Niches fiscales : vers un sérieux "coup de rabot"

 |   |  166  mots
Le chiffre de 5% de rabot sur l'ensemble des niches avait circulé mais selon certaines indiscrétions, c'est plutôt 10% que vise le gouvernement.

Le gouvernement avait prévenu : à la recherche de recettes pour réduire les déficits, sans même parler de la réforme des retraites, il comptait bien s'attaquer aux niches fiscales, ces centaines de petits et gros avantages qui érodent de plus de 70 milliards d'euros les recettes annuelles de l'Etat.

C'est la méthode dite du "coup de rabot", à savoir une baisse généralisée plutôt que celle du ciblage - supprimer telle niche plutôt que telle autre - qui a été choisie. Restait à savoir à quelle hauteur.

Le Premier ministre avait dit vouloir trouver cinq milliards d'euros sur deux ans. Certains parlementaires voulaient un effort plus conséquent. Le chiffre de 5% de rabot sur l'ensemble des niches avait circulé mais selon certaines indiscrétions, c'est plutôt 10% que vise le gouvernement.

Un certain ciblage serait tout de même réalisé. Des niches seraient totalement supprimés mais certaines, plus socialement sensibles, comme la prime pour l'emploi, ne seraient pas touchées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2010 à 9:03 :
c'est vrai que les bénéficiaires des niches ont aggravé un peu ( le plus gros ce sont les financiers responsables) ; il y a des niches utiles: emploi de salarié à domicile mais beaucoup (dans les dom tom) sont contestables et il me semble qu'il aurait été bon de créer un impôt minimum , et plafonner à 20 000 euros par ménage ces niches, car ce sont les privilègiés qui les cumulent !! Robien n'est pas à la portée de tous les français moyens mais plutôt très aisés...
a écrit le 02/06/2010 à 3:00 :
L'impôt est salvateur et communautaire puisque qu'il crée "LA SOLIDARITE" et mieux l'esprit citoyen et la renforce la communauté nationale. Mais quand certains d'entreux choisissent l'enrichissement facile dans la spéculation et l'exploitation libérale pour ensuite protéger l'argent sale dans les paradis fiscaux quand ils ne filent pas à l'anglaise pour s'établir derrière la frontière , cela rappelle des temps pas si éloignés ( 29-39-40...) ceux qui etaient dans les coulisses de la politique et de l'économie et qui prenaient leurs dispositions pour se mettre à l'abri , non ?

Alors je ferai 2 remarques :

Ceux qui paient et contribuent encore à la solidarité qui a tendance à disparaitre ( voir la sécu qui ne bébéficie plus aux assurés sociaux mais à la politique mondialiste) ce sont les petites gens , les salariés victimes pourtant de la régression salariale et de la smicardisation mondialiste de la socièté .

les petits patrons et artisans qui assurent "encore" l'emploi et l'esprit citoyen.

Les autres , non seulement s'enrichissent , spéculent , cumulent des primes scandaleuses et "nvestissent" dans le système por ne plus payer l'impôt .Que dire des autres qui trahissent leur Pays en s'enfuyant derrière les frontières et en plaçant leur fortune qu'ils doivent pourtant à ,la communauté nationale dans les paradis fiscaux , notamment européens (Luxembourg, Andorre, Monaco taxé de recyclé l'argent sale, les îles anglo-normandes...sans oublier la Suisse évidemment ...mais aussi ces patrons "exilés fiscaux" dans les anciennes colonies comme l'Ile Maurice et qui pourtant font leur beurre avec la France.
Il paraitrait que des politiques seraient clients des paradis fiscaux ? le Gouvernement doit clarifier et informer les citoyens de la question ? mais que dire aussi de nos sportifs , nos vedettes nationales, nos chanteurs , certains mêmes dits "humanitaires" etc...
COMMENT peut on être CITOYEN et en même EXILE FISCAL ?
ces traitres à la nation ne doivent-elles pas être démises de la nationalité française , non ?
Le coup de rabot peut-être mais là n'est pas l'essentiel ?
allez un effort ou bien le peuple perdra patience : certains se targuent à la télé que les français ne bougent pas , comme récemment entendu , mais pourtant l'abstentionisme est là et bien là, croissant et prêt à un nouveau 2002, les électeurs ne font plus confiance...alors qui risque de ramasser la donne de l'exaspération des français abusés et exploités ?
aux partis politiques qui profitent de la situation en se mettant à l'abri
a écrit le 25/05/2010 à 8:10 :
Ce n'est pas le rabot qu'il faut utiliser mais le désintégrateur ! Ce sont toutes les niches fiscales qu'il faut supprimer, même celles de Jean-Plouto l'empiffre.
a écrit le 25/05/2010 à 3:56 :
L'empilement des mesures fiscales et sociales, le clientélisme électoral font partie des raisons de notre situation financière. La TVA à 5.5 dans le BTP avait amené à l'époque l'état a supprimer les crédits d'impots existants (travaux gorsse réparaton, ravalement...), quelques années plus tard toujours un taux de tva à 5.5 et des crédits d'impôts dans le secteur sont apparus (chaudière, poêle, solaire...) résultat nombre d'entreprise ont intégré leur cout de main d'oeuvre dans le prix des produits pour augmenter la base du crédit d'impôt et surtout d'intégrer ce crédit d'impôt dans leur prix.
Une tva à 19.6 sur l'équipement, et à 5.5 uniquement sur la main d'?uvre devrait voir "quelques factures" faire apparaitre le détail des frais de pose qui aujourd'hui ne sont pas forcément apparents !!!
a écrit le 24/05/2010 à 12:24 :
Il faut supprimer les niches fiscales qui profitent aux plus modestes. Sans quoi, on ne pourra plus financer les miennes et ça deviendra très grave.
a écrit le 24/05/2010 à 11:53 :
Niches fiscales et niches sociales. Nombre de personne trichent sur les aides APA dont ils n'ont pas besoin.Tous ce passe sur une simple déclaration que l'assistante sociale note ,exemple:vous pouvez obtenir une personne pour vous emmener faire vos courses (vous avez un handicap léger) mais les enfants profitent de l'aubaine alors qu'ils pourraient très bien les réaliser eux mêmes. Trop d'assistant tuera les besoins réels. Limiter en fonction du compte en banque ,pas de la déclaration fiscale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :