Le plan de soutien du secteur bancaire définitivement adopté

 |   |  216  mots
Les sénateurs ont adopté mercredi soir le plan de d'urgence en faveur des banques. L''Assemblée nationale s'était déjà prononcée en faveur de ce texte mardi.

Après l'Assemblée nationale mardi, le Sénat a adopté ce mercredi soir le plan de d'urgence en faveur des banques, dont le montant pourrait atteindre 360 milliards d'euros, par 200 voix contre 29. La majorité (UMP et Nouveau Centre) a voté pour, tout comme les radicaux. En revanche, le Parti socialiste s'est abstenu et les communistes et les Verts ont voté contre.

Nicolas Sarkozy avait révélé lundi après-midi la teneur du volet français du plan de soutien du secteur bancaire dans la droite ligne des décisions des pays de la zone euro dimanche soir et du G7, le club des sept les plus riches de la planète dont fait partie la France, vendredi soir. 

Ce plan prévoit notamment un fonds pouvant atteindre 40 milliards d'euros afin de recapitaliser les banques qui en auraient besoin. Pour l'instant, seule la franco-belge Dexia en a eu besoin pour un milliard côté français (plus deux milliards apportés par la Caisse des dépôts). Par ailleurs, Paris va mettre en place un système de garantie "payante" des prêts interbancaires jusqu'à 320 milliards d'euros.

La Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie ont elles aussi lancé ou annoncé leurs plans de plusieurs dizaines voire centaines de milliards d'euros afin de soutenir leurs systèmes bancaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 15:03 :

Un petit éditeur de Bruxelles, Bernard Gilson, reçoit d?Italie un manuscrit écrit par un parisien kabyle (Nasser) qui habite Rome depuis 20 ans. Ils s?en amourachent, sa femme et lui, et décident de le publier en un temps record pour le faire sortir ce 15 septembre.


Petit livre de 128 pages exquises, où les odeurs de la méditerranée flirtent avec l?humour subtil et l?émotion, ? La mémoire de l?anchois? fait son bonhomme de chemin d?une librairie à l?autre, d?une Fnac à l?autre, en silence et sans aucun artiche de presse !



? La mémoire de l?anchois?, révélation silencieuse de cette rentrée, est la victoire du bouche à oreille, de David parmi beaucoup de Goliath, et, surtout, de la qualité littéraire. La preuve, on vient de lui attribuer le titre symbolique de la « Meilleure vente dédicace à Rome ».



Pour votre copie en service de presse, un mail à :

gerladine@bernardgilson.be



Veuillez, enfin, trouver ci-joints deux liens que je vous souhaite de lire agréablement et bonne journée.



Maria
de Rome


a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sauver les banques c'est bien, mais ne confondons pas les banques avec des dirigeants souvent incapables et omnipotents. Ceux là ne doivent pas être sauvés, mais encaisser leur responsabilité. Si une banque doit être sauvée par un apport gouvernemental, il est logique que ses dirigeants soient licenciés sans indemnités et sans parachutes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On nous dit que la majorité a voté pour. Non, c'est "la majorité de la majorité". Il y a eu en effet 224 voix pour, or l'UMP et le Nouveau Centre ont 340 sièges.
Où sont passés les autres? Et pourquoi n'ont-ils pas voté pour?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a danger... dépêchons nous de retirer nos euros avant qu'il n'y en ait plus dans les banques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :