La Tribune

Découvrez le contenu carbone du panier de la ménagère

Copyright AFP
Copyright AFP
latribune.fr  |   -  439  mots
Que pèse une pomme, un pack de lait ou un parfum en terme de contenu carbone ? Une étude publiée jeudi par le ministère du Développement durable, la première du genre, révèle qu'en 2009, chaque Français a acheté en moyenne 700 kg d'aliments, de boissons et de produits de droguerie, parfumerie et hygiène, soit l'équivalent de 1,4 tonne de CO2.

L'impact du panier moyen de la ménagère sur l'environnement est enfin dévoilé. Pour la première fois, une étude, publiée ce jeudi par le ministère du Développement durable, s'est penchée sur le sujet. Résultat : le panier de courses annuel de chaque Français pèse 700 kg, et représente 1,4 tonne équilavent CO2. Il se compose bien évidemment de la nourriture, des boissons, mais aussi des produits d'hygiène et d'entretiens et des aliments pour animaux.

Plus mon panier est lourd plus il contient de CO2 ? Pas forcément...

Réalisée auprès de 20.000 ménages et basée sur les données de 2009, les dernières disponibles, l'étude, menée par le cabinet Greenex, a été effectuée sur la base de l'analyse du cycle de vie d'un millier de produits génériques. Elle infirme une idée reçue : ce n'est pas le poids qui détermine l'impact carbone. Pour preuve, les fruits et légumes pèsent lourd en poids (20% du panier moyen) mais n'impactent le contenu carbone qu'à hauteur de 7%. A l'inverse, les produits non-alimentaires représentent 11% du poids total des courses, mais contribuent à hauteur de 26% de son revenu carbone.

Les emballages peuvent représenter jusqu'à un tiers du contenu carbone d'un produit

L'étude valide la stratégie de plus en plus de marques, qui choisissent de lutter contre le sur-emballage des produits pour réduire leurs coûts et minimiser l'impact sur l'environnement. Ainsi, les seuls emballages comptent pour 8% du contenu carbone de ce panier des ménages, ce qui représente une production annuelle de 100 kg de papiers, plastiques, verre et cartons. Ils peuvent même "peser" jusqu'à un tiers du contenu carbone d'un produit, notamment les eaux minérales, les boissons gazeuses, les alcools et les produits laitiers.

Un agriculteur pèsera moins en "bilan carbone" qu'un retraité, un retraité moins qu'un couple avec deux enfants

L'origine socio-culturelle du ménage fait également la différence en terme de "bilan carbone". L'agriculteur, qui consomme largement les produits de sa ferme (oeufs, légumes, volailles etc) affichera un contenu carbone bien plus faible (-23% par rapport au panier moyen) alors que celui d'un retraité peut être jusqu'à un quart supérieur parce qu'il se prépare essentiellement ses repas à domicile avec des produits achetés.

Dans le même ordre d'idée, un couple avec deux enfants adolescents consommera plus de viandes et produits laitiers avec un plus lourd contenu carbone qu'un couple de personnes âgées, plus porté sur les fruits et légumes, les poissons et les produits pour animaux.

Réagir

Commentaires

aquablue03  a écrit le 25/06/2012 à 12:35 :

Est-ce qu'on a pensé à instaurer pour les consommateurs une taxe revenu escroqueries que nous devraient ceux qui nous appauvrissent , pourcentage à l'appui par année de déficit organisé , à effet rétroactif et effet judiciaire !
Les escrocs sont punis par la loi normalement ... comment se fait-il que ceux-là passent au travers des mailles d'un filet , le poisson est pourtant gros ????
AAHHH ! il a bouffé le filet ??? Le remplacer.... ou changer l'argent ...!
Faudrait p't-être faire plus qu'y songer finalement , ça urge !

aquablue03  a écrit le 23/06/2012 à 23:22 :

""" Un agriculteur pèsera moins en "bilan carbone" qu'un retraité, un retraité moins qu'un couple avec deux enfants """

Et que pèsera un agriculteur retraité avec un enfant adulte alors ?
De qui se moque - t - on ?
Ce ne sont pas les consommateurs qui demandent des emballages sous vide à outrance !
Ce n'est pas parce que c'est pratique à saisir et déposer dans un caddie que la marchandise emballée est meilleure , sans traitement , sans OGM , sans forçage ! Mais avec des rubans , des couleurs inconnues , des produits qui sortent des laboratoires tous beaux , prêts pour une campagne d'accoutumance aux nanotechnologies , de la poudre au yeux , on finit par dépasser les limites , de sel , de sucres , d'édulcorants intenses (aspartam ), d'emballages qui nous coûtent chers , et cette taxe , ce sont les fabricants et distributeurs qui devraient s'en acquitter , car dans leur marge , ces matériaux sont déjà comptabilisés et à la charge du client !
Arrêter de prendre les gens pour des cons , renverser le sens de sortie de la vapeur serait pas mal et une bonne marche à suivre et sur du long terme !



hemingway  a écrit le 13/04/2012 à 18:30 :

Ras le bol de ces recommandations à la con! moi je mange ce que j'ai envie de manger et je me tape de mon empreinte CO2!

Gaïa  a écrit le 13/04/2012 à 10:30 :

T'a raison Zeus, mon petit chou, y en a marre... Buvons un coup de nectar, et recommençons une nouvelle humanité, comme en 40.
Mais si cela foire encore, je te ramène Ouranos. Alors prend garde à toi.
Ta maman qui pense à toi.

ZEUS  a écrit le 13/04/2012 à 6:38 :

On nous fait avaler n'importe quoi. S'il y a des efforts à faire en matière de pollution, l'impact de la population de notre terre est minime comparé aux volcans. Taxons les volcans.

mig  a écrit le 13/04/2012 à 1:15 :

Trés faible l' étude !

Trois rappels  a écrit le 12/04/2012 à 21:30 :

Le CO2 n'est pas un polluant : c'est même un élément naturel indispensable à la vie des plantes, donc à la vie tout court. Par ailleurs, les émissions naturelles de CO2 sont infiniment plus importantes que les minuscules émissions humaines. Enfin, les variations naturelles du taux de CO2 dans l'atmosphère suivent les variations climatiques mais ne les précèdent pas : le CO2 ne peut pas être à l'origine des variations climatiques. Consommateurs, producteurs, vous pouvez émettre tout le CO2 que vous pourrez, cela n'a strictement aucun impact sur le climat : ce n'est pas une pollution. Il est désormais important de s'opposer aux taxes fondées sur les imprécations sectaires des idéologues de l'Eglise de Climatologie. Il est temps de sanctionner dans les urnes les gouvernements qui nous ont imposé ces taxes iniques sans autre but que de réduire notre liberté.

Monfred Man  a écrit le 12/04/2012 à 19:58 :

Et alors ? Le consommateur n'achète que ce qu'il trouve dans les étales.

yvan  a répondu le 13/04/2012 à 10:37:

Malheureusement très juste...