaise nouvelle pour un marché locatif déjà en crise, le vrai problème n'est pas le niveau de subventions ou la rentabilité nette des investissements locatifs, mais le nombre de mal logés.

Il sera impossible de satisfaire la demande en réduisant l'offre, c'est tristement évident.
Réponse de le 30/03/2014 à 11:15 :
si déjà on s'attaquait sérieusement aux logements vacants, quant aux divorces c'est une situation non figée dans le temps, la tendance peut évoluer, la colocation se développer, les subventions immobilières dégringoler ( qui entrainera une chute des prix, les taux d'emprunts remonter), etc
Réponse de le 01/04/2014 à 13:26 :
La vérité, c'est que la politique de la demande menée par le gvt précédent a amené cette situation de deliquescence lente mais réelle du marché, alors que laisser la bulle éclater aurait permis d'assainir et de repartir sur de bonnes bases. En bref, on a aujourd'hui à la fois les inconvénients d'un immo cher (compétitivité de nos entreprises, salaires...) et ceux d'un immo qui se casse la figure (débauchages, frein aux investissements,...)... Merci qui ?
Réponse de le 02/04/2014 à 10:24 :
ce gouvernement précédent, tenez-vous bien, est le sauveur de 2017, et en outre l'équipe des redresseurs de torts.
Pardon pour ses partisans mais ayant vu ça, logiquement, on se barre en courant, on en redemande pas.
a écrit le 29/03/2014 à 9:40 :
Ce gouvernement avec Mme DUFFLOT (qui bien sur personnellement n'a jamais investi 1 kopek dans l'immobilier locatif) rajoute encore des droits aux locataires et en enlève aux propriétaires... et après on s'étonne que plus personne ne veut devenir propriétaire : c'est pourtant simple à comprendre !!!! Un locataire indélicat doit pouvoir être viré rapidement, sinon, c'est l'ensemble des locataires qui sont pénalisés à cause des brebis galeuses et de leurs soutiens au gouvernement !!
Réponse de le 29/03/2014 à 12:00 :
"après on s'étonne que plus personne ne veut devenir propriétaire"

Pas de soucis : ça fera baisser les prix et ça nous débarassera de la chienlit spéculatrice
a écrit le 29/03/2014 à 6:32 :
Le prix de l'immobilier (hors Paris) a baissé sommairement de 25 % en 3 ou 4 ans. Ce qui fait que lorsqu'on en a les moyens, on se refuse à vendre. En attendant. Il va bien y avoir un moment ou le poids des Marchand de bien sera plus fort que celui des acheteurs. Et donc où l'immobilier va remonter. Il n'y a pas d'autre solution. Si je suis propriétaire, je ne souhaite pas me laisser dicter le prix de mon bien par des clients qui veulent acheter un produit à 200.000 pour 150.000, évidemment. Donc je ne met pas en vente ; je ne loue pas parce que nos lois ne protègent QUE les locataires, les squatters, etc. Et ça ne permettra pas à ceux qui sont en recherche de trouver leur logement, parce que je suis loin d'être le seul. Et tant que les Duflot et les Taubira traiteront les propriétaires comme des repris de justice, et les clients, locataires et autres comme des victimes, les appartements vides, continueront à le rester, parce que chacun fait ce qu'il veut de SON bien.
Réponse de le 29/03/2014 à 10:53 :
Vous êtes ce qu'on appelle un vendeur de confort. Or il y a énormément de ventes contraintes (mutation, chômage, divorce, décès...). Ce sont ces ventes qui fixent le prix de marché.
Réponse de le 29/03/2014 à 10:56 :
"je ne souhaite pas me laisser dicter le prix de mon bien par des clients qui veulent acheter un produit à 200.000 pour 150.000, évidemment" : En gros, la loi du marché vous convient uniquement lorsque les subventions sont là pour permettre aux clients d'acheter à des prix délirants? "Donc je ne met pas en vente ; je ne loue pas parce que nos lois ne protègent QUE les locataires, les squatters, etc." : J'espère que les guignols qui n'ont pas besoin de sous ne le doivent à notre générosité sur les pensions retraites. Vous ne pourrez pas faire obstruction à l'économie éternellement en espérant le retour des beaux jours des parasites de la pierre.
a écrit le 28/03/2014 à 19:31 :
Si vous achetez aujourd'hui
Votre maison vaudra plus cher que la lune , demain !!!
ça va monter jusqu'au niveau de la lune...Si , si , vous dis-je !!!
a écrit le 28/03/2014 à 19:29 :
Je me suis tiré.
Il a pas acheté.
Misère , misère ! C'est donc toujours...
a écrit le 28/03/2014 à 19:23 :
Il faut acheter parce que c'est le moment d'acheter
a écrit le 28/03/2014 à 19:13 :
Il faut acheter...Allez , zou !!!
Achetez , merde !!!
a écrit le 28/03/2014 à 19:03 :
Achetez , ça va monter plus haut que le ciel !!!
Achetez , c'est le moment !!!
a écrit le 28/03/2014 à 17:10 :
On peut être pessimiste parce qu'on le veut bien.
Des gens heureux je n'ai aucun problème pour en voir tous les jours moi.
En tout cas les promoteurs immobiliers n'ont sur la Côte Azur pas le moindre soucis pour écouler leurs stocks d'appartement vendus sur plan.
a écrit le 28/03/2014 à 17:09 :
C'est le moment ou jamais d'acheter dans le neuf, car de belles remises sont proposées!

Pensez avant de signer, à vous faire parrainer!
Réponse de le 28/03/2014 à 18:36 :
Ah ! ça faisait longtemps !!
Réponse de le 29/03/2014 à 11:02 :
Le parrainage et ses commissions de moins de 1% à l'entrée dans la pyramide, quelle joie!
Réponse de le 09/04/2014 à 18:57 :
quand on a un crédit sur le dos, et qu'on doit remboursé les mensualités croyez moi que tout parrainage est le bien venu que ca face 1% ou pas!

mais quand vous achetez dans le vieux, ya aucun parrainage!

Dou l'interet du neuf!
a écrit le 28/03/2014 à 17:01 :
Tout monte en Fransse. L'immobilier et les salaires.
La population est joyeuse , sur les places , les gens jouent aux boules. Ils ont le sourire.
Les paysans ont le sourire , les carottes montent.
Les femmes et les hommes , dans les chambres , jouent aussi aux boules.
Passque nous avons Monsieur Nollande , et qu'il est gentil..
a écrit le 28/03/2014 à 14:51 :
Je suis mdr à lire cet article. sur la Cote Azur, le marché de la construction de logements neufs se porte au contraire à merveille vous savez.
Les permis de construire sont accordés très facilement vous savez dans le sud-est.
même sur un terrain de 400m2 on peut construire un immeuble.
a écrit le 28/03/2014 à 14:39 :
Un grand merci à Cécile Duflot pour son action "efficace" en faveur du logement !... en espérant que l'électeur s'en souviendra Dimanche au moment de mettre son bulletin dans l'urne...
Réponse de le 29/03/2014 à 9:06 :
pourquoi que lui reproches-tu?
D'avoir commencé à nettoyer le marché immobilier des branleurs cupides et à ne plus être aux bottes des lobbies?
a écrit le 28/03/2014 à 14:24 :
Il n' y a pas si longtemps que ça, on entendait "Quand le bâtiment va, tout va" ...
a écrit le 28/03/2014 à 12:32 :
oui, d'autant plus qu'avec la loi alur de dufflot, une nouvelle usine à gaz, les propriétaires sur lesquels l'on cogne sans arrêt depuis 5-6 ans ont commencé à vraiment se décourager...l'administration qui "pond" de telles mesures est devenue folle et les quelques politiques comme effectivement dufflot sont au delà de la folie même, ce sont des irresponsables qui vont détruire encore un peu plus le marché de l'immobilier qui fait pourtant vivre et se loger beaucoup de monde, et les bâtiments ainsi que les métiers dans ce domaine ne sont pas délocalisables, eux !!!, mais que fait on depuis trois ans, on pond des normes délirantes - handicapés sur tout le parc, basse consommation qu'on aurait du étaler sur 20 ans....- tout cela renchérit les couts de 25 à 30 %, et après on s'étonne de la chute des constructions...nous sommes dans un pays de fous-enfin pour une grosse minorité de rêveurs et des idéologues sectaires, qui pensent pouvoir faire vivre un pays entier hors du fonctionnement des marchés...ce dernier point ne portant pas que sur l'immobilier...nous sommes dans le trou et pas près d'en sortir avec de telles nouvelles lois...
Réponse de le 28/03/2014 à 14:10 :
Très bien, mais allons jusqu'au bout de la libéralisation du marché que vous souhaitez : supprimons également toutes les aides et subventions.
Réponse de le 28/03/2014 à 14:35 :
Je propose que l'on supprime les APL afin de tordre le bras aux propriétaires privés et publics pour faire baisser d'au moins 50% le prix des loyers : les chefs d'entreprises français attendent cette baisse avec impatience car ils en seront les grands bénéficiaires grâce au pouvoir d'achat ainsi amélioré, sans augmenter les salaires, des clients. Il faut relancer l'économie par la baisse forte du coût du logement.
Réponse de le 28/03/2014 à 15:01 :
Il ets clait que supprimer progressivement les APL fera baisser mécaniquement les loyers, mais de 50%, non, c'est ridicule.
a écrit le 28/03/2014 à 11:50 :
Entre l'ISF, l'encadrement des loyers ,et maintenant l'usine à gaz du compte pénibilité ( je croyais avoir entendu le Président parler d'un choc de simplification? ) comment voulez-vous que la construction reparte ? Il y a aussi Duflot qui vraiment n'inspire pas confiance...
a écrit le 28/03/2014 à 10:44 :
Il était temps qu'achètent que ceux qui en ont les moyens. Peut etre faudrait il distribuer plus de moyens ou mieux permettre a ceux qui le veulent d'en gagner...
a écrit le 28/03/2014 à 9:57 :
Faut garder la super gestionnaire Duflot dans le prochain gouvernement ....! pour sauver le secteur immobilier...! comme garder Montebourg ...au redressement productif....! qui n'a rien produit après 2 ans de fanfaronnades !
a écrit le 28/03/2014 à 9:39 :
rien d etonnant. La bulle est en train d eclater. Donc a moins d etre stupide, personne ne va acheter. Donc les construteurs ne vont pas betement construire des choses invendable ! Une voie le marche purge (-20 % -50 % ???) la construction reprendra vu que la demande sera de nouveau la et cette fois solvable sans artifice de type PTZ ou Scellier. La derniere chose que doit faire l etat c est de subventionner de nouveau l immobilier! Il faut laisser la bulle exploser. le plus tot sera d ailleurs le mieux. IL faut mieux un bon krach qu une chute graduelle sur 10 ans
Réponse de le 28/03/2014 à 11:04 :
parce que vous croyez que l'état a les moyens de construire et de pourvoir au manque de logements locatifs? Il faut laisser les propriétaires privés investir pour augmenter l'offre de logements! Surtout qu'on voit bien qu'il n'y a aucun entretien du locatif social. De plus quand on voit la gestion désastreuse du parc locatif, vaut mieux laisser faire les propriétaires privés.
Réponse de le 28/03/2014 à 14:16 :
Le role de l etat n est pas de construire des logements ni de subventionner ceux ci !
Si l etat aurait arreter de subventionner l immobilier avec le Scellier (le preissol et autres avant lui), les prix ne seraient pas tant monte et donc du coup soit des auraient du acheter au lieu de louer, soit des investisseurs auraient pu acheter moins cher et au final louer moins cher car ils auraient le meme rendement avec un loyer plus faible
Réponse de le 29/03/2014 à 9:09 :
Décidément l'endoctrinement sarkozyste de nadia a fait des dégâts, il a qand même réussi à faire croire aux simplets que l'investissement immobilier aux frais de l'état , et aux profits de rentiers branleurs allait régler quoi que ce soit au problème du logement en France.cqfd.
Réponse de le 29/03/2014 à 11:12 :
"Il faut laisser les propriétaires privés investir pour augmenter l'offre de logements!" : Mais ils le peuvent! Seulement, aux prix affichés, il faut qu'ils soient débiles et nos impôts n'ont pas à permettre le maintien de ces prix au profit de vanveen14 : Les entreprises ont plus besoin de l'argent de ses clients qui refusent de lui lâcher plus de 150 000 euros (rappel 1 000 000 de francs) pour un logement! Les subventions sur ce marché libre sont la source des prix élevés, les prix élevés n'ont pas à se maintenir à coup de subvention : Soyez libéraux! Cessez de pleurer pour que l'équilibre du marché soit manipulé au profit des vendeurs!
a écrit le 28/03/2014 à 9:04 :
Le logement est un produit de luxe et il est tout à fait normal que la voilure soit réduite en période d'incertitude économique.
a écrit le 28/03/2014 à 8:57 :
Bilan: une minister "du locataire" au lieu du "logement", une crise, une politique de diminution des terrains constructibles... on continue à gabriquer des chômeurs.
a écrit le 28/03/2014 à 8:55 :
Il est évident de garder Duflot. dans le prochain gouvernement afin d avoir une bonne crise de l immobilier !
Réponse de le 28/03/2014 à 15:21 :
la crise de l'immobilier, çà a été les 15 dernières années, avec un triplement des prix qui a surendetté toute une génération de jeunes actifs au profit des boomers.
Réponse de le 29/03/2014 à 6:42 :
La crise de l'immobilier???
La France n'a fait (enfin les propriétaires) que d'aligner ses prix sur ceux des autres pays d'Europe, comme il est normal. Les Chinois, les Japonais et les "arabes" (pétroliers) se jettent dans les achats immobiliers en France. Pourquoi? Parce qu'ils savent que le prix va encore remonter de plus belle, c'est inéluctable, jusqu'à atteindre, quand les maires feront leur travail de revalorisation de leur commune, des plafonds. C'es inévitable. C'est une augmentation de 25 à 40 % à laquelle il faut s'attendre. Et celui qui le peut, ferme tout, laisse ses appartements vides, pour éviter de les laisser dégrader par des locataires peut scrupuleux et quelquefois même vindicatifs, et attend patiemment la hausse. Il n'est pas pressé, il a tout son temps, il est déjà logé lui!
Réponse de le 29/03/2014 à 10:58 :
Mais quel ramassis de clichés ! L'achat d'étrangers représente 3% du marché globalement, et même pas 8% à Paris. Ca ne fait pas le marché, d'autant qu'ils se tournent plutôt vers les biens haut de gamme et délaissent les studios et biens familiaux. Un autre cliché qu'il faut casser : parmi les étrangers ce sont les italiens qui achètent le plus à Paris. Quant à l'alignement sur les autres pays d'Europe, ça fait doucement rire (jaune). Paris est 2ème derrière Londres sur le coût du logement. Vous croyez sérieusement que votre 2 pièces à porte de Vanves va se vendre plus de 300000 euros à l'avenir ? Qui ça peut intéresser à ce prix ?
Réponse de le 29/03/2014 à 11:01 :
"La France n'a fait (enfin les propriétaires) que d'aligner ses prix sur ceux des autres pays d'Europe, comme il est normal." : Les prix se sont alignés sur les subventions, stop à l'intox. Un PTZ donné à des personnes qui payent ce qu'elles peuvent payer, c'est 30 000 euros de hausse. Un scellier donné à un investisseur dans l'ancien, ça lui fait oublier l'absence de rentabilité au prix affiché. Des APL présents en l'absence du respect de la règle du tiers des revenus, ça permet l'explosion des loyers, donc des prix des petites surfaces, au delà de ce que permettent les revenus. Les bénéficiaires de cette escroquerie? La majorité d'électeur qui se bat pour l'immobilier subventionné, avec des gains moins taxé que les bénéfices des entreprises : Les papi boomers, fossoyeurs de la France!
a écrit le 28/03/2014 à 8:42 :
je pensais que Duflot allait redrésser le marché? il faut que j'arrete de croire à tout ces politiques...
Réponse de le 28/03/2014 à 8:50 :
c'est sur qu'en rajoutant des contraintes aux propriétaires, elle allait redresser le marché !!
que pouvait croire à ça.
Réponse de le 28/03/2014 à 10:07 :
Précisément, le marché se redresse : les prix baissent quoique trop lentement, donc le marché se redresse. Il est urgent de garder Duflot au gouvernement au contraire, car la politique de l'immobilier de ce gouvernement est l'une des rares choses qu'il ait réussi. L'assainissement, que vous appelez crise, est indispensable si nous voulons que les plus modestes puissent se loger sans avoir besoin de prêts à 110% ou de l'argent du contribuable. Les Scellier et autres PTZ dans l'ancien n'ont amené qu'une bulle immobilière (10 000 euros le m2 à Paris, et puis quoi encore) et une financiarisation de l'immobilier qui est pourtant un secteur de première nécessité. Avant de servir à l'investissement et à la spéculation, l'immobilier ça sert à se loger. Que les investisseurs aillent en bourse. Et puis, pourquoi le secteur immobilier devrait-il bénéficier d'une fiscalité particulière. Le boulanger ne bénéficie pas d'une fiscalité particulière, ni le marchand de légumes. Donc la fiscalité de l'immobilier doit être alignée sur la fiscalité de toutes les autres activités économiques. Nous ne voulons pas non plus d'une croissance fondée sur un immobilier de spéculation hypertrophié à l'espagnole. Où en est l'Espagne aujourd'hui en termes d'emplois et de croissance ? Les mises en chantier en France doivent reprendre un rythme normal, en corrélation avec la demande solvable et c'est précisément ce qui est enfin en train de se produire.
Réponse de le 28/03/2014 à 14:19 :
tout a fait d accord. Mais ce que vous ecrivez gene la secte des adorateurs du parpaing et les gens qui pensaient s enrichir sans risque grace a leur maison (les baby boomer vont quand meme faire une belle culbute (mais moins grosse qu esperee) par contre les "winners" qui ont achete il y a 2-3 ans vont se retrouver en negaitive equities ->en esperant que ca serve de lecon aux autres)
Réponse de le 28/03/2014 à 14:21 :
D'accord sur toute la ligne avec AI.
Réponse de le 29/03/2014 à 7:36 :
@AL ..je partage votre avis sur le fait que toute aide fiscale doit être supprimer : il me semble pourtant que le dispoisitif actuellement en place s appelle Duflot,non? Vous allez jusqu à dire que les investisseurs aillent voir ailleurs , je vous remercie de venir dans mon sens, ne plus louer . Je vous rappelle que les prélevements fiscaux sur loyer sont de l ordre de 60% mais ça vous le savez et au final c est bien le locataire qui paye ..quand des locataires ecrivent qu il faut augmenter la fiscalité sur l immobilier , qui est en france la plus lourde du monde , et de loin, et ça aussi vous le savez ..alors je me marre . Seule solution augmenter le parc hlm : tout le monde en clapier !
Réponse de le 29/03/2014 à 9:14 :
On ne pouvait pas tout supprimer d'un seul coup, c'est d'une évidence, mais ça le sera progressivement je me fait pas d'illusion, à moins d'un retour UMP au pouvoir qui n'a qu'une solution qui n'en pas une : SUBVENTIONNER.

On en connait les résultats sur un marché tendu, avant même de les avoir mises en place.
Réponse de le 29/03/2014 à 10:13 :
@tron " on pouvait pas le supprimer d un seul coup c est une evidence "?? je vous rappelle que le scellier dans sa derniere monture etait l equivalent du duflot actuel ..c est donc bien sous le gouvernement precedent qu on a commence a diminuer ces dispositifs fiscaux ..Vos reflexions sont toujours un peu mensongeres et rien ne vous oblige parceque vous êtes bienpensant d insulter les gens ( simplet branleur ..)
Réponse de le 29/03/2014 à 11:03 :
S'il y a bien une taxe qu'il faudrait augmenter, c'est sur les logements vacants. Sinon, pouvez-vous me dire comment vous arrivez à 60% d'imposition sur les loyers, je suis curieux. A moins d'avoir des revenus par ailleurs qui vous mettent dans la tranche marginale d'imposition à 40%, je ne vois pas, et même alors, ce serait malhonnête une façon malhonnête de présenter les choses.Vous pourriez en effet tout aussi bien dire que ce sont vos revenus du travail qui sont imposés à 40%. Alors vos loyers seraient imposés à bcp bcp bcp moins que 60% sous cet angle.
Réponse de le 29/03/2014 à 12:09 :
@@malcomprenant : c est sur ce point que les gens mentent constamment ..le bailleur type n est pas un rentier mais cadre moyen ou profession liberal qui assure sa retraite par des revenus supplementaires ..il est donc au minimum dans des tranches IR a 30% ..a cela ajouter taxe fonciere 15% en moyenne et 15 % de CSG ..( sans parler des charges locatives entretien assurance etc ..)
Réponse de le 29/03/2014 à 13:44 :
@@je vends pas ... Bien sur que les revenus du travail sont imposes à 30 40 voir plus entre l IR et la CSG ..le vrai mensonge qu on peut lire en permanence est de dire que les bailleurs sont des rentiers : le bailleur type est cadre ou profession libérale qui investit dans le but de se constituer une retraite complementaire, imposés à l IR au minimum a 30% ( + csg 15% + taxe fonciere 15%) et bien plus s ils sont veritables rentiers plus qu imposés a l ISF ..J ajoute qu un dispositif comme le duflot ne coute a rien a l etat puisque la Tva est de 20% sans parler des impots sur loyer . Et dites moi quels sont les seuls dispositifs ou les loyers sont veritablement encadrés ? Quand a la taxe sur logement vaquant voila une belle mesure de gauche : la punition ! sauf que ca marche pas : un logement est rarement vaquant , le mien est occupé quelques semaines par an par la famille , beaucoup sont en vente ou en travaux .
Réponse de le 29/03/2014 à 18:03 :
Ben, non ça reste faux, c'est une part marginale de vos revenus qui sont imposés à 30% ou à 40%. Une grande partie est à 0 ou 14%. dire que vos loyers sont imposés à 60% est simplement malhonnête. C'est une part marginale de vos revenus globaux qui le sont.
Réponse de le 30/03/2014 à 9:08 :
@@je vends pas ..vous jouez sur les mots ! Le cadre celibataire gagnant 2200 e par mois est a la limite de la tranche de 30% ..Certains le disent riche ..S il envisage revenus supplementaires et j en conviens quelque soit ce revenu sera imposé dans les tranches 30 % pour ce revenu supplementaire . Si ce cadre est augmenté il aura 45% d impôt d impot sur son augmentation : voila d'ailleurs une bonne raison de la démotivation des cadres . S il investi sur un placement bancaire il aura 30% + 15%csg , pareil que s il etait augmenté ..s il achete dans l immobilier il aura 60% ( +15 % taxe fonciere) + charges comme comme assurance ou agence + frais pour maintien de son logement en l etat et au final ce cadre ne tirera presqu aucun revenu de son investissement supplementaire
Réponse de le 30/03/2014 à 10:52 :
C'est vous qui jouez sur le mots en affirmant que les loyers sont imposés à 60%. Il aura ses 15% de CSG. Ensuite il paiera l'IR (à 2200€ par mois, il doit être imposé à à peine 10% en moyenne). La taxe foncière, il la paiera, qu'il soit bailleur avec son ou sans loyer, occupant.
Réponse de le 30/03/2014 à 13:30 :
@@je vends pas ..Et bien voila tout le mensonge : je suis desole mais un cadre celibataire avec 2200 e est a la limite de la tranche à 30% ( tranche 30% 26600)..faites avant de repondre une simulation !!! ..La seule motivation reste " pour mes enfants plus tard" ..et encore pas certain ..du fait de la punition PV unique au monde ..Beaucoup comme moi refusent tout type d investissement et c est bien cela le problème en france ,la fiscalité tue l investissement , mieux vaut moins consommer.
Réponse de le 30/03/2014 à 22:48 :
Abvec 10000 euros de revenus locatifs, ce qui est très large pour quelqu'un qui gagne 2200 euros par mois car il ne pourra guère acheter qu'un studio avec un tel budget, votre cadre passera d'un taux d'imposition de 8,32% à 12,87%. Faites le calcul. 2300 euros d'IR en plus. alors, même avec la CSG, on est bien loin de vos 60%. Quand on veut présenter honnêtement les choses, on compte à part la TF qui est payée qu'il y ait loyer ou non. On la comptabilise pour calculer la rentabilité. Quant à votre affirmation péremptoire sur la PV, vous affichez de façon éhontée votre ignorance. Tiens un petit échantillon pour vous, dites-moi de quelle couleur est l'herbe là-bas http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/impots/actu/0202626211135-comment-sont-imposes-dans-le-monde-les-revenus-et-les-plus-value-immobilieres-544687.php
Réponse de le 31/03/2014 à 13:58 :
@je vends pas...: cette discussion est interressante ; la question posée est à quel taux ( donc effectivement c est rentabilité) un cadre gagnant 2200e et donc à la limite d un taux d imposition à 30% ( evidemment pour tout euro supplementaire) sera t il imposé s il investi dans l immobilier? Biensur son taux global d imposition à l ir ne sera pas de 30% pour l ensemble de ses revenus, mais quel sera son imposition pour tout euro supplementaire gagné grace a son loyer son loyer ? S il gagne 10 000 euros suplementaire ces 10 000 euros seront bien imposés a 30% + csg + taxe foncière..Ba moi j ai calculé ..aucun intérêt à investir , mieux pour lui de garder sa voiture 3 ans au lieu de 2 ans et pas s emm...der avec locataires .Quand a la plus value j ai bien lu l article et n ai rien appris : vous savez pertinemment qu on ne loue pas un logement pour 2/3 an..s mais pour 10 /15 ans minimum et désolé la france est celle qui a le plus fort taux de PV compte tenu de l abattement 22 ( 30 ans pour la csg)..
Réponse de le 01/04/2014 à 14:28 :
Pas exactement 30%, les 10000 euros seraint imposés globalement à 23%. Mais c'est toujours une façon incorrecte de présenter les choses. On pourrait ainsi tout aussi bien dire que ce sont ses 10000 euros de revenus supplémentaires en tant que cadre qui le sont, et que "l'effort" pour atteindre ce poste n'est pas justifié. C'est un débat stérile, ce qu'il faut regarder, c'est la rentabilité de l'investissement. Or aujourd'hui, avec les prix à l'achat, le jeu n'en vaut pas la chandelle, or rares exceptions.
Réponse de le 02/04/2014 à 9:09 :
@@jevends pas..vous avez raison cette discussion est stérile car vous avez un discours politique ou "d énarque" et moi pragmatique , celui d un cadre qui veut investir dans l immobilier .Si vous m avez bien lu j ai aussi parlé de tout revenu supplementaire et finalement vous arrivez à la même conclusion ou presque .( 50/60%) de fiscalité + charges ( copropriété proprio , entretien assurance ..) . Votre conclusion est : il n est pas rentable d investir dans l immobilier à cause des prix .La mienne est diffetente : il n est pas rentable d investir dans l immobilier ( et prendre des risques) compte tenu de la fiscalité
Réponse de le 05/04/2014 à 0:58 :
"il n est pas rentable d investir dans l immobilier ( et prendre des risques) compte tenu de la fiscalité " : Il serait grand temps que ça soit le cas! L'épargne des cadrounets sera plus utile dans les entreprises que dans la pierre, il est grand temps que l'investissement dans l'immobilier soit moins rentable que l'investissement dans une entreprise!
La seule chose qui explique le contraire n'est pas d'ordre économique, mais politique : Les politiques veillent à donner satisfactions aux classes d'âge électoralement majoritaire.
En outre, la disparition des investisseurs, en particulier dans l'ancien et sur le foncier, aurait un effet direct : Baisse de la demande, donc baisse des prix jusqu'au retour à la valeur d'usage des biens.
Autant dire que les créations d'entreprises seront simplifiées lorsque les revenus des jeunes finiront dans une moindre mesure dans les poches de leurs aînés qui espèrent encore se goinfrer via l'immobilier subventionné après avoir creuser la dette jusqu'à 1800 milliards d'euro en votant pour leurs rentes subventionnées!
La fête est finie! Faites votre deuil et changez de stratégie au lieu de vous battre pour que ce pays continue d'inciter les épargnants à stériliser leur épargne!
Réponse de le 05/04/2014 à 9:25 :
Non vous continuez à être malhonnête. J'ai parfaitement montré qu'on était loin des 60% comme vous l'affirmiez, et ce sans même prendre en compte les 30% d'abattement sur les loyers ! Bref avec IR + CSG, on atteint les 30 à 35%, pas plus.
Réponse de le 13/04/2014 à 11:45 :
la rentabilité n'est que de 30% et si vous tombez sur un locataire indélicat vos frais de remise en état s'élèvent à 20 ans de loyer (chiffre brut càd 60 ans de résultat net)
Je pense que même avec des subsides d'état le résultat n'équivaut pas le livret A.
Réponse de le 16/04/2014 à 22:10 :
Une rentabilité qui n'est que 30% ? Où ça ? J'achète de suite ! 20 ans de loyers pour une rénovation ? Non mais vous êtes sérieux ? Hors IDF ça représente au moins la valeur du bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :