Espagne : austérité mais comptes publics inquiétants

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le gouvernement espagnol a transmis samedi au Parlement un projet de budget d'austérité pour 2013 afin de "surmonter la crise", mais la mauvaise santé des banques pèse sur les comptes, faisant grimper la dette publique et creusant le déficit. Le projet, adopté en Conseil des ministres jeudi, multiplie les coupes budgétaires pour récupérer 39 milliards d'euros, alors que le marché fait pression pour que le pays, quatrième économie de la zone euro, demande un sauvetage financier.

Récession et chômage

"Le budget doit servir de levier pour surmonter la crise et faire revenir la confiance en l'Espagne", a expliqué le ministre du Budget Cristobal Montoro lors d'une conférence de presse. Il "doit ouvrir le chemin de la croissance et de la création d'emploi dans notre pays", a-t-il ajouté, alors que l'Espagne est plongée dans une récession et souffre du taux de chômage le plus élevé du monde industrialisé (24,63%).

Coupes claires

Selon le texte diffusé par le ministère, les prestations chômage baisseront notamment de 6,3%. Les budgets des ministères seront réduits en moyenne de 8,9%, celui de l'Industrie chutant de 21,3%, celui de l'Agricuture de 25,4% et celui de l'Education, de la Culture et des Sports de 17,2%. Même la maison royale sera  mise à contribution, avec une petite diminution de son budget de 4%.

Déficit revu

Mais le texte révèle aussi que la situation des banques espagnoles, fragilisées depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, pèse sur les comptes publics de l'Espagne. Le déficit 2011, initialement évalué à 8,9% du PIB, est ainsi révisé à 9,44%, puis atteindra 7,4% en 2012, alors que Madrid s'était engagé  à le réduire à 6,3% cette année. La révision à la hausse de ces deux chiffres est due aux aides publiques apportées aux banques . Mais ces aides "ne sont pas prises en considération dans la procédure de déficit excessif" prévue par l'Union européenne, car "ce sont des aides publiques que les banques s'engagent à rendre", assure le ministre. Concernant 2012, le gouvernement estime donc qu'il remplira son objectif d'un déficit public à 6,3%, comme promis à Bruxelles.

Manque de crédibilité

Le pays souffre d'un problème de crédibilité vis-à-vis des marchés. Le secteur bancaire espagnol a déjà reçu plusieurs milliards d'euros d'aides du gouvernement et doit encore bénéficier d'une ligne de crédit de la zone euro. Cette dernière lui a promis en juin jusqu'à 100 milliards d'euros, mais Madrid a estimé vendredi que le secteur pourrait ne demander qu'environ 40 milliards. Ce prêt de la zone euro fait aussi grimper la dette publique du pays à 85,3% du PIB fin 2012 puis 90,5% en 2013.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2012 à 7:06 :
Supprimer le budget alloué à l' éducation, à la Culture et aux Sports, ne plus indemniser les chômeurs, ne plus payer les retraites, voici des signaux forts pour rassurer les marchés.
Réponse de le 02/10/2012 à 14:49 :
Les économies ça vous connaît ! (Le pire c'est que c'est ce qu'il faudrait faire en fait...)
a écrit le 29/09/2012 à 23:22 :
Nos amis socialos sont passés par la , mais nous ici en France nous controlons la situation
nous chassons les riches et les chefs d'entreprise ensuite nous remettrons tous les chomeurs au boulot dans la fonction public ou dans les conseils généraux ou les mairies .......
Réponse de le 30/09/2012 à 10:40 :
Parce que vos amis "riches, ceux qui créent de l'emploi gnagnagna gnagnagna....."' ce ne sont pas eux qui ont planté l'économie ? Quant à la fonction publique que vous critiquez, allez aux urgences cet après midi et racontez moi ensuite qu'ils sont trop nombreux.
Réponse de le 30/09/2012 à 14:36 :
Un petit coucou de l etranger , après une revente de ma petite structure , je m interdit de dépenser en France ce qu il reste de ces économies ou la vie est bien trop chère ... Mon repreneur , prudent en à profite pour dégraisser de 35 % mon ancienne structure , dommage pour eux ... Merci la gauche pour ce climat de terreur qui favorise la prudence au lieu d encourager la témérité ... Je garde une résidence secondaire dans le sud ou je reviendrai l été ... Investir à l étranger est simple, le regard des gens à qui vous proposez des emplois est amical , pas de spoliations de vos investissements par des charges ou taxes stupides ...
Réponse de le 30/09/2012 à 15:50 :
C'est dingo! Vous aussi vous avez remarqué qu'arriver à l'étranger avec de l'argent, on est bien accueilli !!! Y sont normaux tous ces eStrangers !!! Y sont pas comme nous les "mougeons" moitié mouton, moitié pigeon, nous qui vénérons Jean Pierre Pernaut et Jean Pierre Gaillard les gourous de l'économie Francaise.
Pardon à Fréderic Bastiat le plus grand économiste Francais (1801/1850) qui doit se retourner dans sa tombe, face à l'inculture économique des mougeons francais, bien orchestrée par nos "élites"!
a écrit le 29/09/2012 à 19:21 :
Il n'y a rien de surprenant, une croissance par de la dette pour gonfler l'immobilier ce qui donne 3 à 5% de croissance totalement bidon est exactement l'erreur que nous avons TOUS fait, pendant cette croissance on s'y croit et on ferme les usines. Si vous ajoutez à tout ça des fonctionnaires pour simuler de l'emploi (car c'est de la dette) et bien vous pouvez COUPER HACHER DECOUPER MELANGER tout ce que vous voulez ça ne donnera rien ! C'est aussi débile que d'espérer cuire des pâtes sans eau ! La France est exactement dans le même scénario mais avec en plus un social totalement démesuré et pire encore "injuste" car les plus démunies ont finalement exactement le même mode de vie qu'un smicard qui travaille.
Réponse de le 30/09/2012 à 10:45 :
Bien, évidemment; la crise c'est la faute aux chomeurs qui ne veulent pas travailler et aux aides trop nombreuses ! Ben pardi ! C'est si simple ! Dans ce cas, faites comme tous "ces feignants", profitez en vu que c'est si pratique ! On voit que vous n'avez pas connu le chômage. allez raconter ça aux milliers de salariés qui perdent leur emploi parce que c'est moins couteux de fabriquer en Turquie, au Maroc ou en Slovaquie qu'en France. Allez leur raconter que c'est à cause des aides trop généreuses qu'on en est là (car c'est bien là le sens de votre message, non ?).
Réponse de le 30/09/2012 à 12:49 :
@ toto Vous devriez pousser un peu votre raisonnement et vous devriez arriver à la conclusion que c'est tout ce social "que le monde nous envie" qui plombe le travail productif pro-duc-tif (qui fait de la richesse de la valeur ajoutée). Permettez moi de vous rappeler que les charges retirées/ soustraites/ prélevées de votre paye représentent +- 45% que vous les appeliez charges patronales ou salariales elles sortent de votre salaire. Puis impots/taxes ... Tous ces prélèvements vous privent de votre choix de dépense et de mise en concurrence sur vos dépenses. J'étais assuré à 100% en maladie pour 1600?/an je vous laisse faire le calcul mensuel et de le comparer à votre fiche de paye. Je dis fiche de paye car compte tenu de vos propos vous ne pouvez etre ni un entrepreneur ni un artisan.Lorsque j'étais artisan patron je faisais faire par chaque employé ses cheques à chaque organisme social "cleptomaniaque". Je prenais bien soin de leur montrer leur salaire Brut avant que l'Etat pour leur Bonheur ne l'ampute. Ils faisaient aussi tous les cheques des impots/taxes machin et autre de la société à tour de role. Je n'ai jamais eu de demande d'augmentation salariale ...Bon! c'est vrai, ils avaient tous minimum bac +2 ....eux.
Réponse de le 30/09/2012 à 15:26 :
@TOTO : C'est amusant les gens qui répondent sans rien savoir. Mon cher TOTO, je suis inscrit à l'ANPE mais comme je suis trop "con" et voulu être entrepreneur, j'ai payé pendant des années pour que vous puissiez faire votre commentaire ridicule, car il se trouve que je n'ai DROIT A RIEN et que j'ai pourtant payé ! Alors qu'en vous dites "PROFITEZ-EN" vous êtes exactement les coupables que je montre du doigt CAR OUI il s'agit non pas "d'aides" mais "d'EN PROFITER", pour finir il faudra m'expliquer pourquoi une personne qui ne fout rien .(et oui toto j'en connais) touche l'APL et la CMU avec portable, télé, bagnole et en plus va chercher sa bouffe gratos aux restau du coeur en pleurant.. Alors en effet il y a des responsables mais c'est tellement plus simple de dire que c'est la faute aux autres. Pour mémoire il y avait des riches en 1970 et pas de chômage, à votre avis on était en esclavage ? Pour finir j'imagine que vous êtes Européen et tout le blabla alors dans ce cas ne vous plaignez pas.
a écrit le 29/09/2012 à 18:17 :
C'est désespérant , l'Espagne va rejoindre la Grèce ;soit l'austérité n'est pas là où elle devrait être, soit les comptes publiques sont mal gérés .Depuis longtemps les choix économiques du pays étaient mal orientés et la crise en fait payer le prix.
Réponse de le 30/09/2012 à 12:07 :
Spéculation immobilière.
Le résultat est bien connu
a écrit le 29/09/2012 à 16:00 :
On se doute que l'Espagne est partie pour s'enfoncer dans la dépression.. quelle arnaque!
Au fait les "marchés" bien que le min fin français refuse de dévoiler les possesseurs de titres de dette, doit se rapprocher des acteurs de la bourse, non?
Une piste: 70 à 85% des opérations sont traitées en high frequency trading, ces opérateurs robotisés étant tenus en quasi totalité par les grandes banques occidentales (Wall St et la City en particulier)
Alors, combien pour les dettes souveraines ?
Réponse de le 30/09/2012 à 9:36 :
l'urgence est de mettre au grand jour les quelques milliers de traders et de décideurs qui nous dominent ,une fois clairement identifiés , le peuple vérifiera qu'ils ne sont pas élus
Réponse de le 02/10/2012 à 14:57 :
Non seulement ils ne sont pas élus mais ils ne sont même pas humains pour une grande part (il s'agit de machines)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :