Les difficultés financières, premier risque pour les dirigeants de PME

 |   |  386  mots
37.000 dirigeants de PME (environ 1/5) considèrent que leurs salariés auraient besoin d'un mise à niveau, soit 1,3 million de salariés. (Photo : Reuters)
37.000 dirigeants de PME (environ 1/5) considèrent que leurs salariés auraient besoin d'un mise à niveau, soit 1,3 million de salariés. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Plus d'un dirigeant français de PME sur trois s'estime exposé au risque de difficultés financières et place ces risques devant ceux d'atteinte à l'image ou à la sécurité des données, selon un sondage réalisé pour la société Apave, spécialisée dans la maîtrise des risques en entreprise.

L'argent est bien le nerf de la guerre pour les dirigeants des PME françaises. Atteintes à l'image, à la sécurité des données, à la qualité des produits, non respect de la réglementation : tout a été revu en détail par l'institut de sondage TNS-Sofres, qui a demandé aux patrons de PME, pour l'entreprise Apave, ce qu'il craignent le plus. Résultat : plus d'un chef de petite ou moyenne entreprise sur trois (37%) se dit "assez" ou "très" exposé aux risques financiers. Ceux-ci considèrent d'ailleurs, dans une proportion similaire, que le risque est en "augmentation".

L'image en deuxième position

Viennent ensuite, parmi plusieurs risques proposés aux sondés, ceux relatifs à l'image et à la réputation de l'entreprise (33%), puis ceux portant sur la qualité des produits (31%) et le non-respect des règlementations (22%).

Les risques liés à la sécurité des données de l'entreprise et de ses clients arrivent en cinquième position, avec un sondé sur cinq s'estimant exposé. Parmi ceux qui se sont dit concernés, 13% considèrent leur entreprise comme étant "mal armée" pour y faire face, soit, par extrapolation, 23.000 entreprises.

1,3 million de salariés ont besoin d'une remise à niveau

Par ailleurs, selon le sondage, près de 80% des dirigeants considèrent que leurs salariés sont suffisamment formés mais, dans le même temps, 17% se disent exposés à un risque de "décrochage professionnel" de leurs salariés en terme de compétences.

En rapportant les données au nombre de PME en France, le sondage conclut que "37.000 dirigeants (environ 1/5) considèrent que leurs salariés auraient besoin d'un mise à niveau de leurs compétences", soit 1,3 million de salariés.

Près de 40% des salariés exposés au risque d'accident

Plus largement, 38% des sondés estiment que leurs salariés sont exposés aux risques d'accidents, 34% aux maladies professionnelles, et 17% aux risques psychosociaux.

Parmi ceux qui se sont dit concernés par chacun de ces risques, plus de huit sur dix se disent "armés" pour faire face aux risques d'accidents. Mais cette proportion tombe à 77% pour les maladies professionnelles et les risques psychosociaux.

Enfin, un quart des sondés se disent "pas suffisamment informés" sur les risques encourus dans leur entreprise, la règlementation et les méthodes de maîtrise des risques, selon le sondage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2014 à 8:52 :
pour un scoop c'est un scoop!!!! Heureusement que les journalistes sont là.Mais que ferait-on sans eux???
a écrit le 28/04/2014 à 15:34 :
Encore un sondage de dirigeants où ils ont soigneusement évité de me consulter. Strange.. :-) Marrant, ce besoin d'argent. Bien oui. Seules les entreprises ont besoin d'argent. Mes travailleurs, je les paye en compliments et ils ont le droit de dormir à la belle étoile et de manger grâce aux poubelles dans les rues... Veinards... Sinon, bonne crise à tous.
a écrit le 28/04/2014 à 10:22 :
C'est la gourmandise du matin des banquiers : savoir qu'une entreprise est cassée...
a écrit le 28/04/2014 à 9:45 :
Le premier risque c'est cet état communiste et ces prélèvements exorbitant!!!
Réponse de le 28/04/2014 à 13:50 :
C'est un fantasme inassouvi des dirigeants et de leurs obligés , le communisme, sa police, ses camps de rééducation en France

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :