Les robots détruiraient trois millions d'emplois d'ici à 2025 en France

 |   |  282  mots
La robotisation va toucher les classes moyennes, y compris les classes moyennes supérieures, explique Hakim El Karoui, associé au cabinet Roland Berger.
La robotisation va toucher "les classes moyennes, y compris les classes moyennes supérieures", explique Hakim El Karoui, associé au cabinet Roland Berger. (Crédits : Reuters)
La plupart des secteurs perdraient des emplois, excepté l'éducation, la santé, la culture et l'environnement notamment, selon une étude de Roland Berger commandée par le Journal du dimanche.

Le débat sur l'apport positif ou négatif des robots dans l'économie risque d'être relancé. Selon un scénario jugé "tout à fait probable" par une étude de Roland Berger commandée par le JDD et publiée dimanche 26 octobre, les robots seraient responsables de la suppression de 3 millions d'emplois en France, d'ici à 2025 en raison de 20% des tâches devenues automatisées. Ainsi, "le taux de chômage en pertes brutes s'élèverait à 18%".

Une majorité de secteurs touchés

Quelques secteurs seraient épargnés, d'après l'étude. Pour la santé, la culture et l'éducation, aucune perte d'emploi ne serait à déplorer à cause des robots. L'environnement, la relation clients et les nouvelles technologies devraient encore mieux s'en sortir puisque 500.000 postes seraient créés dans ces domaines.

A contrario, le bâtiment, l'industrie, l'agriculture, l'administration publique, l'armée, la police et le service aux entreprises devraient être particulièrement touchés.

Toutefois avec l'automatisation, 30 milliards d'euros (recettes et économies) seraient engrangés et 13 milliards d'euros de pouvoir d'achat seraient libérés (en dividende et baisse de prix), d'après le cabinet de conseil Roland Berger.

La classe moyenne menacée

La robotisation va toucher "les classes moyennes, y compris les classes moyennes supérieures", explique Hakim El Karoui, associé au cabinet Roland Berger, dont les propos sont rapportés par le JDD. Il s'agirait des professions intellectuelles comme les comptables, les journalistes, les juristes, dont certaines tâches pourront être accomplies par des machines.

Ce qui implique des problèmes posés "à notre modèle social", analyse le JDD d'autant plus que la classe moyenne repésente le "coeur de la démocratie" d'après Hakim El Karoui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2015 à 16:07 :
Bonjour à tous,

On ne peut rien contre les règles mathématiques, que l'on soit de droite ou de gauche:
- En 2025, 3 millions d'emplois de perdus grâce aux robots. Même avec un taux de chomage bas, les robots vont le faire mathématiquement augmenter! Le nombre d'emploi créés pour les fabriquer et pour leur maintenance étant bien inférieur aux emplois supprimés.

Et à qui va-t-on imputer la faute de l'augmentation du chomage? Au Président en exercice en 2025? Ou faire porter le chapeau aux gouvernements précédents?

Si cela se passe en 2025, pourquoi commencer l'analyse en 2015? Il n'y avait pas de robots en 2014, ou en 2013, Ou en 2000? Et si, justement, c'était là, la principale raison de l'explosion du chômage? Pourtant je suis "pour" cette évolution qui est d'ailleurs inéluctable....
J'avais 10 ans, en 1950, lorsque j'ai lu dans un illustré qu'en"2000" (Imaginez de vous propulser dans 50 ans!!!) grâce au progrès technique on travaillerait 20h par semaine!!!

Au cours de mon existence, j'ai vu des progrès fulgurants: demandez à un comptable des années 60/70 combien de temps il lui fallait pour faire une balance clients (ou fournisseurs). Personnelement, je mettais 1 semaine pour 2000 clients. Maintenant il suffit de cliquer...Le PC est devenu une sorte de robot.

Si la semaine de 40h était de rigueur depuis 1936, y revenir 80 ans après, c'est nier TOUS les progrès techniques, robots y compris!!!

Je n'ai pas d'étiquette politique, aussi suis-jre dans l'embarras pour apporter une solution, au risque de me faire démolir au fait que je serais catalogué de droite, ou de gauche (Ce que font nos politiques sans cesse: démolir leurs adversaires, même si leurs idées sont bonnes)

Quelques approches:

- Si, mathématiquement il n'y a pas de travail pour TOUS, réduction partielle du temps de travail des actifs? Avec négociation salariale évidemment.
Là, on va me ressortir l'augmentation du coût du travail... Ceci m'amène à dévellopper un 2ème sujet: Les heures sup...

On n'a eu de cesse de nous répéter que le coût du travail était trop élevé en France. Mais quand un employeur paye 25% de plus une heure qui n'a jamais que 60 minutes, son coût horaire augmente de 25%! Une paille...

EX: Vous montez un PC en une heure. 12€/heure (Exemples fictifs)
Que vous soyez payé en heure normale (12€) ou heure supplémentaire (16€), vous n'en monterez qu'un par heure de 60 minutes! Les mauvaises langues pourraient dire que l'heure "supplémentaire" intervenant après une journée de dur labeur, feraient baisser la productivité...Ce qui augmenterait le coût de production...
La PME qui emploie 10 salariés faisant chacun seulement 5 heures supplémentaires par semaine, cela fait un coût de 50h X 1,25 = 75 heures normales! De quoi créer 2 emplois! mais pourquoi cela n'est-il pas fait?
Il faudrait se pencher sur le code du travail français (2500pages?) (Suiise 180?) car les employeurs, toujours incertains de leur carnet de commandes ont peur de se retrouver en surnombre, du fait de la rigidité du code du travail...Pourquoi ne pas embaucher sous un régime TTHS? (Travailleur temporaire Heures supplémentaires). Evidemment ce ne serait pas un CDI, mais il faut avoir été au chômage pour savoir combien c'est valorisant de retrouver un emploi, mêm temporaire...

Alors, maintenant je n'y comprends plus rien: Les robots REMPLACENT les humains, à qui on demande de travailler PLUS. Cette réalité économique va laisser MATHEMATIQUEMENT de plus en plus de gens sur le carreau...

Qu'en pensez vous?

Bien cordialement
IPSO8306
a écrit le 13/02/2015 à 2:33 :
Qui se souvient du nombre de chevaux qui circulait dans les ville avant la création de l'automobile
maintenant on limite la mise bas des chevaux, pour limiter la quantité qui servirait a rien.
Il va falloir faire de même pour les humains ?
a écrit le 05/02/2015 à 15:11 :
D'où l'intérêt à reconsidérer une vieille idée qui traine (seulement) sur internet... "Le revenu de base".
Avec ce revenu, les humains consommeraient les productions des machines robots et logiciels. Les hommes reprendraient leurs vie en mains et beaucoup "travaillerait à leur passions"
a écrit le 28/10/2014 à 14:19 :
En 1950 on imaginait un monde avec des robots qui travaillent pendant que les humains ont des loisirs..
En 2014, on a des humains au chomage qui ont du mal à se nourrir et se loger...
Vous la sentez pas l'arnaque de ces riches qui ont pris toutes les richesses pendant que nous on regarde ?
a écrit le 28/10/2014 à 9:31 :
NE PAS AVOIR PEUR DU PROGRES ? POUR LUTTEZ CONTRE LES PAYS EN VOIE DE DEVOLPEMENT SEUL LES ROBOTS PEUVENT LE FAIRE EFICASSEMENT? LA MAIN DOEUVRE SERAS REFORME A D AUTRE METIER? ILVA EN AVOIR BEAUCOUP DANS L INFORMATIC DANS LES SERVICES A LA PERSONNES 3AGES ET DANS LA REVOLUTION VERTE???
Réponse de le 28/10/2014 à 14:16 :
Si tu pouvais écrire en bon français et sans fautes d'orthographe et avec des phrases qui ont un sens... et éviter les ??????
Réponse de le 28/10/2014 à 19:24 :
Réveillez vous; dormir encore à 9h31 ca commence a être une grosse grasse matinée...
a écrit le 28/10/2014 à 8:06 :
Et millions d'emplois détruits par Hollande d'ici 2017!!!
a écrit le 27/10/2014 à 21:37 :
La santé ne sera pas du tout épargnée. Robots chirurgien, imprimantes 3d pour les prothèses dentaires, et diagnostics automatiques
Réponse de le 28/10/2014 à 19:26 :
Si le commun des mortel ne peux plus rien acheter; les riches vont devenir plus pauvres et personne ne pourra plus utiliser les développement. A moins que comme dans le passer; la révolte fasse son office ou qu'une guerre éclate histoire de stabiliser la population humaine.
a écrit le 27/10/2014 à 21:11 :
Lorsque les robots auront remplacés les salariés, il faudra alors inventer les robots consommateurs car qui pourra consommer les biens produits par ces fameux robots si personne ne travaille donc ne gagne sa vie
Réponse de le 28/10/2014 à 2:32 :
Qui vous dit que le projet des gens qui tiennent le monde est de continuer à 7 milliards de consommateurs? Peut-être qu'eux tablent sur un monde à 1 milliard d'individus? Vu la mentalité de certaines "élites" et vu le peu de ressources disponibles dans tout un tas de secteur (pétrole, eau pure etc), ce ne serait pas très surprenant qu'ils aient prévu de réduire un peu la voilure, tant au niveau de la population mondiale, que du niveau de vie, donc de la consommation des masses.
Réponse de le 28/10/2014 à 19:30 :
C'est dommage que le gouvernement n'est pas encore choisi cette option. Etre célibataire sans enfants et toucher des allocations pour nous inciter a ne pas se reproduire serait une une idées pour réduire le nombre de notre population. Avoir trois enfant pour payer nos retraite était réaliste pour nos grands parents car pour nous, il faut en plus de financer les retraite de nos parents, payer le chômage de notre génération qui n'est plus de 4 % comme avant! On ne peux plus ce permetre de payer autant!
Réponse de le 31/10/2014 à 18:56 :
Où alors, comme Rifkin le théorise, on peut estimé que les biens produits par les robots seront gratuitement accessibles aux membres de la communauté.
a écrit le 27/10/2014 à 20:07 :
Assez logique dans le sens où il faut encore accélérer la concentration de la richesse.
a écrit le 27/10/2014 à 18:14 :
Et les emplois créés pour la conception, la fabrication, la maintenance, la vente, l'apres vente, ... de ces robots? Par conte, c'est sur, ce sont des emplois qualifiés ...
Réponse de le 27/10/2014 à 20:06 :
"conception, la fabrication, la maintenance, la vente, l'apres vente," Durent un an, au max. Donc, il FAUT des employés jetables.
Réponse de le 28/10/2014 à 1:21 :
@Yvan : Les services de maintenance et d'après-vente des robots durent en moyenne 10 ans. LA conception durent entre 3 et 5 ans selon l’intelligence et la dextérité du robot mais également sa mission. Pour ce qui est de la vente et de l'après-vente cela ne rentre pas en ligne de jeux ... .
Il ne faut donc pas des employés "jetable". Par contre l'employé qui reste 25 ans au même poste dans la même entreprise à effectuer les mêmes tâches il est évident que c'est déjà en train de disparaitre depuis bientôt 10 ans. Râler ne sert à rien il faut augmenter nos compétences individuelles, nos savoirs et nous rendre indispensable dans des tâches que ne peuvent pas réaliser les machines outils.
a écrit le 27/10/2014 à 18:12 :
On avait soulevé le problème,il y a 50 ans de cela.Les "previsionistes" parlaient de taxer les robots,au même titre qu'un employé.Les gens travailleraient moins,viveraient mieux et le temps libre serait dédié a la culture et au divertissement.Les "prévisionistes"vécurent heureux et moururent vieux.
a écrit le 27/10/2014 à 17:59 :
"Toutefois avec l'automatisation, 30 milliards d'euros (recettes et économies) seraient engrangés et 13 milliards d'euros de pouvoir d'achat seraient libérés (en dividende et baisse de prix), d'après le cabinet de conseil Roland Berger."
DU PIPEAU A DEFAUT D'ETRE DU FOUTAGE DE GUEULE.
a écrit le 27/10/2014 à 17:57 :
L'avantage avec les robots qui remplaceront les humains, c'est que si on lui envoi une volée de plomb, il n'y a pas meurtre. Je ne suis pas contre les machines qui remplacent ou aident l'homme pour des tâches dangereuses, répétitives, mais complètement opposé là où il y a besoin d'une relation humaine. Les frustrations engendrées seront telles que les robots "humanoïdes" seront la cible de toutes sortes d'attaques autrement plus violentes qu'avec un vrai humain.
a écrit le 27/10/2014 à 17:54 :
c'est le meilleur des mondes en prévision : plus de chômage et d'assistanat, des guérillas urbaines avec des gens taraudés par la faim . Messieurs les énarques, vous qui connaissez tout sauf la vie du commun des mortels, une humble idée, déclarons la guerre aux robots avec un permis de chasse, au moins les lièvres seront tranquilles et les robots avec une bonne cartouche de 16 passeront à trépas!
a écrit le 27/10/2014 à 16:29 :
Gouverner c'est prévoir !
Formons des ingénieurs capables de concevoir des robots plutôt que des assistés sans emploi.
a écrit le 27/10/2014 à 15:57 :
étant ancien informaticien, j'ai suivi l'évolution de l'informatique depuis le début et depuis plus de 20 ans je propose un débat sur l'idée de "taxer" les robots et machines informatique via une cotisation ROSE(Robot, Ordinateur et Système Expert).
Voir http://mouv4x8.perso.neuf.fr/FrLstROS.htm#103)
Osera-t-il LA TRIBUNE d'ouvrir ce débat ?
a écrit le 27/10/2014 à 15:38 :
Typiquement l'étude de commande pour faire du bruit dans les journaux. En flattant les vieux démons malthusiens des rentiers français de gauche comme de droite, et leur misconception de l'économie, qu'ils regardent comme un fromage à partager le moins possible. Lamentable !
a écrit le 27/10/2014 à 15:23 :
eh bien taxons très cher ces robots qui nous effraient pour qu'ils financent notre protection sociale ! d'autres sont bien taxés tout comme l'automobiliste ou le proprio !!!!!! à chacun son tour et sa part à l'effort collectif sinon ce sera la révolution ...
Réponse de le 27/10/2014 à 16:04 :
C'est le capital et son accumulation qui devrait être fortement taxés. Mais faut protéger le freedom-libéralisme, mes gens...
a écrit le 27/10/2014 à 15:20 :
à gépé ! taxons chaque robot très cher et répartissons la richesse autrement puisque le travail ne sert quasiment plus à rien si ce n'est à une minorité qui en a encore ...
a écrit le 27/10/2014 à 15:19 :
On peut toujours dire que les machines détruisent les emplois. C'est logique.
Mais c'est peut-être complètement faux : il faut bien constater que les deux pays en Europe qui ont le plus fort secteur industriel, et la plus forte proportion d'emplois industriels dans leurs économies, la Suisse et la Suède, ont aussi le plus fort taux de robotisation. Et ce ne sont pas des pays pauvres, que je sache. Zut ! alors...
Réponse de le 27/10/2014 à 16:02 :
Vous venez juste d'écrire que moins d'emplois faisait plus de compétitivité.. Mais bon : c'est un choix entre plus d'argent et moins de clients...
a écrit le 27/10/2014 à 15:12 :
Assez logique dans le sens où il faut encore accélérer la concentration de la richesse.
a écrit le 27/10/2014 à 15:05 :
et comme la France importe logiciels et robots pour la plus part, ça n'arrangera pas les comptes! On pourrait penser que le développement du numérique apporterait de l'emploi, mais il ne faut pas réver...
a écrit le 27/10/2014 à 14:57 :
le problème ne serait les robots ,mais le manque d'innovations générant de gros gains de productivité pouvant créer de la croissance ,car sans croissance ,etc...etc.. la croissance est-elle possible, et quelle croissance???? sujet traité récemment dans un magazine économique.
a écrit le 27/10/2014 à 14:52 :
on ne verra plus jamais baisser le chomage . la FRANCE va rentrer en dépression aprés une telle nouvelle . c est mauvais pour classe politique
Réponse de le 27/10/2014 à 15:11 :
Titi, vous semblez ne pas savoir ce qui se passe ailleurs qu'en France... Faut sortir, parfois, vieux...
a écrit le 27/10/2014 à 14:42 :
A quand faire payer par les sociétés qui utilisent des robots les cotisations retraites et autres. Toutes les emplois supprimés entraine perte de cotisation, de ce fait remplacer par un robot devrait entrainer un minimum de cotisation , pour remplacer le manque.
a écrit le 27/10/2014 à 13:48 :
C'est la révolte des Canuts !!!! Vive la prime à la brouette !!! Ces spéculations à 10 ans n'ont aucun sens, sauf d'être utilisées comme épouvantail par les médias....pitoyable !!!!
Réponse de le 27/10/2014 à 15:08 :
Maduf, vous ne devez pas trop connaître le monde du travail. Du vrai, je veux dire. Déjà, rien que l'informatique a permis de diminuer le nombre de salariés par deux.
Réponse de le 27/10/2014 à 17:56 :
Au moins, on est sur que les stats, c'est pas votre tasse de the !!! Le nombre des salariés par deux !! ??
a écrit le 27/10/2014 à 13:32 :
Merci les robots, ce n'est plus la faute à l'Allemagne, la Belgique, la Suisse ou l'Asie!!!
a écrit le 27/10/2014 à 13:27 :
Le problème concerne les charges sociales; les robots doivent participer au financement des charges sociales. Comment?
Réponse de le 27/10/2014 à 14:09 :
En supprimant les charges sociales (brut=net). A chacun de faire sa propre assurance. Ca sera plus efficace que le système actuel qui accumule les dettes et qui est in-éfficiant.
Réponse de le 27/10/2014 à 15:09 :
Aka : Lehman, ça vous dit quelque chose..??
a écrit le 27/10/2014 à 13:15 :
Le sujet n'est pas nouveau mais il s'accélère et dans certaine branche fait exploser le chômage. . .Nous nous dirigeons doucement vers une société très clivée entre ceux qui maitriserons une technologie complexe et les très pauvres qui vivront d'aides et de magouilles . . jusqu'à quand un modèle comme cela peut fonctionner ?
Réponse de le 27/10/2014 à 14:12 :
Les robots étant détenu par le capital. Il serait judicieux d'inciter les particuliers a investir en bourse pour profiter de cet essor. Au lieu de les en dissuader en surtaxant le capital pour les petits porteurs et les saladiers.
a écrit le 27/10/2014 à 13:00 :
Bonjour,
Il est un peu démagogique de présenter la robotisation de cette manière. En réalité la robotisation est plutôt un phénomène de destruction créatrice expliqué à plusieurs reprises par Schumpeter. Les emplois les moins qualifiés sont automatisés au profit d'emplois plus valorisants. Dans cette optique il ne faut pas perdre de vue que ces robots devront-être conçus, pensés, développés, testés et réparés par des humains ce qui va donc permettre d'avoir de nombreux postes qualifiés voir très qualifiés dans le domaine.
D'ou de la création d'emploi. Nous pouvons également partir du postulat qu'avec le papy-boom ce sera un plus car il y aura vraiment beaucoup moins de main d’œuvre sur le marché en 2025 en France et ne Allemagne. Il sera donc intéressant que la prise en charge et l'accompagnement des personnes âgées soit effectué par des machines afin que la main d’œuvre disponible soit plutôt orientée vers des emplois à forte valeur ajoutée et/ou créatrice et pas uniquement sur des taches d’exécution simple.
Donc à moyen terme effectivement de nombreux jobs peu qualifiés vont disparaitre mais également de nombreux jobs très qualifiés et de nouvelles entreprises vont apparaitre. Le seul problème réel étant qu'il va falloir gérer la compétence et le reclassement des personnes perdant leur job au profit d'une machine. D’où l'utilité d'une réforme profonde de la formation professionnelle dans notre pays.
De plus l’automatisation restera valable en occident mais probablement pas partout dans le monde car l'esclavage moderne pratiqué par de nombreux pays asiatiques notamment restera encore un temps moins cher (quoi que moins efficace et moins qualitatif) que les machines outils et la robotisation naissante.
a écrit le 27/10/2014 à 11:49 :
Le probléme de l offre à l air de résoudre tout seul , passons à celui de la demande .
a écrit le 27/10/2014 à 11:39 :
Débat déjà ouvert par les canuts au XIXème siècle lorsque les métiers mécaniques ont été inventé par un certain Jacquard ... et qui ont largement contribué au développement de la région lyonnaise. A postériori, tout le monde s'est félicité de cette automatisation.
Si la production n'est pas automatisée pour en réduire le coût, alors l'entreprise perd à terme ses clients, donc augmentation très forte du chômage.
L'automatisation crée de la richesse, et, de nouveaux emplois.
On devrait parler de transformation de l'emploi.
Et le titre de l'article est ps accrocheur que significatif des conclusions du rapport. Dommage.
a écrit le 27/10/2014 à 11:32 :
Si n'était concerné que notre modèle social! Simplement sans salaire ces robots et logiciels peu coûteux en comparaison du travail fourni 24h/24 7j/7 sans grève apriori. Vivement la plage pour tous et pour chaque licencié un partage des gains de productivité pour que la machine continue à tourner.
a écrit le 27/10/2014 à 10:58 :
s'il n'y a plus assez d'emplois, il n'y aura plus assez de consommateurs ! les grands experts vont se mordre la queue ???? TROUVEZ DONC UN AUTRE SYSTEME
a écrit le 27/10/2014 à 10:56 :
eh bien tentons de trouver de nouveaux jobs puisqu'on en supprime autant ! déjà les pompes à essence , les péages automatiques en ont détruit ! ça ne fait que continuer !
on doit se demander que faire de l'humain ????
a écrit le 27/10/2014 à 10:43 :
Mais on le savait déjà en 1950 tout ça, et c'est maintenant qu'on se réveille ?
Et en 2050, on écrira un article sur le réchauffement climatique ?
a écrit le 27/10/2014 à 10:07 :
SI je resume l'article, les 13 milliards de pouvoir d'achat supplementaire iront dans la poche d'une poignee d'individus tandis que les autres chercheront desesperement un travail
Réponse de le 27/10/2014 à 10:59 :
les nantis veulent ils une nouvelle révolution, celle de ceux qui n'ont rien à perdre ???
a écrit le 27/10/2014 à 10:07 :
Il ne faut pas confondre emplois, richesse et developpement. Les robots nous sont indispensables encore faut-il etre capable d'integrer le gain de developpement qu'ils generent, mais peut etre aurait-on besoin de robots pour nous indiquer comment faire?
a écrit le 27/10/2014 à 10:04 :
c'est l'inverse et si on veut sauvegarder l'industrie en france il faut investir à fond dans les nouvelles techno.
ou alors on peut mettre des contraintes sur les robots: 35 h, 5 semaines de congés, des rtt, une assurance maladie pour les pannes,.......
a écrit le 27/10/2014 à 9:18 :
Franchement on dirait que vous ignoriez tous les dégâts qu'ont déjà réalisé et généré les automates sur les machines depuis plus de trente ans. En particulier dans la production des entreprises...
Réponse de le 27/10/2014 à 10:11 :
Pourquoi 30 ans seulement. Vos ignorez la révolte des canuts me semble-t-il.
a écrit le 27/10/2014 à 9:16 :
1/2 des immigrés < niveau primaire, 2/3 < niveau collège .... 30% de naissances d'origine africiane, 60% au Paristan
a écrit le 27/10/2014 à 9:13 :
Pour créer ses robots, il faut des ingénieurs. Pour avoir des ingénieurs, il faut les former. Pour les former, il faut les écoles et les formation dédiée pour attirer et permettre aux étudiants d'accéder à des études pointues et qui durent longtemps.
a écrit le 27/10/2014 à 9:09 :
C'est marrant ça rappelle les craintes des ordinateurs dans les années 80, on sera dans le même cas les robots vont amener de la valeur, et la creation de valeur c'est bon pour l'economie, et donc pour l'emploi, certes certains postes seront substitués par les robots mais des centaines d'autres seront créés pour faire fonctionner ces robots, les contrôler etc....

Bref vivement le blackout de l'an 2000 (quoi ? on est en 2014 ?)
a écrit le 27/10/2014 à 9:03 :
4 fois plus de robot en Allemagne qu'en France et le plein emploi ( et un niveau de vie sensiblement superieur, plus d'egalite de salaire GINI) nous sommes du côté des perdants en France. Un jour va falloir reflechir. Il viendra ce jour?
Réponse de le 27/10/2014 à 9:38 :
Vous avez raison. Mais la question n'est pas vraiment de réfléchir...
Achetez et mettre en place un robot, il faut des sous. Pour cela il faut en gagner (or l'état prend 58% des richesses produites, dont 33% d'impôts sur les bénéfices) et avoir un marché pour vendre les 30 à 70% (ou plus) de pièces fabriquées en plus par augmentation de la productivité. C'est le serpent qui se mord la queue.
Tant que l'état continuera à dépenser pour n'importe quoi notre argent et n'en laissera pas plus aux entreprises et aux citoyens ; c'est le serpent qui se mord la queue.
Réponse de le 27/10/2014 à 10:09 :
L'état prend tant d'argent pour payer les intérêts de dettes que les générations précédentes ont faites en vivant au-dessus de leurs moyens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :