Le Medef lance son comité des Sages sur les rémunérations patronales

 |   |  426  mots
Le Medef vient d'annoncer ce mardi la composition et les modalités de fonctionnement du comité des sages présidé par Claude Bébéar.

Très attendue, la composition du comité des Sages, chargé de mettre de l'ordre dans les rémunérations patronales, vient d'être annoncée ce mardi par le Medef. Sous la présidence de Claude Bébéar, président d'honneur d'Axa, président de l'Institut Montaigne et de l'Institut du mécénat de solidarité, le Comité des Sages est composé des personnalités suivantes:
- Pierre Bellon, président fondateur de Sodexo, président de l'Association internationale Stop Hunger ;
- Jean-Pierre Boisivon, professeur émérite à l'université de Paris II Panthéon-Assas, président d'honneur des Meilleurs Ouvriers de France ;
- Gérard Brémond, PDG du groupe Pierre et Vacances, président de la Fondation Ensemble (humanitaire et développement durable) ;
- Dominique Hériard-Dubreuil, président du conseil d'administration de Rémy Cointreau, administrateur du Comité Colbert et de la Fondation de la deuxième chance ;
- Françoise Holder, administrateur du groupe Holder, vice-présidente de l'association Force Femmes ;
- Alain Joly, ancien PDG et président du conseil de surveillance, administrateur de L'Air Liquide SA, actionnaire cofondateur et investisseur dans le fonds d'investissement Business Angel des Cités.

Le Comité des Sages est compétent, rappelle le Medef, pour les sociétés qui adhèrent au code Afep-Medef, au cas où elles recourent massivement au chômage partiel ou à des plans sociaux de forte ampleur. Son rôle est de contribuer à la bonne application des principes de mesure, d'équilibre et de cohérence des rémunérations des mandataires sociaux définis par le code.

Les avis du comité portent sur la totalité des rémunérations (fixes, variables, options, indemnités de départ, retraites, etc.) des mandataires sociaux.

Le comité peut être saisi par les conseils d'administration ou de surveillance, par les comités de rémunérations ou par les assemblées générales dans le respect du droit des sociétés, la saisine pouvant avoir lieu "ex ante" ou "ex post" de la décision. Il est recommandé aux entreprises de le saisir dès qu'elles peuvent être concernées, en adressant leur demande à une adresse e-mail.

Les décisions du Comité des Sages sont confidentielles et ses avis s'adressent à l'instance l'ayant saisi ainsi qu'au conseil d'administration de l'entreprise concernée. Le Comité se réserve la possibilité de communiquer sur ses avis s'il estime qu'il n'en a pas été tenu compte de manière appropriée.

Le Comité des Sages se réunira pour la première fois le 20 mai prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
un comité composé exculsivement de grands patrons, c'est comme les conseils d'administration, ils ne se refuseront pas une augmentation sinon, quand viendra leur tour.... bande d'hypocrites va!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Le comité peut être saisi par les conseils d'administration ou de surveillance" c'est à dire par les potes comme cela pas de lézard, pas de mouches dans le lait.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
cosmique, cosmétique , anticeptique , comique et hygienique
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment ces personnes seraient elles devenues "sages" d'un coup ? Ne l'étaient pas avant ? En fait, se sont bien les mêmes ou leurs acolytes qui ont autoriser les excès passè. Une fois de plus le célébre Pékin Lambda se sent floué.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
super ... mais la question primordiale est : "est ce que bordeaux sera champion?"
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
aprés l'affaire de l'UIMM cela ne fait pas sérieux. Les Patrooooooons c'est comme les cochooons, cela ne mérite qu'une volée de ploooooooomb et la seule chose que cela sait faire c'est de voler ses propres frères....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Avec à sa tête Claude Bébar, ce "comité des sages" (défense de rire) donne des frissons. Grands patrons, contentez vous de vous servir dans la caisse mais par pitié, évitez de nous prendre pour des imbéciles. C'est vexant.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ils se sont augmentés pour se mettre au diapason des patrons américains. Le problème est que là-bas personne ne veut d'un patron français. En ce moment, ils se gavent tous à coups de stock-options (les actions étant très basses) ou d'actions gratuites. Le scandale éclatera dans 4 ans.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comment expliquer le sérieux du President quand vous savez
qu'il est parti de zéro à la sortie de Polytechnique,dans
une petite mutuelle de province et qu'il est devenu grace
à ses actions,stock-options etc....une des fortunes de FranceCe qu'il veut controler pour les autres,il en a bénéficier à une grande échelle,mais il faut reconnaitre
sa trés grande reussite d'avoir créer un trés grand groupe
mondial et d'avoir sauvé de trés nombreux emplois
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce comité n'est mis en place que pour réduire la pression de l'opinion publique. Il ne dispose d'aucun pouvoir de coercition. Il n'en veut d'ailleurs certainement pas. Un moyen de limiter les abus des rémunérations des grands dirigeants est la présence obligatoire d'un représentant des salariés au comité de rémunération et cette disposition est très facile à mettre en oeuvre. Il manque la volonté et le courage politique de nos gouvernants...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Y'a pas à dire, en France même en temps de crise on a de l'humour...
Mettre Bébéar roi des cumulars en jetons de présence divers et variés dans une bonne dizaine de conseils d'administration chef de ce commité... J'en ai mal aux côtes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le président d'AXA, président du "comité des sages". j'me marre comme aurait dit Coluche.
Mme PARISOT a finalement décidé de créer un comité sur les rémunérations patronales, après avoir "freiné des 4 fers" et résisté aux injonctions du gouvernement.
Je constate que ses compétences sont limitées, réservées aux licenciements "massifs" et peu transparentes. Je le regrette vivement.
De plus il n'y a pas de représentant des petits actionnaires me semble t-il.
On a vu plusieurs dirigeants "redresser" des "boîtes" à coup de licenciements massifs et être félicités. Je ne vois pas pourquoi.
Je les aurais félicités si ils avaient redressé l'entreprise en gagnant des parts de marché, en augmentant le chiffre d'affaire et en embauchant des salariés supplémentaires. Là ils auraient eu du mérite.
Sur le fond, je me demande quelle plus value les dirigeants de ces grandes entreprises, apportent pour mériter ces rémunérations. Ce que leur présence apporte aux entreprises, de plus que le travail des cadres et des employés de l'entreprise. Ne me dites pas la disponibilité, la compétence, l'investissement, les autres salariés aussi.
Ces "grands patrons", je dirais "dirigeants" étant comme les autres des salariés d'entreprises qu'ils n'ont pas crée pour la plupart (à la différence des Patrons de PME qui en sont souvent à l'origine, sur leurs deniers personnels et qui baissent leurs revenus quand la "boîte" va mal) je leur propose de se rémunerer en fonction de 3 critères: % d'augmentation du CA depuis leur arrivée, % d'augmentation ou de baisse du nombre de salariés, % de l'activité à l'exportation qui est celle qui enrichit la Nation.


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :