Guillaume Sarkozy : mieux gérer les risques, le défi de la protection sociale

 |   |  996  mots
Guillaume Sarkozy, interrogé par Philippe Mabille dans le cadre du club Entreprises La Tribune-CCIP.  Photo G. Brehinier/CCI Paris Idf
Guillaume Sarkozy, interrogé par Philippe Mabille dans le cadre du club Entreprises La Tribune-CCIP. Photo G. Brehinier/CCI Paris Idf (Crédits : Reuters)
Face au déficit bientôt insoutenable, il y a urgence à réformer, souligne Guillaume Sarkozy, le Délégué général de Malakoff Médéric. Il préconise une protection sociale plus active donnant un rôle accru aux assureurs dans la gestion du risque, fondée sur la constitution de réseaux de soins et une véritable politique de prévention s’appuyant sur l’entreprise.

Il y a urgence. Et, cette fois, on ne pourra pas reculer. Notre modèle de protection sociale doit être profondément revu, sous la pression du vieillissement et d'une croissance plus faible. "Et pas dans cinq ans. Il faut agir dès 2014", estime Guillaume Sarkozy, Délégué général du groupe de protection sociale Malakoff Médéric. Invité vendredi 21 février du club Entreprises La Tribune-CCI Ile de France, l'ancien vice-président du Medef en charge de la protection sociale a répondu clairement aux interrogations sur un énième report des réformes.

Si, au début des années 2000, le maintien de la protection sociale en l'état pouvait être une option, la crise est passée par là : « le PIB de la France est aujourd'hui au niveau de celui de 2007 » souligne Guillaume Sarkozy. « Si la croissance avait été de 2,5% par an au cours des six dernières années, comme on l'attendait avant la crise, nous aurions aujourd'hui un PIB plus élevé de 17,5%, avec, à la clé, autant de recettes de cotisations sociales en plus pour les régimes sociaux. C'est donc l'équivalent de 17,5 points de cotisations qui ont été perdus ».

Deux points de PIB de déficits annuels en 2020

D'où des déficits, bientôt insupportables : selon les dernières projections financières du Conseil d'Orientation des Retraites, le besoin de financement annuel du système de retraite se situerait à l'horizon 2020 entre 20 à 22 milliards d'euros pour les régimes de retraite. Avec la réforme des retraites 2013-2014, ce déficit serait ramené à 13,5 milliards mais il faudra ajouter « une quinzaine de milliards pour la maladie », selon le Haut Conseil pour l'Avenir de l'Assurance-maladie. Soit un déficit annuel de presque deux points de PIB au début des années 2020, au moment où la France prendra de plein fouet le choc du vieillissement. « Il est évident qu'on ne va pas relever les cotisations de 17,5 points pour combler le trou », relève Guillaume Sarkozy.

Il faut donc trouver des solutions sauf à voir le modèle social sombrer dans la faillite. Bien entendu, « la Sécurité Sociale ne sera pas privatisée, il ne faut pas le faire, elle est essentielle pour organiser une redistribution dans un esprit de solidarité », répond le Délégué général de Malakoff Médéric. « Mais il faut l'adapter ». Cela passera selon Guillaume Sarkozy par une reconfiguration du rôle de l'assurance maladie, et par une implication beaucoup plus grande des assurances complémentaires santé, alors que l'Accord National Interprofessionnel (ANI) de janvier 2013 veut justement les généraliser.

Développer des réseaux de soins

Problème, selon le patron de Malakoff-Médéric, le modèle qui a été bâti, sur lequel le système fonctionne encore majoritairement, est celui de complémentaires qui paient sans aucun droit de regard : la Sécurité Sociale décide ce qui est remboursé et les complémentaires… complètent, assumant ce qui ne l'a pas été par le système public.

Les complémentaires santé voudraient donc développer les réseaux de soins, ces accords avec les professionnels de santé reposant sur la contractualisation, qui permettent à l'assuré d'avoir accès à des soins de qualité à des prix négociés et donc de réaliser des économies substantielles. « Dans l'optique, notre réseau de soins, Kalivia, permet aux assurés de payer 30% de moins, ce n'est pas rien », relève Guillaume Sarkozy. Un modèle qui pourrait être étendu à bien d'autres domaines… « sauf que la loi nous l'interdit », déplore-t-il.

Sortir du paiement à l'aveugle

Les complémentaires santé remboursent à leurs assurés des dépassements d'honoraires médicaux qui vont jusqu'à cinq fois le tarif de la Sécurité Sociale, sans savoir en quoi ils se justifient. Plus généralement, « on assure un risque sans pouvoir calculer son coût »… ce qui est évidemment gênant pour un assureur.

Ce que revendique Guillaume Sarkozy, c'est donc une capacité à gérer ce risque : cela passe selon lui par une plus grande transparence de l'information, « dans le respect de l'anonymat des assurés » - « la Caisse Nationale d'Assurance Maladie conserve par devers elle nombre de données qui pourraient être utiles pour améliorer les dispositifs de prévention, elle ferait bien de les partager » - et par la possibilité de contractualiser, pour créer un ensemble de réseaux de soins. « Notre métier, demain, passera par la constitution de plateformes, qui nous permettront de coordonner des parcours de soins. Nous jouerons un rôle d'orientation pour les assurés qui le souhaitent ».

La responsabilité de l'individu et de l'entreprise

Dans ce modèle, la Sécurité Sociale s'occuperait davantage des risques de santé les plus lourds et de ceux qui ont le plus besoin de protection. « Il faut une protection sociale co-active » dans laquelle l'individu serait reconnu et le rôle de l'entreprise renforcé. L'individu pourrait, s'il le souhaite, se faire dépister ou suivre un véritable « coaching » santé. Ces services seraient proposés par l'assureur et l'assuré pourrait y avoir accès dans son entreprise. Une telle politique serait, selon lui, gagnante à la fois pour les particuliers, les entreprises et les complémentaires santé.

Dans le cadre de l'Accord National Interprofessionnel, qui prévoit la mise place d'une complémentaire santé pour tous les salariés à compter du 1er janvier 2016, les partenaires sociaux ne pourront plus, au nom d'une branche d'activité, désigner un seul assureur, mais pourront en recommander un ou plusieurs aux entreprises adhérentes. « Il faut savoir que la désignation d'un assureur par toute une branche permet de baisser les tarifs » souligne-t-il. « Tout simplement parce que cela enlève les coûts de prospection des entreprises. ». Mais au terme d'une longue bataille juridico-législative, ces clauses de désignation ont été interdites. Cette ouverture du marché n'inquiète pas outre mesure Guillaume Sarkozy : « nous avons des réseaux de distribution pour affronter la concurrence », assure-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2014 à 20:17 :
marre de cette mafia
a écrit le 26/02/2014 à 0:30 :
Retour aux sources : De Gaulle doit se retourner dans sa tombe !
a écrit le 25/02/2014 à 16:38 :
mr Sarko 2 preche pour sa paroisse
a écrit le 25/02/2014 à 13:40 :
Grace aux réseaux de soins, je paie moins chers mes soins, depuis 5 ans mes cotisations mutuelles ont augmentées de 25 % et mes prestations de 5 %, alors que mon assureur les paie moins chers ??? Il y en a qui s'enrichissent sans le dire.
Réponse de le 25/02/2014 à 19:03 :
Si votre cotisation a augmenté (comme pour nous tous), c'est que l'État ponctionne grassement lesdites complémentaires. Et à coups de milliards d'euros. Et chaque année toujours plus. De plus, ce sont vous et nous tous qui payons les chèques complémentaires santé, ainsi que la CMU, tout comme l'AME et l'AM+. Il est toujours facile de faire de la solidarité avec de l'argent qui ne leur appartient pas. Ainsi va la vie.
a écrit le 25/02/2014 à 13:04 :
ce groupe nous versent les pensions complementaires argo et aggir depuis la mensualisation les frais de fractionnement sont d 4, 67% en moins sur les pensions mensuelles, a savoir malakoff a investi avec les sommes des cotisations salariales et patronnales dans le mobilier et immobilier avec des depreciations boursieres de 56 % , avec la benediction des syndicats et patronnat
a écrit le 25/02/2014 à 12:32 :
Je m'étonne que, dans une situation complexe, on en revienne souvent à des positions à l'emporte pièces, de parti pris (d'un côté, de l'autre ou du troisième). Il faut, dans le cas présent, rappeler que Guillaume Sarkozy est délégué général de Malakoff-Médéric, qui est une institution de prévoyance paritaire, c'est-à-dire dont le CA est constitué de représentants du patronat et des syndicats nationaux de salariés. Je n'ai pas entendu dire qu'on s'y écharpât, au contraire.
Je ne dis pas qu'il faille partager les solutions de G Sarkozy, mais de là à avoir peur de tout… Il faut bien qu'on trouve un moyen pour consacrer des ressources croissantes au sanitaire et au social quand nos ressources globales ne sont pas vraiment en progression. Il faut bien aussi responsabiliser tout le monde. C'est la différence, qu'il a bien marquée entre la solidarité collective, conventionnelle et le complément qui est contractuel, entre financeurs, acteurs du soin et citoyens bénéficiaires.
Tout ça me rappelle un peu les fantasmes sur SESAM-Vitale, carte qui paniquait à la fois les professionnels (contrôle terrible, otages etc.), certains groupes dans la société (contrôle, horreur) et de nombreux fonctionnaires aussi. Résultat : presque 20 ans pour cette avancée, dont personne aujourd'hui ne se plaint, que je sache.
Nous avons un avenir difficile et nous devons discuter sérieusement pour, justement, sauver notre système social, qui est un fondement de notre contrat social national.
a écrit le 25/02/2014 à 12:05 :
Les assurances privées dans la santé ne vous assurent que si vous êtes en parfaite santé !!!
C'est l'interprétation "moderne" de l'assurance. Les seuls assurés dans l'histoire c'est eux !!!
Bonjour la régression sociale, humaine, intellectuelle !!!
Ils veulent bien vous assurer mais à condition de ne prendre aucun risque !!!
a écrit le 25/02/2014 à 11:59 :
« on assure un risque sans pouvoir calculer son coût »

En quoi cela gène l'assureur ? Il n'est en rien contraint d'assurer un risque "santé" s'il ne le souhaite pas.
Réponse de le 25/02/2014 à 14:12 :
La lisibilité est moindre, ça ne permet pas de "s'organiser". Un peu comme le compte courant en banque, il est utilisé pour rapporter (à la banque qui en dispose) mais très volatile, on peut le retirer n'importe quand, un placement a une durée, et est plus "stable". Pareil si les assurés vont où ils veulent, tarifs pas jugulés, aléatoires, pas calibrés. La rentabilité s'en ressent, très mauvais ça.
Réponse de le 25/02/2014 à 20:56 :
au contraire. Les dépenses santé au niveau d'une population aussi large que celle du pays, sont au contraire extrêmement prévisibles et ne sont jamais affectées par des impondérables. Il est beaucoup plus hasardeux pour un assureur de faire de l'immobilier.
a écrit le 25/02/2014 à 11:42 :
L’État providence .... c'est fini .... allocs et cie !
a écrit le 25/02/2014 à 11:39 :
tout simplement mettre fin à la sacro-sainte "sécu" .... uniquement les mutuelles et assurances privées !
a écrit le 25/02/2014 à 11:23 :
Dit autrement : comment laisser les risques majeurs à la charge de la nation et faire des bénéfices sur l'assurance des des risques mineurs.

Dit encore autrement : les souffreteux à la charge de l'état et les autres en bonne santé chez nous.
a écrit le 25/02/2014 à 10:56 :
"L'individu pourrait, s'il le souhaite, se faire dépister". Et s'il ne le souhaite pas ? Il est présumé coupable et sera moins remboursé pour mise en danger de sa santé ?
Réponse de le 25/02/2014 à 11:17 :
Pas forcément, mais avec l'assurance représenté par ce Monsieur vous appliquera une surprime de cotisation, puisque si vous faîtes un dépistage c'est que vous êtes une risque potentiel …
a écrit le 25/02/2014 à 10:48 :
Et le jour où il n'y aura plus d'entreprises...
Réponse de le 25/02/2014 à 11:04 :
... Et le jour où il n'y aura plus de sécurité sociale, plus d'assurance chômage, plus d'hôpitaux, plus de logements HLM etc, mais que des assurances privées, des cliniques privées, plus de filets de sécurité, alors là, effectivement, on vivra si bien, vive le retour à la jungle ! C'est ce que vous voulez ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :