Pour les jeunes, accéder à la propriété se complique

La "dégradation économique générale" et le resserrement du prêt à taux zéro gêne l'accès des jeunes à la propriété. Pourtant les conditions de crédit sont excellentes.
Supprimé dans l'ancien depuis janvier 2012, le prêt à taux zéro a été recentré à la fois sur le neuf où les prix ont flambé, et sur les ménages modestes, pour lesquels l'achat immobilier est inaccessible sur ce segment du marché. (Photo : Reuters)
Supprimé dans l'ancien depuis janvier 2012, le prêt à taux zéro a été recentré à la fois sur le neuf où les prix ont flambé, et sur les ménages modestes, pour lesquels l'achat immobilier est inaccessible sur ce segment du marché. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)

Accéder à la propriété est de plus en plus compliqué pour les jeunes ménages. En témoigne les conclusions de l'Observatoire Crédit Logement (CSA). Selon l'Observatoire, la part des jeunes parmi l'ensemble des ménages accédant à la propriété chute même de manière "particulièrement rapide". Pourtant, les conditions de crédit sont "excellentes", relève-t-il. La faute à la "dégradation économique générale".

"Les ménages les plus jeunes et les plus modestes ne peuvent plus rentrer sur les marchés (immobiliers), en l'absence du ticket d'entrée que le PTZ (prêt à taux zéro) représentait pour eux auparavant", note par ailleurs l'Observatoire.

Difficulté à obtenir un prêt

Concrètement, les "moins de 35 ans" ne représentent plus que 44,8% du total des accédants à la propriété, contre 52,4% en 2009, selon le baromètre. Ce reflux est également lié au fait que seul un sur cinq de ces jeunes ménages (20,4%) a bénéficié d'un prêt de 25 ans et plus, contre près d'un sur trois (31,3%) en 2011.

Or, jusqu'en 2011, les jeunes ménages avaient "nettement bénéficié de l'expansion de l'accession à la propriété", selon ces données.

Toutes les autres catégories progressent

Ils demeurent toutefois la catégorie la plus représentée, mais les acheteurs plus âgés progressent tous : la proportion des "35 à 45 ans" augmente à 32,7% contre 29,2% cinq ans plus tôt, celle des "45 à 55 ans" passe à 15,5% (contre 12,9%) et celle des "plus de 55 ans" augmente à 6,9% (5,5%).

Supprimé dans l'ancien depuis janvier 2012, le prêt à taux zéro a été recentré à la fois sur le neuf où les prix ont flambé, et sur les ménages modestes, pour lesquels l'achat immobilier est inaccessible sur ce segment du marché. De fait, le nombre de PTZ distribués chaque année a chuté aux alentours de 40.000. Fin juin, Manuel Valls a promis d'en élargir les conditions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 23/07/2014 à 10:43
Signaler
C'est marrant ces discours que cela ne peut pas baisser. J'avais entendu la meme chose en 1990. Et en 1997, le marché avait perdu -40%. En 2000, cela a été pareil pour les actions. On se souvient du résultat. L'immobilier est comme le reste, c'est ...

à écrit le 23/07/2014 à 9:39
Signaler
Pas difficile à comprendre. Le jeunes sont soumis à : 1. La difficulté à trouver un emploi en CDI (de plus en plus rare). Pas de CDI, pas de prêt. 2. La nécessité de rester mobile pour pouvoir changer de job au cas où ils se fassent licencier. ...

le 25/07/2014 à 22:53
Signaler
Mamie n'a pas pu acheter son appart avant l'age de 41 ans, il y a 33 ans. Ou est la différence? Simplement nous n'avions pas l'habitude de nous plaindre

le 29/07/2014 à 10:36
Signaler
Mamie voudrait bien revendre son appartement 3 à 4 fois plus cher qu'elle ne l'a acheté il y a 33 ans alors qu'elle n'y a apporté aucune amélioration, tout juste l'a-t-elle entretenu. Eh oui, il faut bien payer l'appartement au bord de la mer puis la...

à écrit le 22/07/2014 à 18:10
Signaler
L'immobilier c'est comme la bourse, ce sont des cycles, vendez quand c'est haut, achetez quand c'est bas, patientez en allant voir l'excellent site danger immo!

à écrit le 22/07/2014 à 17:59
Signaler
Patience . Le temps joue pour les jeunes. Avec tout les vieux qu'il faudra placer ces prochaines années, les gens seront obligés de vendre.... Et les prix baisseront forcément car il y aura alors plus de biens que d'acheteurs. Moi j'epargne a mort, j...

le 22/07/2014 à 18:12
Signaler
Il y en aura beaucoup comme vous. Pas sur que les prix baissent, sauf bien sur ceux des habitations sans valeurs. Un bon logement sera toujours désiré par de nombreux acheteurs solvables. C'est beau de rêver...

le 22/07/2014 à 18:18
Signaler
Comme dit MOI enfin lui, n'oubliez pas le retour des rentiers de base. De vrais hyènes, sauf votre respect, il n'y a que les lions pour les faire fuir.

le 22/07/2014 à 18:48
Signaler
Doit vivre du rsa , il n'a jamais travaille, il a dix gosses, vit des alloc, roule sans permis retire pour alcool au volant

le 23/07/2014 à 8:46
Signaler
Encore un qui rêve les yeux ouverts, c'est pas demain que tu pourras acheter les biens. Bravo pour le commentaire ci-dessus.

à écrit le 22/07/2014 à 17:49
Signaler
...ainsi que l'insécurité de l'emploi!! en prendre pour 25 ans, et peur de perdre son boulot à tout moment, ne permet pas les projets! combien se sont retrouvés dans une merde noire??.... !

à écrit le 22/07/2014 à 16:06
Signaler
Ya K rendre l'investissement locatif dans l'ancien non rentable. Car si les prix baissent les rentiers de base vont a nouveau piquer l'immobilier aux jeunes.

à écrit le 22/07/2014 à 15:42
Signaler
je vois pas comment des jeunes peuvent acheter vu les prix ...vous pouvez leur donné toute les aides voulue jamais il y arriveront , en plus des remboursements ajoute les charges délirantes, les impôts ....je parle pour le 06 ...

le 22/07/2014 à 20:07
Signaler
J etais avant dans le 06, c est hors de prix. Mais il reste plein de regions moins cheres a condition d y trouver un travail mais on peut y arriver. Les jeunes ne doivent pas s enteter la ou c est trop cher et essayer de bouger. Et puis des pays comm...

à écrit le 22/07/2014 à 14:32
Signaler
Comment un jeune peut il se fixer a un endroit où l'avenir est incertain? Former un couple et avoir des enfants? Quel que soit les avantages de départ, c'est une arnaque!

le 22/07/2014 à 16:14
Signaler
@Bah: l'arnaque, ce sont toutes ses subventions et aides qui font grimper les prix, car c'est le constructeur qui inclut dans son prix le pognon que l'assisté est susceptible de recevoir et c'est le constructeur qui en réalité encaisse lesdites aides...

le 22/07/2014 à 16:30
Signaler
Un peu comme le prix des lunettes sachant que les mutuelles remboursent bien, no limit. La spirale infernale.

à écrit le 22/07/2014 à 13:57
Signaler
Si les zinzins ne veulent plus investir dans le logement c'est parce qu'ils savent la cause perdue. Le logement n'est plus une priorité nationale. En revanche l'activité économique et le chômage le sont ! La webradio indépendante AWI revient cette ...

le 22/07/2014 à 20:46
Signaler
et à payer avec des haricots !

à écrit le 22/07/2014 à 13:54
Signaler
La primo-accession régresse alors que les conditions de crédit sont excellentes. Tout est dit. Ramenés aux revenus du travail, les prix sont trop élevés. La solvabilisation artificielle de la demande n'est pas la solution. Regardez où nous en sommes ...

à écrit le 22/07/2014 à 13:52
Signaler
Et l'accession à la propriété est compliquée du fait des prix délirants, les aides n'ont rien à voir la dedans, hormis alimenter la bulle immobilière.

le 16/08/2014 à 15:37
Signaler
Sarko avec ses aides et niches n'a fait qu'alimenter cette bulle ! à quoi bon ??

à écrit le 22/07/2014 à 13:51
Signaler
"Ce reflux est également lié au fait que seul un sur cinq de ces jeunes ménages (20,4%) a bénéficié d'un prêt de 25 ans et plus, contre près d'un sur trois (31,3%) en 2011." > c'est donc une très bonne nouvelle, les jeunes arrêtent de s'endetter s...

à écrit le 22/07/2014 à 13:19
Signaler
Pourquoi vouloir encore mettre la crise sur le dos des aides insuffisantes ? La bulle immobilière a été alimentée à coup d'aides telles que le PTZ et le crédit d'impôt sur les intérêts. Aujourd'hui, il n'y a qu'une seule raison valable pour expliqu...

le 22/07/2014 à 13:48
Signaler
Tout a fait vrai: le problème est tout simplement le prix exorbitant combine a des impôts sur l'immobilier trop bas......

le 22/07/2014 à 14:19
Signaler
Tout est dit : "Merci"

à écrit le 22/07/2014 à 13:11
Signaler
La baisse des prix, qui permettra le retour des primo-accédants, est une condition nécessaire pour refluidifier le marché. Toute aide telle que l'élargissement du PTZ ne suffira pas.

à écrit le 22/07/2014 à 13:05
Signaler
Le problème c'est le prix. Il y a déjà un krash dans les residences secondaire. Cela va se propager dans les residences principales. Tout le monde a compris que les prix sont trop élevé. Acheté maintenant c'est être certain de perdre de l'argent.

le 22/07/2014 à 15:28
Signaler
Et ce qui m'amuse c'est qu'on veut faire porter le chapeau à Cécile Duflot avec alur , qui serait , à entendre les pros du secteurs, responsable de tout.A hurler de rire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.