Financer une PME et réduire son ISF

 |  | 508 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Souscrire au capital de PME pour réduire le montant de son ISF n'est pas sans risques. Mieux vaut répartir son placement entre plusieurs types de fonds et de mandats. Explications.

L'avantage fiscal est conséquent : 50 % du placement. Et le plafond de la réduction d'impôt important : jusqu'à 45?000 euros si l'investissement est réalisé en direct, 18?000 euros s'il est intermède via un produit collectif. Mais le risque pris est à la mesure de l'avantage procuré. Car financer, directement ou indirectement, des PME innovantes est une opération à la rentabilité incertaine, qui oblige en outre l'investisseur à immobiliser son capital pour une période longue, d'au moins cinq ans s'il veut bénéficier de tous les avantages fiscaux - et souvent plus en pratique.

Pour minimiser ces risques, il est préférable de confier la gestion de son placement à des professionnels spécialistes de l'investissement en titres non cotés, une « discipline » qu'un simple particulier, fût-il assujetti à l'ISF, aura bien du mal à maîtriser. Ne serait-ce que parce qu'il lui sera difficile de trouver suffisamment de PME attractives pour diversifier correctement son portefeuille de participations.

Cet argument est d'ailleurs très largement mis en avant par les promoteurs de produits collectifs. L'investisseur aura intérêt à s'appuyer sur la compétence de spécialistes, mais aussi à diversifier ses fournisseurs de solutions d'investissement. Autrement dit, à répartir son placement entre un ou plusieurs FCPI, FIP, ou mandat de gestion labellisés ISF.

Ces trois formules présentent des avantages et des risques spécifiques. Les FCPI ont des contraintes d'investissement plus strictes que celles des FIP. Ils ne peuvent s'intéresser qu'à des PME innovantes ayant reçu le label Oseo. Les FIP, quant à eux, doivent respecter des critères régionaux, mais disposent de plus de marges de man?uvre quant à l'activité et à la maturité des entreprises.

Avec les mandats de gestion, l'investisseur ne souscrit pas des parts de fonds réglementés, comme avec les FCPI ou les FIP, mais confie un mandat à un spécialiste du non coté, en lui déléguant le soin de sélectionner les PME, d'y investir et d'en assurer le suivi et la revente. La diversification est parfois moins aboutie que dans les fonds collectifs, mais l'investisseur bénéficie du plafond fiscal de l'investissement en direct - 45 000 euros -, sans en subir les contraintes opérationnelles. Dans tous les cas, pour sélectionner ses prestataires, l'épargnant veillera au niveau des frais récurrents de gestion, ainsi qu'à la part des actifs du fonds ou du mandat ouvrant droit à la réduction.

Une sélection de fonds et de mandats ISF
Nom du produit Société de gestion Investisseur minimun Part du protefeuille
ouvrant droit à réduction ISF
Frais de gestion
(annuel TTC)
Durée de blocage maximum
FCPI A Plus E-business12 A Plus Finance 1000 euros 100% 3,39% 7 ans
FCPI NextStage Cap 2018 NextStage 3000 euros 90% 3,70% 6 ans 1/2
FCPI OTC Multi-valeurs OTC Asset management 1000 euros 100% 3,95% 7 ans 1/2
FIP Art de vivre & filière bois Calao Finance 1000 euros 90% 3,95% 7 ans 1/2
FIP Mezzano II Midi Capital 500 euros 100% 3,95% 7 ans
Mandat Audacia direct PME 2018 Audacia 5000 euros 100% NS 5 ans 1/2
Mandat club deal Midi Capital 5000 euros 100% NS 10 ans 1/2

 

DECLARATION ISF 2012
Cliquez ici pour zoomer sur la cote
des actions, obligations, ...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :